Ornans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Onans.
Ornans
Coucher de soleil sur la Loue à Ornans.
Coucher de soleil sur la Loue à Ornans.
Blason de Ornans
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Ornans (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ornans
Maire
Mandat
Sylvain Ducret
2016-2020
Code postal 25290
Code commune 25434
Démographie
Gentilé Ornanaise, Ornanais
Population
municipale
4 377 hab. (2013)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 21″ Nord 6° 08′ 38″ Est / 47.10595, 6.14383
Altitude Min. 323 m – Max. 635 m
Superficie 35,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Ornans

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Ornans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ornans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ornans
Liens
Site web http://www.ornans.fr/

Ornans est une commune française située dans le département du Doubs et la région Bourgogne-Franche-Comté. Chef-lieu du canton d'Ornans et de la communauté de communes du Pays d'Ornans. En 2011, la commune totalisait 4 223 habitants appelés les Ornanais.

Elle fusionne le 1er janvier 2016 avec la commune de Bonnevaux-le-Prieuré pour former une commune nouvelle[1].

Ornans est un centre culturel et touristique situé au cœur du premier plateau du massif du Jura, dans la vallée de la Loue. La ville offre aux touristes une large gamme d'activités en plein air grâce à la présence de la rivière et des falaises environnantes, permettant la pratique des sports en eaux vives, de la pêche, de la randonnée, de l'escalade et du cyclisme. Ville natale du peintre Gustave Courbet à qui elle a inspiré de nombreux tableaux dont le célèbre Un enterrement à Ornans, un musée consacré à l'homme et à ses œuvres accueille des dizaines de milliers de visiteurs chaque année. La ville bénéficie également d'un patrimoine riche avec douze monuments historiques inscrits ou classés, de nombreux hôtels particuliers et ses maisons dont les façades baignées par la rivière lui valent le surnom de Petite Venise comtoise.

La ville d'Ornans est également un pôle économique d'importance régionale, notamment du fait de la présence d'un site industriel du groupe Alstom Transport spécialisé dans la construction de moteurs pour le transport ferroviaire (dont le TGV) et les bus de ville, qui emploie près de 500 salariés et de l'entreprise Guillin Emballages qui compte plus de 300 employés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ornens en 1092 ; Ornanco en 1211 ; Ornans en 1246 ; Hournan en 1303 ; Hournens en 1330 ; Ournans en 1462[2].

Rives de la Loue, à Ornans.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune d'Ornans est située en Bourgogne-Franche-Comté, au centre du département du Doubs, à 17,9 kilomètres à vol d'oiseau au sud-est de Besançon[3], et à 27,5 kilomètres à vol d'oiseau au nord-ouest de Pontarlier[4].

Communes limitrophes de Ornans
Foucherans, Bonnevaux-le-Prieuré Saules
Scey-Maisières
Chassagne-Saint-Denis
Ornans
Flagey Silley-Amancey, Chantrans Montgesoye

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Ornans se trouve au centre d'un petit plateau du massif du Jura auquel il a donné son nom, le plateau d'Ornans. Le plateau d'Ornans est un plateau calcaire de moyenne montagne de type karstique couvrant 1 200 km² et dont l'altitude varie entre 276 et 946 mètres. L'altitude minimale de la commune est de 323 mètres à l'endroit ou la Loue quitte le territoire communal et l'altitude maximale est de 635 mètres à la limite sud-est de la commune. Le principal cours d'eau qui traverse la commune est la Loue, rivière de 122,2 km kilomètres qui a creusé la vallée au fond de laquelle se trouve la ville. De multiples cours d'eau s'écoulent sur le territoire communal des hauteurs du plateau vers le fond de la vallée pour se jeter dans la Loue: d'amont en aval, il s'agit du ruisseau de Cornebouche (5,3 km)[5] ; le ruisseau de l'Eugney (5,2 km)[6] et ses deux affluents que sont le ruisseau de Vau Narbey (3 km)[7] et le ruisseau de Nuet (3,4 km)[8] ; le ruisseau de Désillot (2,1 km)[9] ; le ruisseau de Bonneille[10] (9,6 km) et son affluent le ruisseau de Bonnecreau[11] (2,2 km).

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant donne les relevés météorologiques de la station de Besançon, située à 20 kilomètres au nord-ouest d'Ornans :

Relevés de la station météorologique de Besançon (normales 1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,7 −0,2 2,7 5,2 9,3 12,4 14,5 14,1 10,9 7,6 2,9 0,4 6,6
Température maximale moyenne (°C) 5,2 7 11,4 15,2 19,5 22,8 25,3 25 20,7 16 9,5 5,7 15,3
Record de froid (°C)
date du record
−20,7
9/01/1985
−20,6
10/02/1956
−14,1
1/03/2005
−5,2
2/04/1952
−2,4
3/05/1909
2,1
2/06/1936
4,5
18/07/1970
3,4
20/08/1885
−0,1
25/09/1931
−6,1
28/10/1887
−11,3
28/11/1915
−19,3
30/12/1939
Record de chaleur (°C)
date du record
16,8
20/01/1918
21,7
29/02/1960
24,8
25/03/1955
29,1
27/04/1893
32,2
26/05/1892
35,2
22/06/2011
40,3
28/07/1921
38,3
12/08/2003
34,6
5/09/1949
30,1
7/10/2009
23
2/11/1899
20,8
16/12/1989
Ensoleillement (h) 75,1 95,5 142,1 176,1 206,6 230,4 244,1 232,3 175,8 132,6 72,7 53 1 836,3
Précipitations (mm) 86,3 79,7 92 94,2 114,8 101,5 90 91,9 107,2 115,7 104,4 109,2 1 186,9
Nombre de jours avec précipitations 13 12 12 11 13 11 10 10 10 12 13 13 141
Source : Météo France
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
5,2
−0,7
86,3
 
 
 
7
−0,2
79,7
 
 
 
11,4
2,7
92
 
 
 
15,2
5,2
94,2
 
 
 
19,5
9,3
114,8
 
 
 
22,8
12,4
101,5
 
 
 
25,3
14,5
90
 
 
 
25
14,1
91,9
 
 
 
20,7
10,9
107,2
 
 
 
16
7,6
115,7
 
 
 
9,5
2,9
104,4
 
 
 
5,7
0,4
109,2
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La ville d'Ornans est desservie par un axe routier principal, la route départementale 67, ancienne route nationale déclassée en 1973 au profit de la route nationale 57 qui rejoint depuis lors Besançon à la Suisse via Pontarlier en évitant le tracé sinueux de la vallée de la Loue. Le trajet par la route entre le centre d'Ornans et l'entrée de Besançon est long de 23 kilomètres et s'effectue en 23 minutes. Les accès autoroutiers les plus proches sont les sorties sortie 3 et sortie 4 de l'A36, situées toutes deux à environ 35 kilomètres au nord-ouest d'Ornans.

Un service régulier de bus, la ligne Mobidoubs A[12], assure plusieurs fois par jour la liaison entre les gares de Besançon et Pontarlier via Ornans. De 1888 à 1932, la commune était desservie par des trains voyageurs puis uniquement par des trains de marchandises jusqu'en 1988, utilisant un embranchement de la ligne de chemin de fer Besançon - Le Locle. Actuellement, les gares les plus proches sont celles d'Étalans14 km par la route), de L'Hôpital-du-Grosbois15 km) et de Saône16 km).

L'aéroport le plus proche est celui de Dole-Jura tandis que les aéroports internationaux situés dans un rayon de 200 kilomètres sont l'aéroport de Genève (150 km par la route), l'aéroport de Berne (150 km) et l'aéroport de Bâle-Mulhouse (180 km).

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison de Châlon[modifier | modifier le code]

En 1151, le nom d'Ornans apparaît pour la première fois sur une charte, sous la forme Honnans et Hounans, sur la Loue. C'était une ville importante du comté de Warasch que le roi des Burgondes Sigismond compta dans sa donation au monastère d'Agaune en 515[13]. Possession des ducs de Bourgogne elle passa dans la maison de Chalon en 1237 qui remettait aux habitants leurs lettres de franchise et une charte de commune en 1254[13]. En 1576 Philippe II d'Espagne, en qualité de comte de Bourgogne, leur octroyait un conseil de ville avec juridiction de mairie sur la demande du cardinal Antoine Perrenot de Granvelle ; c'est ainsi que la ville élisait deux échevins, six jurés et cinq notables pour l'administration de ses biens[13]. La prévôté d'Ornans comptait alors quatre prieurés, trente sept cures et cent vingt deux villages si bien que le prévôt tenait le neuvième rang aux états de la province et avait le droit de juger les étrangers résidant à Besançon de même que les habitants de cette ville dans le cas où ils se déclaraient « hommes du comté » ceci pour échapper à leurs juges habituels[13].

Les écorcheurs[modifier | modifier le code]

La ville devait subir plusieurs destructions au cours des siècles. Après la guerre entre Philippe le Bel et les barons comtois en 1300 Ornans voyait fondre sur elle les écorcheurs vers la milieu du XIVe siècle. Après la mort de Charles le Téméraire ce sont les Français qui rançonnaient la ville et la dévastèrent. Pendant la guerre de dix ans, Weimar, furieux d'avoir échoué à plusieurs reprises devant Ornans et Sainte-Anne mettait toute la prévôté à feu et à sang : « Nous voyons de jour, dit Girardot de Beauchemin, la fumée en beaucoup d'endroits, et de nuit, la lueur de plusieurs centaines de villages et habitations isolées, brûlant à la fois et répandant autant de clarté que le soleil » ; à la même époque sévissait la peste qui poussa les habitants à se réfugier dans les bois alentour. En 1668, lors de la conquête française de Louis XIV, Ornans se rendait de même que Sainte-Anne[13].

De 1790 à 1795, elle fut chef-lieu de district.

L'affaire des 280 otages[modifier | modifier le code]

Le , en pleine débâcle allemande, le lieutenant FFI Paillot réussit à capturer dans une embuscade, toute une section d'une compagnie ukraino-polonaise et les dix soldats allemands qui les dirigeaient. Cette opération est menée par les maquis Nord-Jura et Doubs. Le , le général allemand Von Felbert (Generalmajor), commandant la place de Besançon, ordonne l'arrestation et l'exécution de 280 otages ornanais enfermés à l'hôtel de Sagey, et alors que la population d'Ornans devait évacuer la ville, ainsi que le pillage et l'incendie de la ville si les prisonniers ne sont pas libérés par la Résistance. Finalement après d'âpres négociations, les otages sont tous libérés. Les soldats ukrainiens et polonais s'étant portés déserteurs, rejoignent le maquis, seuls les dix soldats allemands resteront donc prisonniers des Partisans. Quelques jours plus tard, la ville est définitivement libérée par les unités Françaises de la 1re Armée aux ordres du général de Lattre de Tassigny, qui entrent, le 4 septembre dans la ville abandonnée à la hâte, par les Allemands.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune d'Ornans comptabilisant entre 3 500 et 5 000 habitants, le conseil municipal est composé de 27 membres : le maire, sept adjoints et dix-neuf conseillers municipaux[14]. Depuis le 1er janvier 2016, Ornans et Bonnevaux-Le-Prieuré forment la Commune Nouvelle d'Ornans.

Composition du conseil municipal d'Ornans (2008-2014)
Président de groupe Effectif Statut
     UMP Jean-François Longeot 23 Majorité
     DVG Isabelle Guillame 4 Opposition

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de tous les conseillers municipaux issus des conseils des anciennes communes. Le maire de chacune d'entre elles devient maire délégué.

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Ornans 25434 Communauté de communes du Pays d'Ornans 35,72 4 265 (2013) 119
Bonnevaux-le-Prieuré 25076 CC du Pays d'Ornans 3,08 112 (2013) 36

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 en cours Sylvain Ducret[15] DVD Fonctionnaire territorial
juin 1995 janvier 2016 Jean-François Longeot[16] UMP puis UDI Sénateur (depuis 2014)
Conseiller général (1998-2014)
mars 1989 juin 1995 Marc Chapelain PS Conseiller général
mars 1983 mars 1989 René Gros DVD  
mars 1977 mars 1983 Roland Courbet DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Communauté de communes du Pays d'Ornans

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 4 265 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 104 3 266 3 243 3 019 2 982 3 096 3 306 3 304 3 483
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 189 3 522 3 448 3 173 3 169 3 350 3 279 3 092 3 204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 153 2 910 2 736 2 628 2 908 3 051 2 969 2 840 3 237
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
3 619 4 147 4 231 4 134 4 016 4 037 4 106 4 124 4 259
2013 - - - - - - - -
4 265 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Ornans fait partie de l'académie de Besançon. La ville administre une école maternelle et élémentaire au sein du groupe scolaire Gustave-Courbet tandis que le département gère le collège Pierre-Vernier.

Les Ornanais disposent par ailleurs d'établissements privés au sein du groupe scolaire Sainte Marie-Saint Michel qui rassemble une école primaire, une école élémentaire et un collège[19].

Santé[modifier | modifier le code]

La ville abrite une pharmacie, un laboratoire d'analyses médicales et plusieurs professionnels de santé. Les centres hospitaliers les plus proches sont le centre hospitalier intercommunal Haute-Comté à Pontarlier et le centre hospitalier universitaire de Besançon.

Sports[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un centre aquatique, le complexe aquatique Nautiloue, offrant entre autres : un bassin intérieur, un bassin extérieur, une zone de détente avec jacuzzi, hammam et sauna[20]. Ornans est également un centre régional important pour la pratique des sports en pleine air avec des parcours de via ferrata aménagés sur les falaises de la Roche du Mont, la base de loisirs Syratu proposant la pratique de l'escalade, de l'accrobranche, du canoë-kayak, du canyoning et du rafting.

Clubs[modifier | modifier le code]

Le club de football de l'AS Ornans (ASO) a été créé en 1935, il évolue lors de la saison 2013-2014 en Division d'Honneur régionale, championnat que le club a remporté au terme de la saison 2008-2009. Parmi les autres clubs notables, on trouve le Handball Club Ornanais, le Tennis Club de la Vallée d'Ornans, le Vélo Club Ornans et Roc'n Loue (club d'escalade). La ville a accueilli les championnats du monde de VTT-Marathon en 2012 ainsi qu'une étape de la coupe du monde de VTT 2008.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Ornanais disposent d'un lieu de culte catholique.

Au sein du diocèse de Besançon, le doyenné des Premiers Plateaux[21] regroupe cinq unités pastorales (paroisses) dont celle de la Haute Vallée de la Loue dédiée à saint Laurent[22] dont le lieu de culte est l'église Saint-Laurent.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Nom Employés Activité
Alstom Transport Sa 460 Fabrication de moteurs, génératrices et transformateurs électriques
Guillin Emballages 283 Fabrication d'emballages en matières plastiques
Itw Rivex 155 Fabrication de vis et de boulons
Randstad 48 Travail temporaire
Décolletage de la Garenne 45 Décolletage
Tricotage Et Confection d'Ornans 36 Fabrication de vêtements de dessous
Mazagran Service (Atac) 33 Supermarché
Groupe Guillin 33 Activités des sièges sociaux
Société Franc Comtoise d'Applications 32 Travaux d'étanchéification
Copian (Super U) 30 Supermarché
Simon Graphic 29 Imprimerie
Établissements Martel 22 Travaux de menuiserie métallique et serrurerie

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'édifice religieux principal de la ville d'Ornans est l'église Saint-Laurent, construite entre 1546 et 1553. Elle a été classée monument historique en 1931[23]. L'église d'Ornans est édifiée à partir de 1546 grâce à l'action de Nicolas Perrenot de Granvelle, ambassadeur de Charles Quint. Elle remplace une église du XIIe siècle, détruite par la révolte des seigneurs comtois contre le roi de France, Philippe IV le Bel, menée à la suite de la signature de la convention de Vincennes, en 1295, entre le roi et le comte Othon IV. La tour-clocher a conservé sa base romane. Elle est coiffée d'un dôme à la comtoise surmonté d'une lanterne ajourée. Le porche entourant la tour-clocher a été ajouté au XVIIe siècle. La nef et ses deux bas-côtés comportent six travées. Le chœur se termine par une abside à trois pans voûtée avec des nervures de style gothique flamboyant. Il est flanqué de deux chapelles ajoutées au XVIIIe siècle. L'église possède un important mobilier du XVIIe siècle dû au sculpteur Jean Gauthier d'Ornans. On peut y admirer le tombeau de Pierre Perrenot, mort en 1537, père de Nicolas Perrenot.

Le couvent des Minimes (XVIIe siècle), est construit à partir de 1606. Sa chapelle abrite aujourd'hui le musée du Costume et des Traditions comtoises et les bâtiments conventuels la gendarmerie. Le bâtiment a été inscrit sur la liste des monuments historiques en 1981[24].

La chapelle Saint-Georges, inscrite aux monuments historiques depuis 1968[25], se situe dans l'enceinte de l'ancien château qui avait été édifié en 1289 par le comte Othon IV de Bourgogne sur une colline surplombant la ville. Détruite vers 1300 au cours de la révolte des barons comtois contre le roi de France, elle fut reconstruite vers 1500.

  • Chapelle Notre-Dame-des-Malades (déjà attestée au XIIIe siècle)[26];
  • chapelle Saint-Christophe (XVIe siècle) ;
  • chapelle Saint-Claude ;
  • chapelle Saint-Maximin ;
  • croix (XIXe siècle).

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Les Ruines du château d'Ornans (attesté au XIIIe s).
  • Les Hôtels particuliers (XVIe à XVIIIe s), dont les plus notables :
  • Les Ponts (XVIIe et XIXe s), dont les plus remarquables :
    • pont de Nahin (XVIIe s)[32] ;
    • Le Grand pont (XVIIe s)[33].
  • La Distillerie Cusenier (XIXe s), 9 rue Eugène-Cusenier, partiellement inscrit MH (2000)[37].
  • Les Fontaines (XIXe s), dont celle du Pêcheur de Chavots (1862), sculptée par Gustave Courbet.
  • Le Lavoir-fontaine du Seult (XIXe s).
  • Le Monument aux Morts (XXe s).

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un cinéma, le Cinéma Eldorado.

Événements[modifier | modifier le code]

Ornans organise depuis 2010 un festival amérindien unique en Europe, le pow-wow Danse avec la Loue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ornans dans les arts[modifier | modifier le code]

Le peintre Gustave Courbet a légué à sa ville natale des œuvres majeures, dont la plus connue est le tableau Un enterrement à Ornans.

Ornans sert aussi de décor au film Les Feux de la Chandeleur (1972), de Serge Korber.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas François Louis Besson, Annales Franc-Comtoises, vol. 3, (lire en ligne), p. 179 à 201 et 258 à 271
  • Aristide Guilbert, Histoire des villes de France, (lire en ligne), p. 225 et 226
  • Journal L'Humanité des 28 et 29 août 1944) ;
  • Comité du souvenir des soldats ukrainiens morts pour le France, LYON. Colonel Victor Petit JOURNAL DE MARCHE 1944 (Chronologie de la vie du Colonel Victor Petit)[41] ;
  • Ornans, au fil de la Loue, bulletin municipal du premier août 2008[42].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [www.doubs.gouv.fr/content/download/14064/105623/file/RAA%20%20N%C2%B032%20du%2009%20NOVEMBRE%202015.pdf Arrêté préfectoral du 6 novembre 2015]
  2. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, Besançon, Cêtre, 1986(
  3. « Calcul de l'orthodromie entre Ornans et Besançon », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 8 février 2014)
  4. « Calcul de l'orthodromie entre Maîche et Pontarlier », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 8 février 2014)
  5. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Cornebouche (U2600540) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  6. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de l'Eugney (U2600560) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  7. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Vau Narbey (U2601160) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  8. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Nuet (U2601140) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  9. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Désillot (U2601180) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  10. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Bonneille (U2600580) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  11. Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Bonnecreau (U2601240) », sur http://sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 17 février 2014)
  12. « Ligne Mobidoubs A Besançon-Pontarlier par Ornans », sur le site officiel du Conseil Général du Doubs (consulté le 10 février 2014)
  13. a, b, c, d et e Histoire des villes de France
  14. « La municipalité et le conseil municipal », sur le site de la ville d'Ornans (consulté le 9 février 2014)
  15. « Sylvain Ducret élu maire d'Ornans », L'Est républicain, 30 janvier 2016.
  16. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  19. « page d'accueil », sur le site du groupe scolaire Sainte Marie-Saint Michel (consulté le 9 février 2014)
  20. « Page d'accueil », sur le site de Nautiloue (consulté le 9 février 2014)
  21. « Doyenné des Premiers Plateaux », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 9 février 2014)
  22. « Unité pastorale de la Haute Vallée de la Loue », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le 9 février 2014)
  23. « Eglise Saint-Laurent (XVIe siècle) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Couvent des Minimes (XVIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Chapelle Saint-Georges », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Annales Franc-Comtoises
  27. « Hôtel de Grospain (XVIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Hôtel Hébert (XVIe-XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Immeuble (XVIIe s), place Courbet », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Hôtel Sanderet de Valonne (XVIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Hôtel de Sagey d'Arros (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. Base Mérimée : Pont de Nahin
  33. Base Mérimée : Grand pont
  34. « Hôpital Saint-Louis (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. « Hôtel de Ville (XVIIIe s) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. « Atelier de Gustave Courbet », base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. « Distillerie Cusenier », base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. Blog officiel de l'Institut Courbet d'Ornans
  39. Musée Gustave Courbet, place Robert-Fernier, 25290 Ornans. Tél. : 03 81 86 22 88
  40. Site du musée Gustave-Courbet à Ornans
  41. Journal de marche 1944
  42. Bulletin municipal