Osse (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Osse.

Osse
Osse (Doubs)
Église d'Osse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Baume-les-Dames
Intercommunalité Communauté de communes du Doubs Baumois
Maire
Mandat
Charles Piquard
2014-2020
Code postal 25360
Code commune 25437
Démographie
Population
municipale
326 hab. (2016 en diminution de 1,51 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 04″ nord, 6° 12′ 49″ est
Altitude Min. 392 m
Max. 565 m
Superficie 8,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Osse

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Osse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Osse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Osse

Osse est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Oussots et Oussottes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ors en 1120 ; Ossa en 1148 ; Oyssa en 1180 ; Oysse en 1257 ; Ossa en 1314 ; Ossia au quatorzième siècle ; Osse au seizième siècle ; Osses en 1614[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaire Deluz Champlive Rose des vents
N Vauchamps
O    Osse    E
S
Nancray Bouclans

Histoire[modifier | modifier le code]

La communauté d'Osse est citée pour la première fois en 1120 dans le cartulaire de l'abbaye Saint-Paul de Besançon. Durant la période révolutionnaire, l'esprit public des habitants est réputé mauvais, les agents et adjoints de la commune jugés mauvais citoyens sont suspendus en 1798. Plusieurs prêtres réfractaires choisissent Osse pour cachette. La commune songe à honorer ses enfants victimes de la guerre 1914 - 1918 mais c'est seulement en 1938 que sera érigé le monument aux Morts. Subissant les effets de l'exode rural après guerre, la population tombe à 130 habitants en 1968. Commune essentiellement agricole, ses terres ont été augmentées par le défrichement de la Corne d'Osse en 1528, mais aussi commune viticole. La présence de minerai amène les maîtres de forge de la Grâce Dieu en 1816 à extraire une superficie de 50 ares à la forêt du Bois-Bas et à installer un lavoir à bras sur la source proche.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours
(au 9 décembre 2014)
Charles Piquard[2] UMP-LR Retraité
Président de la Communauté de communes de Vaîte - Aigremont
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 326 habitants[Note 1], en diminution de 1,51 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
137236260267274287286292323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298288296258264247248219205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
186186163188173164145131131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
130130162251267298315317335
2016 - - - - - - - -
326--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean-Baptiste. Une première citation en fait mention en 1148 concernant l'ecclesia d'Osse, qui est alors confiée à Saint-Jean de Besançon. Cette église relève du patronage du chapitre métropolitain, de même qu'une partie de Vauchamps. En 1363 elle est unie à l'église de Bouclans, alors sous le patronage de l'abbaye Saint-Vincent de Besançon. Les deux patrons continuent d'exercer leur patronage et assurent la présentation alternativement. En 1684 une sentence ordonne aux habitants d'Osse de s'entendre avec leur curé, afin de réparer l'église et le presbytère de Bouclans. Une église existe-t-elle encore à Osse à cette époque, nous l'ignorons, mais en 1744 des travaux sont exécutés sur le clocher qui menace ruine et une sacristie est construite. Ce bâtiment semble donc fort délabré, ce qui amène les habitants à déposer une requête auprès de l'intendant du comté de Bourgogne en 1776 afin d'être autorisés à vendre le bois de réserve pour financer la reconstruction de l'église. Déboutés, les habitants ont alors recours au Grand Maître de la maîtrise des Eaux et Forêts qui charge son architecte de l'expertise en mars 1777. Ce dernier reconnaît que cette église couverte en laves est très humide et qu'il y a obligation de construire un nouveau bâtiment sur un autre emplacement. Les travaux paraissent avoir été achevés en 1784. Le clocher, détérioré par un orage en 1939, ne sera refait qu'en 1947[7].
  • Les sources qui alimentent une des branches du ruisseau du Gour (la source principale étant située dans le village de Bouclans).
  • Les bâtiments municipaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, Besançon, Cêtre, 1986(
  2. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, BESANÇON, CÊTRE,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]