Avanne-Aveney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avanne-Aveney
Avanne-Aveney
Vue d'Avanne depuis la rive gauche du Doubs.
Blason de Avanne-Aveney
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Maire
Mandat
Marie-Jeanne Bernabeu
2020-2026
Code postal 25720
Code commune 25036
Démographie
Gentilé Avannais
Population
municipale
2 235 hab. (2021 en diminution de 1,84 % par rapport à 2015)
Densité 259 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 10″ nord, 5° 57′ 54″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 493 m
Superficie 8,62 km2
Unité urbaine Besançon
(banlieue)
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Besançon-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Avanne-Aveney
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Avanne-Aveney
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Avanne-Aveney
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Avanne-Aveney
Liens
Site web avanne-aveney.com

Avanne-Aveney est une commune française située dans le département du Doubs, la région culturelle et historique de Franche-Comté et la région administrative Bourgogne-Franche-Comté.

Elle fait partie du canton de Besançon-1 et de Grand Besançon Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avanne-Aveney est une localité sise au sud de Besançon. Les villages d'Avanne et d'Aveney sont situés de part et d'autre du Doubs. Avanne se trouve sur la rive droite, donc côté nord, et Aveney lui fait face, enserré entre la rivière et la N 83.

Le village d'Avanne au bord du Doubs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 182 mm, avec 13,5 jours de précipitations en janvier et 9,5 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Besançon », sur la commune de Besançon à 6 km à vol d'oiseau[3], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 157,0 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −20,7 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Avanne-Aveney est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Besançon, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[11] et 141 245 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 310 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (56 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (56,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,4 %), zones urbanisées (15,9 %), zones agricoles hétérogènes (9,3 %), prairies (7,9 %), eaux continentales[Note 4] (7,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,6 %), terres arables (3,4 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes  22 52  du réseau de transport en commun Ginko.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux propositions existent pour l'origine du nom de la commune. Selon certains linguistes Avanne tirerait son nom du latin avena (avoine et par extension terre maigre). Pour d'autres, le nom serait d'origine gauloise abona (la rivière).

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'occupation du site à l'époque gallo-romaine est attestée par la découverte de vestiges de construction au nord de la commune, rue des Combots, lors de la réalisation du lotissement des Grands Prés dans les années soixante-dix. Malheureusement non signalés à l'époque, ces vestiges n'ont pas été étudiés mais d'après les descriptions faites, un hypocauste pouvant témoigner de l'installation d'une villa romaine, a été repéré rue des Blotets.

Époque ancienne[modifier | modifier le code]

Blasonnement : d'or à trois quintefeuilles de gueules. Symbolique de la composition : cet écu rappelle les armoiries de Jean d'Avanne. Les cinq tours du cimier symbolisent le château d'Avanne, détruit vraisemblablement lors de la conquête de la Franche-Comté par le roi Louis XI de France.

Attestée dès 1092, la seigneurie d'Avanne dépend à l'origine des sires de Montfaucon (Doubs) et des comtes de Bourgogne. Au XIIe siècle, les sires de Faucogney sont titulaires des droits qu'ils cèdent en 1280 au comte de Bourgogne. La seigneurie repasse ensuite au XIVe siècle dans la mouvance des sires de Faucogney, puis du duc d'Aumont du XVe siècle à 1723. Elle est alors détenue par la famille Pourcheresse de Fraisans.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

C'est par le pont d'Avanne que les troupes motorisées allemandes sont passées, en juin 1940, pour atteindre la rive gauche du Doubs, et gagner Quingey, Beure, Fontain et Besançon. Le 4 septembre 1944, venant de Larnod, la 3e division d’infanterie américaine du VIe corps d’armée franchit le pont "libérateur" pour atteindre Besançon[17].

Onze jours auparavant, le 24 août, 2 sections de résistants de Ronchaux avaient reçu l’ordre de tendre une embuscade aux colonnes allemandes empruntant la montée du comice. Le 26 août au matin, elles sont en position et mitraillent un convoi de 120 militaires allemands dans 4 camions. Il y aura 75 morts chez l'ennemi contre 1 chez les maquisards[18]. Un monument FFI marque l'emplacement des combats[19].

Généalogie de la maison d'Avanne[modifier | modifier le code]

Le château d'Avanne, qui était situé à l'extrémité du territoire de Besançon, était possédé par les seigneurs de ce nom. Il semble que cette maison est ensuite passée dans celle de Faucogney : en effet Gislebert de Faucogney, seigneur d'Avanne, donnait, vers 1180, un terrain propre à planter une vigne ainsi que l'usage de ses forêts à l'abbaye Notre-Dame de Billon. Ce don devait être confirmé par Aymé de Faucogney. Déjà, en 1092, Guy d'Avanne apposait son nom sur la donation faite par l'archevêque Hugues III à l'église Sainte-Madeleine de Besançon. Hugues d'Avanne était cité dans un titre de Billon en 1163. Renaud d'Avanne, chanoine de Sainte-Madeleine, donnait en 1189 à son église la troisième partie du moulin d'Avanne. Thibaud d'Avanne, chanoine et chantre de la même église, cédait en 1246 à son chapitre la part qu'il avait dans son four, nommé four du Séet, situé à Charmont[20].

Hugues d'Avanne, chevalier, donnait à l'abbaye Saint-Paul de Besançon un meix (habitation d'un cultivateur, jointe à autant de terre qu'il en faut pour l’occuper et le nourrir) situé au village d'Estu ainsi qu'un pré vers Cussey. Il était père de Jean et d'Étienne, cités dans le testament de leur oncle Thibaud. Jean d'Avanne, chevalier, approuvait en 1246 la donation du four de Charmont faite au chapitre Sainte-Madeleine par son frère. Son fils, Pierre, damoiseau, avait épousé Oudette, fille de Raoul de Saint-Seigne, chevalier. En 1287 Aymé d'Avanne, fils de Thibaud d'Avanne, damoiseau, consentait à vendre une vigne faite par Lambert d'Avanne à Étiennette de Dessus le Pont, citoyenne de Besançon[20].

Pierre d'Avanne, il a pour fils Pierre qui suit[20].

Pierre d'Avanne, il épousait Odette de Saint-Seigne de qui il a Thierry qui suit[20].

Thierry d'Avanne, écuyer, seigneur de Chargey et de Franois. Il aliénait, en 1366 à Hugues d'Aigremont, chanoine et sous-chantre de l'église de Besançon, la quatrième partie des dîmes de Franois[20].

Mariage et succession[20] : il épousait Isabelle de Cordiron, de qui il a Renaud qui suit.

Renaud d'Avanne, chevalier, sire de Franois et seigneur de Chargey. Il testait le 31 juillet 1431 et choisissait sa sépulture dans l'église de Villers[20].

Mariage et succession[20] : il avait épousé Marguerite de Vezet de qui il a :

  • Thibaud qui suit,
  • Alix, mariée en premières noces à N... de Germigney, écuyer, et en secondes noces à Huguenin de Marey, écuyer, seigneur de Champvans.

Thibaud d'Avanne, écuyer, seigneur de Franois, Chargey, Purgerot et Villers[20].

Mariage et succession[20] : il épousait Jeanne du Four de qui il a Guillaume qui suit.

Guillaume d'Avanne, ( - 1484), écuyer, seigneur de Franois, Chargey, Purgerot et Villers[20].

Mariage et succession : il avait épousé Huguette de Lambrey de qui il a Guillaume II qui suit[20].

Guillaume II d'Avanne, écuyer, seigneur de Franois, Chargey, Purgerot et Villers. Il a Françoise qui suit[20].

Françoise d'Avanne, épouse de Louis de Grussy, écuyer. Il reprenait le fief d'Avanne en 1532 envers le comte de Bourgogne[20].

Fusion des communes[modifier | modifier le code]

L'actuelle commune d'Avanne-Aveney résulte de la fusion des communes d'Avanne et d'Aveney, d'abord sous forme d'une fusion-association en 1973, puis d'une fusion simple en 2004.

Les vignes ont longtemps constitué une des principales ressources d'Avanne, surtout jusqu'au XVIIIe siècle. De ce passé, il subsiste de nombreuses traces, les anciennes maisons étant dotées de caves voûtées. Un bac sur le Doubs a longtemps relié les deux villages ; il fut remplacé par le pont métallique actuel en 1893.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Avanne-Aveney Blason
D'or à trois quintefeuilles de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Galerie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

((†) décès en cours de mandat)

Avant la fusion des 2 communes[modifier | modifier le code]

Commune d'Aveney[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  mai 1904 Virgile Bart    
mai 1904 juillet 1911 Léon Niess    
juillet 1911 mai 1912 Edouard Grappey    
mai 1912 juin 1912 Virgile Bart    
juin 1912 décembre 1919 Jean-Baptiste Vauthier    
décembre 1919 octobre 1921 Paul Chevry    
octobre 1921 février 1925 Charles Guy    
1er février 1925 22 février 1925 Paul Chevry    
22 février 1925 mai 1925 Arthur Hugues    
mai 1925 janvier 1928 Louis Vauthier    
janvier 1928 avril 1931 Paul Chevry    
octobre 1931 octobre 1943 Victor Paillard    
octobre 1943 mai 1953 Fernand Lanfrey    
mai 1953 mars 1968 Henri Marchal (†)    
mars 1968 mai 1973 Georges Marguier    
mai 1973   Fusion association    
Les données manquantes sont à compléter.
Commune d'Avanne[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1894 janvier 1941 Léon Dony (†)   [21]
janvier 1941 mai 1942

Hilaire Hansmannel (†)
 ( 1er adjoint faisant fonction de maire)

   
mai 1942 mai 1945

Paul Byot
(délégué par la préfecture)

   
mai 1945 août 1953 Henri Maître    
août 1953 mars 1956 Jean Bichet    
mars 1956 mars 1965 Marcel Dufay    
mars 1965 mai 1973 Ivan de Maistre    
mai 1973   Fusion association    
Les données manquantes sont à compléter.

Après la fusion des 2 communes[modifier | modifier le code]

Commune associée d'Aveney[modifier | modifier le code]
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1973 août 1982 Georges Marguier (†)    
août 1982 mars 1997 Denis Gaihier    
mars 1997 avril 2004 Jean Lachat (†)    
mai 2004   Fusion définitive    
Les données manquantes sont à compléter.
Commune d'Avanne-Aveney[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1973 avril 1977 Ivan de Maistre    
avril 1977 juin 1995 Yves Frechin    
juin 1995 mars 1997 Gerard Tattu    
mars 1997 mars 2014 Jean-Pierre Taillard[22]    
mars 2014 juin 2020 Alain Paris SE Retraité Fonction publique
juin 2020 En cours Marie-Jeanne Bernabeu[23]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont nommés les Avannais[24].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[26].

En 2021, la commune comptait 2 235 habitants[Note 5], en diminution de 1,84 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442446520462617634635611572
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566525557507491476485421419
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
411412404315303339333382384
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4055201 3741 8261 8701 9032 3072 3232 261
2021 - - - - - - - -
2 235--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Vincent d'Avanne, datée de 1838, est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1998. Elle est l'œuvre de l'architecte Pierre Marnotte. Cet édifice était une réalisation commune des deux villages non fusionnés à l'époque.Elle est désormais en rénovation pour un cout total de 400 000 euros[29].
  • Le château d'Avanne : son histoire est étroitement liée à celle des sires et seigneurs de Montferrand (maison de Montferrand) du XIIIe siècle au XVe siècle et affiliée à celle du comté de Bourgogne. Il fait alors partie d'un ensemble de fortifications leur appartenant, comprenant celles de Montferrand-le-Château, Thoraise, Torpes, Corcondray, Fourg. Il est édifié en 1280 sur le haut de la falaise qui domine la Grande Rue. Il a été probablement détruit par les armées de Louis XI lorsqu'elles conquirent le comté après la mort de Charles le Téméraire en 1477. La dernière tour s'est écroulé en 1816. De l'existence de ce château, il ne reste que quelques marches d'escalier, un pan de mur et des soubassements.
  • Le fort de Planoise : la colline de Planoise est partagée entre Besançon et Avanne-Aveney ; il en est de même pour le fort à enveloppe de la fin du XIXe siècle : si le réduit, le magasin à poudre et l'abri sous roc sont sur Besançon ainsi que les positions de batteries nord-est, la position centrale qui était équipée de mortiers lourds ainsi que les batteries sud-ouest sont sur Avanne, de même que la section médiane du chemin d'accès.
  • La vallée du Doubs avec :
    • le pont construit en 1893 ; c'est un pont à l'origine destiné à équiper une ligne de chemin de fer sur un autre site et qui a été racheté d'occasion par les communes d'Avanne et d'Aveney pour remplacer le bac qui assurait la liaison entre les deux villages. C'est un des rares ponts qui n'a pas été détruit lors de la Seconde Guerre mondiale. Il a permis le passage des armées alliées en septembre 1944 et a été à ce titre surnommé « Le Libérateur ». Il a été entièrement rénové en 2000 et doublé par une passerelle pour les piétons.
    • le barrage en « V » associé à l'ancien moulin de la minoterie[30] (rive droite du Doubs) et à l'écluse du canal (rive gauche).
    • le canal du Rhône au Rhin,
    • la véloroute EuroVelo 6.
  • Le moulin de la Grâce-Dieu : en 1939, Lucien Mesny, propriétaire, depuis 1928, du moulin de La Grâce-Dieu[31] non loin de l'abbaye du même nom, acquiert le moulin d’Avanne[32], en rive dive droite du Doubs. En 1948, la vocation de l’entreprise se précise avec la production des farines spécifiques pour le bétail, proposées sous la marque « Aliments Grâce-Dieu ». Le site est rénové et modernisé à partir de 1955 et, en 1958, le moulin de la Grâce-Dieu s'arrête définitivement ; toute la production étant transférée à Avanne, devenue une usine d'avant-garde portant également le nom de moulin de la Grâce-Dieu. Les produits de la société L. Mesny & Cie gardent également leur appellation d’origine. Entre 1960 et 1980, l'extension et la modernisation du site se poursuit : la demande est en augmentation constante, les produits Grâce-Dieu étant appréciés pour leur qualité. Dans les années 90, l'automatisation se confirme avec l'informatisation complète de tout le processus de fabrication. En 1997, la Société Mesny est reprise par le Groupe Guyormarc'h Nutrition Animale ; en 2001, elle devient « Grâce-Dieu S.F.N.A » groupe EVIALIS. En 2007, Chays frères rachète l'usine au groupe EVIALIS[33].
  • La résurgence de la Furieuse : La source de la Fontaine à École-Valentin, est une résurgence qui sort d'une grotte située en contrebas du bourg d'École. Elle alimente une fontaine-lavoir dont le déversoir, le ruisseau du Moulin, disparaît dans un entonnoir 1 km plus loin. Ce sont ces eaux qui réapparaissent, 7 km plus au sud, près du moulin de la Grâce-Dieu, avant de rejoindre le Doubs après 110 m de parcours[34].
  • Les belvédères du rocher de Valmy et de la roche trouée (dans le bois Martelin), offrent une vue magnifique sur la boucle du Doubs ainsi que sur les rives du Doubs sur plus de 6 kilomètres. Au rocher de Valmy est érigé un monument à la mémoire des martyrs des groupes de résistants « Guy Mocquet » et « Marius Vallet » fusillés à la citadelle de Besançon le 26 septembre 1943 ou morts en déportation.

Label[modifier | modifier le code]

La boucle du Doubs[35] (méandre) est labellisée espace naturel sensible pour ses prairies de fauche et pâturages.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Besançon, Jean-Antoine Vieille, (lire en ligne), p. 91 à 94

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Avanne-Aveney et Besançon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Besançon », sur la commune de Besançon - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Besançon », sur la commune de Besançon - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Besançon », sur insee.fr (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. « 75 ans de la libération de Besançon : revivez ce moment historique filmé à l'époque par des amateurs », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, (consulté le )
  18. « Souvenirs. L’embuscade du 24 août 1944 », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  19. « Avanne-Aveney - Monument - #1511577 », sur Geneanet (consulté le )
  20. a b c d e f g h i j k l m et n Jean-Baptiste Guillaume de Chevigney, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, 1757
  21. https://maitron.fr/spip.php?article230289, notice DONY Léon, Émile par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 18 juillet 2020, dernière modification le 18 juillet 2020.
  22. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  23. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  24. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  29. « Eglise D'AVanne Aveney »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Fondation du patrimoine (consulté le ).
  30. Une micro-centrale d'une puissance brute de 200 kW (société SAS Moulin d'Avanne) a pris la place du moulin hydraulique de la minoterie.
  31. Où il exerce les activités de meunerie et moutures de céréales
  32. À l'abandon à la suite d'un sinistre
  33. https://www.fondationberliet.org/wp-content/uploads/2016/11/grace-dieu-pour-site.pdf
  34. admin, « Pollution violette des eaux de la résurgence d'Ecole (25). Une énigme vite résolue. », sur Cpepesc, (consulté le ).
  35. http://cbnfc-ori.org/sites/cbnfc-ori.org/files/AVANNE.pdf