Moirans-en-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moirans-en-Montagne
Moirans-en-Montagne
Moirans-en-Montagne, la place de Verdun et l'hôtel de ville.
Blason de Moirans-en-Montagne
Blason
Moirans-en-Montagne
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Intercommunalité Terre d'Émeraude Communauté
Maire
Mandat
Grégoire Long
2020-2026
Code postal 39260
Code commune 39333
Démographie
Population
municipale
2 120 hab. (2019 en diminution de 4,8 % par rapport à 2013)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 57″ nord, 5° 43′ 34″ est
Altitude Min. 423 m
Max. 981 m
Superficie 26,56 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Moirans-en-Montagne
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Moirans-en-Montagne
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moirans-en-Montagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moirans-en-Montagne
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Moirans-en-Montagne
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Moirans-en-Montagne
Liens
Site web moiransenmontagne.fr

Moirans-en-Montagne est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle est située entre le Second plateau du massif du Jura et le Jura des Grands Vaux, premier palier de la Haute Chaîne du Jura, et fait partie du parc naturel régional du Haut-Jura. Le territoire communal est bordé à l'ouest par le lac de Vouglans, formé par un barrage sur la rivière de l'Ain. Distante de 30 kilomètres de Lons-le-Saunier et d'une quarantaine de kilomètres de Genève, Moirans-en-Montagne comptait 2 120 habitants en 2019 appelés Moirantins et Moirantines.

La ville est considérée comme la capitale du jouet en bois, avec la présence notamment des entreprises Smoby et Vilac, d'un musée du jouet et d'un lycée professionnel dédié aux arts du bois. Depuis 1990 s'y déroule Idéklic, festival international pour l’enfance et la jeunesse proposant spectacles et ateliers à destination du jeune public.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Moirans-en-Montagne est située en région Bourgogne-Franche-Comté, dans le sud du département du Jura et à moins de 30 km de la frontière franco-suisse. Les grandes villes de plus de 100 000 habitants les plus proches sont Genève, deuxième ville la plus peuplée de Suisse, située à 41 km à vol d'oiseau vers le sud-est, Lausanne, quatrième ville de Suisse située à 70 km en direction de l'est, Annecy, préfecture du département de Haute-Savoie, distante de 70 km également au sud-sud-est, et Besançon, préfecture du Doubs, à 93 km au nord-nord-est. Paris, la capitale, se trouve à 370 km au nord-ouest. Moirans-en-Montagne est à 30 km au sud-sud-est de Lons-le-Saunier, préfecture du département du Jura, et à 12 km au nord-ouest de Saint-Claude, sous-préfecture du Jura.

Le territoire communal est limitrophe de douze autres communes.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 656 hectares ; son altitude varie de 423 à 981 mètres. Le point le plus bas se situe sur les rives du lac de Vouglans, à l'ouest de la commune, et son point culminant est mesuré à l'est de la commune dans la forêt de Moirans-en-Montagne et sur la limite de la commune de Ravilloles. Le centre-ville, établi à une altitude comprise entre 600 et 650 mètres, est dominé à l'ouest par le Mont Robert (743 mètres) et à l'est par la Tête d'Henri IV (813 mètres). À l’extrémité sud-est du territoire communal, la Roche d'Antre est un sommet culminant à 959 mètres. À l'ouest de la commune, des falaises abruptes surplombent de près de 200 mètres les eaux du lac de Vouglans.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau principal qui arrose la commune est l'Ain, rivière longue de 190 km qui forme au niveau de Moirans-en-Montagne le lac de Vouglans, troisième plus grande retenue artificielle de France depuis la mise en service d'un barrage en 1968. La commune est bordée à l'ouest par le lac sur un peu plus de 3 km, celui-ci occupant environ 1,2 km2 de son territoire. Le deuxième cours d'eau de la commune est le Bief du Murgin, dont la longueur atteint 8,65 km[1] et qui s'écoule uniquement sur le territoire de la commune. À proximité de la source du Bief du Murgin se trouve le petit étang de la Grange de la Penne. Au nord de la commune, le Ruisseau de Giron prend sa source, parcourt 4 km et se jette dans la Cimante au niveau de la commune limitrophe de Meussia.

Climat[modifier | modifier le code]

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune de Cernon au lieu-dit de la Cité EDF, à 7 km au sud-ouest de Moirans-en-Montagne et mise en service en 1968 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[2].

Statistiques 1991-2020 et records CERNON (39) - alt : 500 m 46° 23′ 54″ N, 5° 39′ 06″ E
Statistiques 1991-2020 et records établis sur la période du 1−01−1968 au 31−12−2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,5 −1,7 0,9 3,7 7,8 11,3 13,1 12,9 9,5 6,5 2,1 −0,7 5,3
Température moyenne (°C) 2,1 2,9 6,4 9,6 13,5 17,2 19,2 19,1 15,2 11,4 6,1 2,7 10,4
Température maximale moyenne (°C) 5,7 7,4 11,8 15,5 19,2 23,1 25,4 25,3 20,9 16,3 10 6,1 15,6
Record de froid (°C)
date du record
−24
10.01.1985
−18,8
05.02.2012
−17,5
01.03.2005
−6,7
08.04.2003
−4,5
03.05.1979
0,5
05.06.1975
3,5
22.07.1980
1,5
31.08.1986
−2
30.09.1995
−5,5
31.10.1997
−12
25.11.1971
−18,6
20.12.2009
−24
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
17
30.01.2002
22,2
24.02.2021
25,2
17.03.2004
28
29.04.2005
33,1
25.05.2009
37,2
22.06.2003
38,5
31.07.1983
38,6
13.08.2003
32,3
14.09.2020
28,4
07.10.2009
23,5
08.11.2015
20,5
16.12.1989
38,6
2003
Précipitations (mm) 136,1 119,4 120 122,2 138,1 112,8 112,4 115,3 115,9 148,9 161,7 165 1 567,8
Source : « Fiche 39086001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/10/2022 dans l'état de la base



Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moirans-en-Montagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Moirans-en-Montagne, une unité urbaine monocommunale[6] de 2 099 habitants en 2017, constituant une ville isolée[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

La commune, bordée par un plan d’eau intérieur d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le lac de Vouglans, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (75,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (76,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (75,5 %), prairies (10,3 %), eaux continentales[Note 2] (4,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,9 %), zones urbanisées (3 %), zones agricoles hétérogènes (2,2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,9 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Logement[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2019, la commune comptait 1 185 logements dont 938 étaient des résidences principales, 185 (15,6 %) des logements vacants et 62 (5,2 %) des résidences secondaires. Le nombre de logements situé dans des immeubles collectifs s'élève à 585 appartements, soit 49.4 % du total, et 579 maisons individuelles. Sur les 928 résidences principales construites avant 2016 que compte la commune, 72 (7.8 %) ont été achevées avant 1919, 604 (65 %) entre 1919 et 1990, et 252 (27.2 %) de 1991 à 2015. L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale montre que sur les 2 063 habitants des ménages de la commune au recensement de 2019, 486 ont emménagé depuis 10 ans ou plus, 786 depuis 2 à 9 ans et 214 depuis moins de 2 ans.

Évolution du nombre de logements à Moirans-en-Montagne
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2019
593 796 840 876 970 1 115 1 172 1 185

Transports et voies de communication[modifier | modifier le code]

Le principal axe routier qui traverse la commune est la route départementale 470, ancienne route nationale déclassée en 1972 qui permet de relier Lons-le-Saunier au nord et Saint-Claude à l'est. Cette route passait autrefois en plein cœur de la ville jusqu'à l'inauguration d'une déviation le . Les échangeurs autoroutiers les plus proches sont : d'une part l’extrémité de l'autoroute A404 au niveau de la ville d'Oyonnax, à 20 km au sud et en un temps de parcours de 20 minutes, qui permet de rejoindre Lyon et Genève (environ 1h15 de trajet pour les deux) ; et d'autre part la sortie no 8 Beaurepaire-en-Bresse de l'A39 dite l'autoroute verte (DijonBourg-en-Bresse) qui se trouve à 49 km et une heure de route au nord-ouest, permettant de rejoindre Dijon en 1h30.

Des autocars du réseau interurbain de la Bourgogne-Franche-Comté Mobigo font une halte à Moirans-en-Montagne sur la ligne LR307 Saint-ClaudeLons-le-Saunier[16]. Les gares ferroviaires les plus proches sont la gare de Saint-Claude (20 km) desservie par des trains TER Bourgogne-Franche-Comté vers Andelot, Dole et Besançon-Viotte et la gare d'Oyonnax (23 km) desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes vers Bourg-en-Bresse et Lyon-Part-Dieu. La commune était autrefois desservie par les chemins de fer vicinaux du Jura.

À 92 km de Moirans-en-Montagne par la route, l'aéroport de Dole propose en 2022 des liaisons aériennes régulières vers Londres, Marrakech, Fès, Porto et Bastia. Les aéroports internationaux les plus proches sont l'aéroport de Genève (112 km par l'itinéraire routier le plus rapide) et l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (121 km).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

On situe la fondation de Moirans vers le XIIe siècle. L'abbé de Saint-Claude fit construire un château (le château neuf) sur la commune comme lieu de résidence des abbés. C'est au pied de ce château que l'on construisit l'église Saint-Nicolas au XVe siècle. Ce château fut détruit par l'armée française en 1637.

Les abbés de Saint-Claude étaient les puissants seigneurs de la région, dite « terre de Saint-Claude », qui englobait à l'époque tout le territoire compris entre la chartreuse de Vaucluse et la frontière suisse. L'abbé percevait les impôts (taxes sur le sel, les dîmes…). Ce système féodal disparaît avec la Révolution de 1789.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Sur le plan administratif, la commune est rattachée à l'arrondissement de Saint-Claude, au département du Jura et à la région Bourgogne-Franche-Comté[17].

Sur le plan électoral, la commune dépend du canton de Moirans-en-Montagne conservé et agrandi lors du redécoupage cantonal de 2014[17] pour l'élection des conseillers départementaux et de la deuxième circonscription du Jura pour les élections législatives.

La commune est membre de la communauté de communes Terre d'Émeraude Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2020, dont le siège est basé à Orgelet.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Vue de la façade principale de l'hôtel de ville de Moirans-en-Montagne.
L'hôtel de ville de Moirans-en-Montagne.

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[18]. Le maire est secondé par quatre adjoints. Le maire actuel de la commune est Grégoire Long, né en 1965, élu pour la première fois le [19].

Composition du conseil municipal de Moirans-en-Montagne (2020-2026) à la suite du 1er tour l'élection municipale du
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Élus
Voix % Voix % CM CC
Grégoire Long Ensemble pour Moirans-en-Montagne 479 60,94 - - 16 6
Serge Lacroix Moirans-en-Montagne, la dynamique pour demain 307 39,06 - - 3 1

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1925 Jules Bouillet
(1879-1965)
SFIO Secrétaire du syndicat des tourneurs
1954 1959 René Dalloz[20]
(1898-1981)
  Industriel du jouet
1965 1985 Charles Favre[21] DVD puis UDF-CDS Conseiller général (1973-1985)
1985 2014[22] Jean Burdeyron UDF-DL puis RPR
puis UMP puis CPNT
Médecin
Conseiller général (1985-2001 et 2011-2015)
Ancien conseiller régional (1998-2011)
2014 2020 Serge Lacroix UDI-Radical[23] Cadre
2020 En cours Grégoire Long DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2019, la commune comptait 2 120 habitants[Note 3], en diminution de 4,8 % par rapport à 2013 (Jura : −0,5 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1501 1901 2001 3071 3551 4811 4861 5031 458
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3391 3771 2841 2491 2381 2401 2711 2831 301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4061 3331 4101 5291 6721 6491 5321 5991 542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 4641 5512 0431 9542 0182 1212 2492 2482 284
2015 2019 - - - - - - -
2 0882 120-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le club de football Jura Sud Foot, fondé en 1991 par la fusion de trois clubs, l'AS Moirans-en-Montagne (créé en 1920), le CS Molinges-Chassal (créé en 1940) et l'Entente Lavans-lès-Saint-Claude-Saint-Lupicin (créé en 1985) joue ses matchs au stade municipal de Moirans-en-Montagne. La section masculine évolue en National 2, 4e niveau des compétitions françaises de football, lors de la saison 2022-2023 etla section féminine en Régional 2.

Le club de handball Jura Sud Handball évolue au cours de la saison 2022-2023 en division Honneur (8e échelon national) pour la section masculine et en 1re Division territoriale pour la section féminine.

Moirans-en-Montagne a été ville-étape du Tour de France cycliste à deux reprises en 2016 (16e étape Moirans-en-Montagne - Berne)[28] et en 2023 (19e étape Moirans-en-Montagne - Poligny).

En hiver, plusieurs pistes de ski de fond sont offertes à 8 km de Moirans-en-Montagne sur la commune de Les Crozets .

Le lac de Vouglans et les nombreux sentiers balisés pour la randonnée.

Depuis 2012, la ville dispose d'une via ferrata au niveau du lieu-dit Le Regardoir, au nord de la ville[29]. Elle apporte une vue imprenable sur le lac de Vouglans[29]. Elle est ouverte du au par arrêté préfectoral de protection du biotope. Son accès est gratuit sous condition d'avoir le matériel nécessaire.

La ville dispose également d'un site d'escalade, la Falaise du Mont Robert.

Médias[modifier | modifier le code]

Les principaux titres de la presse écrite couvrant les actualités de la commune sont les quotidiens Le Progrès (édition de Lons et Jura Sud), diffusé à 140 000 exemplaires et dont le siège est à Lyon[30], et La Voix du Jura, diffusé à 8 000 exemplaires et basé à Lons-le-Saunier[31], ainsi que l’hebdomadaire Hebdo 39[32]. La municipalité édite un bulletin mensuel intitulé L'Écho du Mont-Robert[M 1].

La chaîne de télévision France 3 Franche-Comté dont le siège se trouve à Besançon couvre l'information locale de Moirans-en-Montagne et ses environs.

Cultes[modifier | modifier le code]

Moirans-en-Montagne dispose d'un lieu de culte catholique, l'église Saint-Nicolas. Au sein du diocèse de Saint-Claude, le doyenné de Saint-Lupicin regroupe deux paroisses dont celle de Notre-Dame des Buis et Sapins[33] à laquelle appartient la commune.

La commune dispose également d'une salle de prière destinée au culte musulman.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2019, le revenu médian des ménages s'élevait à 19 340 euros par an, soit un classement de 26 998 sur 31 361 communes analysées[Insee 1],[Insee 2]. En 2019, 50 % des foyers fiscaux de la ville sont imposables et le taux de pauvreté s'élève à 16 %.

Emplois[modifier | modifier le code]

En 2019, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 352 personnes, parmi lesquelles on compte 70,7 % d'actifs dont 60,9 % ayant un emploi et 9,8 % de chômeurs. Le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans en 2019 est légèrement inférieur à celui du département mais 3,6 points en dessous de celui de la France.

On compte 1 349 emplois dans la commune, contre 1 378 en 2008 et 1 307 en 2013. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 838, l'indicateur de concentration d'emploi est de 161 %, c'est-à-dire qu'il y a 1,6 fois plus d'emplois que d'actifs résidant dans la commune.

Un peu moins de la moitié (43,6 %) des actifs travaillent dans la commune. Pour se rendre au travail, 83,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,1 % de transports en commun, 1,9 % s'y rendent en deux-roues motorisé ou à vélo et 9,7 % à pied. Enfin 3,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile).

Entreprises[modifier | modifier le code]

Nom Effectif Activité
Thomas France Plastic 163 Fabrication d'équipements automobiles
PureLab Plastics 151 Fabrication de pièces techniques en matières plastiques
CBR Automation 102 Ingénierie, études techniques
Transports Oberson 56 Transports routiers de marchandises interurbains
RPC Emballages Moirans 49 Fabrication d'emballages en matières plastiques
Smoby Toys SAS 47 Fabrication de jeux et jouets
Vilac SAS 33 Fabrication de jeux et jouets
Établissements Verpillat 26 Fabrication d'articles en fils métalliques
Polytech 23 Fabrication d'articles divers en matières plastiques
Colruyt 21 Supermarché
Chaveriat Robotique 20 Fabrication machines spécialisées diverses
MP Usinage 15 Mécanique générale
Plastisoft 15 Fabrication de pièces techniques en matières plastiques
Jurembal 14 Fabrication de cartonnages
Le Regardoir 10 Restauration de type traditionnel


Principaux secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Moirans-en-Montagne est membre de l'office de tourisme « Terre d'Émeraude Tourisme »[38] dont elle accueille un bureau d'information. La commune dispose de deux hôtels, l'Hôtel Lacuzon et l'Hôtel Le Mélèze et d'un terrain de camping trois étoiles de 94 emplacements, La Petite Montagne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts

L'église Saint-Nicolas date du XVe siècle, est inscrite sur la liste des monuments historiques par arrêté du 19 septembre 2007.

Le chalet de fromagerie, édifié en 1826, est inscrit sur la liste des monuments historiques par arrêté du 19 septembre 2007.

L'hôtel de ville - halle au blé, construit en 1858, est inscrit sur la liste des monuments historiques par arrêté du 19 septembre 2007.

La fontaine de l'hôtel de ville, dont la réalisation remonte à 1884 a également été inscrite par arrêté du 19 septembre 2007.

Le monument aux morts, exécuté en 1922 par le sculpteur Buffet-Chaillet, représente une femme nue, qui pleure ses enfants. C’est aussi la veuve qui pleure son époux ou l’aimée qui pleure celui qu’elle ne verra plus. Il porte l'inscription « La Pensée de la France à ses morts ». À la suite de la controverse suscitée par la sculpture, le monument ne sera jamais inauguré[39].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le musée du jouet[40], avec une collection exceptionnelle de 16 000 jouets, venus du monde entier, qu'ils soient de fabrication industrielle, artisanale ou personnelle (comme les jouets venant d'Afrique, ou remontant à la plus haute antiquité).

Le cinéma François Truffaut dispose d'une salle de projection de 330 places[41]. Le Théâtre La Vache qui Rue est un lieu de résidence et de création pour des artistes de théâtre de rue, installé depuis 2003 dans une ancienne usine de jouets. Il invite régulièrement le public à des sorties de résidence pour découvrir les spectacles en train d'y être créés.

Autour de Moirans-en-montagne.jpg
Partie du lac de Vouglans.jpg

Personnalités liées à Moirans-en-Montagne[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Moirans-en-Montagne Blason
D'or à la tête de maure de sable; au chef d'azur chargé à dextre d'un flanchis d'or et à senestre d'une étoile à six rais d'argent[43].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Moirans-en-Montagne
D'or à une tête de maure accompagnée en chef-dextre d'une étoile, le tout de sable[42].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bief du murgin (V2320500) » (consulté le )
  2. « Fiche du Poste 39013004 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  3. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Moirans-en-Montagne », sur insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  12. « La loi littoral », sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. « Réseau régional Mobigo ferroviaire et routier - Département du Jura », sur viamobigo.fr (consulté le )
  17. a et b « Métadonnées de la commune de Moirans-en-Montagne », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  18. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  19. « Maire de Moirans-en-Montagne (39) », sur mon-maire.fr (consulté le )
  20. Fiche biographique DALLOZ René, sur cths.fr
  21. [PDF] « Charles Favre, maire de 1965 à 1985 ».
  22. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  23. « Résultats municipales 2020 à Moirans-en-Montagne », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. « Étape 16 - Moirans-en-Montagne > Berne », sur Tour de France 2016 (consulté le ).
  29. a et b « ViaFerrata-FR.net : Le Regardoir / Lac de Vouglans / Moirans-en-Montagne (Dép. 39 Jura) », sur viaferrata-fr.net (consulté le ).
  30. « Le Progrès », sur acpm.fr (consulté le )
  31. « La Voix du Jura », sur acpm.fr (consulté le )
  32. « Hebdo 39 » (consulté le )
  33. « Paroisse Notre-Dame des Buis et des Sapins », sur le site du diocèse de Saint-Claude (consulté le ).
  34. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, JURA 2022 Carnet Petit Futé, Petit Futé, (ISBN 978-2-305-07272-2, lire en ligne)
  35. Didier Hugue, « Le Jurassien Smoby regroupe ses jouets en plastique », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Charliluce à MOIRANS EN MONTAGNE, dans le Jura », sur Jura Tourisme (consulté le )
  37. Didier Hugue, « Vilac regroupe sa production de jouets », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Accueil - Terre d'Émeraude Tourisme », sur terredemeraudetourisme.com (consulté le ).
  39. Le monument aux morts de Moirans-en-Montagne, p. 21.
  40. Site du musée du jouet.
  41. « Cinéma François Truffaut Moirans-en-Montagne - Informations », sur grac.asso.fr (consulté le )
  42. forum.cancoillotte.net
  43. Moirans-en-Montagne sur armorialdefrance.fr
  • Site Internet de la mairie
  1. « Bulletins municipaux », sur site de la commune de Moirans-en-Montagne (consulté le )
  • Insee
  1. « Structure et distribution des revenus, inégalité des niveaux de vie en 2019 : Dispositif Fichier localisé social et fiscal (Filosofi) », sur insee.fr, (consulté le ).
  2. L'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié les données des revenus médians par habitants en 2015 et 2018. Les données n'ont pas été divulguées pour les communes de moins de 50 ménages et de moins de 100 personnes pour des raisons de confidentialité, c'est pourquoi seules 31 361 des 34 841 communes ont des données disponibles.