Châteauvieux-les-Fossés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Châteauvieux-les-Fossés
Châteauvieux-les-Fossés
Mairie et lavoir-fontaine (XIXe).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Danièle Fiétier
2020-2026
Code postal 25840
Code commune 25130
Démographie
Gentilé Castelvetusiens
Population
municipale
12 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 2,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 54″ nord, 6° 12′ 10″ est
Altitude Min. 347 m
Max. 715 m
Superficie 4,46 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Châteauvieux-les-Fossés
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Châteauvieux-les-Fossés
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauvieux-les-Fossés
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauvieux-les-Fossés

Châteauvieux-les-Fossés est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont les Castelvetusiens.
Châteauvieux-les-Fossés fait partie des communes les moins peuplées de France, avec 7 habitants permanents recensés en 2011.
Le village possède néanmoins un riche patrimoine architectural et naturel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chastel de Willafens en 1246 ; Chastel viez de Vilafans en 1309 ; devient Châteauvieux-les-Fossés par décret du 22 février 1923[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Châteauvieux-les-Fossés se situe à 25 km de Valdahon, ville la plus proche, 31 km de Pontarlier, sous-préfecture du Doubs, et 34 km de Besançon, préfecture du Doubs et de la Franche-Comté.

Topographie[modifier | modifier le code]

Châteauvieux-les-Fossés est une commune de montagne, dominant la vallée de la Loue, et située à une altitude moyenne de 531 m.
Elle est bordée par les bois de la Tuffière et du Cuchot, et est traversée par les ruisseaux de Raffenot et de Vergetolle[2].

Le village sur son promontoire devant la vallée de la Loue.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune de Châteauvieux-les-Fossés est accessible par la route D 27 (Évillers-Valdahon), qui la traverse.
L'échangeur autoroutier le plus proche est celui d'École-Valentin (Sortie 4 Besançon-Saint-Claude, Vesoul, Lausanne), à 42 km, sur l'A36.
La gare SNCF la plus proche, après la halte d'Étalans (19 km), est celle de Valdahon (ligne Besançon-Le Locle, à 21 km.
L'aéroport régional le plus proche est celui de Dole-Jura, à 80 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Châteauvieux-les-Fossés est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (98,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (83,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,5 %), prairies (0,6 %), zones agricoles hétérogènes (0,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La toponymie désigne, depuis le bas Moyen Âge, par « Châteauvieux », le lieu où se dressait le (vieux) château du IXe siècle, édifié par les seigneurs de Montgesoye, par opposition au lieudit « Châteauneuf » de la commune voisine de Vuillafans, où se dressait le (neuf) château du XIIIe siècle, érigé par les seigneurs de Durnes[10].

Durant le Moyen Âge, Châteauvieux-les-Fossés est un village fortifié de la Route du Sel appartenant successivement aux seigneurs de Montgesoye, qui y construisent le premier château fort, au IXe siècle, à ceux de Salins, puis à ceux de Montfaucon, avant que les sires de Rye[11], n'en fassent l'acquisition en 1620, et ne reconstruisent son château, détruit quelques décennies auparavant par les troupes de Louis XI. En 1639, au cours de la guerre de dix ans, ce château fut assiégé et pris par les troupes suédoises, et ce, malgré une vigoureuse résistance. Il fut alors incendié. Restauré, il se rendit aux troupes françaises en 1668, lors de la première conquête de Louis XIV. À la Révolution française, Châteauvieux devient une commune et le château est vendu comme bien national, avant d'être en partie ravagé par les flammes en 1807, puis restauré, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, par la famille Boiteux, et inscrit à l'IGPC, le 21 décembre 2001[12].
En 1923, afin d'éviter les homonymie avec les autres Châteauvieux de France, la commune adopte le toponyme « Châteauvieux-les-Fossés »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 2008 Jean Robbe PS  
mars 2008 En cours
(au 1er juin 2020)
Danièle Fiétier[13],[14]
Réélue pour le mandat 2020-2026
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 12 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
146148130169150163141137144
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1241291311108888967469
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
52463326342020728
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1815141491171212
2018 - - - - - - - -
12--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Avec 7 habitants permanents en 2011, Châteauvieux-les-Fossés fait partie des communes françaises les moins peuplées, avec celles « mortes pour la France » (Beaumont-en-Verdunois, Bezonvaux, Cumières-le-Mort-Homme, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre), inhabitées, et celles de Rochefourchat, dans la Drôme (1 habitant en 2009), Majastres, dans les Alpes-de-Haute-Provence (2 en 2009), Leménil-Mitry, en Meurthe-et-Moselle (3 en 2009), Aulan, dans la Drôme (4 en 2009), Ornes, dans la Meuse (5 en 2009), et Baren, dans la Haute-Garonne (5 en 2009).

Économie et finance[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune repose sur la seule activité d'un exploitant forestier[2].
Côté finance, Châteauvieux jouit d'un budget de 17 000 euros (2009). Cette somme provient de la vente de bois, des droits de chasse, des impôts locaux et de la dotation de l'État[19].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le patrimoine architectural de la commune est inscrit à l'IGPC, depuis le 21 décembre 2001, et comprend :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le patrimoine naturel de la commune est inscrit à l'INPN, depuis 1996[24], et comprend :

  • Le vallon du ruisseau de Vergetolle, avec :
    • le bois de la Tuffière,
    • la cascade de la Tuffière,
    • la grotte de Vergetolle,
    • la source bleue ;
  • Le vallon du ruisseau de Raffenot, avec :
    • la cascade de Raffenot,
    • les « cuves de l'Enfer », où coulent le Bief-Noir et ses cascades.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand de Rye, seigneur de Rye et acquéreur de Châteauvieux en 1620.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE, .
  2. a b et c Annuaire des mairies de France
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. cf. Vuillafans
  11. Châteauvieux-les-Fossés sur le site de la Communauté de communes du Pays d'Ornans
  12. a et b Château sur la base Mérimée du ministère de la Culture
  13. Liste des maires du Doubs
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Reportage Châteauvieux-les-Fossés : le village miniature, dans le JT du 3 février 2010, sur TF1
  20. Chapelle Notre-Dame-du-Haut-Ciel sur la base Mérimée du ministère de la Culture
  21. Maisons vigneronnes sur la base Mérimée du ministère de la Culture
  22. Lavoir sur la base Mérimée du ministère de la Culture
  23. Mairie sur la base Mérimée du ministère de la Culture
  24. Vallons des ruisseaux de Vergetolle et de Raffenot in Inventaire national du patrimoine naturel du Muséum national d'histoire naturelle