Cademène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cademène
Cademène
Vue de Cademène.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité CC Loue-Lison
Maire
Mandat
Fabienne Arnoux
2022-2026
Code postal 25290
Code commune 25106
Démographie
Gentilé Cademéniers, Cademénières [1]
Population
municipale
67 hab. (2021 en diminution de 14,1 % par rapport à 2015)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 05″ nord, 6° 01′ 42″ est
Altitude Min. 295 m
Max. 515 m
Superficie 3,39 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives 1re circonscription du Doubs
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Cademène
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Cademène
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Cademène
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Cademène

Cademène est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le village est construit à flanc de coteau, exposé plein est, surplombant la vallée de la Loue.

Vue générale du village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Épeugney, Rurey, Scey-Maisières, Amondans et Cléron.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est limité au sud-est par le lit et les méandres de la Loue, résurgence et affluent gauche du Doubs, et sous-affluent du fleuve le Rhône par la Saône

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 242 mm, avec 13,5 jours de précipitations en janvier et 9,9 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Coulans », sur la commune d'Éternoz à 10 km à vol d'oiseau[4], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 259,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,7 °C, atteinte le ; la température minimale est de −18,9 °C, atteinte le [Note 1],[5],[6].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[7]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cademène est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,6 %), prairies (30,2 %), zones agricoles hétérogènes (14,3 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 47, alors qu'il était de 45 en 2013 et de 44 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 74,5 % étaient des résidences principales, 17 % des résidences secondaires et 8,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,1 % des appartements[I 1].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Cademène en 2018 en comparaison avec celle du Doubs et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (17 %) supérieure à celle du département (4,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 77,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (87,2 % en 2013), contre 59,4 % pour le Doubs et 57,5 % pour la France entière[I 2].

Le logement à Cademène en 2018.
Typologie Cademène[I 1] Doubs[I 3] France entière[I 4]
Résidences principales (en %) 74,5 87,1 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 17 4,3 9,7
Logements vacants (en %) 8,5 8,5 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Quinzemene en 1340 ; Quedemene en 1448 ; Cademenne en 1589 ; Cadememes en 1593 ; Cadamenne en 1603.

Viendrait de cad = bois et mène = montagne : mont boisé[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un tumulus datant de l'âge du bronze moyen a été découvert dans la commune, où se trouvait une parure à pendeloques de l'époque de Hallstatt déposée Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon[16],[17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Besançon du département du Doubs.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Quingey[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton d'Ornans

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Doubs.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cademène était membre de la communauté de communes du Pays d'Ornans, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1998 1 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Loue-Lison, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1989 Emile Meyer    
mars 1989 automne 2022[19] Gérard Vermot-Desroches[20],[Note 4] DVG Agriculteur retraité
Démissionnaire
septembre 2022[19] En cours
(au 16 mars 20232)
Fabienne Arnoux   Fonctionnaire

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés avec ceux d'Épeugney et de Rurey dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal[22].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24].

En 2021, la commune comptait 67 habitants[Note 5], en diminution de 14,1 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11499133129146118123141120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1179990888786928878
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
625265455851576869
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
544542507882858681
2018 2021 - - - - - - -
6867-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

Le village fait partie de la paroisse catholique Quatre Monts Epeugney, mais n'a plus d'église[26],[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ses deux grottes : celle de Chaillet (3e grotte du Doubs par sa longueur) et celle du Moulin des Îles[28] attirent de nombreux spéléologues .
  • La Loue, qui longe la partie est du territoire de la commune, offre un décor majestueux et ravit les pêcheurs à la mouche sur des parcours privés.
  • Un sentier botanique venant de Ruray se termine sur un point de vue surplombant le village et la Loue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Une aire de détente de la commune porte lme nom de ce maire[21].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/doubs-25
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Cademène et Éternoz », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Coulans », sur la commune d'Éternoz - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Coulans », sur la commune d'Éternoz - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE, .
  16. « Cademène », inventaires et archives en ligne, Archives du musée d'Archéologie nationale (consulté le ).
  17. « La parure à pendeloques exposée au musée de Pontarlier », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. a et b « Fabienne Arnoux élue maire de la commune », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Gérard Vermot-Desroches, maire de la commune pendant 33 ans, a présenté récemment sa démission pour raisons personnelles au préfet qui l’a acceptée. ».
  20. « Gérard Vermot-Desroches commence son 6e mandat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Entré au conseil municipal en 1983 sous le dernier mandat du maire Émile Meyer, Gérard Vermot-Desroches lui a succédé en.1989 ».
  21. « Gérard Vermot-Desroches, ancien maire, honoré par ses concitoyens : Une aire de loisirs, au nom de Gérard Vermot-Desroches en reconnaissance des 33 années passées à la tête de la commune (1989-2002), a été inaugurée à Cademène », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Frédéric et Fanny », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. « La fête de l’Assomption à la ferme », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Philippe Sauter, « À Cademène, la messe célébrée dans les bottes de foin ! : Pour cette journée du 15 août, Cademène voit sa population doubler pour une messe très particulière. Elle a lieu dans une exploitation agricole. Près des génisses et des bottes de foin », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Dans les entrailles de la terre avec les spéléologues de Cad’Anime : Qu’il s’agisse du village ou de ses environs, un monde souterrain est lui aussi à découvrir pour ceux qui aiment la spéléologie. La conférence organisée sur les grottes du Moulin des Isles et des Chaillets l’a rappelé », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).