Saint-Vit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Saint-Vite, Saint-Vitte ou Saint-Vith.

Saint-Vit
Saint-Vit
Façade de la gare de Saint-Vit.
Blason de Saint-Vit
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Saint-Vit
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Maire
Mandat
Pascal Routhier
2014-2020
Code postal 25410
Code commune 25527
Démographie
Gentilé Saint-Vitois
Population
municipale
4 854 hab. (2016 en augmentation de 1,91 % par rapport à 2011)
Densité 295 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 56″ nord, 5° 48′ 41″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 302 m
Superficie 16,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Vit

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Saint-Vit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vit
Liens
Site web saintvit.fr

Saint-Vit est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la région culturelle et historique de Franche-Comté.

Proche de Besançon, cette ville de taille modeste abrite néanmoins de nombreux commerces, services et entreprises.

Les habitants se nomment les Saint-Vitois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au cœur de la métropole Rhin-Rhône, la ville de Saint-Vit se situe à environ 15 kilomètres de Besançon, 26 kilomètres de Dole et 68 kilomètres de Dijon. Elle est traversée par l'ancienne RN 73 déclassée en RD 673 assurant la liaison Besançon - Dole - Dijon qui est une route à grande circulation, la ligne de chemin de fer (Belfort - Dole) où les TGV circulent ainsi que le canal du Rhône au Rhin. À noter également que l'autoroute A36 passe aux limites de la commune. Saint-Vit marque la frontière entre le département du Doubs et le département du Jura.

Situation de Saint-Vit.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Vit : Villa sancti Viti en 967 ; Sanctus Victus, Saint Vy an XIIe siècle ; Sanctus Victus en 1275 ; Sanctus Wittus au XIVe siècle ; Sanct-Vyt au XVe siècle - Boismurie : De Bosco Villario en 1180 ; Boismurie depuis 1553.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ferrières-les-Bois Corcondray Pouilley-Français Rose des vents
Berthelange
Évans (Jura)
N Dannemarie-sur-Crète
Velesmes-Essarts
Osselle-Routelle
O    Saint-Vit    E
S
Salans (Jura), Roset-Fluans

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 53  du réseau de transport en commun Ginko.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom d'Égalité-sur-Doubs[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Vit Blason De gueules à la bande d'argent chargée d'une lionne bondissant de sable, accompagnée d'un soleil mouvant de l'angle senestre du chef et d'une roue de six rayons en pointe, le tout d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2001 Guy Picard RPR Conseiller général du canton de Boussières (1982-2001)
mars 2001 En cours
(au 10 décembre 2014)
Pascal Routhier[2] UMP-LR
puis DVD
Ingénieur conseil
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 4 854 habitants[Note 1], en augmentation de 1,91 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7797737988601 0379951 0691 0321 066
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0351 0501 0651 0199931 030984908911
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8718418878409319611 0481 0801 086
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2761 4492 1522 9783 7744 3814 5944 6254 819
2016 - - - - - - - -
4 854--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Découpage INSEE[modifier | modifier le code]

Saint Vit est une Unité urbaine ; elle est le centre du bassin de vie de Saint-Vit[6] et appartient à :

  • à l’Aire urbaine de Besançon[7]
  • à la Zone d’emploi de Besançon [8]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison de maître de postes

L'église[modifier | modifier le code]

Placée sous le vocable de saint Vit, elle a été construite au XIIIe siècle, puis modifiée au XVIIIe siècle (nef rebâtie, installation de chapelles latérales, construction du clocher). Une restauration a eu lieu au XXe siècle. En 2008, les vitraux, le clocher et le toit ont été rénovés.

La gare[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Saint-Vit.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Le collège[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le collège Jean-Jaurès de Saint-Vit se situe au 2, rue du Collège. Il a été construit en 1965 et a été totalement restructuré en 2010, notamment par l'entreprise Eiffage. L'ancien collège de Saint-Vit, qui date de 1962, se trouvait sur le champ de Foire. Il était construit par des préfabriqués et pouvait accueillir seulement 2 classes, c'est-à-dire 40 élèves de 6e[9].

Du fait de sa restructuration complète datant de 2010, le collège Jean-Jaurès de Saint-Vit est un collège moderne. Chaque salle est équipée d'un ordinateur et d'un vidéoprojecteur et 6 d'entre elles comportent un tableau blanc interactif. Il y a également une salle multimédia, un CDI (centre de documentation et d’information en établissement scolaire), une salle polyvalente et une cantine, gérée par le Syndicat intercommunal à vocation scolaire, qui accueille chaque jour les 550 demi-pensionnaires du collège. De plus, le collège dispose d'une salle de sport construite lors de la restructuration et du gymnase de la commune, situé à 500 mètres.

Cette année, les professeurs en poste sont au nombre de 52. Le principal, Jean-Luc Estavoyer est en poste depuis la rentrée 2010 tandis que Christophe Cuenot, principal adjoint, est en poste depuis la rentrée 2011. Monsieur Laine est conseiller principal d'éducation dans ce collège depuis la rentrée 2008. Le collège compte également une gestionnaire, une secrétaire, 8 assistants d'éducation à ¾ temps, une infirmière présente 3 jours par semaine, une assistante sociale présente deux jours par semaine, un médecin scolaire présent un jour par semaine, un conseiller d'orientation-psychologue ainsi que 7 agents de surface. Pour l'année 2011-2012, le collège compte 27 classes (7 pour les 6e, 6 pour les 5e, 6 pour les 4e, 6 pour les 3e et 2 pour les SEGPA) ce qui amène à un total d'environ 680 élèves chaque année.

Ces 680 élèves sont originaires de Saint-Vit et des communes voisines comme Pouilley-Français, Villers-Buzon, Dannemarie-sur-Crète, Velesmes-Essarts, Routelle, Berthelange, Ferrières-les-Bois, Corcondray, Osselle, Villars-Saint-Georges, Torpes, etc. Le projet de construction de 200 nouvelles habitations sur la commune de Torpes pose problème au collège du fait que celui-ci a une capacité d'accueil de seulement 800 personnes. Le transport scolaire est gratuit et assuré par le conseil général du Doubs. Le lycée de rattachement du collège Jean-Jaurès de Saint-Vit est le lycée Victor-Hugo de Besançon[10].

Contrat d'objectifs[modifier | modifier le code]

L'un des trois objectifs de ce collège est d'augmenter les résultats de tous les élèves[11] :

Dénomination Valeur constatée en 2010 Valeur cible année 2013
Taux de mention au Diplôme national du brevet TB : 7,1 %
B : 21,3 %
TB : 8 %
B : 26 %
Note supérieures à 10 à l'écrit du DNB 63,9 % 68 %
Taux d'élèves dont la moyenne générale est inférieure à 9/20 3 % 1 %

Cinquantenaire[modifier | modifier le code]

Fresque qui sera prochainement sur le mur du fond de la cour du collège

Le cinquantenaire du collège Jean-Jaurès aura lieu le samedi à partir de 10 h 30. Le collège sera ouvert à tous. Présentation du collège, flashmob, théâtre, cirque, expositions par les élèves, jeux de piste ou encore anciens élèves seront au rendez-vous. Pour l'occasion, un lipdub est en cours de préparation par les élèves volontaires et une fresque sur le mur du fond de la cour a commencé à être créée le lundi 11 juin 2012 par les artistes de l'association Couleurs de rue de Besançon[9].

Cartes postales[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Janet, ingénieur et homme politique, conseiller municipal de Saint-Vit.
  • Michel Vautrot, arbitre de football, né en 1945.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]