Jean Petit (sculpteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Petit
Naissance
Décès
(à 84 ans)
Paris
Nom de naissance
Jean Claude Petit
Nationalité
Activité
Maître

Jean Claude Petit[1] né à Besançon le [2] et mort à Paris le [3] est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un ouvrier couvreur, Jean Petit naît au Palais Granvelle le . Il suit les cours de dessin de l'école municipale. En 1834, il part pour Paris où il suit les cours de la Petite école de la rue de l'École-de-Médecine[4] jusqu'en 1835. Sorti médaillé, il entre par concours à l'École des beaux-arts de Paris où il devient l'élève de David d'Angers. Sous sa direction, il participe aux sculptures du fronton du Panthéon. En 1838, il est reçu premier en loge au concours du prix de Rome, mais une grave maladie l'empêche de terminer la composition finale. Compatissant, son compatriote, Joseph Droz, le met en contact avec Charles Weiss[5]. L'année suivante, il obtient un second grand prix avec un bas-relief représentant Le Serment des sept chefs devant Thèbes. L'année suivante, il concourt pour la dernière fois mais sans succès. Soutenu par Victor Hugo, il obtient un subside de trois ans de la municipalité de Besançon (1839-1841).

En 1844, l'Académie de Besançon lui attribue la pension Suard. Il y expose deux groupes en plâtre, des sujets religieux et plusieurs médaillons. L'année suivante, un buste de Charles Nodier et, en 1846, un buste en marbre de Droz et un autre de l'abbé Boisot[6].

À ses frais, il visite l'Italie qu'il considère comme la patrie de l'art. Pour compléter sa formation, il y étudie pendant près d'un an les œuvres de l'Antiquité et de la Renaissance. Il visite Milan, Pise, Carrare, Pérouse, Venise, Florence, Naples, Pompéi et surtout Rome, où il sculpte le buste du pape Pie IX.

Travaux décoratifs[modifier | modifier le code]

Pour subsister, il exécute des commandes de travaux décoratifs et pratique pour d'autres artistes. En 1849, il sculpte, pour le compte d'Auguste Louis Deligand, de grandes statues en plâtre pour orner le pont de la Concorde à l'occasion de la fête nationale du à Paris. Pour la fête nationale de 1850, il fournit 18 statues allégoriques en collaboration avec deux autres artistes[Lesquels ?]. En 1852, toujours à l'occasion de la fête nationale du , il conçoit quatre cariatides monumentales supportant les tribunes des grands corps de l'État à Paris sur la place des Innocents. Il sculpte aussi, pour Pierre-Charles Simart, le bas-relief de La Création de la Cour des Comptes du tombeau de Napoléon Ier en 1857[7].

En 1849, il réalise la statue de Jacques-Auguste de Thou qui décore la façade de l'hôtel de ville de Paris[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Petit Jean Claude », sur wikiphidias.fr.
  2. Archives municipales de Besançon acte de naissance no 115 dressé le 11/02/1819, vue 49 / 359
  3. Archives de Paris acte de décès no 695, vue 25 / 31.
  4. Future École des arts décoratifs.
  5. Celui-ci surnommait Petit : « notre Phidias »
  6. Conservé à la bibliothèque municipale de Besançon avec d'autres œuvres de Jean Petit (« « Jean Petit » sur Mémoire vive, le patrimoine numérisé de Besançon », sur memoirevive.besancon.fr.
  7. La Franche-comte Littéraire, Scientifique, Artistique, p. 251.
  8. L.C. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris, 1855, p. 417 [lire en ligne].
  9. « Monument du cardinal de Granvelle »
  10. « Statue de Antoine Perrenot de Granvelle à Ornans », sur petit-patrimoine.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]