Villers-le-Lac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.
Villers-le-Lac
L’église Saint-Jean (XIXe siècle), la plus grande des quatre églises de Villers-le-Lac.La flèche culmine à 40 m.
L’église Saint-Jean (XIXe siècle), la plus grande des quatre églises de Villers-le-Lac.
La flèche culmine à 40 m.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Morteau
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Morteau
Maire
Mandat
Dominique Mollier
2014-2020
Code postal 25130
Code commune 25321
Démographie
Population
municipale
4 750 hab. (2014)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 41″ nord, 6° 40′ 15″ est
Altitude Min. 750 m – Max. 1 260 m
Superficie 30,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Villers-le-Lac

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Villers-le-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-le-Lac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-le-Lac
Liens
Site web villers-le-lac.fr

Villers-le-Lac est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté, dans le canton de Morteau, à la frontière franco-suisse.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Villers-le-Lac est située sur la route départementale D 461 qui mène de Morteau (France) à Le Locle (canton de Neuchâtel, Suisse), elle est bordée à l'est par le Doubs qui marque la frontière avec la Suisse. Elle englobe le lieu-dit les Pargots juste à côté de la frontière suisse, ainsi que Les Vergers, La Courpée et Le Cernembert mais également le lieu-dit Le Col France à la frontière avec Le Locle en Suisse où l'on peut admirer le bal des frontaliers chaque matin et chaque soir. Le lac de Chaillexon, lors de grands froids (jusqu'à -39°C), devient la plus grande patinoire naturelle d'Europe (les bassins du Doubs, 6 km de long). La commune est également dotée de pistes de ski alpin au lieu-dit « le Chauffaud » proche du Meix Musy (1 287 m), mais également de ski de fond. Sa proximité avec la Suisse place la ville parmi les plus riches de France en revenu moyen par ménages (Insee).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Les Fins Noël-Cerneux, La Chenalotte Le Barboux, Grand'Combe-des-Bois Rose des vents
N Drapeau : Suisse Les Planchettes (NE)
Drapeau : Suisse Les Brenets (NE)
O    Villers-le-lac    E
S
Montlebon Drapeau : Suisse Le Cerneux-Péquignot (NE) Drapeau : Suisse Le Locle (NE)

Drapeau : France Communes françaises limitrophes

Drapeau : Suisse Communes suisses du canton de Neuchâtel limitrophes

Histoire[modifier | modifier le code]

L’ancre de marine orne le blason de la cité, prouvant, s’il est besoin, que Villers-le-Lac doit ses origines à l’activité des pêcheurs. On a retrouvé un site néolithique au bord du lac attestant de la transhumance estivale des premiers occupants. Des habitants de la Tène (célèbre site celtique en Suisse), montaient de Neuchâtel en été, suivant les troupeaux de rennes. Ils s’installaient à la Roche aux Pêcheurs. Un autre site néolithique a été découvert lors de la construction de la route de contournement de la ville mais a été recouvert par ordre du maire de l'époque sans faire de fouilles approfondies.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville uk Saint-Clément (Jersey).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'azur à l'ancre d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Claude Vermot    
1995 2014 Jean Bourgeois DVD  
2014 en cours
(au 10 décembre 2014)
Dominique Mollier DVD Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le principal lieu touristique de la commune est le Saut du Doubs, visité chaque année par plus de 300 000 touristes. La commune dispose également d'un musée consacré à l'horlogerie où différentes pièces de collection sont présentées. En hiver, de nombreuses activités sportives nordiques sont possibles : ski alpin, ski nordique, raquettes,... En été, différentes randonnées pédestres sont possibles sur de nombreux sentiers, notamment sur le GR5 qui traverse la commune.[réf. nécessaire]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 750 habitants, en augmentation de 7,37 % par rapport à 2009 (Doubs : 1,76 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 325 1 199 1 266 1 358 1 494 1 593 1 565 1 603 1 719
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 976 2 105 2 160 2 288 2 418 3 053 2 830 3 147 3 119
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 138 3 095 2 973 2 566 2 659 2 752 2 839 3 077 3 657
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
3 728 3 828 4 428 4 142 4 203 4 196 4 339 4 445 4 750
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La ville doit sa renommée à la cascade du Saut du Doubs haute de 27 mètres. Site naturel classé de France dont il est le premier en Franche-Comté, il est le point de départ des bateaux croisières et des calèches pour visiter le site et découvrir les paysages du Haut-Doubs.

Au départ de Villers-le-Lac, le Doubs paresseux serpente au creux d'un val qui s'élargit entre monts et falaises. Les Bassins du Doubs constituent un paysage d'une incroyable beauté, qui voit des falaises de plus de quarante mètres plonger dans les eaux calmes, noires et profondes que sillonnent les vedettes panoramiques. L’effondrement d’une falaise a formé un verrou sur le cours de la rivière. Ainsi est née la célèbre cascade du Saut du Doubs, Grand Site National visité par plus de 300 000 personnes chaque année pour les deux rives française et suisse. Enfin, le barrage du Châtelot retient les eaux sauvages pour produire une énergie propre.

Une requalification totale du lieu se poursuit depuis 2001. Après la construction d’une passerelle franco-suisse, les belvédères et les sentiers ont été complètement revus.

  • Musée de la Montre ancienne. Il propose une visite guidée et présente les grandes époques de la montre, de ses origines en 1500 à nos jours : montres de poche prestigieuses, évolution de la montre-bracelet, porte-montres, clefs, outils, machines et outils reconstitués, animés par dix automates grandeur nature, ainsi qu'un film relatant la fabrication des montres.
  • Belvédère des bassins du Doubs. Sur les hauteurs de Villers-le-Lac, il s'agit d'un le point de vue des Bassins du Doubs.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]