Villers-sous-Montrond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villers-sous-Montrond
Villers-sous-Montrond
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Frédéric Bonnefoi
2020-2026
Code postal 25620
Code commune 25628
Démographie
Population
municipale
210 hab. (2018 en augmentation de 6,6 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 45″ nord, 6° 05′ 21″ est
Altitude Min. 444 m
Max. 624 m
Superficie 6,33 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villers-sous-Montrond
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Villers-sous-Montrond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-sous-Montrond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-sous-Montrond

Villers-sous-Montrond est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. C'est un petit village à l'aspect rural encore très marqué, malgré la présence proche de Besançon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située près de Besançon, non loin de la vallée de la Loue (vallée où est né Gustave Courbet) dans le département du Doubs, et dans la Franche-Comté. Mais aussi à côté de Tarcenay.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mérey-sous-Montrond Rose des vents
N Tarcenay
O    Villers-sous-Montrond    E
S
Montrond-le-Château Malbrans

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villers-sous-Montrond est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les différents noms de Villers au fil du temps

Villario juxta Ceys, Veler en 1239 ; Viler en 1249 ; Veler desoz Montron en 1292 ; Villers soz Montrond en 1316 ; Viller subtus Montrond au XIVe siècle ; Villers soubz Montron en 1547 ; Villers-sous-Montrond de nos jours[6].

Démographie historique

- 1593 : 186 habitants - 1657 : 105 habitants - 1688 : 59 habitants - 1790 : 265 habitants - 1826 : 210 habitants

Pertes subies au cours des dernières guerres

- 1914-1918 : 7 - 1939-1945 : 2

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Hubert Valot    
mars 2001 En cours
(au 8 décembre 2014)
Frédéric Bonnefoi[7] DVG Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2018, la commune comptait 210 habitants[Note 3], en augmentation de 6,6 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
246246218216228237238235214
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
209213212193206190201203191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17818417714915912512310290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
95113112139148163161174205
2018 - - - - - - - -
210--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Label[modifier | modifier le code]

Les pelouses des genévriers, à l'est du bourg, sont labellisées espace naturel sensible au titre des pelouses sèches.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village possède plusieurs bâtiments inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel :

  • L'église dont la présence dans ce village est attestée depuis 1239. C'est probablement de cette époque que date le soubassement du clocher et le portail. Le reste de l'édifice est plus récent. Le chœur, barlong, est flamboyant et doit dater du XVIe siècle tandis que la nef a été rebâtie en 1703 et le chœur en 1789 (à cette époque, l'église, comme beaucoup d'autres en France, a subi des dégâts par les révolutionnaires). On a effectué plusieurs réparations sur l'édifice. En 1856-1857, on en refit la toiture, on construisit une sacristie en 1870, et on fit des travaux en 1922-1923. Elle est équipée de deux cloches
    • Une grosse : son poids est estimé à environ 650 kg et elle mesure 106,2 cm de diamètre. Cette cloche est décorée par un beau crucifix de 27 cm. Hélas, malgré la bonne qualité du bronze, cette cloche sonne faux parce qu'il lui manque un bout de bronze de 27×7×16 cm.
    • Une petite : elle pèse environ 450 kg et mesure 90,4 cm de diamètre. Cette cloche aussi est usée (surtout à l'angle de frappe du battant), mais il ne lui manque pas de bronze.
  • Le château[12] du XVIIe siècle,
  • La mairie[13] du XIXe siècle
  • Trois fontaines du XIXe siècle
  • Plusieurs fermes des XVIIIe et XIXe siècles

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE, .
  7. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. http://www2.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR43/IA00014764/INDEX.HTM
  13. http://www2.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR43/IA00014765/INDEX.HTM