Aéroport international de Bâle-Mulhouse-Fribourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Aéroport.
Aéroport de Bâle-Mulhouse-Fribourg
EuroAirport Basel Mulhouse Freiburg (en)
Flughafen Basel Mülhausen Freiburg (de)
Image illustrative de l'article Aéroport international de Bâle-Mulhouse-Fribourg
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Saint-Louis et Blotzheim (Alsace)
Dessert :
- Bâle (Suisse)
- Mulhouse (France)
- Fribourg (Allemagne)
Date d'ouverture 8 mai 1946
Coordonnées 47° 35′ 59″ nord, 7° 31′ 54″ est
Superficie + de 450 ha
Altitude 270 m (885 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
BSL MLH EAP
BSL MLH EAP

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
BSL MLH EAP
BSL MLH EAP

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
BSL MLH EAP
BSL MLH EAP

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
BSL MLH EAP
BSL MLH EAP
Pistes
Direction Longueur Surface
15/33 3 900 m (12 795 ft) béton
26/08 1 820 m (5 971 ft) béton
Informations aéronautiques
Code AITA BSL MLH EAP
Code OACI LFSB LSZM
Nom cartographique BALE MULHOUSE
Type d'aéroport Aéroport international
Gestionnaire EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg

L'aéroport international de Bâle-Mulhouse-Fribourg ou EuroAirport (code AITA : EAP • code OACI : LFSB) est un aéroport international franco-suisse situé sur les communes françaises alsaciennes de Saint-Louis et Blotzheim, entre Mulhouse, Bâle, et Fribourg-en-Brisgau, à la frontière tripoint entre la France, la Suisse, et l'Allemagne. Son statut d'aéroport « binational » implique la présence d'une partie suisse (code AITA : BSL • code OACI : LSZM) et d'une partie française (code AITA : MLH • code OACI : LFSB). Il s'agit du seul aéroport au monde à posséder ce statut.

Avec plus de 7 millions de passagers en 2015, il est le plus important aéroport du Grand Est, septième aéroport français, et le troisième aéroport de Suisse après Genève et Zurich. Il est la base principale des compagnies Easyjet Switzerland, ASL Airlines Switzerland, et la base secondaire de wizzair,Sky Work Airlines et TUIfly. Il dessert en particulier des destinations régulières d'Europe et du bassin méditerranéen (Maroc, Algérie, Égypte, Israël et Turquie...), et également Montréal (Canada), Dubai, les îles Canaries (Espagne), l'Islande, le Cap-Vert, Chypre, et Madère (Portugal)...

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, il apparaît aux autorités suisses que l'aérodrome de Bâle-Sternenfeld devient trop petit en raison de la hausse du trafic aérien et l'apparition d'appareils plus gros[1]. Il est alors envisagé de construire un aéroport à cheval sur la frontière franco-suisse, sur les communes d'Allschwil en Suisse et Bourgfelden en France, mais le projet est abandonné en raison de la Seconde Guerre mondiale[1]. Dès le conflit terminé, la France réserve l'emprise actuelle de l'aéroport, à charge de la Suisse de construire les infrastructures[1]. Les travaux débutent avant la signature de l'accord et après deux mois, l'aéroport est inauguré le . Entre-temps, le premier appareil se pose sur les pistes le 2 mai. La Convention internationale est finalement signée à Berne le [2].

Des travaux d'agrandissement sont entrepris, notamment avec la construction de la route douanière en 1952, la construction du terminal passager en 1970 et l'extension de la piste principale à 3 900 mètres de longueur pour accueillir les gros porteurs[1].

La numérotation des pistes est modifiée le 25 septembre 2008 : la dénomination technique de la piste principale (piste Nord/Sud 16/34) devient la piste 15/33, la nouvelle désignation prenant en compte les nouvelles valeurs de la déclinaison magnétique transmises aux aérodromes français par le Service d’Information Aéronautique (SIA)[3].

Du 17 avril 2010 à minuit au 20 avril 2010 à huit heures, l'aéroport est contraint de fermer, tout comme la quasi-totalité des aéroports européens, en raison du passage d'un nuage de cendre volcanique émis par le volcan islandais Eyjafjöll.

En avril 2011, l'aéroport est le théâtre d'un fait divers avec le meurtre d'un contrôleur aérien alors qu'il allait prendre son poste dans la tour de contrôle[4]. Un suspect est rapidement identifié et activement recherché par les polices allemandes, françaises et suisses[4].

Depuis la fermeture de la liaison entre Strasbourg-Entzheim et Orly le 26 mars 2016[5] (Entzheim-CDG était fermé depuis avril 2013) et la fin du trafic commercial à Colmar-Houssen, l'Euroairport assure les dernières liaisons aériennes directes entre l'Alsace et Paris, dont il dessert les deux aéroports, CDG et Orly. Ces dernières sont en augmentation de 6 % par rapport à 2014 [6], concurrençant le TGV.[2]

Statut[modifier | modifier le code]

Au premier plan le côté suisse, à l'arrière-plan le côté français avec des véhicules de la police française.

L'EuroAirport est un établissement public franco-suisse. Son conseil d'administration est composé de huit membres français, huit membres suisses[C 1] et deux représentants allemands, à titre consultatif[7]. L'aéroport de Bâle-Mulhouse est binational dans son fonctionnement et son statut[C 2] bien qu'il soit intégralement situé en territoire français[C 3] (à noter que cet aéroport est unique au monde par ce statut). Ainsi, la législation française s'applique en théorie en totalité à l'aéroport, mais en pratique, c'est surtout l'esprit bi-national qui domine depuis les années 1950[C 4], la moitié du site étant sous administration des douanes suisses[C 5]. Dans cette zone, les autorités françaises concèdent à la douane suisse le contrôle des personnes et des marchandises[C 5]. Ce dispositif, couplé à une route clôturée reliant directement cette zone à la Suisse (route dite douanière) et totalement déconnectée du réseau routier français[C 6], permet aux personnes transitant par l'aéroport en destination ou en provenance de la Suisse de ne pas être soumis à un double contrôle douanier, français et suisse, mais uniquement suisse[C 5],[8].

En 2011, la coutume qui voulait que le droit du travail applicable au salarié soit celui de l'employeur en fonction de sa nationalité (suisse ou française) est remise en cause[réf. nécessaire] à la suite d'un arrêt de la cour de cassation française[9] qui a rejeté le pourvoi d'un employeur suisse voulant se prévaloir du droit suisse dans une affaire de licenciement. Début juillet 2011, Philippe Richert, nouvellement nommé ministre des collectivités territoriales, propose l'établissement d'une convention de site pour les entreprises de la zone douanière suisse[10]. Cette proposition doit cependant encore être avalisée par les autorités helvétiques.

En 2014, les autorités françaises ont repris les négociations en vue de préciser les stipulations de la convention de 1949 en matière de fiscalité applicable aux entreprises de la plate-forme aéroportuaire. Face à la réaction des autorités suisses et de certaines compagnies comme Easyjet Switzerland, l'opérateur majoritaire sur l'aéroport[11],[12] face à une possible application étendue de la fiscalité française - l'aéroport se situant intégralement sur le territoire français -, cette question figure à l'ordre du jour de la rencontre du 30 octobre 2014 entre le président de la République française, François Hollande, et le président de la Confédération suisse, Didier Burkhalter. Dans une lettre adressée au Conseil régional d'Alsace, le premier ministre, Manuel Valls, a confirmé que l'objet de la négociation est de stabiliser le régime fiscal applicable aux entreprises de l'aéroport « qui constitue une infrastructure essentielle et qui représente un bassin d’emploi important en Alsace »[13].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

L'aéroport est situé en territoire français, à proximité du tripoint des frontières allemandes, françaises et suisses. Il est situé à 3,5 kilomètres au nord-ouest de la ville suisse de Bâle, à 20 kilomètres au sud-est de la ville alsacienne de Mulhouse et 46 kilomètres au sud-ouest de la ville allemande de Fribourg-en-Brisgau.

Lors de son inauguration en 1948, l'aéroport est situé sur la commune de Blotzheim. Mais à la suite de la fusion, en 1958, du quartier de Neuweg ( dénommé à l'époque « Blotzheim-la-Chaussée ») avec la commune de Saint-Louis, l'aérogare est désormais situé sur cette dernière commune tandis que les pistes s'étendent sur les territoires communaux de Saint-Louis, Hésingue et Blotzheim.

Il est le premier aéroport d'Alsace et du Grand Est.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

L'aéroport est constitué d'une jetée construite en 2001 pour Crossair (aujourd'hui disparue) et de deux terminaux, français (inauguré en 2002) et suisse (inauguré en 2005). L'investissement dans les nouvelles installations s'est élevé à 240 millions d'euros dont un tiers a été financé à part égale par les collectivités françaises et suisses.

Outre l'aérogare destinée aux passagers, l'aéroport dispose d'une gare de fret, d'où opèrent les sociétés DHL, FedEx, UPS, TNT, Air France Cargo et Swissport, et d'une zone industrielle affectée à la maintenance et à l'aménagement des avions d'affaires. Cette dernière a connu une forte expansion depuis 2008. Ainsi les activités industrielles des entreprises Air Service Basel, AMAC Aerospace et Jet Aviation dans l’enceinte de l’aéroport forment un centre de compétence ultraspécialisé dans les domaines de l’aménagement et de l’entretien des avions privés. Ces sociétés emploient au total plus de 2 000 collaborateurs.L'aéroport accueille également des services d'utilité publique : l'école de pilotage (Flugschule) et la Garde aérienne suisse de sauvetage (REGA).

En 2013, l'aéroport lance un chantier de 43 millions d'euros permettant d'agrandir les infrastructures destinés au fret aérien, et deux aires de stationnement spécifiquement destinées aux avions cargo[14]. Le chantier est prévu pour s'achever fin 2014.

Trafic[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Bâle-Mulhouse est la septième plate-forme aéroportuaire de France et la troisième de Suisse avec 5,35 millions de passagers en 2012, dont 52 % de nationalité suisse. Son unique aérogare peut accueillir 6 à 9 millions de passagers. La plate-forme aéroportuaire compte en outre deux pistes de dimensions respectives 3 900 m × 60 m et 1 820 m × 60 m, une aérogare de fret et une zone d'entretien. En 2012, la plate-forme compte 5 850 emplois directs. Outre l'aéroport lui-même et les compagnies aériennes, on trouve parmi les gros employeurs du site Jet Aviation, Lufthansa Technik (en), AMAC Aerospace et Air Service Basel (implanté sur la plateforme spécialement pour la maintenance de l'Airbus A380). L'EuroAirport a été désigné[Par qui ?] « plus grande plateforme aéroportuaire mondiale de maintenance aéronautique et privée », à raison de plus de 50 avions par mois.

La compagnie aérienne britannique à bas prix easyJet mais aussi en particulier sa franchise suisse Easyjet Switzerland, arrivée à l'aéroport en 2007, assurait en 2015 environ 57 % du volume passagers de l'aéroport avec 4 millions de billets vendus (dont 367 000 pour Berlin, 228 000 pour Londres et 187 000 pour Barcelone).

En décembre 2016, les top compagnies de l'aéroport sont : Easyjet (60 %, + 9 % de croissance et une moyenne de 90 % de taux de remplissage) / Wizz Air (302 000 passagers) / Air France KLM / Lufthansa etc.

Top destinations : Londres (620 000) / Berlin (412 000) avec baisse de 2 % / Amsterdam (397 000, + 10,5 %) / Barcelone (323 000, + 21 %).

Année Évolution du trafic passagers[15],[16]
[passagers]
Évolution du trafic fret avioné[15]
[tonnes]
Total Évolution Total Évolution
2017 7 888 725[17] en augmentation + 7,9 % 112 283[17] en augmentation + 10,8 %
2016 7 314 269[18] en augmentation + 3,6 % 101 300[18] en augmentation + 0,2 %
2015 7 061 059[19] en augmentation + 8,2 % 101 050[19] en augmentation + 2,9 %
2014 6 523 874[20] en augmentation + 10,9 % 98 175[20] en augmentation + 5 %
2013 5 880 771[21] en augmentation + 9,8 % 94 000[21] en diminution - 1 %
2012 5 354 758 en augmentation + 6 % 94 346 en diminution - 9 %
2011 5 053 649 en augmentation + 22,4 % 103 277 en diminution - 4 %
2010 4 129 186 en augmentation + 7,1 % 107 607 en augmentation + 27 %
2009 3 854 770 en diminution - 9,5 % 85 022 en diminution - 16 %
2008 4 261 992 en diminution -0,3 % 101 111 en diminution - 6 %
2007 4 272 904 en augmentation + 6,3 % 107 309 en augmentation + 12 %
2006 4 020 322 en augmentation + 21 % 95 770 en augmentation + 15 %
2005 3 315 696 en augmentation + 30 % 83 580 en diminution - 5 %
2004 2 549 127 en augmentation + 2 % 88 311 en augmentation + 9 %
2003 2 489 676 en diminution - 19 % 81 277 en augmentation + 1 %
2002 3 058 416 en diminution - 14 % 80 151 en diminution - 30 %
2001 3 550 696 en diminution - 6 % 114 269 en diminution - 8 %
2000 3 783 527 en augmentation + 5,6 % 124 427 /
1999 3 581 934 en augmentation + 18,5 % / /
1998 3 020 311 en augmentation + 13 % / /
1997 2 666 766 en augmentation + 8,6 % / /
1996 2 453 411 en augmentation + 4 % / /
1995 2 357 857 / / /

Accidents[modifier | modifier le code]

C'est depuis l'ancienne piste 16 (actuellement piste 15) qu'a décollé le 26 juin 1988 l'Airbus A320 ayant opéré le vol AF296 qui s'est écrasé à Habsheim.

En 2003, un petit avion de tourisme de type Piper 34 sort de la piste 15 au décollage. Aucun mort ou blessé n'est à déplorer.

En 2004, un Embraer 145 opérant le vol AF5416 en provenance de Lyon sort de la piste 15 à l'atterrissage. Aucun des 22 passagers et des trois membres d'équipage n'est blessé.

Le 25 juillet 2006, un Piper 34 perd sa roulette de nez à l'atterrissage. Le pilote n'est pas blessé, et l'avion est évacué à temps pour la reprise du trafic.

En 2007, un avion monomoteur « Express » de construction personnelle (classe Expérimental) immatriculé en Suisse s'est écrasé quelques secondes après son décollage, après avoir touché un immeuble dont le toit a pris feu (Roggenburgstrasse, Bâle) (ce vol avait été programmé pour célébrer le 80e anniversaire de la traversée de l'Atlantique en 1927 par Charles Lindberg). Le pilote est décédé et, sur les lieux de l'accident, trois autres personnes ont été légèrement blessées.

Le 4 août 2008, un avion privé en provenance d'Olbia a dû être tracté hors de la piste, victime d'un éclatement de pneumatique. Il n'y a eu aucun blessé.

Le 29 février 2008, un avion Dash 8 de la compagnie aérienne Lufthansa, en provenance de Munich, a été victime d’un éclatement de pneumatiques lors de son atterrissage en piste 16 à 22 h 48 (heure locale). En conséquence, l’avion a été immobilisé sur la piste et les 40 passagers ont été amenés par bus jusqu’à l’aérogare. Par la suite, l'appareil a été tracté jusqu’à son poste de stationnement ; l’incident a entraîné la modification temporaire de la gestion opérationnelle de la plate-forme, avec deux atterrissages en piste 26 et deux décollages depuis une bretelle intermédiaire en piste 16.

Le 7 décembre 2016, un avion de tourisme, un bimoteur Piper PA-34, s'est écrasé en bout de piste 15, en tentant d'atterrir avec un épais brouillard. L'appareil s'est alors embrasé provocant le décès de l'occupant[22].

Compagnies et destinations[modifier | modifier le code]

Plusieurs compagnies aériennes de transport de passagers utilisent la plateforme aéroportuaire, parmi lesquelles certaines ont choisi d'implanter des comptoirs attachés au troisième niveau de l'aérogare : Aigle Azur, Air France, Air Transat, Austrian Airlines, British Airways, Brussels Airlines, Iberia Express, EasyJet, Easyjet Switzerland, Germanwings, Hop!, KLM, Lufthansa, Pegasus Airlines, Ryanair, Sky Work Airlines, TUIfly, Turkish Airlines, Vueling, Eurowings et Wizz Air[23],[24].

La compagnie à bas coût EasyJet et en particulier Easyjet Switzerland, présente depuis 2007, a choisi dès 2010 de renforcer sa présence[25], politique continuée en 2012[26], préférant même cette destination à celle de l'aéroport international de Zurich[27] pour en faire sa seconde base suisse[28], la compagnie générant à elle seule 57 % du trafic en 2015[29].

La plateforme était aussi la base de l'ancienne compagnie charter Hello[30] et l'une des trois bases de l'ancienne compagnie Swissair[31].

Swiss International Air Lines a cessé toutes ses opérations le 31 mai 2015.

En décembre 2016, Skywork annonce vouloir reprendre le développement de sa base de Bâle-Mulhouse[32].

Compagnies Destinations
Drapeau de la Grèce Aegean Airlines Athènes E.-Venizélos (débute le 26 mars 2018)
Drapeau de la France Aigle Azur Alger-H. Boumédiène, Constantine - M. Boudiaf, Oran - A. Ben Bella, Sétif
Drapeau de l'Algérie Air Algérie Constantine - M. Boudiaf
Drapeau du Maroc Air Arabia Maroc Casablanca-Mohammed-V
Drapeau de la France Air France opéré par HOP! Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly
Drapeau du Canada Air Transat En saison : Montréal-P. E. Trudeau
Drapeau de la Bulgarie Air VIA En saison charter : Bourgas
Drapeau de l'Autriche Austrian Airlines Vienne-Schwechat
Drapeau du Royaume-Uni British Airways Londres-Heathrow
Drapeau de la Belgique Brussels Airlines Bruxelles-National
Drapeau de l'Allemagne Condor En saison charter : Dubaï Al Maktoum[33]
Drapeau du Royaume-Uni easyJet
Drapeau de la Suisse easyJet Switzerland En saison :
Drapeau de l'Allemagne Eurowings Düsseldorf

En saison : Palma de Majorque[35]

Iberia Madrid-Barajas
Drapeau des Pays-Bas KLM opéré par Drapeau des Pays-Bas KLM Cityhopper Amsterdam-Schiphol
Drapeau de l'Allemagne Lufthansa Regional opéré par Drapeau de l'Allemagne Lufthansa CityLine Francfort, Munich-F. J. Strauß
Orange2Fly (en) Charter : Priština[36]
Drapeau de la Turquie Pegasus Airlines Istanbul-Sabiha Gökçen
Drapeau de l'Irlande Ryanair Dublin, Londres-Stansted
Drapeau de la Suisse Sky Work Airlines Vienne-Schwechat

En saison : Heringsdorf[N 1], Jersey[N 1], Sylt-Westerland[N 1]

Drapeau de la Turquie SunExpress Antalya

En saison : Izmir-A. Menderes

TUI fly Deutschland (en) Agadir-Al Massira, Fuerteventura, Las Palmas/Gran Canaria

En saison : Rabil, Corfou-I. Kapodístrias, Funchal-C. Ronaldo, Héraklion-N. Kazantzákis, Kos, Marrakech-Ménara, Minorque-Mahón, Palma de Majorque, Rhodes-Diagoras, Sal-A. Cabral, Ténériffe-Sud Reine Sofia

Drapeau de la Tunisie Tunisair Djerba-Zarzis
Drapeau de la Turquie Turkish Airlines Istanbul-Atatürk
Drapeau de l'Espagne Vueling Barcelone-El Prat
Drapeau de la Hongrie Wizz Air Belgrade Nikola-Tesla, Bucarest-H. Coandă, Budapest-Ferenc Liszt (débute le 3 mai 2018), Cluj-Napoca, Niš Constantin-le-Grand, Ohrid Saint-Paul l'Apôtre, Osijek, Sibiu (débute le 21 juin 2018)[37], Skopje, Sofia-Vrajdebna, Tuzla, Varsovie-Chopin, Vrastilavie (Wrocław)-N. Copernic (débute le 31 mars 2018)

Édité le 29/12/2017

Liaisons[modifier | modifier le code]

Projet de liaison ferroviaire vers l'EuroAirport.

Lien d'une vidéo de voyageur espagnol arrivant l'aéroport détaillant les liaisons [3]

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Il existe des lignes d'autobus suisses (BVB) et françaises (Distribus) qui desservent l'aéroport. Ces lignes effectuent notamment la liaison avec les gares de Bâle CFF, de Bâle SNCF et de Saint-Louis. L'Airport Bus relie l'EuroAirport à la gare centrale d'omnibus de Fribourg-en-Brisgau. Depuis juin 2016, FlixBus effectue un arrêt à l'Euroairport sur la ligne Zurich - Strasbourg- Francfort/Main

Il est projeté qu'une ou deux lignes du tramway de Bâle puissent relier l'aéroport à Bâle via Saint-Louis à l'horizon 2030.

Routier[modifier | modifier le code]

  • L'autoroute A35, qui relie Strasbourg à Bâle, possède une sortie (sortie 36) donnant directement accès à l'aéroport.
  • Une route relie la frontière franco-suisse de Bâle au secteur suisse de l'aéroport. Elle est totalement inaccessible et séparée du territoire douanier français ; elle est appelée « route douanière »[38].
  • Une route (voire autoroute) devant relier la Bundesautobahn 5 allemande (en français : Autoroute fédérale 5) à l'autoroute A35 française est en projet. Normalement, la connexion devrait simplifier la vie des automobilistes car la sortie actuelle pour l'aéroport serait directement raccordée à la bifurcation autoroutière allemande A5/A98. Mais Saint-Louis (ville où passerait ce raccordement) préfère une route un peu plus au nord.

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Un raccordement ferroviaire est prévu pour relier l'aéroport à la ligne Strasbourg - Bâle. La mise en service de cette nouvelle ligne d'environ sept kilomètres est prévue à l'horizon 2020-2025[39]. Les études ont lieu jusqu'en 2013 sous la tutelle de Réseau ferré de France (aujourd'hui SNCF Réseau). La gare sera prévue pour pouvoir accueillir des TGV[40]. La gare sera desservie par deux trains régionaux par heure et par sens en heure creuse et jusqu'à quatre trains par heure et par sens en heure pleine.

Le rapport dit « Duron » publié début 2018 estime que le projet n'est pas prioritaire. Par conséquent plusieurs élus alsaciens se mobilisent pour que l’État français finance malgré tout une partie du projet (50 à 70 millions d'euros sur les 250 millions nécessaires). La Suisse a en effet déjà prévu d’inscrire sa participation financière dans un programme d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire qui sera examiné par l'Assemblée fédérale en 2019. L'Union européenne devrait également financer environ 20% du projet soit 50 millions d'euros. Les travaux pourrait débuter en 2021 pour une mise en service prévue en 2027[41].

Avion remarquable[modifier | modifier le code]

Le seul Super Constellation encore actif en Europe se trouve à l'aéroport de Bâle-Mulhouse-Fribourg. L'Association de Super Constellation Flyers[42] organisait jusqu'en 2017 des vols touristiques estivaux.  

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Certains vols Sky Work Airlines au départ et à destination de Garz, Saint-Pierre et Sylt pour (ou depuis) Berne font seulement escale à Bâle. Néanmoins la compagnie ne vend pas de billets pour le seul tronçon suisse et Berne n'est donc pas une destination depuis Bâle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « EuroAirport : au service de la RegioTriRhena » (consulté le 25 octobre 2011)
  2. [1]
  3. (fr) « EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg : changement de la dénomination technique de la piste Nord/Sud en 15/33 à compter du 25 septembre 2008 » (consulté le 25 octobre 2011)
  4. a et b (fr) « Meurtre à l’aéroport suspect recherché », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne)
  5. « Strasbourg-Orly, c'est terminé (avec Air France). Dans l'indifférence générale ? », sur www.tchapp.alsace (consulté le 13 juin 2016)
  6. « HOP! Air France, vols de l'EuroAirport », (consulté le 3 juillet 2016)
  7. (fr) « Organigramme » (consulté le 25 octobre 2011)
  8. Pierre Deslais, L'Alsace, géographie curieuse et insolite, Éditions Ouest France, , 116 p. (ISBN 978-2-7373-6364-1), p. 107
  9. Arrêt no 1805 du 29 septembre 2010 (09-68.851 ; 09-68.852 ; 09-68.853 ; 09-68.854 ; 09-68.855) - Cour de cassation - Chambre sociale
  10. « easyJet menace de partir malgré la proposition de Richert », (consulté le 6 janvier 2013)
  11. (de) Rahel Koerfgen, « Der EuroAirport ist in Gefahr », Basler Zeitung,‎ (lire en ligne)
  12. « La Suisse risque de perdre l'aéroport de Bâle-Mulhouse », sur rts.ch, (consulté le 21 août 2014)
  13. Alexandra Bucur, « Euroairport : Manuel Valls écrit au Président du Conseil régional », FranceTV 3 Alsace,‎ (lire en ligne)
  14. « Euroairport Une nouvelle zone de fret », (consulté le 20 juin 2013)
  15. a et b « Statistiques de l’Aéroport de Bâle-Mulhouse », (consulté le 6 janvier 2013)
  16. [PDF] « Trafic aérien des aéroports d'Alsace », (consulté le 12 septembre 2013)
  17. a et b « L’EuroAirport tire un bilan 2017 positif et prend en compte les défis liés à un développement équilibré de l’Aeroport », (consulté le 20 janvier 2018)
  18. a et b « 2016 », (consulté le 14 janvier 2016)
  19. a et b « 2015 : nouvelle année record pour l’EuroAirport avec 7,1 millions de passagers. Croissance du fret aérien grâce au Cargo Terminal. Poursuite des investissements en vue d’améliorer la qualité de service. », (consulté le 13 janvier 2016)
  20. a et b « 2014 : Année record pour l’EuroAirport avec 6,5 millions de passagers. », (consulté le 20 janvier 2015)
  21. a et b « Euroairport : 2013 une nouvelle année record », (consulté le 22 janvier 2014)
  22. « Crash à l'EuroAirport : un mort », L'Alsace,‎ (lire en ligne)
  23. Liste des compagnies utilisant l'aéroport sur son site officiel. Consulté le 20/01/2013.
  24. Compagnies aériennes régulières sur le site officiel de l'aéroport. Consulté le 20/01/2013.
  25. Article Bâle-Mulhouse compte sur easyJet et dix nouvelles destinations paru le 27 avril 2010 sur le site d'information air-journal.fr Consulté le 20/01/2013.
  26. Article EasyJet : cinq nouveautés en Suisse paru le 7 décembre 2011 sur le site d'information air-journal.fr Consulté le 20/01/2013.
  27. Article EasyJet croit en la Suisse, pas en Zurich paru le 27 août 2012 sur le site d'information air-journal.fr Consulté le 20/01/2013.
  28. Article Bâle-Mulhouse : deuxième base d'EasyJet paru le 29 juin 2010 sur le site d'information skyscanner.fr Consulté le 20/01/2013.
  29. Article Avec 5,3 millions de passagers, l'EuroAirport vole vers les records paru le 11 janvier 2013 sur le site lalsace.fr Consulté le 20/01/2013.
  30. Article Suisse : faillite de la compagnie charter Hello paru le 22 octobre 2012 sur le site d'information air-journal.fr Consulté le 20/01/2013.
  31. Présentation de Swissair sur son site officiel. Consulté le 20/01/2013.
  32. (de) « Interlining: KLM und Skywork arbeiten zusammen | aeroTELEGRAPH », aeroTELEGRAPH,‎ (lire en ligne)
  33. https://www.euroairport.com/en/event/EuroAirport-s-2017-summer-flight-plan-with-more-choice-Around-550-departures-per-week-96-airports-24-airlines,233609.html
  34. http://www.exyuaviation.com/2017/12/easyjet-to-launch-basel-belgrade-service.html
  35. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 7 octobre 2016)
  36. https://www.flyrbp.com/
  37. https://wizzair.com/en-gb/information-and-services/about-us/news/2017/11/27/wizz-air-announced-expanding-sibiu-s-network
  38. Convention franco-suisse relative à la construction et à l’exploitation de l’aéroport de Bâle-Mulhouse, à Blotzheim, RS 0_748_131_934_92, art. 7.
  39. « Où en sommes-nous ? », sur www.eapbyrail.org (consulté le 20 février 2017)
  40. Matthieu Hoffstetter, « Un projet sur les rails », sur DNA.fr, (consulté le 6 octobre 2012)
  41. « Unis pour le raccordement ferroviaire », article des Dernières nouvelles d'Alsace du 27 mars 2018.
  42. « SCFA - Home », sur superconstellation.org (consulté le 8 janvier 2017)

(fr) Convention franco-suisse relative à la construction et à l’exploitation de l’aéroport de Bâle-Mulhouse, à Blotzheim, , 32 p. (présentation en ligne, lire en ligne) :

  1. Chap I, art 1, page 9.
  2. Art 1 et 2, page 1.
  3. Art 2, page 1.
  4. Art 6, page 3.
  5. a, b et c Art 8, page 4.
  6. Art 7, page 3.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]