La Vèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Vèze
La Vèze
Église de la Nativité-de-Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Maire
Mandat
Jean-Pierre Jannin
2020-2026
Code postal 25660
Code commune 25611
Démographie
Gentilé Véziers
Population
municipale
466 hab. (2018 en augmentation de 5,43 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 42″ nord, 6° 04′ 06″ est
Altitude Min. 386 m
Max. 470 m
Superficie 5,27 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Besançon-5
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
La Vèze
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
La Vèze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Vèze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Vèze
Liens
Site web laveze.fr

La Vèze est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté, au sud de Besançon. Elle fait partie de la région culturelle et historique de Franche-Comté.

Ses habitants s'appellent les Véziers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Morre Rose des vents
Fontain N Saône
O    La Vèze    E
S
Mérey-sous-Montrond Tarcenay

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Vèze est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saone, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 3 830 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (46,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (47,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,6 %), zones agricoles hétérogènes (34,5 %), zones urbanisées (6,7 %), terres arables (6,1 %), prairies (4,9 %), zones humides intérieures (0,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Domus Léprosorum Vézias en 1233 ; de Vizia en 1251 ; de Vezia en 1262 ; la Vèse en 1417 ; la Vèze en 1547 ; La Vaise au XVIIe siècle.

Lieu désert et amplement boisé, La Vèze est révélée entre le VIIIe siècle et le XVe siècle lors de la venue à Besançon de personnages de haut rang ; son territoire dépend alors de la ville et c'est en ce lieu, point extrême de la cité et seule issue praticable vers les plateaux, que les notables vont accueillir leurs hôtes.

Les magistrats font dès 1233 défricher une partie de la Forêt d'Aglans et l'habitat, outre la léproserie du XIIIe siècle, ne sera développé qu'au XVe siècle. Une enquête est effectuée en 1516, sans résultat d'ailleurs, afin de prouver que La Vèze est du comté de Bourgogne et non de la banlieue de la cité.

Occupée en 1814, sa gestion devient difficile par son éloignement et par la suppression de la voie du fait de la construction de la Citadelle. Une première pétition signée par le dixième de la population en 1822 adressée au maire, suivie d'une seconde en 1833 adressée au préfet conduit à l'ordonnance du roi des Français Louis-Philippe Ier le  : la section de La Vèze est distraite de la commune de Besançon, département du Doubs, et érigée en commune particulière. Le partage des biens s'avère beaucoup plus difficile et nécessite jugements et arrêts, conduisant la municipalité à demander en 1856 de rentrer dans la position d'avant 1835. Les experts poursuivent néanmoins leur mission jusqu'en 1862, condamnant l'une des plus petites communes de France et des plus pauvres du département à végéter.

Lors du premier conflit mondial, avec à peine plus de trois cents habitants, elle doit pourvoir à ses frais à la fourniture de la paille, du chauffage et de l'éclairage des 750 hommes du 4° régiment territorial d'infanterie... Pour lutter contre les incendies qui détruisent régulièrement une grande partie des maisons, une pompe est acquise en 1855. Le corps des sapeurs-pompiers sera dissous en 1956.

Longtemps limitée à la seule léproserie, avec la présence d'un moulin sur le ruisseau du Pontot qui ne l'alimente que la moitié de l'année, le village se développe peu à peu et ses habitants travaillent souvent dans les bois, à la tuilerie située au centre du bourg, l'hiver à la récupération de la glace sur les étangs du pourtour du marais de Saône ou dans une agriculture faiblement développée.

Transport[modifier | modifier le code]

La Vèze est desservi par la ligne 23 et la ligne Diabolo 411 du réseau de transport en commun Ginko.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jacques Curty    
2001 2008 Philippe Chanau    
2008 2014 Jacques Curty [11]    
2014 mai 2020 Catherine Cuinet DVD Infirmière retraitée, conseillère départementale
mai 2020 En cours Jean-Pierre Jannin [12]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2018, la commune comptait 466 habitants[Note 3], en augmentation de 5,43 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
508521487499425408394358353
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
332317282271287276271251241
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
239236239225203244273368400
1999 2004 2009 2014 2018 - - - -
437448437450466----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Chaque année à lieu un concours de décoration de Noël. En 2018, la commune a accueilli la 25ème rencontre nationale des 2CV clubs de France[17]

Voici une liste des associations de la commune :

"1,2,3, Soleil" ; Association des parents d’élèves de l’école des villages Fontain, Arguel, La Vèze et Pugey. Présidente : Nadège QUINTY[18]

2CV Club Bisontin ; Président : Michel RENAUD[18]

ACCA (chasse) ; Président : Benoît PASCAL [18]

Tennis 16... At : 16 ; Président : Raymond BARBIER

Cycliste de La Vèze ; Président: Didier JOLIBOIS

Aéroclub de Besançon la Vèze ; Président : Philippe CABEL

Économie[modifier | modifier le code]

La commune héberge l'aérodrome de Besançon - La Vèze géré par la Chambre de commerce et d'industrie du Doubs et deux restaurants, Le Vèzois et Les Granges du Liège.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Édifice religieux. Une première chapelle, vraisemblablement liée à la léproserie, existait déjà avant 1413. Cependant le hameau dépend de la paroisse bisontine de Saint Jean-Baptiste, située dans l'actuel square Castan, et les habitants se plaignent de son éloignement. Cette chapelle est enfin érigée en paroisse indépendante en 1747 et menace ruine en 1857, nécessitant sa démolition lors de l'inauguration de la nouvelle église de la Nativité de Saint Jean-Baptiste. Le nouveau bâtiment est construit d'après les plans de l'architecte Maximilien Painchaux à partir de 1865 sur le verger de la cure, achevé en 1871... mais le maçon attend encore le paiement de sa tâche en 1883. Les paroissiens, se souvenant de l'importance des sacrifices qu'ils ont consentis, considèrent que l'église leur appartient et s'opposent aux autorités en 1906, nécessitant l'intervention des forces de l'ordre.
  • Aérodrome de Besançon - La Vèze.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Saône », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Commune de La Vèze, « 25ème rencontre nationale des 2CV clubs de France », sur laveze.fr, (consulté le 8 février 2021).
  18. a b et c Commune de La Vèze, « Autres associations », sur laveze.fr (consulté le 8 février 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]