Saône (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saône
Saône (Doubs)
L'église de Saône.
Blason de Saône
Héraldique
Saône (Doubs)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Maire
Mandat
Benoit Vuillemin
2020-2026
Code postal 25660
Code commune 25532
Démographie
Gentilé Saônois
Population
municipale
3 297 hab. (2018 en diminution de 0,6 % par rapport à 2013)
Densité 160 hab./km2
Population
agglomération
3 763 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 32″ nord, 6° 07′ 07″ est
Altitude Min. 370 m
Max. 495 m
Superficie 20,55 km2
Unité urbaine Saône
(ville-centre)
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Besançon-5
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saône
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Saône
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saône
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saône
Liens
Site web saone.fr
Village de Saône, vu de la route Besançon-Nancray.

Saône est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Cette commune fait partie de Grand Besançon Métropole.

Ses habitants sont appelés les Saônois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de 3500 ha : 630 ha de terrain agricole, 620 ha de forêt, 600 ha de marais et 150 ha construits. Le site remarquable est le marais qui donne son nom à la commune. En effet, Saône tirerait son origine de deux mots celtes : « sag » (sacré) et « onna » (eau). Les anciens ne comprenant pas pourquoi l'eau qui envahissait le marais en période de crue disparaissait dans la terre plus ou moins vite selon les endroits, y voyaient une intervention divine.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Localisation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

La perte du marais de Saône est l'entrée d'une rivière souterraine du système karstique qui ressort aux sources d’Arcier, lesquelles sont en réalité une résurgence.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes  83 84  du réseau de transport en commun Ginko.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saône est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saône, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 3 830 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (45,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (49,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,7 %), terres arables (23,1 %), zones agricoles hétérogènes (15,2 %), zones urbanisées (7,9 %), prairies (7,5 %), zones humides intérieures (4,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,8 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hugo, villicus de Sauna en 1130 ; Sona en 1189 ; Sonne en 1263 ; ecclesia de Sonna en 1275 ; Sonne en 1468 ; Sone le Petit, Sone le Grand en 1665 ; Saulne en 1724 ; Sone en 1741 ; Saunes en 1758[12].

Saône tient son nom de deux mots celtes : "sag"[Information douteuse] et "onna" signifiant respectivement sacré et eau, les celtes ne comprenant pas les mécanismes du marais, notamment l'eau qui disparaissait et réapparaissait si rapidement.[Information douteuse]

Histoire[modifier | modifier le code]

Par décret royal du , les communes de la Chevillotte, de Gennes, de Mamirolles, de Le Gratteris, de Montfaucon, de Morre et de Saône faisant alors partie du canton de Roulans, arrondissement de Baume, département du Doubs seront distraites de ce canton et réunies au canton sud de la ville de Besançon, arrondissement de Besançon[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune

Blason de Saône Blason
D'or à la croix engrêlée d'argent.
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (ag/or).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1977 Maurice Maire    
1977 1984 Auguste Lischka    
1984 1995 Jean Louis Vuillemin    
1995 2000 Guy Devaux    
2000 2001 Bernard Descourvières    
2001 2008 Bernard Guyon    
2008 2014 Alain Viennet[14]    
2014 2020 Yoran Delarue DVG Cadre
2020 En cours Benoît Vuillemin [15] DVD Chef d'entreprise
Vice-président de Grand Besançon Métropole

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2018, la commune comptait 3 297 habitants[Note 3], en diminution de 0,6 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740718692745819888809906880
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
902889836779757727719681625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
622590592539543529566626731
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
9421 3411 9432 2002 4122 7283 0433 2603 326
2018 - - - - - - - -
3 297--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village dispose de trois salles des fêtes, un complexe sportif, une école maternelle, une école primaire et un collège qui accueille les élèves des villages environnants. Depuis 2014, l'école de musique intercommunale Ecole de Musique du Plateau enseigne la musique sur les communes du plateau et propose chaque année une dizaine de concerts gratuits mêlant élèves de l'école et artistes professionnels.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Saône organise un évènement d'artisanat du plateau : Saveurs et passion.

L.A.C.I.M. organise à Saône la fête de l'Afrique chaque année en septembre (La 9e édition ayant lieu le ).

De nombreuses expositions sont organisées à la bibliothèque de Saône.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Tous les ans depuis 1995, en avril, la commune et l’association de l'AMICALE organise une randonnée VTT : la Diagonale du Doubs (aussi surnommée la "3D"). Il s'agit d'une des plus grandes randonnées de la région. Près de 3500 personnes y participent et près de 300 bénévoles organisent l’événement. En 2015, la Diagonale du Doubs soufflait sa 20e bougie[20]. Malheureusement faute d'assez de bénévoles pour l'organiser l'événement n'a pas eu lieu en 2016[21]. L'AMICALE espère le relancer en 2017.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Victor édifiée en 1779 sur les plans de l'architecte Jean-Charles Colombot[22].
  • Les fontaines[23] de l'architecte Alphonse Delacroix : la fontaine du Sanglier en 1833 et la fontaine du Carcan dit aussi « le Lavoir » en 1839.
  • la gare de Saône.
  • Le marais de Saône qui s'étend à l'ouest et au nord du village. Zone humide à protéger, réserve en eau potable de la ville de Besançon, lieu de découverte privilégié, il fait depuis quelques années l'objet d'une attention particulière. Son exploitation est strictement réglementée. Il est inscrit à Natura 2000.
  • le Creux-sous-Roche : doline où disparaît l'eau du marais de Saône. En période de crue, il se remplit en raison d'une évacuation insuffisante, constituant progressivement un lac qui peut recouvrir finalement tout le marais. Les fosses (l'œil de bœuf et la fontaine du bas) situées au centre du village, qui jouent le rôle de cheminée d'équilibre sur le parcours souterrain de l'eau, se remplissent également mais avec un léger retard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abbé Robert Simon. Né à Roulans le , L'homme planeur ou L'abbé volant, est curé de Saône de 1944 à 1963. Il s'adonne au plongeon de haut vol (33 mètres) et en réalise 110 afin de se procurer les finances nécessaires à la restauration de l'église et à la construction de treize maisons de castors[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Saône », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE, .
  13. Collection complète des lois, décrets d'intérêt général, traités ..., Volume 22 Par France,Jean Baptiste Duvergier page 198
  14. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « La «  Diagonale du Doubs » fête ses 20 ans », sur www.estrepublicain.fr (consulté le ).
  21. « Saône : la Diagonale du Doubs veut rebondir en 2017 », sur www.estrepublicain.fr (consulté le ).
  22. https://www.saone.fr/index.php/accueil/la-ville/hisroire
  23. https://www.saone.fr/index.php/patrimoine-urbanisme/monuments/les-fontaines