Longechaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Longechaux
Longechaux
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Valdahon
Intercommunalité Communauté de communes des Portes du Haut-Doubs
Maire
Mandat
Maurice Grosset
2014-2020
Code postal 25690
Code commune 25342
Démographie
Population
municipale
77 hab. (2016 en augmentation de 20,31 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 54″ nord, 6° 25′ 49″ est
Altitude Min. 699 m
Max. 820 m
Superficie 5,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Longechaux

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Longechaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longechaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longechaux

Longechaux est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Longechat en 1282 ; Longechaz en 1284 ; Longechal en 1305 ; Longechaux depuis 1415[1].

Longechaux s'étend sur un plateau aux abords d'une belle forêt de sapins et de hêtres. L'agriculture et l'élevage laitier restent prioritaires. Mais l'ancestral intérêt pour les chevaux comtois ne s'est pas départi. Une diversification est en train de se réaliser vers l'exploitation forestière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vercel-Villedieu-le-Camp Grandfontaine-sur-Creuse Rose des vents
N
O    Longechaux    E
S
Avoudrey

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Longechaux au Moyen Âge et jusqu'à la Révolution est tout entière liée à la seigneurie de Vercel. Jean de Vercel se déclare vassal de Gauthier, sire de Montfaucon, pour tout ce qu'il tient à Longechaux et Avoudrey en 1305. Au XVIe siècle, le seigneur de Vercel y a vingt sujets dont douze ou treize mainmortables. En 1678, le village est morcelé ; en effet un procès est engagé à cette date contre les habitants de la communauté de Longechaux, au sujet des dîmes de graines qu'ils ne payaient pas aux sièges de trois seigneuries, à savoir l'abbaye de la Grâce-Dieu, la commanderie de Villedieu et la dame de Mongenet, de Goux-lez-Vercel. En 1688, une partie de Longechaux relève de Ferdinand François de Rye, comte de Poitiers, seigneur de Cicon.

Longechaux, sans seigneur résidant, sans église, sans pouvoir commercial, fut l'objet de convoitises et de luttes d'influences de la part de ses voisins mieux pourvus.

Le plateau de Vercel fut très éprouvé pendant la guerre par les Suédois. Le village de Longechaux au terme de ce cauchemar "voyait encore vers 1665, plusieurs de ses fils rescapés obligés de s'expatrier vers les pays de la plaine pour gagner quelqu'argent afin de réédifier leurs maisons. Les épines qui avaient avancé dans les terres auraient eu pourtant bien besoin de tous ces bras". C'est la région de Baume-les-Dames, et surtout la paroisse de Verne, qui reçut et vit s'établir quelques ressortissants de Longechaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Bruno Pourcelot    
mars 2008 2014 Samuel Vergey[2]    
mars 2014 En cours Maurice Grosset DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 77 habitants[Note 1], en augmentation de 20,31 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
132153129132156150133145151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
161165154142112112101100105
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10310810310710510711110783
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
828274585153555555
2013 2016 - - - - - - -
7677-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À côté de la mairie récemment rénovée, la chapelle Saint-Joachim-et-Sainte-Anne construite en 1665 et convertie en église en 1789 renferme un bénitier massif taillé dans un bloc de pierre, une croix de 1632 et un bas-relief du Christ de 1629 encastré dans un mur. Elle a été rénovée en 1991.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]