Nans-sous-Sainte-Anne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nans-sous-Sainte-Anne
Nans-sous-Sainte-Anne
L'ancienne taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Emmanuel Cretin
2020-2026
Code postal 25330
Code commune 25420
Démographie
Gentilé Nanais
Population
municipale
165 hab. (2018 en augmentation de 17,02 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 39″ nord, 5° 59′ 59″ est
Altitude Min. 357 m
Max. 770 m
Superficie 8,86 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Nans-sous-Sainte-Anne
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Nans-sous-Sainte-Anne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nans-sous-Sainte-Anne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nans-sous-Sainte-Anne

Nans-sous-Sainte-Anne est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants se nomment les Nanais et Nanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, situé à 365 mètres d’altitude, se trouve à la confluence de sept vallées (celles du Lison amont, du Lison aval, de l’Arcange, du Bief de Vaux, du Bief de Foure, du Verneau et des Prés Prin) qui ont profondément entaillé le plateau qui culmine à 700 m d'altitude.

Panorama sur le village depuis Crouzet-Migette.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nans en 1145 ; Nan en 1315 ; Nant en 1410 ; Nan deçà de l'eau en 1614 ; Nans-sous-Sainte-Agnès au XVIIIe siècle[1].

Situé dans une reculée jurassienne caractéristique, entouré de falaises et à proximité de la source du Lison, peint par Gustave Courbet[2], le nom de la commune vient du gaulois « nanto » qui désigne une vallée (souvent encaissée), une rivière, ou un torrent[3],[4].

Orthographié nan/nans/nant ou nanc-, ce mot est très présent dans la toponymie[5], notamment dans les régions de relief calcaire, où on le trouve associé aux dépressions plus ou moins étroites et profondes que l'on y rencontre, comme dans le cas de Nant (Aveyron), Nantua (Ain) ou Nancy (Meurthe-et-Moselle) (voir Nancy#Toponymie pour d'autres précisions sur cette racine) et dans le cas présent.

La racine « nanto » est d'ailleurs particulièrement fréquente dans le Jura (cf. Gondenans-les-Moulins, Nans, les Nans, Mournans-Charbonny, Nanc-lès-Saint-Amour, Nance, Nancuise, Nantey). Elle est aussi à la base de noms de famille comme Nantet ou Nantel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saraz Éternoz Rose des vents
Salins, Saizenay (Jura) N Montmahoux
O    Nans-sous-Sainte-Anne    E
S
Geraise (Jura) Sainte-Anne, Crouzet-Migette

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nans-sous-Sainte-Anne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune subsistent quelques vestiges du château de Montrichard. Il était constitué d'une haute tour protégeant un ensemble de bâtiments annexes. Un fossé taillé dans le roc isolait ce petit promontoire du côté ouest.

Bâti au XIIIe siècle pour surveiller le chemin médiéval qui descendait de Montmahoux, il fut totalement ruiné par les troupes de Louis XI vers 1479.

Il abrita dans le courant du XIVe siècle un atelier de fausse monnaie ducale.

Maigres en sont les vestiges de nos jours. Seul un œil averti en distingue quelques éléments...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Gilbert Carrez PCF  
mars 2008 mars 2014 Daniel Menweg[11] Apparenté PCF  
mars 2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Emmanuel Cretin [12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 165 habitants[Note 2], en augmentation de 17,02 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
327320328327358366447483450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
439414378370392366345315299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294312289231222195209231201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
138113128141142125141143145
2013 2018 - - - - - - -
141165-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village, grâce à sa situation à la confluence de plusieurs vallées qui ont profondément entaillé le plateau, est un lieu au paysage exceptionnel et un paradis pour les randonneurs, les pêcheurs, les adeptes de l'escalade ou de la spéléologie. On y trouve :

  • Deux résurgences :
    • la source du Verneau : un des réseaux spéléologiques les plus vastes de France dont plusieurs accès se trouvent sur la commune de Déservillers, à 7 kilomètres de là.
    • La source du Lison : une résurgence débouchant dans une grotte et tombant ensuite en une cascade qui ne tarit jamais. À proximité, se trouvent deux « monuments » karstiques : le creux Billard, gouffre de plus de 80 m de profondeur et la grotte Sarrazine, arcade de 100 m de hauteur et 30 m de largeur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, Besançon, Cêtre, 1986(.
  2. « Gustave Courbet - The Complete Works - The Source of the Lison - gustavecourbet.org », sur www.gustavecourbet.org (consulté le 31 janvier 2018).
  3. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, , 440 p. (ISBN 978-2-87772-237-7), p. 230.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 488.
  5. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne : -500 - +500, Paris, éditions Errance, , 383 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), page 203.
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  11. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Nans-Sous-Sainte-Anne (25330) , Canton d'Amancey, Le Doubs, La route des communes », sur routedescommunes.com (consulté le 6 août 2020).
  18. http://clochers.free.fr/base/nans_ssa.html
  19. Alain le Sténanais, « Louis Pergaud à Nans sous Sainte Anne (1) ... », sur Vivranans (...) (consulté le 8 février 2021).
  20. La source du Lison est à l'origine de la législation sur la protection de l'environnement sur le Portail Loue Lison furieuse
  21. La source du Lison est à l'origine de la législation sur l'environnement sur gaganans.blogs.com