Reugney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Reugney
Reugney
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Dominique Bérion
2020-2026
Code postal 25330
Code commune 25489
Démographie
Gentilé Rudignacusses
Population
municipale
295 hab. (2018 en diminution de 5,75 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 48″ nord, 6° 09′ 07″ est
Altitude Min. 649 m
Max. 910 m
Superficie 8,19 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Reugney
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Reugney
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Reugney
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Reugney

Reugney est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants s'appellent les Rudignacusses[1] (avant, Reugney s'appelait Rudiniacum, d'où le nom de ses habitants maintenant). Reugney se situe à environ trente minutes en voiture de Pontarlier. Son altitude est comprise entre 690 et 705 mètres. La commune dispose aussi d'une forêt se situant sur sa côte, d'où on peut admirer par beau temps la chaîne des Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rudiniaco en 944 ; Ruigney en 1148 ; Ruygney au XVIIIe siècle[2].

Blotti sur un des plateaux, au pied de la forêt couvrant les pentes du premier plissement du Jura et dominé par des prés et pâturages culminant à plus de 900 m au Temps, d'où l'on peut découvrir un point de vue panoramique sur les plateaux inférieurs du Jura, ainsi que les Vosges et le Mont Blanc par temps clair.

Vue générale du village.

La table d'orientation de La Croix du Temps permet de situer les villages et sites que l'on découvre depuis ce lieu. La grotte de la Baume du Mont est d'accès aisé grâce à l'installation d'une échelle fixe. Courbet, originaire du village voisin de Flagey, y est venu peindre son nom dans la dernière salle. Par le chemin situé entre Reugney et Bolandoz, on a accès à la cascade du Dard et au val du Bas des Mais.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Ruisseau des Maits et le Ruisseau du Dard sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Silley-Amancey Chantrans Rose des vents
Bolandoz N Amathay-Vésigneux
Levier
O    Reugney    E
S
Levier
Carte de la commune de Reugney et des proches communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Reugney est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (35,2 %), prairies (32,8 %), forêts (28,6 %), zones urbanisées (3,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est très ancien puisqu'on y signale la présence d'une église en 944.

Le « château », au pied de la côte, est une ancienne résidence de chasse des seigneurs de Maillot dont le château féodal s'élevait à proximité de la ferme du Gros Maillot.

Pendant la Seconde Guerre mondiale le village a servi de lieu d'accueil pour plusieurs parachutages alliés (matériel et hommes) au bénéfice du groupe Secteur Loue-Lison.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 juillet 2013 Patrick Ronot[10] UMP Conseiller général
Président de la Communauté de communes Amancey-Loue-Lison
19 juillet 2013 avril 2014 René Clerc   Retraité ancien gérant scierie
avril 2014 En cours
(au 1er juin 2020)
Dominique Bérion [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
UMP-LR Chef d'entreprise

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2018, la commune comptait 295 habitants[Note 2], en diminution de 5,75 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350285273297315314325376366
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
348337315301316318340320302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
301293315288301276283248261
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
249212194193186230287309317
2018 - - - - - - - -
295--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 2021, Reugney compte une scierie, un atelier de réparation de machines agricoles, une épicerie-tabac, un plombier-chauffagiste, une pension canine et féline et deux bûcherons.

La commune est à l'origine du premier regroupement pédagogique intercommunale, puis de la première maternelle en milieu rural du département. Une nouvelle école s'est ouverte en 1997. L'aménagement d'une dizaine de logements a permis d'accueillir aussi de nouveaux ménages.

L'activité agricole reste importante. Elle est orientée vers la production de lait destiné à la fabrication du fromage de Comté. Cette spécificité permet de dire que les agriculteurs sont producteurs de fromage de Comté. Reugney est marqué par la culture coopérative.

Depuis 2011, le GAEC de l'Aurore s'est engagé vers une agriculture raisonnée avec la création d'une serre maraîchère produisant tout au long de l'année des légumes labellisés « agriculture biologique ». Cette diversification aura été possible grâce à la construction d'une unité de méthanisation qui produit de l'électricité injectée sur le réseau EDF. La chaleur résiduelle du méthaniseur assure le bon fonctionnement de la serre maraîchère et tempère les autres locaux de la ferme. En outre, le GAEC de l'aurore accueille le public scolaire pour le sensibiliser aux pratiques environnementales raisonnées[16].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin.
  • La chapelle Saint-Joseph.
  • La fontaine de Courcelles, située à 300 mètres du village dans le chemin de Courcelles, dont l'eau est encore potable car provenant d'une source de la côte de Reugney. Le toit de la fontaine qui était soutenu par des piliers a été détruit durant la Seconde Guerre mondiale ainsi que la seconde partie de la fontaine qui servait à laver le linge. On a découvert des pavés autour de la fontaine. Maintenant elle sert aux agriculteurs qui viennent y puiser de l'eau.
  • Le belvédère du Temps avec sa croix et sa table d'orientation dominent le plateau d'Amancey.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Reugney », sur Habitants.fr (consulté le ).
  2. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, Besançon, Cêtre, .
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires - Démissionnaire en juillet 2013.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. ADEME, Les énergies renouvelables en agriculture. La méthanisationà la ferme. Témoignage du GAEC de l’Aurore, 2 p. (lire en ligne)
  17. « Louvre site des collections », sur collections.louvre.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :