Bavans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bavans
Bavans
Fontaine et temple de Bavans.
Blason de Bavans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Sophie Radreau
2020-2026
Code postal 25550
Code commune 25048
Démographie
Gentilé Bavanais, Bavanaises
Population
municipale
3 585 hab. (2021 en diminution de 2,66 % par rapport à 2015)
Densité 406 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 57″ nord, 6° 43′ 53″ est
Altitude Min. 300 m
Max. 487 m
Superficie 8,83 km2
Unité urbaine Montbéliard
(banlieue)
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bavans
(bureau centralisateur)
Législatives 3e circonscription du Doubs
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bavans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bavans
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Bavans
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Bavans

Bavans [bavɑ̃] est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Bavanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Bavans est une petite ville de l'est de la France, située sur la rivière Doubs, et qui forme la partie sud-ouest avec la ville voisine de Voujeaucourt de la communauté d'agglomération Pays de Montbéliard Agglomération.

Bavans se situe à environ 9 kilomètres de Montbéliard, 30 kilomètres de Belfort et 70 kilomètres de Besançon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bavans dès 1139 puis en 1293, 1336, 1424, avec des variations comme : Bavens en 1147 ; Bauvens en 1150, 1162 ; Bevens en 1303 ; Bevans en 1375 ; Bewant en 1446 ; Bavan en 1480 ; Banvans en 1559[1].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 273 mm, avec 13,4 jours de précipitations en janvier et 10,2 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Medière », sur la commune de Médière à 10 km à vol d'oiseau[4], est de 11,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 105,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,2 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17 °C, atteinte le [Note 1],[5],[6].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[7]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bavans est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montbéliard, une agglomération inter-départementale regroupant 25 communes[12] et 112 634 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[13],[14].

Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (43,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (42,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,7 %), zones agricoles hétérogènes (25,6 %), zones urbanisées (20,8 %), eaux continentales[Note 4] (3,6 %), prairies (3,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,8 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a à environ 2 km du centre du village un abri sous roche néolithique où l'on a retrouvé au début des années 1980 une pointe de flèche[18]. Deux nécropoles à mobilier datant de l'époque des Burgondes ont également été découvertes sur le territoire.

Le village est mentionné dans les années 1139 et 1140, à propos d'une donation signée par Thierry, comte de Montbéliard, au profit de l'abbaye de Lieu-Croissant.

La maison de Bavans est connue depuis le XIIe siècle. Conon de Bavans, le premier de cette famille rappelé dans les chartes, vivait en 1161. Un siècle après est cité le chevalier Otton, qui, outre le fief du château de Bavans, en possédait un second à Soie et à Saint-Jean d'Adam. Il tenait aussi la moitié de la mairie de Baume-les-Dames et la vendait au comte palatin de Bourgogne Hugues de Chalon en mars 1256. Sa descendance s'est perpétuée jusqu'à la fin du XVe siècle. Le dernier mâle, Horry de Bavans, écuyer, châtelain de Mandeure pour l'archevêque de Besançon, puis maire de Montbéliard, mourait vers 1481. Il avait épousé Girarde, fille de Moraux de Falletans, de Salins. Son écu était : d'azur à deux barbeaux adossés d'argent[19].

À partir de 1540, la Réforme est introduite et les mainmortables sont affranchis au cours du XVIe siècle.

Le village subit les guerres de la période moderne ainsi que le passage des troupes du duc de Guise pendant les années 1587 et 1588. Au cours de la guerre de Trente Ans, la population est décimée par la famine et la peste. Les colons suisses protestants relèvent le village de ses ruines.

Bavans est rattachée à la France en 1793, comme l'ensemble du comté de Montbéliard.

La commune n'a pas été touchée par l'industrialisation, mais les habitants y ont développé d'autres activités.

En 1943, Lucien Jeannet (dresseur, et habitant de Bavans depuis son enfance) crée le Cirque Gruss-Jeannet avec ses amis Alexis Gruss senior et André Gruss. Leur cirque devint l'un des plus importants cirques d'Europe et s'appela de différents noms, entre autres : Gruss-Jeannet (de 1943 à 1949), Radio Circus (de 1949 à 1955), Cirque-Zoo Jean Richard (de 1957 à 1958), Le Grand Cirque de France (de 1959 à 1966, avec le spectacle gigantesque BEN-HUR Vivant), Circorama Achille Zavatta (1967). Lucien Jeannet décéda en 1977 et il est enterré au cimetière de Bavans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections municipales de 2020 dans le Doubs, la liste PS menée par Sophie Radreau remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 756 voix (54,70 %, 21 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), battant celle DVD de la maire sortante, Agnès Traversier, qui obtient 626 voix (45,29 %, 6 conseillers municipaux élus), lors d'un scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France où 47,58 % des électeurs se sont abstenus[20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1925 Edgar Japy[21]   Directeur de l'usine de la Roche, à Bart,
il se fit construire le « château » du Lorday à partir de 1910.
1925 1983 Ernest Lelache[22],[Note 5] DVG Conseiller général de Montbéliard(1945 → 1973)
Conseiller général de Montbéliard-Ouest(1973 → 1979)
Conseiller d'arrondissement de Montbéliard (1928 →1940)
1983 1995 Bernard Pagnot    
1995 2008 Yves Richard DVD  
mars 2008 novembre 2008[23] Gérard Audouze[Note 6] DVG Vice président de la CA du Pays de Montbéliard
Décédé en fonction
2008 août 2010[24],[25] Claire Radreau DVG Vice présidente de la CA du Pays de Montbéliard
Décédée en fonction
2010 avril 2014[26] Pierre Kneppert PS  
avril 2014 mai 2020[27] Agnès Traversier DVD Vice-présidente de Pays de Montbéliard Agglomération (2014 → 2020)
mai 2020[28],[29] En cours
(au 11 juillet 2020)
Sophie Radreau PS Pharmacienne
Vice-présidente de Pays de Montbéliard Agglomération (2020 → )

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[31].

En 2021, la commune comptait 3 585 habitants[Note 7], en diminution de 2,66 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
484508610701746750761852837
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8008408708451 1021 1751 0631 0341 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9891 0921 1639771 0611 0811 0291 0501 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 9142 5943 7544 1484 1443 9173 6753 6203 573
2015 2020 2021 - - - - - -
3 6833 6043 585------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est l'hôpital Nord Franche-Comté situé à Trévenans, dans le sud du Territoire de Belfort (département voisin)[34],[35].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Jeannet (né à Montbéliard en 1902 et enterré à Bavans en 1977). Associé à ses deux amis Alexis Grüss senior et André Grüss, il fut directeur-propriétaire de l'un des plus fameux cirques Européens. Ce cirque porta différents noms, entre autres : Gruss-Jeannet, Radio Circus, Cirque-Zoo Jean Richard, Le Grand Cirque de France.
  • Weber Rehde. D'origine danoise, il fut le fondateur de la Société Rehdéko et des enceintes acoustiques du même nom. Son laboratoire de recherche était situé à Bavans[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bavans Blason
D'azur à deux bars adossés surmontés d'une fleur de lys, et entourés d'une filière, le tout d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Bavans
Alias du blason de Bavans
D’azur aux deux bars adossés d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Duvernoy, Les villages ruinés du comté de Montbéliard : avec quelques autres d'origine moderne, Arbois, A. Javel, , 48 p. (lire en ligne), p. 9, 15, 20, 28, 41, sur Google Books.
  • Jean-Marie Thiébaud, Généalogie et armoiries de la famille de Bavans, Société d'Emulation de Montbéliard, 1982.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Avec une durée de 58 ans, le mandat de maire d'Ernest Lelache fut l'un des plus longs de France. Une rue de la commune porte son nom.
  6. Un chemin forestier de la forêt du Mont-Bart porte le nom de ce maire.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 1, BESANÇON, CÊTRE, .
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Bavans et Médière », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Medière », sur la commune de Médière - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Medière », sur la commune de Médière - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Montbéliard », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  18. G. Aime, « Abris-sous-roche de Bavans (Doubs) : structures de combustion du Paléolithique supérieur final au Chalcolithique », Actes des Séminaires publics d'archéologie, DRAC du Doubs « Du lard ou du cochon. Approches archéologiques et ethnologiques de l'histoire de l'alimentation. »,‎ .
  19. Charles Duvernoy, Les villages ruinés du comté de Montbéliard, op. cit. en Bibliographie, p. 20.
  20. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Doubs (25) - Bavans », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  21. Pierre Richard, Edgar Japy, les usines Laroche : Bart, Bavans, Voujeaucourt, Bart, , 87 p. (ISBN 978-2-9512493-7-0, BNF 37076928).
  22. « LELACHE Ernest », Le Maitron en ligne, (consulté le ).
  23. « Hommage à Gérard Audouze », Les élus, sur bavans.fr (consulté le ).
  24. « Hommage à Claire Radreau », Les élus, sur bavans.fr (consulté le ) « De 1995 à 2008, elle fut successivement élue comme Conseillère Municipale et adjointe. En mai 2008, à la suite du décès brutal de son ami et Maire, Gérard Audouze, elle trouve le courage et la volonté de continuer, au poste de premier magistrat, le travail engagé ».
  25. Martial Bourquin, « Le Pays de Montbéliard perd une personnalité profondément attachée aux valeurs humaines et de progrès », sur martialbourquin.over-blog.com, (consulté le ).
  26. Françoise Jeanparis, « Municipales : « Pour que des jeunes émergent » : Engagé dans la vie municipale depuis 1995, le maire sortant Pierre Kneppert (PS) conduira liste « A l'écoute de Bavans » », L'Est Républicain,‎ 26/1/2014 mis à jour le 31/1/2014 (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Agnès Traversier s’engage pour Bavans », L'Est Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Sophie Radreau s’engage dans la transition écologique », L'Est Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Sophie Radreau élue maire », L'Est Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  34. Hôpital Nord Franche-Comté sur le site de la commune de Trévenans.
  35. Site officiel de l'HNFC.