Bavans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Doubs
Cet article est une ébauche concernant une commune du Doubs.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Bavans
Fontaine et église de Bavans.
Fontaine et église de Bavans.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Bavans
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Montbéliard
Maire
Mandat
Agnès Traversier
2014-2020
Code postal 25550
Code commune 25048
Démographie
Population
municipale
3 701 hab. (2014)
Densité 419 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 57″ nord, 6° 43′ 53″ est
Altitude Min. 300 m – Max. 487 m
Superficie 8,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Bavans

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Bavans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bavans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bavans

Bavans est unecommune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Bavanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bavans est une petite ville de l'est de la France, située sur la rivière Doubs. Formant la partie sud ouest avec la ville voisine de Voujeaucourt de la communauté d'agglomération du pays de Montbéliard, Bavans s'inscrit dans un bassin de vie plus large, un bassin urbain comptant 120 000 habitants au sein d'une aire urbaine qui en compte 300 000.

Bavans se situe à environ 9 kilomètres de Montbéliard, 30 kilomètres de Belfort et 70 kilomètres de Besançon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bavans dès 1139 puis en 1293, 1336, 1424, avec des variations comme : Bavens en 1147 ; Bauvens en 1150, 1162 ; Bevens en 1303 ; Bevans en 1375 ; Bewant en 1446 ; Bavan en 1480 ; Banvans en 1559[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Marie, Présentevillers Rose des vents
Lougres N Bart
O    Bavans    E
S
Colombier-Fontaine, Étouvans Dampierre-sur-le-Doubs Berche, Voujeaucourt

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a à environ 2 km du centre du village un abri sous roche néolithique où l'on a retrouvé au début des années 1980 une pointe de flèche[2]. Deux nécropoles à mobilier datant de l'époque des Burgondes ont aussi été découvertes sur le territoire.

Le village est mentionné dans les années 1139 et 1140, à propos d'une donation signée par Thierry, comte de Montbéliard, au profit de l'abbaye de Lieucroissant.

La maison de Bavans est connue depuis le XIIe siècle. Conon de Bavans, le premier de cette famille rappelé dans les chartes, vivait en 1161. Un siècle après est cité le chevalier Otton, qui, outre le fief du château de Bavans, en possédait un second à Soie et à Saint-Jean d'Adam. Il tenait aussi la moitié de la mairie de Baume-les-Dames et la vendait au comte palatin de Bourgogne Hugues de Chalon dans le mois de mars 1256. Sa descendance s'est perpétuée jusqu'à la fin du XVe siècle. Le dernier mâle, Horry de Bavans, écuyer, châtelain de Mandeure pour l'archevêque de Besançon, puis maire de Montbéliard, mourait vers 1481. Il avait épousé Girarde, fille de Moraux de Falletans, de Salins. Son écu était : "d'azur à deux barbeaux adossés d'argent"[3].

À partir de 1540, la Réforme est introduite et les mainmortables sont affranchis au cours du XVIe siècle. Le village subit les guerres de la période moderne ainsi que le passage des troupes du duc de Guise pendant les années 1587 et 1588. Au cours de la guerre de trente ans, la population est décimée par la famine et la peste. Les colons suisses protestants relèvent le village de ses ruines. Bavans appartenait au comté de Montbéliard qui fut rattaché à la France en 1793.

La commune n'a pas été touchée par l'industrialisation, mais les habitants y ont développé d'autres activités.

En 1943, le cirque Gruss-Jeannet qui devint l'un des plus importants cirques d'Europe, grâce à ses trois fondateurs : Lucien Jeannet, Alexis Gruss et André Gruss.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bavans Blason D’azur aux deux bars adossés d’or
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Ernest Lelache DVG  
1983 1995 Bernard Pagnot    
2001 2008 Yves Richard DVD  
2008 2008 (décès[4]) Gérard Audouze DVG  
2008 2010 (décès) Claire Radreau[5] DVG  
2010 2014 Pierre Kneppert DVG Assure l'intérim puis devient maire
2014 en cours Agnès Traversier DVD Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 701 habitants, en augmentation de 3,58 % par rapport à 2009 (Doubs : 1,76 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
484 508 610 701 746 750 761 852 837
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800 840 870 845 1 102 1 175 1 063 1 034 1 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
989 1 092 1 163 977 1 061 1 081 1 029 1 050 1 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 914 2 594 3 754 4 148 4 144 3 917 3 675 3 573 3 701
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le fort du Mont Bart.
  • L'église luthérienne a été construit au XVIIIe siècle et sera restauré en 1920.
  • Lavoir.
  • Fontaine.
  • Chapelle Saint-Bruno.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Jeannet (né à Montbéliard en 1902 et enterré à Bavans en 1977) fut un des habitants les plus populaires. Il a écrit la chanson Le roi des pays vraiment c'est Bavans ! . Associé à ses deux amis Alexis Gruss (Sr.) et André Gruss, il fut directeur-propriétaire de l'un des plus fameux cirques au monde. Ce cirque porta différents noms : Radio Circus, Medrano Voyageur, Cirque-Zoo Jean Richard, Grand Cirque de France[10].
  • Weber Rehde. D'origine danoise, clarinettiste et chef d'orchestre de renommée internationale, il fut le fondateur de la société Rehdéko et des célèbres enceintes acoustiques du même nom. Sa résidence et son laboratoire de recherche, l'un des plus performants d'Europe, étaient situés rue des Cerisiers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 1, BESANÇON, CÊTRE,
  2. Cf. G. Aime, « Abris-sous-roche de Bavans (Doubs) : structures de combustion du Paléolithique supérieur final au Chalcolithique », Actes des Séminaires publics d'archéologie, DRAC du Doubs « Du lard ou du cochon. Approches archéologiques et ethnologiques de l'histoire de l'alimentation. »,‎
  3. Les villages ruinés du comté de Montbéliard
  4. http://www.estrepublicain.fr/franchecomte/doubs/montbeliard_audincourt/p/art_775348.php
  5. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. L'Extraordinaire Histoire du Cirque Gruss-Jeannet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les villages ruinés du comté de Montbéliard, avec quelques autres d'origine moderne, Charles Duvernoy, 1847, p.  20. Google livres

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]