Coteaux du Lizon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Lizon.

Coteaux du Lizon
Coteaux du Lizon
Église Notre-Dame de la Nativité de Saint-Lupicin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Claude
Saint-Lupicin
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude
Maire
Mandat
Alain Waille
2017-2020
Code postal 39170
Code commune 39491
Démographie
Gentilé Lizonais, -aise
Population
municipale
2 390 hab. (2016)
Densité 154 hab./km2
Population
aire urbaine
7 271 hab.
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 01″ nord, 5° 47′ 33″ est
Altitude 596 m
Min. 402 m
Max. 926 m
Superficie 15,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Coteaux du Lizon

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Coteaux du Lizon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coteaux du Lizon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coteaux du Lizon

Coteaux du Lizon est, depuis le , une commune nouvelle française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est située dans le parc naturel régional du Haut-Jura.

Son aire urbaine, la cinquième du Jura après celle de Dole, Lons, Champagnole et Morez, regroupe les communes de Coteaux du Lizon, Lavans-lès-Saint-Claude, Vaux-lès-Saint-Claude, Chassal-Molinges et Ravilloles.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle regroupe les communes de Saint-Lupicin et de Cuttura qui deviennent des communes déléguées, le [1]. Son chef-lieu se situe à Saint-Lupicin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Moirans-en-Montagne Ravilloles Leschères
Valfin-lès-Saint-Claude
Rose des vents
Villards-d'Héria N Avignon-lès-Saint-Claude
O    Coteaux du Lizon    E
S
Lavans-lès-Saint-Claude


Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 2 km de Lavans-les-Saint-Claude, à une douzaine de km de Saint-Claude et à 30 km d'Oyonnax. Elle est implantée sur le Plateau du Lizon et est entourée par les montagnes du massif du Jura.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située en moyenne montagne, dans le massif du Jura. La commune est coupée en deux par l'étroite mais profonde vallée du Lizon, petite rivière d'environ 7 km prenant sa source à proximité du petit bourg de Les Crozets et se jetant dans la Bienne près de Lavans-lès-Saint-Claude. La commune compte également deux vastes combes, dont une vers le hameau de Grande-Maison sur les hauteurs de la commune au pied de la Roche d'Antre qui présenterait des caractéristiques proches de la Brévine ou encore Mouthe. Elle est entourée notamment par le massif de la Roche d'Antre à l'ouest et du plateau montagneux sur lequel est situé Avignon-lès-Saint-Claude à l'est. Bien qu'elle soit dans le Haut-Jura, aucun des sommets dans le territoire de la commune ne dépasse les 1000 m, mais pour autant, à 5 km au sud, on trouve le Crêt de Surmontant, qui lui culmine à 1065 m. À noter que l'altitude maximale de son canton se trouve près de Lamoura au Crêt Pela, culminant à 1495m.

Hydrographie

Le Lizon est le principal cours d'eau traversant la commune. On trouve également le barrage de Cuttura, petite retenue d'eau située entre Cuttura et Saint-Lupicin. Nombreux sont les petits ruisseaux de montagne présents sur la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Coteaux du Lizon est dit "continental humide avec influence montagnarde". Les saisons y sont marquées avec des étés orageux pouvant être chauds, des hivers frais voire froids et très enneigés ainsi que des intersaisons peu marquées où les variations sont importantes. La classification de Köppen lui attribue le code Dfb ce qui signifie que ce climat a son caractère continental bien marqué, mais qu'il reste près du climat de type Cfb du fait des précipitations dignes d’un climat océanique, mais dans la mesure où le mois le plus froid a une température inférieure ou égale 1 °C en moyenne, il est considéré comme un des types de climats continentaux. Hégenheim, dans le Grand Est, a un climat opposé à celui du village jurassien. Le record de chaleur est 40,4 °C, enregistré le 28 juin 2019. Le record de froid est de -30,1 °C, enregistré le 10/02/1956. À noter que l'amplitude entre ces deux records absolus est de 71 °C, ce qui est remarquable (la plus grande amplitude entre deux records dans le monde est à Verkhoïansk et ses 105 °C d'écart).

Données climatiques de Saint-Lupicin, Coteaux du Lizon, période 1981-2010 (Records 1950 - présent)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,3 −3,2 −0,2 2,7 6,8 9,8 12,1 11,9 9,3 5,1 1,1 −1,9 4,19
Température moyenne (°C) 0,1 1,1 4,9 8,5 12,9 16,1 18,5 18,3 15,1 10,1 4,7 1,1 9,28
Température maximale moyenne (°C) 3,6 5,5 10,1 14,3 18,9 22,3 24,8 24,6 20,8 15,1 8,2 4,1 14,36
Record de froid (°C) −27,5 −30,1 −24,2 −8,4 −6,1 −0,6 2,3 −0,1 −2,8 −8,2 −18,4 −24,7 −30,1
Record de chaleur (°C) 16,5 20,2 22,4 28,7 33 40,4 40,1 39 30,8 26,1 20,3 16 40,4
Nombre de jours avec gel 26 23 19 6 1,5 0 0 0 0,5 6 17 23 122
Ensoleillement (h) 84 97 126 159 189 217 278 252 187 121 78 61 1 849
Précipitations (mm) 157,8 134,7 145,6 143,2 159,1 132,2 111,4 131,9 135,7 163,1 179,3 194,7 1 788,7
dont neige (cm) 53,6 44,2 21,9 3,6 0,2 0 0 0 0 1,8 30,6 49,7 205,6
Nombre de jours avec neige 8 7 4,5 0,5 0,5 0 0 0 0 0,5 5 8,5 34
Nombre de jours avec brouillard 7 5 3 1 1 0 0 0 2 4 9 8 40
Source : meteofrance Records depuis 2000


Nous sommes actuellement dans une période où le climat change, et les moyennes sont réévaluées comme tous les dix ans : voici un tableau provisoire des normales 1991-2020 (les températures et les précipitations seront rentrées d'ici la fin de l'été).

Données climatiques provisoires de Saint-Lupicin, Coteaux du Lizon, période 1991-2020 (Records 1950 - présent)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,1 −3,4 0,1 3,2 7,1 10,2 12,4 12,1 9,6 5,2 1,1 −1,8 4,41
Température moyenne (°C) 0,4 1,2 5,3 8,9 13,2 16,5 18,8 18,5 15,4 10,2 4,6 1,2 9,51
Température maximale moyenne (°C) 3,9 5,8 10,4 14,6 19,2 22,8 25,2 24,8 21,1 15,2 8,1 4,3 14,62
Record de froid (°C) −27,5 −30,1 −24,2 −8,4 −6,1 −0,6 2,3 −0,1 −2,8 −8,2 −18,4 −24,7 −30,1
Record de chaleur (°C) 16,5 20,2 22,4 28,4 33 40,4 40,1 39 30,8 26,1 20,3 16 40,4
Nombre de jours avec gel 24 24 18 4 0,5 0 0 0 0,5 5 16 21 113
Ensoleillement (h) 82 101 128 161 192 226 283 259 188 118 75 59 1 872
Précipitations (mm) 162,3 133,4 144,7 144,9 162,6 131,5 107,2 129,8 133,1 167,2 182,3 197,8 1 796,8
dont neige (cm) 50,4 41,7 20,9 3,2 0,1 0 0 0 0 1,5 31,1 49,8 198,7
Nombre de jours avec neige 7,5 6 4 0,5 0 0 0 0 0 0,5 5,5 9 33
Nombre de jours avec brouillard 5 4 4 2 1 0 0 0 1 4 8 8 37
Source : meteofrance Records depuis 2000


Caractère spécial du climat[modifier | modifier le code]

Le village possède un caractère très spécial au niveau de la neige : les accumulations annuelles sont en effet amplifiées par la présence des premiers hauts contreforts jurassiens. Ainsi, le village reçoit en moyenne autour de 2 m de neige par an contre environ 1,30 m à Moirans-en-Montagne à 6 km à l'ouest et à la même altitude. Ces chutes de neige sont amplifiées d'une telle façon que le village reçoit parfois autant de neige qu'il en tombe à Septmoncel les Molunes ou Saint-Laurent-en-Grandvaux en une journée. Ce caractère fait que Coteaux du Lizon est la deuxième ville la plus enneigée de France sous 700 m, devancée par Ravilloles, sa voisine avec ses 2,26 m annuels, et que le Plateau du Lizon (Coteaux du Lizon, Lavans-lès-Saint-Claude et Ravilloles) est le territoire le plus enneigé d'Europe de l'Ouest sous 700 m (en excluant l'Autriche, voir selon le codage de l'ONU).

Prévisions météo futures[modifier | modifier le code]

Actuellement, la fin de l'été s'approche : il est temps de faire les premières prévisions de cet hiver 2019-2020. Cela commence, en s'appuyant sur les prévisions saisonnières de plusieurs sites météo, par l'estimation sur 5 jours de la première gelée et la première chute de neige. Le trimestre automnal s'annonce plutôt normal au niveau températures et sec, différence de 0 °C par rapport aux moyennes. Une période froide est possible sur une vingtaine de jours entre les 20/10 et 15/11, autrement tout le reste de l'automne serait doux voire bien chaud et ce notamment en fin septembre, avec pas mal de 25 °C possibles.

Première gelée : prévue entre le 19/10 et le 23/10, due à une fin de mois d'octobre prévue comme très fraîche dans l'ensemble, ces gelées pouvant être plutôt forte pour la période (le mercure pourrait baisser jusqu'à -3 °C un ou deux jours).

Première neige : attendue entre le 22/10 et le 26/10, avec entre 3 et 7 cm, de façon très précoce (la première neige arrive en moyenne autour du 10/11), dans la même optique que les gelées.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire (Saint-Lupicin)[modifier | modifier le code]

Saint-Lupicin nait de la construction d'un monument religieux au Vème siècle par le moine Lupicin de Lauconne et son frère Romain de Condat qui lui avait auparavant construit la chapelle de Saint-Romain de Roche, près de la localité de Petit-Châtel. Le village est alors nommé et ce jusque vers 1100 Lauconne, qui signifie "Entre-deux montagnes".

À l'époque de Louis XIII, de la fin du XVIème au début du XVIIème siècle, le village, alors sous le nom de Saint Lupicin, faisant partie de la Comté, est menacé par les Saxes et les Français. La situation est bien embêtante pour le village qui manque plusieurs fois de se faire envahir. C'est alors qu'un homme bien connu dans le village car il en est le curé, prend les devants et dirige sa paroisse de façon militaire. Faisant ses messes à l'extérieur de l'église avec ses armes sur un autel improvisé, le Curé Marquis repoussa, lui et sa paroisse, plusieurs fois les invasions françaises si bien que ceux ci commençaient à en avoir peur. Le Curé Marquis est devenu si célèbre que longtemps après ses exploits, dans le But et, pour encourager une personne, on lui disait "Die te définds de Lacuzon et du curé de San-Loupcène !" ("Dieu te protège de Lacuzon et du curé de St-Lupicin").

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement et à nouveau le nom de Lauconne[1].

Aux XIXème et XXème siècles se déroule la prospérité du village, desservie notamment par les Chemins de fer vicinaux du Jura. Une division marque également le village, sur fonds d'idées politiques, entre "Les Rouges" et "Les Blancs". Une division si profonde que tout est doublé dans le village : il y a notamment deux cinémas : le cinéma de la Fraternelle et le cinéma du Cercle. Deux cafés du même noms que ces deux cinémas sont présents sur la commune, ainsi que deux clubs de football différents ; lorsqu'ils se rencontraient, il s'agissait d'un événement qui rassemblait tout le village. La fin du XIXème siècle et le début du XXème marquent aussi les vagues d'immigration : à cette époque, ce sont les Italiens ou les Irlandais fuyant la pauvreté et la famine qui arrivent dans le petit village jurassien. Lors de la Seconde Guerre mondiale, Saint-Lupicin et Cuttura étaient proches de la Ligne de Démarcation qui passait plus au nord et à l'est, au niveau de Saint-Laurent-en-Grandvaux ou encore Lajoux. Passé ces deux communes, on entrait dans la zone occupée du nord-est de la France où tout retour des réfugiés était absolument interdit par le gouvernement Nazi. Le département du Jura faisait partie, à cette époque, de la quinzaine de départements coupés par cette ligne instaurée par les Nazis et le Troisième Reich lors de la défaite rapide de la France.

Dans les années 1970, une nouvelle vague d'immigration se produit en même temps que le développement industriel du village : les peuples turcs et arabes arrivent en grand nombre et le nombre d'embauches possibles est sans précédent. La population est en plein essor et passe assez vite de 1000 à 2000 habitants.

Dans les années 2010, l'économie Lupicinoise repose donc essentiellement sur l'industrie de plasturgie et la petite ville continue son essor. Celle ci fait notamment partie de la Plastic Valley, qui est la région la plus développée d'Europe en matière de plasturgie et notamment Oyonnax. En 2017, Saint-Lupicin officialise son union avec sa voisine Cuttura et forme la commune de Coteaux du Lizon dont elle est le bureau centralisateur. Selon les chiffres de l'INSEE, la commune nouvelle compte 2462 habitants au 1er janvier 2019.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Coteaux du Lizon est le chef lieu de l'ancien canton de Saint-Lupicin, maintenant et donc devenu le canton de Coteaux du Lizon. Ce canton est constitué notamment des communes de l'ancien canton des Bouchoux, qui, dans le passé, avait regroupé les communes du Haut-Jura.

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Lupicin
(siège)
39491 CC Haut-Jura Saint-Claude 9,54 2 074 (2014) 217


Cuttura 39186 CC Haut-Jura Saint-Claude 5,95 327 (2014) 55

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
2016 En cours Alain Waille PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en [3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 401 habitants.

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Liste des erreurs :
• Aucune année fournie au modèle
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de Saint-Lupicin, est notée « une étoile » sur le Guide Michelin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs du Jura » (consulté le 7 juillet 2016)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. [ Calendrier départemental des recensements], sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années .