Réalisme (peinture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réalisme.
image illustrant la peinture
Cet article est une ébauche concernant la peinture.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

En peinture, le réalisme est un mouvement artistique du XIXe siècle apparu en France entre 1848 et la fin du siècle, consacré à la société et plus généralement à une représentation fidèle de la vie quotidienne. Son chef de file est le peintre Gustave Courbet (1819-1877) qui emploie le terme « réalisme » pour désigner cette peinture en 1855[1]. Mouvement spécifiquement français, il trouve des résonances en Europe, dans le costumbrismo espagnol, l'École de la Haye aux Pays-Bas, et le mouvement russe des Ambulants.

Le terme apparaît dans la langue française peu avant le milieu du XIXe siècle. Le courant culmine après 1850. Son projet vise à éviter toutes traces de pittoresque, d'exotisme, et de ne s'attacher qu'aux faits bruts pour atteindre une forme de vérité absolue[2]. Pour Paul Valery, les peintres réalistes « employèrent à décrire les objets les plus ordinaires, parfois les plus vils, des raffinements, des égards, un travail, une vertu assez admirables ; mais sans s’apercevoir qu'ils entreprenaient pas là hors de leur principe, et qu'ils inventaient un autre "vrai", une vérité de leur fabrication, toute fantastique.[3]. »

Le réalisme connaît un sursaut en France après la Seconde Guerre mondiale avec les peintres du groupe de L'homme témoin (Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, André Minaux, Paul Rebeyrolle, Simone Dat, Bernard Buffet, Michel Thompson, Gaston Sébire, Michel de Gallard) qui prônent le retour au réalisme dans un manifeste qui se veut opposition radicale à l'art abstrait.

Artistes[modifier | modifier le code]

Henri Biva, Paysage de Rivère, huile sur toile, 66 x 54.5 cm

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mouvements dans la peinture, p. 70
  2. Jacques Aumont, Cinéma français 1950 : qualité et réalisme, Le Cinéma français de la quatrième république, Conférences du collège d'histoire de l'art cinématographique, p. 44, 1993
  3. Paul Valéry, Variété, OE., Pléiade, t. I.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]