Abbans-Dessous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbans-Dessous
Abbans-Dessous
Mairie d'Abbans-Dessous.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Chantal Viprey
2020-2026
Code postal 25320
Code commune 25001
Démographie
Gentilé Abbanais, Abbanaises [1]
Population
municipale
258 hab. (2018 en augmentation de 5,74 % par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 03″ nord, 5° 52′ 31″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 315 m
Superficie 3,2 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Vit
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Abbans-Dessous
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Abbans-Dessous
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abbans-Dessous
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abbans-Dessous

Abbans-Dessous est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Boussières Rose des vents
Osselle-Routelle N Abbans-Dessus
O    Abbans-Dessous    E
S
Byans-sur-Doubs

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Abbans-Dessous est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (58,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35,9 %), prairies (32 %), terres arables (26,2 %), eaux continentales[Note 3] (5,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Habens en 1148 ; Abans en 1182 ; Abbans en 1250 ; Abbans villa en 1252 ; Abens-la-Ville en 1278 ; Abbantum en 1297 ; Abbans en 1368 ; Abbans-la-Ville en 1629[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du nom d'homme germanique Abbo et suffixe germanique -ing. On ne peut dissocier l'histoire d'Abbans-Dessous, autrefois nommée Abbans-la-Ville, de celle d'Abbans-Dessus, nommée Abbans-le-Château. En bas se trouvaient l'église, entourée du cimetière, le prieuré de Lieu-Dieu, les moulins sur le Doubs ; en haut se tenaient les deux châteaux - Devant et Derrière - , précédés de leurs bourgs respectifs.

Lieu de passage, la vallée du Doubs a été fréquentée à l'époque préhistorique, mais on n'a rien découvert sur le territoire d'Abbans-Dessous qui permette d'affirmer que ce lieu fut alors habité. La première trouvaille remonte à l'époque mérovingienne, avec une sculpture d'où l'on a extrait une plaque de bronze carrée, aujourd'hui au musée de Besançon.

Mais ce n'est pas avant le XIIe siècle qu'est vraiment attesté le village d'Abbans-Dessous.En 1179, l'archevêque de Besançon, Ebrard, confirma au prieuré de Courtefontaine la possession de l'église d'Osselle avec les chapelles et cimetières d'Abbans-la-Ville et de Torpes, qu'Humbert, sieur d'Abbans, lui contestait. On sait donc qu'à cette date existait, une famille d'Abbans. À la fin du XIIIe siècle, le partage de la seigneurie d'Abbans entre les frères Richard et Guillaume d'Abbans, attribua à celui-ci le Château-Derrière et la lus grande partie d'Abbans-la-Ville. En 1370, Abbans-la-Ville arriva par mariage dans la famille de Joux. Au siècle suivant, Anne, fille de Jacques de Joux, seigneur d'Abbans, épousa Jacques Jouffroy, seigneur de Marchaux. Après le décès d'Anne, en 1511, Jacques Jouffroy se remaria avec Béatrice Merceret, de Salins: de cette union sont issus les Jouffroy d'Abbans, seigneurs du Château-Derrière et d'Abbans-la-Ville. Au XVIIIe siècle, le marquis Claude-Jean-Eugène de Jouffroy d'Abbans acquit du prince d'Isenghien la seigneurie du Château-Devant, et les deux villages d'Abbans-Dessus et d'Abbans-Dessous ne firent plus qu'une seule seigneurie.

À la sortie sud du village, le château actuel parait avoir pris la place d'une maison ancienne, à en juger par la cheminée de pierres ouvragées, qu'on peut dater du début du XVIIe siècle. Une plaque de fonte aux armoiries des Jouffroy d'Abbans porte le millésime 1752. À cette époque, les Jouffroy adjoignirent à la maison primitive un bâtiment de 2 étages[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Eugène Sion    
2001 2014 Claude Vuaillat    
2014 En cours
(au 1er juin 2020)
Chantal Viprey[10],[11]
Réélue pour le mandat 2020-2026
SE Retraitée

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections européennes de 2019, Abbans-Dessous vote plus qu’au niveau national (62,16% contre 50,12%). La liste EELV menée par Yannick Jadot et celle du Rassemblement National menée par Jordan Bardella y arrivent premières ex-æquo avec 23,21% des suffrages. La liste de La République en Marche menée par Nathalie Loiseau y réalise un score inférieur par rapport à son score national, avec seulement 12,50% des voix contre 22,41% au niveau national. La liste de La France Insoumise, menée par Manon Aubry y obtient 9,82% des voix, soit un score supérieur à son score national de 6,31%.Debout la France, liste menée par Nicolas Dupont-Aignan y obtient 8,02% des suffrages, plus qu’a l’echelle hexagonale (3,51%). La liste Les Républicains, menée par Francois-Xavier Bellamy y obtient 7,14% (8,48% au niveau national) et celle du Parti Socialiste menée par Raphaël Glucksmann y obtient 5,36% (6,13% au niveau national). Les autres partis y obtiennent moins de 5%[12].

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[13] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 3 2,22
Marine Le Pen (FN) 32 23,70
Nicolas Sarkozy (UMP) 29 21,48 65 50,00
Jean-Luc Mélenchon (FG) 15 11,11
Philippe Poutou (NPA) 2 1,48
Nathalie Arthaud (LO) 3 2,22
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 10 7,41
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 3 2,22
François Hollande (PS) 38 28,15 65 50,00
Inscrits 154 100,00 153 100,00
Abstentions 15 9,74 16 10,46
Votants 139 90,26 137 89,54
Blancs et nuls 4 2,88 7 5,11
Exprimés 135 97,12 130 94,89

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[14] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 6,67 10
Marine Le Pen (FN) 33,33 50 47,86 67
Emmanuel Macron (EM) 20,00 30 52,14 73
Benoît Hamon (PS) 8,00 12
Nathalie Arthaud (LO) 0,67 1
Philippe Poutou (NPA) 1,33 2
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (R) 0,00 0
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 19,33 29
François Asselineau (UPR) 0,00 0
François Fillon (LR) 10,67 16
Inscrits 177 100,00 177 100,00
Abstentions 24 13,56 25 14,12
Votants 153 86,44 152 85,88
Blancs 3 1,96 10 6,58
Nuls 0 0,00 2 1,32
Exprimés 150 98,04 140 92,11

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 258 habitants[Note 4], en augmentation de 5,74 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
229233238225219226212211199
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
202191217193202182208210206
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
186193170128147149136135158
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
130132112138151174232235263
2018 - - - - - - - -
258--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Abbans-Dessous dans les arts[modifier | modifier le code]

Abbans-Dessous est citée (sous la forme Albans-Dessous) dans le poème d'Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/doubs-25
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a et b Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 1, BESANÇON, CÊTRE, , 495 p., p. 43.
  10. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Abbans-Dessous », sur http://www.doubs.gouv.fr (consulté le 4 août 2014).
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  12. « Abbans-Dessous : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le 11 août 2019).
  13. Ministère de l'Intérieur - Doubs (Franche-Comté), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abbans-Dessous » (consulté le 16 juin 2014).
  14. Ministère de l'Intérieur - Doubs (Bourgogne-Franche-Comté), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Abbans-Dessous » (consulté le 9 mai 2017).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Notice no PA00101434, base Mérimée, ministère français de la Culture : prieuré de Lieu-Dieu
  20. René Tournier, Willibald Sauerländer, Raymond Oursel, Franche-Comté roman, Bresse romane, p. 149-153, Éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps" no 52), La Pierre-qui-Vire, 1979
  21. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375