Silley-Bléfond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Silley-Bléfond
Silley-Bléfond
Fontaine de Silley-Bléfond.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes du Doubs Baumois
Maire
Mandat
Jean-Pierre Comte
2020-2026
Code postal 25110
Code commune 25546
Démographie
Population
municipale
60 hab. (2018 en augmentation de 11,11 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 27″ nord, 6° 19′ 37″ est
Altitude Min. 290 m
Max. 569 m
Superficie 4,34 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Baume-les-Dames
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Silley-Bléfond
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Silley-Bléfond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Silley-Bléfond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Silley-Bléfond

Silley-Bléfond est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants se nomment les Silleys.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 5 km au sud-ouest de Baume-les-Dames, au bord de l'Audeux qui servit jadis à alimenter plusieurs moulins.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Silley-Bléfond est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (53,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (51,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53,1 %), zones agricoles hétérogènes (23,7 %), terres arables (23,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Siley en 1060, Silley en 1148 ; Seilley-le-Chastel, Seilley la ville en 1264 ; Silley en 1286 ; Ceilley en 1556 ; Cilley en 1584. Silley-Bléfond depuis 1922[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Michel Coquard[9]    
mars 2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Jean-Pierre Comte [10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2018, la commune comptait 60 habitants[Note 3], en augmentation de 11,11 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
148153194203206208223203171
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
167151142130111135139116109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1019886667566665670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
596257574759707273
2013 2018 - - - - - - -
5460-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges orientés au sud de la dernière des trois tours du château de Silley.

On peut y remarquer : un double fossé côté est, partiellement taillé dans le roc, protégeant le château à proprement parler. Celui-ci présente un tracé quadrangulaire. À l'opposé, un second fossé taillé totalement dans le roc, barre l'accès ouest du site castral. Ce château possédait trois tours d'angles dont la plus massive avait été bâtie à l'aplomb du précipice est, sur le rocher. Elle dominait les deux autres, et protégeait l'accès du château, la courtine est et faisait saillie par rapport à la seconde tour qui marquait l'angle sud / sud-est. Cette dernière protégeait la troisième tour qui était en retrait. Le second étage de cette tour était voûtée comme il est encore possible de le voir actuellement.

Fief aux mains des Neufchâtel-en-bourgogne, il est cité pour la première fois en septembre 1215 sous la forme de castellum, en 1265 "Chastel de Scylley" puis encore en 1336 "Silley le chastel".

Le château a été assiégé par les Routiers aux alentours de 1346, lesquels ravageaient alors la région.

La forteresse fut assiégée, prise et démantelée par les troupes de Louis XI, au cours des guerres de Bourgogne, vers 1479.

Non loin de là (plus de vestiges présents à ce jour), était le bourg castral dénommé en 1265 "La ville de Scylley".

De nos jours, faibles sont les vestiges du fait de la récupération des matériaux par les villageois. Il est tout de même possible de distinguer les vestiges de la courtine est, la tour d'angle sud-ouest qui battait le fossé, les soubassements de la tour sud - sud-est, les caves effondrées d'un palas (?), les substructures d'un bâtiment rectangulaire de 7,50 m × 3,20 m environ, la citerne d'une profondeur de plus de deux mètres et qui est totalement taillée dans le roc.

  • Le mont Dommage qui culmine à 569 mètres et qui offre une vue splendide sur la vallée du Doubs.
Vue du Doubs depuis le mont Dommage.
  • La vallée et les cuves de Bléfond[15] : au fond de la vallée, près d'une petite chapelle, le Sesserant (résurgence de l'Audeux souterrain) prend sa source et alimente un joli moulin daté de 1698 & bâtiments annexes de 1733. Ensuite, il traverse un canyon encaissé créant de belles marmites de géant appelées « Cuves de Bléfond » juste en aval des ruines d'un ancien moulin dont le barrage est encore présent.
  • Chemin taillé dans le roc et protégé par une madone de 1738 qui est insérée dans une niche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE, .
  9. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. http://www.donnees.franche-comte.developpement-durable.gouv.fr/infos_geo/fiches_cartes/sites/SIT00054.HTM