Avoudrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avoudrey
Avoudrey
La gare d'Avoudrey.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Intercommunalité Communauté de communes des Portes du Haut-Doubs
Maire
Mandat
Gilbert Distel
2020-2026
Code postal 25690
Code commune 25039
Démographie
Population
municipale
915 hab. (2018 en augmentation de 3,04 % par rapport à 2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 14″ nord, 6° 26′ 10″ est
Altitude Min. 692 m
Max. 805 m
Superficie 12,86 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Valdahon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Valdahon
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Avoudrey
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Avoudrey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avoudrey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avoudrey

Avoudrey (en franc-comtois Voudrâ) est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avoudrey, village de l'est de la France. Avoudrey est une commune située dans le département du Doubs (ancienne région de Franche-Comté). La commune d'Avoudrey appartient au canton de Valdahon et à l'arrondissement de Pontarlier. Les habitants d'Avoudrey étaient au nombre de 854 au recensement de 2011. La superficie est de 13 km2. Avoudrey porte le code Insee 25039 et est associée au code postal 25690. Elle se situe géographiquement à une altitude de 710 mètres environ.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Avoudrey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valdahon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,4 %), forêts (23,8 %), zones agricoles hétérogènes (21,1 %), zones urbanisées (7,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentions anciennes[modifier | modifier le code]

de Avoldreia (1188)[8]; Avoudraul et Avouldrey en 1188 ; Voudray et Avoudray en 1289 ; Avoudreis et Avouldrey en 1398 ; Avoudrey en 1636.

Étymologie[modifier | modifier le code]

D'après la forme latinisée Avoldreia de 1188, le nom du village, signifierait « pommeraie », par le bas allemand apuldr (= pommier)[9].
Hameaux : le Saucet ; Sur le Mont. Les autres fermes sont devenues en 1790 le nouveau village de Longemaison.

Ancien Régime

Le village est le berceau d'une très ancienne famille franc-comtoise, la Famille Barrand, dont les origines sont attestées au village dès le XVe siècle. Le 13 novembre 1592, un de ses notables, Richard Barrand est présent à la mise en place des « us et coutumes d'Avoudrey[10] ». Richard et auparavant son père Estienne ont occupé l'Office de Maire d'Avoudrey en la Seigneurie de Vercel pendant plus de cinquante ans (entre 1500 et 1608).

En septembre 1793, le village, défenseur de la cause monarchique, participa activement à la « Petite Vendée ». Avec Flangebouche, il marcha sur Orchamps-Vennes. Ce fut un échec. De nombreux habitants gagnèrent la Suisse, d'autres furent exécutés, guillotinés, ou déportés en Guyane.

L'église du village dotée de son clocher « comtois », rebâtie en 1709 est dédiée à saint Donat (Donat de Besançon). L'édifice abrite deux cloches[11] qui porte les noms de « Claudine-Pierrette-Julie » (diamètre 149,2 cm, poids 1 975 kg, fondue par F. Humbert en 1813, à Morteau) et « Marie-Hortence-Angelioue » (diamètre 134,8 cm, poids 1 427 kg, fondue par F. Humbert en 1838, à Morteau).

Deuxième Guerre Mondiale

Dans l'après-midi du , un B-17 se pose à un kilomètre du village. Ce bombardier était en route pour un bombardement sur Strasbourg, mais après un ennui mécanique, son pilote Milton Mard décide de se diriger sur la Suisse. Cependant l'avion ne peut atteindre son but ; il fait un atterrissage de fortune au lieu-dit les Jantes, au nord du bourg[12].

Sur les dix membres de l'équipage, quatre rejoindront la Suisse avec l'aide de la résistance. Les autres seront repris par les Allemands et finiront la guerre dans des camps de prisonniers.

La vouivre est une légende célèbre de Franche-Comté, et d'Avoudrey[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2020 Joël Barrand[14] SE Commerçant
2020 En cours Gilbert Distel [15]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2018, la commune comptait 915 habitants[Note 3], en augmentation de 3,04 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
411304372406434492486510453
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
423436447470509649557521516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508534570572600637617591512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
576543658710710705754863900
2018 - - - - - - - -
915--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune abrite notamment les entreprises :

  • SIS une maroquinerie du groupe belge Delvaux[20]. Elle a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 104 millions d'euros et emploie 911 salariés[21].
  • Jean-Louis Amiotte. Charcuterie. Elle a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires de 29 millions d'euros et emploie 90 salariés[22].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Donat (XVIIIe siècle).
  • Stèle, inaugurée le 14 juillet 2004, commémorant l'atterrissage du B-17 Why Worry II, le 27 mai 1944 au lieu-dit les Jantes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Benoît de Sury, brillant étudiant en médecine

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny. Tome 5 (1091-1210); formé par Auguste Bernard ; complété, rév. et publ. par Alexandre Bruel; Paris, Imprimerie nationale, 1894; p.693.
  9. Paul Dupieux : Les traces germaniques dans la toponymie bourbonnaise ; in Bulletin de la section de géographie, tomes LXI et LXII, années 1946, 1947 et 1948, Ministère de l'éducation nationale, Comité des travaux historiques et scientifiques; Imprimerie nationale, Presses universitaires de France, MDCCCCLIII; p.24.
  10. Archives départementales du Doubs, les "coutumes d'Avoudrey" de 1592.
  11. « ClochesComtoises », ClochesComtoises,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Recherche de France-Crashes 39-45 », sur francecrashes39-45.net (consulté le ).
  13. la vouivre
  14. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Avoudrey - Economie. Avoudrey : le Belge Delvaux ouvre une nouvelle usine de maroquinerie », sur www.estrepublicain.fr (consulté le ).
  21. « S.I.S. (AVOUDREY) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 421172313 », sur www.societe.com (consulté le ).
  22. « jean louis amiotte - bilans 2008 », sur www.societe.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]