Mamirolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mamirolle
La gare de Mamirolle.
La gare de Mamirolle.
Blason de Mamirolle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Besançon-5
Intercommunalité Grand Besançon
Maire
Mandat
Daniel Huot
2014-2020
Code postal 25620
Code commune 25364
Démographie
Population
municipale
1 772 hab. (2015 en augmentation de 4,3 % par rapport à 2010)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 52″ nord, 6° 09′ 44″ est
Altitude Min. 425 m
Max. 666 m
Superficie 11,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mamirolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mamirolle
Liens
Site web www.mamirolle.fr

Mamirolle est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Située à une douzaine de kilomètres de Besançon, traversée par la route nationale 57, elle est membre de la communauté d'agglomération du Grand Besançon. Sa population s'élevait en 2012 à 1 745 habitants appelés les Mamirollais et Mamirollaises[1]. En 1888 est créée dans la commune l'École nationale d'industrie laitière qui produit depuis 1935 un fromage portant le nom de Mamirolle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La carte des limites territoriales de Mamirolle
Limites administratives de Mamirolle.

La commune de Mamirolle est située dans l'ex Franche-Comté, dans la partie nord-ouest du département du Doubs, à 11,5 kilomètres à vol d'oiseau au sud-est de Besançon[2], à 36,8 kilomètres à vol d'oiseau à l'ouest de Morteau[3], et à 35,6 kilomètres à vol d'oiseau au nord-ouest de Pontarlier[4].

Rose des vents La Chevillotte Rose des vents
Saône N Naisey-les-Granges
O    Mamirolle    E
S
Le Gratteris Trépot L'Hôpital-du-Grosbois

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Mamirolle se trouve sur la première marche des plateaux du Jura constituée de formations calcaires et marno-calcaires du jurassique. L'altitude de la commune s'étage entre 426 et 667 m (altitude du mont Bon).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type « tempéré océanique humide » (Cfb) d'après la Classification de Köppen. C'est un climat océanique dégradé. La station météorologique la plus proche est celle de Besançon.

Tableau comparatif des données climatiques de Besançon[5]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Besançon 1 797 1 108,5 29 28 22
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75
Relevé météorologique de Besançon (normales 1971-2000)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,8 0 2,5 4,5 8,7 11,7 13,9 13,6 10,6 7 2,4 0,3 6,2
Température maximale moyenne (°C) 5 7 11 14,3 19 21,9 24,8 24,6 20,7 15,4 8,9 5,8 14,9
Précipitations (mm) 88,8 82,9 77,6 94,3 109,7 101,7 85,1 78,1 103,1 105,2 107,1 103,9 1 137,6
Nombre de jours avec précipitations 13 12 12 12 14 12 10 9 10 12 13 13 140
Source : Météo France


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

Mamirolle est desservie par la route nationale RN 57 reliant Metz à Ballaigues en Suisse. Celle-ci traverse la commune en qualité de voie express à 2x2 voies d'ouest en est sur 4,5 kilomètres, un échangeur desservant directement le village. Elle permet de joindre Besançon en quinze minutes et Pontarlier en 40 minutes. Trois routes départementales, la RD 112, la RD 221 et la RD 410 relient Mamirolle aux villages limitrophes. Les échangeur autoroutiers les plus proches sont situés à environ 25 kilomètres à l'ouest par la route, il s'agit de la sortie Sortie 3 Besançon-Planoise et de la Sortie 4 Besançon-Saint-Claude de l'A36.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par trois lignes du réseau de transports en commun de l'agglomération de Besançon Ginko : la ligne no 92 relie l'arrêt Mamirolle Stade à l'arrêt Montfaucon Jonquilles en traversant les communes de Saône et Montfaucon, la ligne 93 relie l'arrêt Mamirolle Gare à l'arrêt La Chevillotte Mairie et la ligne 94 relie l'arrêt Mamirolle Gare à l'arrêt Le Gratteris Village.

Liaisons ferroviaires et aériennes[modifier | modifier le code]

Pour la desserte ferroviaire, la gare de Mamirolle est desservie par des trains régionaux du réseau TER Franche-Comté assurant la liaison entre Besançon-Viotte et la ville suisse du Locle. Le trajet vers la gare de Besançon-Viotte a une durée de 20 minutes environ. Certains trains permettent de joindre directement la gare de Mamirolle à la gare de Besançon Franche-Comté TGV en une quarantaine de minutes, pour emprunter les rames de la LGV Rhin-Rhône vers Paris, Strasbourg, Lyon et le sud de la France.

À 51 minutes de Mamirolle par la route, l'aéroport de Dole-Jura propose en 2014 des liaisons aériennes régulières vers Marseille, Nice, Marrakech, Fès, Casablanca, Lisbonne et Porto. Les aéroports internationaux les plus proches de Mamirolle sont l'aéroport de Bâle-Mulhouse-Fribourg (173 km) et l'aéroport international de Genève (160 km).

Toponymie[modifier | modifier le code]

en 1120 : Mamirollis; en 1150 : Mimiroles; en 1267 : Memiroules ; en 1350 : Memiruelles ; en 1547 : Mamirolle ; en 1731 : Mamyrolle et enfin Mamirolle depuis 1750 (en 1750 : Mamirole relevé sur une carte de Cassini[6]) et Mamirolles en 1819[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le peuplement de Mamirolle semble très ancien : des vestiges de civilisation ancienne ont été décelés en plusieurs endroits du territoire dont des tumulus datant de 700 ans av. J.-C. et de nombreux silex découverts durant l'hiver 1983-1984 à la faveur de labours profonds ; un vaste butte, le tumulus du Champ du Chêne a fait l'objet de fouilles en 1979 et reprises en 1987 : elle a révélé la présence de ruines d'un établissement gallo-romain de 400 m2 environ. De même, un site gallo-romain de nature incertaine a été mis en évidence au lieu-dit À Traîne-Cul. L'absence de documents nous laisse dans l'ignorance pour le premier millénaire.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

1120 : une mention fait état de l'église du lieu et de l'abbaye Saint-Paul de Besançon.

1120 : la cure de Mamirolle appartient à l'abbaye Saint-Paul (décret du pape Calixte II); un seigneur de Chalezeule possède un droit de patronage sur les cures de Gennes et de Mamirolle.

1264 : le seigneur de Montfaucon échange une maison qu'il possédait à Étalans contre une propriété à Mamirolle.

1289 : Jean de Montbéliard reçoit des dîmes sur Avoudrey, Mamirolle et Naisey en échange de rentes équivalentes sur la saulnerie de Salins-les-Bains.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

1636 : construction d'une chapelle.

Mamirolle n'a pas pu échapper aux méfaits de la guerre de Dix Ans : en 1637, les habitants ont eu à héberger une compagnie de chevaliers de Moyrand.

1650 : Étiennette de Menoux, dite « dame de Mamirolle », autorise les manants à cuire le pain mais également la construction d'un moulin et d'une huilerie à proximité de l'église.

1669 : le seigneur de Montfaucon est toujours le seul haut justicier sur le territoire de Mamirolle.

1717 : construction de l'église en lieu et place de la chapelle; la toiture recouverte d'ancelles est rénovée en 1737 avec pose de tuiles.

1727 : le marquis de Monnier possède trois granges.

1744 : 27 habitants du bourg se portent volontaires pour défendre l'Alsace menacée et s'engagent dans la milice.

1766 : décision de reconstruire l'église qui menace ruine : les travaux sont achevés en 1775 et la première messe sera dite le 24 décembre 1775.

L'ancien château de Mamirolle, construit au lieu-dit La Corvée n'a pas laissé de vestiges ; par contre, au centre du village, il existe un bâtiment ayant l'aspect d'un manoir et qui a appartenu aux familles Menoux puis Monnier; vendu en 1789, il fut racheté par la famille du général François-Xavier Donzelot en 1804.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la Révolution, Mamirolle était inclus dans le district de Besançon ; au début du XIXe siècle, la commune faisait partie de l'arrondissement de Baume-les-Dames et c'est en 1819 qu'elle intégra le canton de Besançon-Sud.

1803 : le presbytère classé bien national est vendu en l'an XI de la République.

1804 : les communes de Le Gratteris et de la Chevillotte sont annexées à la paroisse de Mamirolle.

Par décret royal du 17 juillet 1819, les communes de la Chevillotte, de Gennes, de Mamirolle, de Le Gratteris, de Montfaucon, de Morre et de Saône faisant alors partie du canton de Roulans, arrondissement de Baume, département du Doubs seront distraites de ce canton et réunies au canton sud de la ville de Besançon, arrondissement de Besançon[7].

1822 : la route de Besançon à Pontarlier, passant par la Bâtière et Saône est jalonnée d'auberges ; en effet, cet itinéraire est pratiqué chaque jour par la dépêche : un relais de poste est installé au lieu-dit À Vessoncle. Le développement de la circulation nécessite la construction d'une nouvelle route en 1865, la RD 2 Besançon-Morteau (aujourd'hui RN 57) financée par la perception d'un péage au profit du Département: ce poste routier contrôlait un trafic de l'ordre de 102 colliers par jour.

1823 : l'architecte Vieille dresse les plans de sa reconstruction.

1841 : l'architecte Paincheaux procède à la pose d'une couverture en zinc sur la clocher, où une seconde cloche est installée en 1852.

1884 : c'est le 16 août 1884 que le train inaugural de la ligne PLM Besançon-Le Locle (en Suisse) fait son entrée en gare de Mamirolle.

Mamirolle a eu à subir plusieurs sinistres dus au feu : tout d'abord en 1706, où une grande partie du village fut détruite puis à nouveau en 1825 où l'incendie ravagea 17 maisons ; en 1893, un incendie criminel détruisit toute la partie est du village.

Dès 1873, l'hospice rural créé par le sénateur Monnot-Arbilleur et géré par une communauté religieuse, reçoit les commis de fermes, abandonnés du fait de leur grand âge.

En 1882 est construit le bureau de poste avec le local de pesée.

En 1888, Mamirolle est retenu pour recevoir une École nationale d'industrie laitière, grâce à l'appui de Jules Viette, député du Doubs et alors ministre de l'Agriculture: elle s'installe dans un ancien relais de poste inoccupé depuis la mise en service du chemin de fer. Pierre Dornic, désigné comme chef des laboratoires de l’École laitière, y met au point le degré Dornic, l'acidimètre du lait.

1984–85 : la toiture de l'église est rénovée.

Le 3 mai 2013, le président de la République française François Hollande se rend à Mamirolle en présence de trois ministres pour visiter l’École Nationale d'Industrie Laitière et y prononcer un discours à l’occasion de la signature de la charte pour l’insertion par l’emploi dans les territoires ruraux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune

Blason de Mamirolle Blason Taillé : au 1er de sinople au chaudron d’or appendu à un crochet et accompagné en chef d’un fromage et en pointe de deux plaquettes de beurre, le tout d’or, au 2e d’azur à la vierge à l’enfant couronnée d’argent du lieu. 23,24.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Lors des élections municipales de 2014, 19 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 71,62 %[8]. Ont obtenu :

Suffrages exprimés 789 19 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Continuité et unité pour Mamirolle Daniel Huot Divers gauche 454 57,54 %
15 / 19
-
Pour Mamirolle aujourd'hui et demain Dominique Maillot Sans étiquette 335 42,46 %
4 / 19
-

Ces deux listes ont obtenu respectivement 2 sièges et 0 siège au conseil communautaire du Grand Besançon. Lors de la séance du conseil municipal du 29 mars 2014, Daniel Huot a été élu maire de Mamirolle par 15 voix contre 4 bulletins blancs.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Mamirolle.

Seuls quatre maires se sont succédé à la mairie de Mamirolle depuis 1945 :

Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Paul Tholomier    
1965 2001 Gilbert Brenet   Professeur de fromagerie et directeur honoraire de l’ENIL
2001 2008 Jacques-Henry Bauer UMP Médecin
2008 en cours
(au 9 mai 2015[9])
Daniel Huot DVG Retraité Directeur Régional à France Télécom

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Mamirolle est membre de la communauté d'agglomération du Grand Besançon (CAGB) depuis 2001.

Justice et sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dépend des tribunaux d'instance, de grande instance, du conseil de prud'hommes, du tribunal pour enfants, du tribunal de commerce et du tribunal administratif de Besançon. Elle est rattachée à la cour d'appel de Besançon et à la cour administrative d'appel de Nancy[10].

Mamirolle se trouve dans la circonscription de gendarmerie de la brigade de proximité de Bouclans[11].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 26 avril 2015, Mamirolle est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2015, la commune comptait 1 772 habitants[Note 1], en augmentation de 4,3 % par rapport à 2010 (Doubs : +1,74 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
452 490 491 452 492 518 513 571 597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538 516 535 448 525 535 512 520 507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472 466 464 414 459 451 454 552 551
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
568 607 746 999 1 254 1 451 1 637 1 640 1 745
2015 - - - - - - - -
1 772 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Mamirolle est rattachée à l'académie de Besançon. Cette académie fait partie de la zone A pour son calendrier de vacances scolaires.

Mamirolle dispose d'une école maternelle (89 élèves inscrits pour l'année scolaire 2013-2014) et d'une école élémentaire (136 élèves en 2013-2014)[17].

Le collège le plus proche est le collège Entre-Deux-Velles situé dans la commune limitrophe de Saône[18] et les lycées les plus proches se trouvent à Besançon[19].

Santé et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Mamirolle dépend, pour les secours, du centre de secours de Saône Mamirolle, situé sur la commune voisine de Saône à environ cinq kilomètres du centre du village[20]. Les hôpitaux les plus proches sont l'hôpital local Saint-Louis à Ornans et le centre hospitalier universitaire de Besançon, tous deux distants d'une vingtaine de kilomètres.

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

Parmi les associations sportives :

  • club de handball Entente Saône Mamirolle (ESM) évouant dans le gymnase de Mamirolle
  • club de football Association Sportive Saône Mamirolle (ASSM)
  • Association Sportive et Culturelle La Mancine
  • Association des Vétérans du Foot de Mamirolle
  • Karaté Club Mamirolle Saône (KCMS)
  • Tennis Club Mamirolle (TC Mamirolle)
  • Thaï Boxing Club

Culte[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique, le territoire de la commune dépend de la paroisse de Saône au sein du doyenné des Premiers Plateaux, lui-même partie de l'archidiocèse de Besançon, au même titre que douze autres doyennés[21]. En 2015, cette paroisse dispose d'un lieu de culte à Mamirolle, l'église où des offices sont célébrés en alternance avec les autres églises paroissiales.

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis juin 2008, la Société de Distribution Gaz et Eaux (SDGE) a installé son nouveau siège dans le Parc d’activités économiques du Noret, le long de la N57 à Mamirolle. Les locaux sont exemplaires du point de vue du développement durable. La toiture est végétalisée, l'eau chaude solaire, la chaudière fonctionne au bois, le parking est perméable : les architectes Ferrini et Arnoult ont répondu aux attentes environnementales de la filiale de la Lyonnaise des eaux, qui réalise une part importante de ses 16 millions d'euros de chiffre d'affaires dans la construction et l'exploitation d'unités de traitement d'eau potable par ultrafiltration.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

ENIL[modifier | modifier le code]

Historique de la création de l'École nationale d'industrie laitière de Mamirolle :

Dans les suites des recherches de Louis Pasteur, l'amélioration de la qualité de la production des fromages est apparue comme une nécessité aux yeux des nombreuses sociétés d'agriculture et en particulier la question décisive de la recherche et de la formation des fromagers.

Une première tentative avait été couronnée de succès avec la création, en juin 1878, au sein de la fruitière de Champvaux, d'une école de fromagerie, grâce au financement du conseil général du Jura et à la persévérance du docteur Bousson qui en deviendra le directeur : elle ne survivra pas à son décès en 1880.

Alors que l'esprit scientifique se développe dans tout le pays et que l'État tend à développer l'enseignement agricole, le conseil général du Doubs se fixe l'objectif, en 1881, « d'une station laitière qui serait un laboratoire de chimie juxtaposé à une fromagerie. »

En 1881, Wladimir Gagneur établit les bases de ce que pourrait être une école de fromagerie, à la fois institution pratique et centre de recherche : elle comprendrait une école théorique et pratique, un bureau de consultations et de renseignements et un laboratoire de recherches et de contrôles.

C'est dans ce contexte que Jules Viette, ministre de l'Agriculture, député de Montbéliard et exploitant agricole à Blamont, consulte le 28 mars 1888, les conseils généraux des trois départements comtois « sur l'effet de créer une station laitière à Besançon, à proximité de la faculté des sciences et des centres importants de production qui mettrait à disposition une fruitière que nous transformerions en école pratique; le budget annuel de l'établissement étant de 20 000 F, l'État fournirait 10 000 F et chaque département 3 350 F »: cette réalisation d'envergure régionale n'eut pas lieu et seul le conseil général du Doubs s'engagea dans ce projet.

Parmi les nombreuses possibilités d'implantation (Ornans, Saint-Vit, Amancey...), le ministre choisit le 19 juin 1888, Mamirolle : il y avait en vente dans cette commune, de vastes bâtiments d'un ancien relais de poste, devenu sans emploi depuis l'ouverture de la voie ferrée de Besançon à la Suisse.

Par délibération du 15 mai 1888, le conseil municipal de Mamirolle exprima sa reconnaissance et s'empressa de voter une aide de 8 000 F ; de rapides travaux menés par un architecte parisien transformèrent l'ancien relais de poste : les écuries devinrent fromagerie et les greniers aménagés en laboratoires et salles de cours alors que l'hôtel du relais abrita des logements de fonction ; des bâtiments annexes furent construits à usage de laverie, écurie et logement du personnel.

La direction de l'établissement fut confiée, de 1888 à 1902, à Charles Martin, ingénieur agronome, issu d'une famille d'agriculteurs de Busy (Doubs) qui était à l'origine en 1836, du premier Comice Agricole ; Hyacinthe Friant (professeur de chimie et de technique) et Pierre Dornic jouèrent un rôle déterminant dans les premières années de l'École. Ce dernier, inventeur de l'acidimètre du lait qu'il mit au point dans les laboratoires de l'ENIL, est connu dans le monde agronomique pour son fameux procédé, le degré Dornic. Il quitta l'École en 1897 pour ouvrir celle de Surgères, en Charente-Maritime.

La collaboration entre Charles Martin, Hyacinthe Friant (professeur de chimie et de technique) et Pierre Dornic se manifesta notamment à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris, en 1900 avec la création d'un chalet à gruyère qui attira des milliers de visiteurs : l'ENIL de Mamirolle était reconnue.

Maison de retraite Alexis-Marquiset[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, l'hospice est devenu une maison de retraite publique départementale: elle accueille aujourd'hui 110 résidents et dispose d'un service de soins à domicile de 35 places, d'un accueil de jour et d'un service d'hébergement temporaire.

L'hospice fut créé, en 1873, par le sénateur du Doubs, Antoine-Alexis Monnot-Arbilleur (qui résidait dans la commune voisine de la Chevilotte), pour héberger les commis de culture, incapables de travailler à cause de leur vieillesse ou de leur infirmité ; une ferme fut louée à cet effet et une congrégation de Nierderbronn, installée à Ornans, les sœurs du Divin Rédempteur, accepta de détacher deux religieuses pour assurer le service dans cet « asile agricole » : le premier pensionnaire, un vieillard de 73 ans, fut admis le 2 novembre 1873.

Cette œuvre caritative répondait véritablement à un besoin et en 1875, il fallut faire appel à une troisième religieuse puis trouver un autre local ; M. Monnot-Arbilleur acheta une vaste maison et son grand parc sur ses propres deniers et quelques soutiens financiers.

Hélas, la mort le frappa le 21 août 1876 et il fut enterré dans le cimetière de Mamirolle ; sa veuve, Armandine Monnot, née Marquiset, reprit le flambeau et fit procéder à d'importants travaux de restauration. Avec l'arrivée d'une quatrième sœur, une chapelle fut érigée et le 6 septembre 1883, l'archevêque de Besançon vint la bénir officiellement : elle reçut, en 1892, un petit clocher doté d'une cloche, grâce à la générosité d'une habitante du village.

Quand Mme Monnot disparut en 1893, "l'asile agricole" comptait 22 pensionnaires et l'État et le département versaient quelques subventions chaque année.

La famille Marquiset de la Chevilotte, qui n'avait cessé de veiller sur l'œuvre d'Alexis Monnot, dut prendre une décision face aux besoins croissants du budget de fonctionnement : c'est le général Alexis Marquiset qui prit la sage décision de confier au Département la gestion de l'asile qui devint, le 22 juin 1934, un hospice départemental.

En 1986, sous la direction de M. Legoff, il fut décidé de donner le nom de « maison de retraite Alexis-Marquiset » à l'établissement, en souvenir de celui qui avait donné au département cette fondation. Il est vrai qu'on aurait pu également retenir le nom d'Alexis Monnot-Arbilleur qui l'avait créée en 1876.

Oratoire de la Vierge Noire[modifier | modifier le code]

«  À la gloire de la Vierge Marie dont la statue apportée d’Einsiedeln par J.B. Isabey en 1779 fut merveilleusement préservée des flammes dans l’incendie de son oratoire le 19 juin 1893 et transférée le 8 juillet 1894 dans cette chapelle élevée par la piété des fidèles ».

Un Mamirollais, Jean-Baptiste Isabey, en 1779, était allé à pied en pèlerinage à Einsiedeln pour prier Notre-Dame des Ermites comme le font à cette époque beaucoup de Francs-Comtois. Il en rapporta dans une hotte cette imposante statue de la Madone. Il l’installa dans un petit oratoire en limite de sa propriété le long de la route de Besançon qui passe par Saône. Les voyageurs sont donc invités à faire une prière en passant.

Le lundi 19 juin 1893, un habitant de Saône qui va au travail à Fallerans, constate un début d’incendie à l’entrée d’une grange et il donne l’alerte. Comme du pétrole a été répandu par une main criminelle, le feu prend aussitôt de l’extension. La bise souffle, la sécheresse est là depuis deux mois, les pompiers de Mamirolle, Saône, Naisey, Nancray et de l’Hôpital du Grosbois ont beaucoup de difficultés pour maîtriser le feu, le village n’a pas d’eau en réserve. Cinq maisons sont la proie des flammes et quatre autres perdent leur toiture. Au milieu de ce gigantesque incendie se dresse l’oratoire de la Madone qui s’embrase également... mais la statue en bois est épargnée. Une carte postale du début du vingtième siècle a immortalisé l’événement.

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

La commune de Mamirolle est située dans l'aire de l'appellation d'origine protégée (AOP)[Note 2] ou appellation d'origine contrôlée (AOC)[Note 3] de 2 produits : les fromages de comté et Morbier.

Le territoire de Mamirolle est également intégré aux aires de productions de 14 produits bénéficiant d'une indication géographique protégée (IGP) : dont trois produits à base de viande (porc de Franche-Comté, saucisse de Montbéliard et saucisse et jésus de Morteau), le fromage emmental français est-central et neuf variétés de vins de Franche-Comté[22].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à Mamirolle[modifier | modifier le code]

  • François-Xavier Donzelot (1764-1843) : Engagé volontaire en 1785, il fait partie des Armées du Rhin (1789-1797) puis de la campagne d'Égypte ; il est général de division en 1807, gouverneur de Corfou en 1808 puis de la Martinique en 1817. Son nom figure sur l'Arc de Triomphe.
  • Guillaume Pauthier (1811-1873) : orientaliste réputé, il a publié de nombreuses études sur l'Orient (Chine, Inde…)
  • Charles-Bénédict Buchaillet (« Carlos » ou « Bénédict Arinthod ») (1875-1953) : poète et professeur des langues sémitiques à Londres et au Caire ; il a écrit beaucoup de poésie en les langues franc-comtoise et francoprovençale. (« Arinthod » est une commune dans le Sud du Jura où il a étudié le patois.)
  • Pierre Dornic (1864–1933) : ancien directeur de l'école nationale d'industrie laitière de Mamirolle et qui donna son nom au degré Dornic.
  • Vincent Philippe (1978-), est un pilote de course de motos.
  • Guillaume Coppola (1979-), pianiste français.
  • Lilian Renaud (1991-) : Vainqueur de l'émission de télécrochet The Voice 4

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. Nomenclature européenne.
  3. Nomenclature française.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, Mamirolle », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 26 avril 2015)
  2. « Calcul de l'orthodromie entre Mamirolle et Besançon », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2015)
  3. « Calcul de l'orthodromie entre Mamirolle et Morteau », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2015)
  4. « Calcul de l'orthodromie entre Mamirolle et Pontarlier », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 avril 2015)
  5. « Le climat de Besançon », sur www.linternaute.com, L'encyclopédie des villes de France (consulté le 4 novembre 2010)
  6. Mamirolle (25620) : Carte de Cassini le Doubs (25) sur NotreFamille.com
  7. a et b Collection complète des lois, décrets d'intérêt général, traités ..., Volume 22 Par France, Jean Baptiste Duvergier page 198
  8. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 mai 2015).
  9. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires, [lire en ligne], consulté le 9 mai 2015.
  10. « Annuaire des juridictions / Mamirolle », sur le site du Ministère de la Justice (consulté le 10 mai 2015).
  11. « Brigade la plus proche / Mamirolle », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 10 mai 2015).
  12. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 26 avril 2015)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Mamirolle », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 9 mai 2015).
  18. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Collège Entre-Deux-Velles », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 9 mai 2015).
  19. « Annuaire des établissements d'enseignement - Lycées de Besançon », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 9 mai 2015).
  20. « Les centres de secours du département du Doubs », sur le site du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) du Doubs (consulté le 9 mai 2015).
  21. « La paroisse de Saône », sur le site de l'archidiocèse de Besançon (consulté le 9 mai 2015).
  22. Liste des produits par commune - Mamirolle, Institut national de l'Origine et de la Qualité (INAO), [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]