Pierre Vernier (mathématicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Vernier et Vernier.

Pierre Vernier, né le à Ornans (Doubs) où il est mort le [1], est un ingénieur militaire et mathématicien franc-comtois, inventeur du système de mesure qui porte son nom : le vernier. Il ne doit pas être considéré comme français, le Comté de Bourgogne où il est né, espagnol au XVIIe siècle, n'ayant été rattaché définitivement à la France qu'après le traité de Nimègue en 1678, 40 ans après sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il reçoit un enseignement de son père Jean Vernier professeur de sciences et de mathématiques et homme de loi occupant une charge publique. Celui-ci lui fait découvrir les travaux des astronomes Christophorus Clavius et Tycho Brahé.

Il débute une carrière dans l'administration avec des fonctions diverses notamment percepteur des impôts. En 1622, il devient chancelier "directeur général des monnaies" à Dole puis à Besançon et conseiller du roi.

Parallèlement, ses compétences en génie militaire font qu'il est nommé la même année[2], capitaine du château d'Ornans pour le compte du roi d'Espagne. Il participe aux travaux de fortification de Besançon, Gray et Dole[3]. Il reçoit, en 1623, le titre de citoyen de la ville de Besançon pour sa contribution à la défense de la cité.

Ses travaux d'amélioration des fortifications de Dole entre 1631 et 1636[3] ont été décisifs pour la résistance de la ville au siège mené par les troupes françaises du prince de Condé en 1636[4].

Il aborde également le domaine de la cartographie, réalisant une carte de la Franche-Comté avec son père.

Il développe surtout des instruments scientifiques. En 1631, il se rend à Bruxelles, où il publie « La construction, l'usage et les propriétés du quadrant nouveau de mathématiques » et présente son invention à l'Infante d'Espagne, Isabelle Claire Eugénie. On trouve dans cet ouvrage une table des sinus et une méthode pour calculer les angles d'un triangle dont les côtés sont connus. Il y décrit également un appareil capable de mesurer les angles avec la précision d'une minute[5]. Cette innovation, qui portera son nom[6], est adaptée à la mesure des longueurs, sa forme définitive étant le pied à coulisse et le micromètre.

Pierre Vernier a donné son nom au collège situé dans sa ville natale d'Ornans. Besançon, Dole et Ornans ont une rue Pierre-Vernier. La rue Vernier dans le 17e arrondissement de Paris a également été nommée en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Larousse universel donne 1637 et Encyclopedia 1638. Des recherches généalogiques aboutissent à cette seconde date: https://gw.geneanet.org/pdelaubier?lang=fr&pz=pierre&nz=de+laubier&ocz=0&p=pierre&n=vernier&oc=1
  2. « Balade historique », sur Ornans-patrimoine (consulté le 4 janvier 2019)
  3. a et b Julien Feuvrier, L'ingénieur Pierre Vernier à Dole, coll. « Procès-verbaux et mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Besançon », , p. 293-302
  4. Plusieurs notables et militaires se sont distingués lors de ce siège défensif, mais c'est Louis de la Verne qui commandait en chef la garnison.
  5. Thierry Thomasset, « Le vernier » [PDF], sur Université de technologie de Compiègne (consulté le 4 janvier 2019)
  6. Henri Michel, "Le "vernier" et son inventeur Pierre Vernier d'Ornans" Mémoires de la Société d'émulation du Doubs, 8e série, vol.7 (1913), 310-73.

Liens externes[modifier | modifier le code]