Larnod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Larnod
Larnod
Cérémonie civile au monument de Larnod, au pied de l'église en l'honneur des Martyrs du groupe Guy Mocquet.
Image illustrative de l’article Larnod
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Maire
Mandat
Hugues Trudet
2020-2026
Code postal 25720
Code commune 25328
Démographie
Gentilé Larnodiens
Population
municipale
786 hab. (2019 en augmentation de 9,47 % par rapport à 2013)
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 11′ 11″ nord, 5° 58′ 22″ est
Altitude Min. 296 m
Max. 470 m
Superficie 4,05 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Besançon-6
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Larnod
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Larnod
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larnod
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larnod
Liens
Site web larnod.fr

Larnod est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Larnods ou les Larnodiens et Larnodiennes[1].

La commune fait partie de l'arrondissement de Besançon, du canton de Besançon-6 et de Grand Besançon Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe à 5 km au sud-ouest de Besançon. Il existe une continuité de la partie agglomérée, mais on distingue Larnod-village et Larnod-gare (village-bas) reliés par des lotissements et la Maltournée. Jusqu'au milieu du XIXe siècle, les routes royales 67 (St Dizier-Lausanne) et 83 (Lyon-Strasbourg) venant de Beure se séparaient à ce dernier lieu-dit : la R.R. 83 partait en direction du relais de poste (la Diligence) et de Busy alors que la R.R. 67 gagnait Pugey puis Ornans via Mérey-sous-Montrond.

Le Vétret est un ruisseau qui s'écoule dans le vallon orienté nord-sud à l'est du village. Après 2,5 km il disparaît dans le Fond du bief, perte située à l'est de la Grange rouge (commune de Busy).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lerno en 1304 ; Larnod en 1583 ; Larnoz en 1581 ; Larnaud, Larnoz en 1776 ; Larnaud, Larnod depuis 1830[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes  51  et  86  du réseau de transport en commun Ginko.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Larnod est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (47,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (49 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,5 %), zones agricoles hétérogènes (31,3 %), prairies (16,2 %), zones urbanisées (15 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom indique que le village se situe sur la colline, ce qui explique son développement au cours des siècles. Très longtemps seul le haut du village était habité, puisque communiquant avec Pugey, Arguel ou encore Beure et donc Besançon. C'était un village très rural, la plupart des gens vivant de l'agriculture. Il ne comptait pas plus de 150 à 200 habitants et dépendait religieusement de Pugey qui possédait une église et un prêtre à demeure. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que l'Archevêque du diocèse de Besançon autorise les villageois à y construire une modeste chapelle, la chapelle de tolérance Saint André (du nom du saint patron de Pugey) pour y célébrer les mariages, les enterrements ou encore les baptêmes.

Situé sur la route royale 83 reliant Strasbourg à Lyon via Besançon et Quingey, le village-bas possédait un relais de diligence qui selon les époques fut plus ou moins sûr et qui devint dans les années 1950 un dancing avant de se convertir en maison d'habitation. À signaler les lieux-dits, « le Comice » et « la Grange rouge », situés à deux km au sud et dépendant de Busy. L'espace entre ces deux parties habitées était occupé par des pâturages plantés de cerisiers. En 1839, la route royale fut rectifiée entre Besançon et Quingey ; elle abandonna le tracé par la Maltournée et Busy pour celui que nous connaissons aujourd'hui (N.83), qui passe toujours par le village-bas.

Au début du XXe siècle, on construisit une ligne à voie métrique reliant Besançon à Amathay-Vésigneux puis Pontarlier, ligne passant majoritairement en site propre après avoir emprunté la N.83 (montée du Comice) entre Beure et Larnod-gare. La ligne fonctionna de 1910 à 1951.

Cette ligne passait par le village-bas et permit à cette partie de la commune de se développer, avec construction d'une petite gare en brique portant le nom de Busy-Larnod, et aménagement d'un café restaurant à l'emplacement de relais de diligence.

De plus, une entreprise de travaux publics s'installa dans cette partie du village après la Seconde Guerre mondiale, profitant du tracé de la route de Lyon et permit grâce aux emplois créés de doubler la population en un minimum de temps, permettant de construire un groupe scolaire important, et de dynamiser le village entier. L'essor de cette entreprise s'arrêta dans les années 1980 et elle fut reprise par le développement de l'agglomération bisontine qui dota le village de lotissements et vu se rejoindre les deux parties du village par les constructions pavillonnaires.

Aujourd'hui le village compte donc environ 650 habitants, qui pour la plupart travaillent à Besançon, rendant le village un peu désert en journée.

Quelques artisans s'y sont installés mais le village souffre encore beaucoup de cette bipolarisation encore accentuée par le fait que la route nationale traverse l'ancien Comice, ne permettant pas un esprit villageois dans cette partie basse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Maurice Foltzer    
2001 2014 Gisèle Ardiet[10]   Cadre infirmier
2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Hugues Trudet [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2019, la commune comptait 786 habitants[Note 3], en augmentation de 9,47 % par rapport à 2013 (Doubs : +2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
174163174155156168181158174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
150147149135131145161180157
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1381291221111119894102112
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
179216306514649647597583718
2018 2019 - - - - - - -
773786-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts[16], derrière la chapelle au centre du village, porte treize noms, neuf de la guerre 1914-1918 et quatre de la guerre 1939-1945. Une stèle rend hommage aux trente-et-un membres du groupe Guy Mocquet.

Située sur la commune d'Avanne-Aveney, mais accessible depuis Larnod, la stèle dite « monument de Valmy » porte les noms des vingt membres des groupes Guy Mocquet et Marius Vallet qui sont morts pour la France : seize ont été fusillés le et quatre sont morts en déportation.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

  • « Le Cylindre », une salle de concerts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Treize des trente et un membres du groupe de résistance FTP « Guy Mocquet » habitaient Larnod dont leur chef de détachement Marcel Simon et Raymond Tourrain qui fut par la suite conseiller général et député du Doubs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  2. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre, .
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. La statue en pierre artificielle est due à Georges Laëthier un sculpteur bisontin (1875-1955).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]