Doubs (commune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Doubs
Doubs (commune)
Vue générale.
Blason de Doubs
Blason
Doubs (commune)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pontarlier
Maire
Mandat
Georges Côte-Colisson
2020-2026
Code postal 25300
Code commune 25204
Démographie
Gentilé Doubsiens / Guerrats
Population
municipale
3 126 hab. (2018 en augmentation de 14,59 % par rapport à 2013)
Densité 350 hab./km2
Population
agglomération
18 778 hab.
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 39″ nord, 6° 21′ 03″ est
Altitude Min. 795 m
Max. 1 052 m
Superficie 8,94 km2
Unité urbaine Pontarlier
(banlieue)
Aire d'attraction Pontarlier
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Pontarlier
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Doubs
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Doubs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Doubs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Doubs
Liens
Site web http://www.commune-de-doubs.fr

Doubs est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté. Limitrophe de Pontarlier, Doubs est située dans le Haut-Doubs et est traversée par le Doubs. Ses habitants s'appellent les Doubsiens[1] ou localement appelés Guerrats. Ce nom vient d’une légende moyenâgeuse qui raconte que durant une longue guerre, la commune de Doubs se retrouva prise au piège durant plusieurs mois sans contact avec l’extérieur. Les rats s’installèrent au village et ils donnèrent leur nom aux habitants : Guerre + Rats donna Guerrats.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Doubs est une commune connexe de Pontarlier situé dans le Haut-Doubs, zone la plus élevée du département du Doubs. Altitude : environ 800 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par le Doubs. Le Drugeon et le Ruisseau des Entreportes arrosent également la commune

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dubio en 1128 ; Dou en 1275 - Mais aussi Doulz, Dubium, Dyion dans des testaments de l'officialité de Besançon[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Doubs est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pontarlier, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[6] et 22 022 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pontarlier, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 56 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (38,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (46,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (36,5 %), terres arables (19,9 %), prairies (15,9 %), zones urbanisées (13,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,8 %), eaux continentales[Note 3] (3,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %), mines, décharges et chantiers (1,7 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Diverses découvertes semblent prouver que le site, à l'extrémité orientale de la Chaux d'Arlier, était occupé dans des temps très reculés. Ce n'est pourtant qu'en 1169 que Dubio entre dans l'histoire, par une charte d'Amaury III de Joux qui confirme les donations faites à Montbenoît par ses prédécesseurs. Commune essentiellement agricole, si ses rendements sont faibles à cause de l'humidité des terres et de la rigueur du climat, l'élevage y est plus florissant. Un martinet et deux papeteries sont installés au bord du Doubs. Cet embryon d'industrie locale sera rejoint par une dizaine d'établissements au cours de siècles. La proximité de Pontarlier transforme peu à peu la commune en ville-dortoir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1977 Gaston Dubiez    
1977 1995 André Cuinet UDF Conseiller régional
Conseiller général (1979-2004)
1995 2001 Christian Ortelli    
mars 2001 2008 Alphonse Thiébaud UDF  
mars 2008 mai 2020 Régis Marceau[13] UMP-LR Administrateur de sociétés
mai 2020 En cours Georges Côte-Colisson [14]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 3 126 habitants[Note 4], en augmentation de 14,59 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400372359305332376380376384
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
367422458414386341367336328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
308330322358322349347402533
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6237891 0491 2671 6772 2662 4052 6542 968
2018 - - - - - - - -
3 126--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Familles existant au dix-huitième siècle

Baverel, Bernard, Bunot, Carmillet, Clerc, Cuinet, Daval, Deleule, Dornier, Edme, Girard, Griffond, Guyon, Jacquemot, Jeangirard, Jeannier, Joray, L'Homme, Loriot, Louvier (meunier), Lucas, Maire, Marguet, Naviller, Nicolet (recteur d'école), Paillard, Parnet, Peclet, Periguet, Perny, Roux, Thiebau, Trimaille, Vermot.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La découverte d'une nécropole mérovingienne dont certains vestiges ont été déposés au musée de Pontarlier, révèle une implantation relativement ancienne.
  • Son église de style néogothique construite en 1869 domine toute la plaine d'Arlier (66,50 mètres de haut).
  • La chapelle Saint-Claude construite dans la 2ème moitié du XIXe siècle , recensée dans la base Mérimée suite au récolement de 1978[19].
  • Stèle Saint-Loup. Cette stèle a été construite en mémoire d'Alfred de Saint Loup, lieutenant militaire, mort lors d'une chute à cheval le 8 juillet 1899, alors qu'il n'avait que 21 ans.
  • Linteau gravé de l'ancienne fromagerie.
  • Groupe Scolaire Gaston Dubiez, ancien maire (1968-/)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Doubs se blasonnent ainsi :

Contrepalé de gueules et d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hoffmann, Michael, Die französischen Konservativen in der katholischen Provinz. Parteigenese und politische Kultur im Doubs (1900-1930) (Frankfurt am Main u.a., Peter Lang, 2008) (Moderne Geschichte und Politik, 22).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/doubs/services-publics
  2. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre, .
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Pontarlier », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Chapelle Saint-Claude », notice no IA00014291, base Mérimée, ministère français de la Culture.