Vuillafans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vuillafans
Vuillafans
Vuillafans, depuis Châteauvieux-les-Fossés.
Blason de Vuillafans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Claude Curie
2020-2026
Code postal 25840
Code commune 25633
Démographie
Population
municipale
699 hab. (2021 en diminution de 3,85 % par rapport à 2015)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 57″ nord, 6° 13′ 02″ est
Altitude Min. 339 m
Max. 721 m
Superficie 6,14 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Vuillafans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Vuillafans
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Vuillafans
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Vuillafans

Vuillafans [vɥijafɑ̃] est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Vuillafans s'étend de part et d'autre de la Loue qui entaille profondément le plateau d'Ornans. Sur la rive droite, les coteaux abrupts étaient jadis recouverts de vignes dont une partie a été replantée en 1984.

Panorama sur le village depuis Châteauneuf.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vilafains en 1189 ; Villafans en 1240 ; Wilafens en 1242 et 1262 ; Voillafans en 1339 ; Vuillafans depuis 1418[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat semi-continental et le climat de montagne et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 312 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 10,3 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Épenoy », sur la commune d'Épenoy à 14 km à vol d'oiseau[4], est de 9,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 363,0 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 36,4 °C, atteinte le ; la température minimale est de −18,8 °C, atteinte le [Note 1],[5],[6].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[7]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vuillafans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (63,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,3 %), zones agricoles hétérogènes (27,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (17,8 %), zones urbanisées (8,8 %), prairies (0,2 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Vuillafans apparaît pour la première fois en 1200 quand Guy de Vuillafans offre 80 litres de vin de la vigne de Vuillafans à l'abbaye Saint-Vincent de Besançon.

Au Moyen Âge la route du sel qui allait de Salins à Montbéliard passait par Vuillafans et il était interdit d'utiliser une autre route afin de limiter la contrebande.

L'histoire de Vuillafans est indissociable de celle de ses deux châteaux. Le premier, Châteauvieux sur la rive gauche de la Loue, fut construit au XIe siècle par les seigneurs de Montgesoye, le village voisin (en face, sur la rive droite). En 1807 ce château brûla mais il fut finalement racheté et remis en état par des propriétaires privés.

Le second, Châteauneuf sur la rive droite, fut bâti par les sires de Durnes dans le début du XIIIe siècle et connut son heure de gloire à la fin du Moyen Âge. Vers 1479, lors des Guerres de Bourgogne, après avoir été pris puis occupé par les troupes de Louis XI, il fut démantelé.

Le village actuel de Vuillafans fut longtemps composé de deux villages séparés par la Loue, l'un étant un fief de Châteauvieux (rive gauche, Ouest) et l'autre de Châteauneuf (rive droite, Est). Les deux villages finirent par s'unifier après que le seigneur de Châteauvieux fut devenu co-seigneur de Châteauneuf. En 1587, les de Rye, seigneurs de Châteauvieux, obtinrent le droit d'exercer seuls haute et basse justice sur Vuillafans.

Bien que Vuillafans fut, pendant la majorité de son histoire, intégralement sous la coupe de grand seigneurs tel les Beauffremont, les Rye (Neublans > branche de Rye) ou les Montfaucon, le village fut souvent partagé entre un grand nombre de seigneurs (comme souvent dans la vallée, par exemple il y en eut parfois plus de 10 à Lods), ainsi du XIIe au XVIe siècle la famille « de Vuillafans », petite famille noble, est plusieurs fois nommée bien que parallèlement d'autre familles nobles se déclarent seigneurs de Vuillafans[15].

Vuillafans est abordé dans la Description de la Franche-Comté de Gilbert Cousin : "(...)Vuillafans, bâtie dans une vallée et possédant comme Moustier des terres fertiles en toutes choses et propres à la culture de la vigne. Aussi approvisionne t'elle de la presque totalité du vin qu'il leur est nécessaire, les habitants de Vercel et de Morteau,puisque les montagnes qui l'entourent de tous cotés, et qui lui servent de remparts, sont couvertes de vignes presque jusqu'au sommet. A Wuillafans s’élèvent deux châteaux se faisant face, assis sur des montagnes. Celui du nord est fortifié par des murailles, des tours, des fossés et des retranchements; et à l'instar d'une place forte est pourvue en abondance de tout ce qu'il faut pour sa défense. On l'appelle "Châteauvieux". Celui qui est au midi est pareillement beau et fortifié: il porte le nom de "Châteauneuf"."[16]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vuillafans Blason
D'argent à la bande de sable côtoyée de deux cotices du même et chargée de trois coquilles d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Célestin Cattaneo[17]    
mars 2014 En cours Gérard Quété SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2021, la commune comptait 699 habitants[Note 3], en diminution de 3,85 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1611 0831 0749929961 2091 1951 1641 233
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1461 3301 4401 5521 4891 3231 2901 2751 320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1771 1901 065835799734664581734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
721764773600649668709691748
2021 - - - - - - - -
699--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un seul lieu de culte de confession catholique, l'église de l'Assomption. Au sein du diocèse de Besançon, le doyenné des Premiers Plateaux regroupe cinq unités pastorales (paroisses) dont celle de la Haute Vallée de la Loue[22] à laquelle appartient Vuillafans.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vuillafans possède un riche patrimoine architectural qui lui permet de bénéficier du label de Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté.

  • Château de Vuillafans bati au XVe siècle. Ce fut le centre d'une baronnie de la puissante famille de Rye au XVIe siècle.
  • Château de Châteauneuf. Bâti par les sires de Durnes dans le premier quart du XIIIe siècle. Il était précédé par un bourg castral avec chapelle. Ce dernier comptait plus de 200 âmes. Un double fossé en protégeait l'accès au nord-est. L'ensemble a été détruit vers 1479 lors des guerres de Bourgogne par les troupes de Louis XI, et laissé à l'abandon. Descriptif : bien que totalement ruiné, un œil avisé distingue le premier fossé qui précède et protège l'accès au bourg castral qui comportait jusqu'à 27 feux. Après un cours cheminement à travers ces vestiges, on tombe sur un second fossé annulaire dominé par un grand cône constitué d'éboulis qui trahit la présence de la tour maîtresse. En enfilade de celle-ci était le château à proprement parler. Maigres en sont les vestiges.
  • Pont sur la Loue du XVIe siècle. La croix a été posée au cours des missions de 1830 et 1845.
  • Vieux moulins au bord de la Loue équipés de roues à aubes pendantes. Posées sur des pilotis, elles permettent un réglage en hauteur en fonction du niveau de la rivière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Événement[modifier | modifier le code]

Chaque année a lieu la course de côte nationale de Vuillafans-Echevannes comptant pour le championnat de France de la Montagne (longueur : 4 800 mètres, dénivellation : 268 mètres).

Vue générale de la côte Vuillafans-Echevannes depuis Longeville.

Films tournés dans la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE, .
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Vuillafans et Épenoy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Épenoy », sur la commune d'Épenoy - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Épenoy », sur la commune d'Épenoy - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. Albert Métin (député du Doubs), "Histoire des communes du Canton d'Ornans", p. 167-175, éd. du Bastion.
  16. Gilbert Cousin, « Livre: Description de la Franche-Comté », sur Gallica (consulté le ).
  17. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. « Paroisse de la Haute Vallée de la Loue », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le ).
  23. admin, « GUILLEMIN — Français », sur www.irfa.paris (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]