Échevannes (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Échevannes.

Échevannes
Échevannes (Doubs)
Le village au bord de la vallée de la Loue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Ornans
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Jean-Paul Nicolet
2014-2020
Code postal 25580
Code commune 25211
Démographie
Gentilé Échevannais
Population
municipale
89 hab. (2016 en augmentation de 8,54 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 29″ nord, 6° 13′ 54″ est
Altitude Min. 550 m
Max. 747 m
Superficie 5,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Échevannes

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Échevannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Échevannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Échevannes

Échevannes est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Échevannais et Échevannaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 650m d'altitude au bord du plateau calcaire qui domine la vallée de la Loue qui coule 300m plus bas, offrant ainsi un remarquable panorama à ses habitants

Accès[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de cours d'eau référencé sur la commune d'Échevannes mais un petit affluent rive droite de la Loue (sans nom) y nait grâce aux sources situées en contrebas du village dont celle de l'ancien lavoir . Lors de fortes pluies, leurs eaux jaillissent en cascade de la Grotte du Cul de Vaux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Des Chevannes en 1430 ; Eschevannes en 1685[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Échevannes et des proches communes.
Rose des vents Rose des vents
Vuillafans N Lavans-Vuillafans
O    Échevannes    E
S
Lods

Histoire[modifier | modifier le code]

L’historien André Bouvard a étudié le mouvement de désertion des peuplements castraux du Doubs entre 1450 et 1550 mentionne le cas du bourg castral de Châtelneuf-de-Vuillafans [2] qui a donné naissance au village « Eschevannes » mentionné pour la première fois en 1519 pour sa contribution à la maladrerie de Ornans : « Bâti sur un vaste éperon de la rive droite de la Loue supérieure, Châtelneuf-de-Vuillafans, surplombe le village de Vuillafans et fait face à Châteauvieux-les-Fossés sur le versant opposé. La dénivelée impressionnante confère à l’ensemble castral une allure de nid d’aigle qui n’est pas sans rappeler le site voisin d’Ornans-le-Château. Le site était composé d’un château mentionné pour la première fois en 1259 et d’un bourg avec chapelle, dont les franchises sont confirmées en 1338. Selon un dénombrement daté de 1450, le bourg comptait alors 27 maisons, deux places vides ou cheseaux et trois jardins. Les familles bourgeoises, au nombre de vingt, possédaient en outre des granges, au lieu-dit « es chevannes », à environ 1 km au nord sur le plateau. Un texte du début du XVIIe siècle nous apprend la désertion du site « dez plus de cent ans en çai, ayant esté ruyné par les guerres survenues audict comté de Bourgoigne du temps du roy de France Louis unzième ». Après la ruine de Châtelneuf, les bourgeois, explique un terrier (registre foncier d’une seigneurie) de 1623, sont allés reconstruire leurs maisons sur les communaux du bourg, au lieu-dit « es chevannes » déjà cité, fondant ainsi le village d’Échevannes. Le four banal puis la chapelle y sont transférés. En 1593, la nouvelle agglomération qui compte 17 feux a presque retrouvé le chiffre de population de Châtelneuf avant sa destruction ».

Châtelneuf-de-Vuillafans construit par les seigneurs de Durnes est mentionné pour la première fois en 1259 par Jean de Chalon, comte de Bourgogne, qui le donne à son neveu Amédée III de Montfaucon. En février 1339, Agnès de Durnes définit et fixe les franchises, i.e. les impôts, corvées et redevances à ses sujets de Châtelneuf-de-Vuillafans [3]. On peut y lire « au portier (gardien) du bourg (castral), tous nos hommes taillables de Lavans et de Voires doivent chacun une gerbe de froment, s’ils tirent leur grain de la terre … Et les censiers dudit château habitant audit château, à Lavans, à Voires et autre part doivent payer audit portier le reste de sa solde après ladite gerberie et nous, quand nous y tenons notre résidence, devons donner audit portier, chaque jour, deux miches. Pendant toute la durée des couches de sa femme, le censier est quitte de toutes chevauchées et de toutes les guettes du chasteau, s’il n’a personne en état de le faire dans sa maisonnée ». Échevannes n’est pas mentionné puisqu’il n’existait pas encore.

La présence d’une chapelle dans le bourg castral est confirmée par un constat de 1330 du conseil de Fabrique de la paroisse de Saint-Hyppolite-les-Durnes : « Dame Agnès de Durnay a fondé à perpétuité la rente annuelle de six bichets de froment sur les moulins de Montgesoye pour l’entretien du chapelain de la chapelle, ceci en treize cent quarante six (1346) ». Lors des guerres de Bourgogne (1477-1493), Louis XI s’empara de la Comté et occupa les « châteaux-rochers » de Vuillafans et Ornans. En 1552, Châtelneuf est encore décrit comme une « forteresse » puis on peut lire dans le dénombrement de 1614 : « le chasteau neuf dudict Vuillafans assis sur ung roc audict Vuillafans est présentement sans habitation, n’y restant plus que les vieilles masures des murailles d’icelluy, auquel chasteau sont encor les vestiges de plusieurs maisons des gentilshommes féodaux de ladicte seigneurie ». En 1618, l’archevêque de Rye et l’abbé de Beauffremont, qui en sont les seigneurs, dispensent les habitants d’y venir faire garde « jusqu’à ce que ce chasteau soit rendu fort et tenable ». Tombant de vétusté, il fut probablement achevé par les Suédois de Rosen en 1639 lors de la guerre de Dix Ans (1635-1645). Chastelneuf-de-Vuillafans ne resta dès lors plus que le titre de la magnifique seigneurie d’autrefois et ses pierres serviront à construire le couvent des Capucins à Vuillafans (1668-1672).

JM Drezet, L'Écho d'Échevannes, 2010.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Michèle Tardy    
mars 2008 2014 Jean-Claude Bloch[4]    
mars 2014 En cours Jean Paul Nicolet SE Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 89 habitants[Note 1], en augmentation de 8,54 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
95108138115162135142134135
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12513412412412711411310786
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
847367705555604646
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
644549807164828489
2016 - - - - - - - -
89--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Chaque année a lieu la course de côte nationale de Vuillafans-Echevannes comptant pour le championnat de France de la Montagne.

Vue générale de la côte Vuillafans-Echevannes depuis Longeville.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle du XVe siècle
  • L'Église Saint-Hippolyte et monument aux morts ont la particularité d'être "partagés" par plusieurs communes au hameau de La Barèche.
  • La chapelle du XVe siècle au portail flamboyant et au clocher-mur à baie unique, rare dans la région, se situe à l'extrémité du village qui surplombe la vallée de la Loue.

Le village d'Échevannes se trouvait sur le passage du chemin du sel de Salins-les-Bains vers le pont de Roide et la Suisse et doit en partie son existence.

Le sel qui faisait au Moyen Âge la richesse de notre région, le comté de Bourgogne, circulait dans plusieurs directions au départ des salines de Salins-les-Bains souvent en empruntant les anciennes via salaria romaines. Château-Vieux tout comme Château-Neuf et Échevannes se trouvaient sur la voie du sel où l’on portait à dos de mulet le sel de Salins dans la direction de Montbéliard et Bâle. Il était interdit de le faire passer par ailleurs afin d’empêcher la contrebande. Vuillafans fut de bonne heure un dépôt où les villages voisins devaient venir s’approvisionner [9]. Le chemin saulnot en direction de l’Ajoie (région de Porrentruy) et de Bâle via le pont de Roide traversait notre village et délimitait la zone d’aval (réservée à la vente du sel du puits à muire) de la zone d’amont (réservée à la vente du sel de la grande Saulnerie). Ceci est attesté dans un parchemin des archives du Doubs remis à deux forestiers (surveillants du chemin saulnot) vers l’an 1420 [10] : « Déclaration des limites et chemins par lesquelz le selz (sel) du bourg dessoubz (dessous) de Salins doit avoir cours et conduite doiz (de) la porte dudit bourg appelée porte de Chambenot, tyrant (allant) au pont de Roide, et aussi des lieux où ledit sel est de prinse (de prise i.e. interdit à la vente) par les forestiers de la grande Saulnerie de Salins. Les transgresseurs desdists chemins et limites sont emendables (amendables) à monseigneur le duc (Philippe le Bon, 1419-1467, comte-duc des deux Bourgognes) et à Messeigneurs ses parçonniers en ladite Saulnerie.

Premièrement doiz ladite porte de Chambenot tyrant par le grant chemin à Sezenay (Saizenay) et dessus ledit grant chemin ledit sel est de prinse et audit Sezenay l’on use dudit sel. Item doiz ledit Sezenay tyrant à Nam (Nans sous Sainte Anne) par le grant chemin de Vaulmorant et au-dessus dudit chemin ledit sel est de prinse, et audit Nam l’on use dudit sel. Item doiz ledit Esternol (Eternoz) tyrant par le grant chemin à Bolandol (Bolandoz), doiz ledit Bolandol tyrant par le grant chemin à Silley, et doiz ledit Silley tyrant par le grant chemin devers le mont de Raffenol (Raffenot) à Vuillafans. Et au-dessus desdits grants chemins du costel de la montaigne ledit sel est de prinse et esdits Bolandol, Silley, et Vuillafans l’on use dudit sel. Item doiz ledit Vuillafans en tyrant par la chapelle dudit lieu en la laissant à la main droite, tyrant contremont par le grant chemin es chevannes dessus le chastel neuf de Vuillafans, en laissant toutes lesdites chevannes à la main droite, tyrant par devant l’église de Saint-Ypolite (La Barèche) par le grant chemin à Falerans (Fallerans). Et au-dessus dudit grant chemin du costel de la montaigne ledit sel est de prinse … »

Le sel du Puits à muire destiné à la Suisse alémanique acheminé par Porrentruy passait obligatoirement sur le pont de Roide, où il était contrôlé. Pendant sa période de prospérité, les transports de sel vers les « alemaignes » s’élevaient à environ 50 charges par semaine. Le commerce du sel de Salins s’est éteint progressivement au cours du XVIIe siècle, remplacé par le sel venant des mines de sel d’Alsace et des salines de Bex en terre vaudoise[11].

JM Drezet, L'Écho d'Échevannes, 2011.


  • L'oratoire Saint-François-Xavier a été érigé en 1874 sur un amoncellement de pierres de tuf. De plan carré avec une statue en fonte représentant saint François-Xavier, il est surmonté d’un campanile sommé d’une croix et abritant une cloche


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre,
  2. A. Bouvard, Les Peuplements castraux de la montagne du Doubs, thèse de doctorat, université Nancy-II, 1997.
  3. A. Métin, Histoire des communes du canton d’Ornans, éditions du bastion, 1913.
  4. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. A. Métin, Histoire des communes du canton d’Ornans, éditions du bastion, 1913.
  10. A. Hammerer, Sur les chemins du sel, édition Cêtres, Besancon, 1994.
  11. http://www.mines.ch/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]