Pirey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pirey
Pirey
Vue générale de Pirey
Blason de Pirey
Héraldique
Pirey
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Grand Besançon Métropole
Maire
Mandat
Patrick Ayache
2020-2026
Code postal 25480
Code commune 25454
Démographie
Gentilé Piroulets
Population
municipale
2 093 hab. (2018 en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013)
Densité 314 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 45″ nord, 5° 57′ 50″ est
Altitude Min. 260 m
Max. 370 m
Superficie 6,67 km2
Unité urbaine Besançon
(banlieue)
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Besançon-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Pirey
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Pirey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pirey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pirey
Liens
Site web pirey.fr

Pirey est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Pirey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Miserey-Salines École-Valentin Rose des vents
Pouilley-les-Vignes N Besançon
O    Pirey    E
S
Pouilley-les-Vignes, Besançon

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 61 62 63  du réseau de transport en commun Ginko.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pirey est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Besançon, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[4] et 137 837 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (38,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (40,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33,6 %), zones urbanisées (22 %), zones agricoles hétérogènes (20,3 %), prairies (9,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (9,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pirey tire sans doute son nom de son sol pierreux.

Son orthographe a évolué au cours du temps : Piré, Pyrei en 1143 ; Pirey en 1178 ; Pire en 1244 ; Pyre en 1285 ; Pirei en 1316 ; Pyrey en 1323 ; de Pireyo en 1394.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention importante de Pirey date de 1334, dans un acte de partage entre Poncart, Guillaume et Jacques de Thoraise ainsi que Juliette La Grande. En 1477, prisonnier des hommes du roi de France, Hugues de Chalon-Chatelguyon, seigneur de Pirey, vendit cette terre à Pierre Despotots pour payer sa rançon.

Divers seigneurs se partagèrent ce territoire au cours des siècles suivants : les familles Despotots, Perrenot, Achey, Gorrevod, Thomassin, Arnoulx de Pirey, ainsi que le chapitre métropolitain de Besançon et l'hôpital du Saint-Esprit.

En 1674, Pirey ressentit les effets désastreux du siège de Besançon par les troupes de Louis XIV. En 1805, la commune acquit une importante partie du mobilier du couvent des Minimes de Consolation. En 1814, le village fut à nouveau ravagé par les troupes d'occupation.

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Pirey Blason
Écartelé au 1) d’or au chef de gueules au 2) d’azur au sautoir d’or, au 3) de gueules à la bande d’or, au 4) d’or à la croisette de sinople ; à la fleurs de lys d’argent brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Le Conseil municipal a, en sa séance du , adopté sur proposition du docteur Jean-Marie Thiébaud, président du Conseil français d'héraldique, les armoiries avec le blasonnement ci-dessus.

Ces armoiries rappellent les racines historiques de Pirey et, en particulier, les familles Dramelay (blason d'or surmonté de rouge), Chalon (blason rouge traversé d'une bande d'or) et Despotots (fleur de lys), dont le destin a été lié à la commune dès le Moyen Âge. d'azur au sautoir d'or rappelle en partie les armes de la famille Arnoulx de Pirey (qui se déclinent ainsi : « d'azur au sautoir d'or accompagné de 2 roses tigées d'argent en chef et en pointe d'un croissant de même ») ; la petite croix évoque le transfert à Pirey, en 1805, d'une partie importante du mobilier religieux de Consolation, aujourd'hui classée à l'Inventaire général du patrimoine culturel et restaurée au début des années 1980.

Armoiries de la famille Arnoulx de Pirey

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1975 1989 Pierre Maître[11]    
1991 mai 2020 Robert Stepourjine[12] UMPLR Professeur à l'ENSMM retraité
5e vice-président de Grand Besançon Métropole (2014 → 2020 )
Réélu en 1995, 2001, 2008[13] et 2014. Ne souhaite pas se représenter en 2020.
mai 2020 En cours Patrick Ayache [14] SE Onzième vice-président du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 2 093 habitants[Note 3], en augmentation de 1,01 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405419450384436458482473442
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
435443441441449493424407358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
334341335306322338301289320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4044598181 0551 2341 4411 6942 0242 049
2018 - - - - - - - -
2 093--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin du XVIIe siècle, restaurée au XVIIIe siècle, et réaménagée entre 1828 et 1867. Elle possède une quarantaine d'œuvres d'art classées.
  • Petit château à tours d'angle, relais de chasse du XVIIe siècle, agrandi à la fin du XIXe siècle et entouré d'un parc (propriété privée, peu visible de l'extérieur).
  • Chapelle privée du XVIIIe siècle (construite en 1760) dédiée à Notre-Dame d'Einsiedeln.
  • Deux cabordes de vignerons, abris mesurant six mètres de diamètre en pierre sèche ramassées sur les terrains environnants avec une voûte construite en encorbellement.

Presse[modifier | modifier le code]

À Pirey, on compte deux journaux locaux :

  • le Pirey MAG : journal trimestriel que tous les Piroulets reçoivent gratuitement dans leurs boîtes aux lettres. Depuis l'installation de la nouvelle équipe municipale, le journal d'information municipal, désormais publié tous les trois mois, a été renommé Pirey mag. À la différence de son ancienne version, le Pirey mag comporte un article écrit par l'opposition municipale.
  • Le clos du moulin : il a été créé en à l’occasion de la fête des voisins ; il est distribué gratuitement aux habitants du Clos du moulin tous les quatre mois.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Besançon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Décès de Pierre Maître maire honoraire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  12. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - Liste des maires
  13. « Pirey : et de 4 pour Robert Stépourjine », sur MaCommune.info, .
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.