Sciences Po Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sciences Po Lille
Sciences-Po Lille
Informations
Fondation 1991
Type Institut d'études politiques (EPA)
Régime linguistique Française
Localisation
Coordonnées 50° 37′ 21″ nord, 3° 04′ 38″ est
Ville Lille
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Direction
Directeur Benoît Lengaigne
Chiffres clés
Enseignants 450
Enseignants-chercheurs 45
Étudiants 1850
Niveau Bac+5
Diplômés/an 400
Divers
Site web sciencespo-lille.eu

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Sciences Po Lille

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Sciences Po Lille

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Sciences Po Lille

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Sciences Po Lille

Sciences Po Lille appelé aussi Institut d'études politiques de Lille (nom juridique selon le code de l’éducation) est un établissement français public d'enseignement supérieur créé en 1991, situé à Lille. C'est l'un des trois plus récents des dix instituts d' études politiques de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les instituts d’études politiques de Lille et de Rennes sont créés par décret le [1]. C'est un établissement public à caractère administratif rattaché (puis associé) à l'université Lille-II. Son statut est fixé par le décret du 18 décembre 1989[2].

Au sein des instituts d'études politiques, celui de Lille, étant situé au « carrefour de l'Europe », se caractérise notamment par sa spécialisation sur les carrières internationales (notamment sur l'Europe) et les carrières journalistiques[3].

Les directeurs successifs sont :

Locaux[modifier | modifier le code]

Sciences Po Lille s'implante en 1991 au 50 rue Gauthier de Châtillon, dans le centre de Lille, partageant les locaux de l'École supérieure de journalisme. Le bâtiment est l'ancienne faculté de pharmacie, construite au XIXe siècle et libérée par une délocalisation à Villeneuve-d'Ascq dans les années 1980. L'immeuble, organisé sur trois niveaux autour d'une cour carrée, est adapté à l'effectif d'environ 150 étudiants de l'ESJ, mais pas aux 400 de plus apportés par l'IEP, ce qui oblige alors à une occupation maximale des locaux : la bibliothèque n'occupe que 20m2, les cours s'étalent de h à 21 h, certains étudiants prennent place assis sur les radiateurs, etc.[réf. nécessaire]

Afin d'accueillir un nombre croissant d'étudiants, l'IEP déménage donc en 1996 dans des nouveaux locaux, au 84 rue de Trévise, dans le quartier populaire de Moulins. L'ensemble de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales (Lille II), dont les locaux étaient éclatés en banlieue, est d'ailleurs regroupée à la même époque dans ce quartier, le siège étant implanté, place Déliot, sur le site de l'ancienne filature Le Blan. Les locaux de Sciences Po Lille sont d'ailleurs eux aussi constitués par une ancienne filature Le Blan rue de Trévise, bâtiment industriel réhabilité.

Ces locaux devenant à leur tour trop étroits alors que les effectifs ne cessent de croître, un nouveau déménagement sur le site de l'ancienne faculté des Lettres, 9 rue Auguste Angellier, à proximité de la première implantation historique de l'Institut, a lieu en janvier 2017[7]. L'ancienne bibliothèque universitaire située place Georges-Lyon, en face de l'ancienne faculté des lettres désaffectée depuis le transfert de l'université de Lille III à Villeneuve d'Ascq à la fin des années 1970, a également été rénovée pour accueillir la bibliothèque de Sciences Po.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2010, Sciences Po Lille compte 1850 étudiants dont 200 étudiants internationaux et 230 étudiants français en mobilité internationale[8].

À partir de 2007, il organise un programme de démocratisation[9] autour d'une cinquantaine de lycées de la région Nord-Pas-de-Calais[10]. Ce programme a pour vocation d'aider les élèves de première et de terminale à préparer le concours d'entrée en première année, par le biais d'une préparation en ligne, gratuite. En 2008/2009, ce programme d'études intégrées (PEI) a suivi 400 lycéens de terminale dont 30 % sont ensuite entrés dans un IEP[11].

Admission[modifier | modifier le code]

Sciences Po Lille comprend plusieurs procédures d'admission[12] :

  • Pour l'entrée en première année :
    • Une procédure générale, ouverte aux bacheliers de l'année en cours (« Bac+0 ») et ceux de l'année précédente (« Bac +1 »), sur concours commun aux 7 IEP de province.
    • Une procédure spécialisée pour les étudiants désirant rentrer en première année des filières franco-allemande, franco-britannique et franco-espagnole, avec un concours écrit et oral commun aux « Bac+0 » et aux « Bac+1 ».
  • Pour l'entrée en deuxième année :
    • Une procédure générale, pour les « Bac+1 » ou « Bac+2 ». Ce concours s'inscrit lui aussi dans le cadre d'un concours commun avec 6 autres instituts d'études politiques (Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Rennes Strasbourg et Toulouse). Il permet une entrée directe en deuxième année[13]. Ce concours est supprimé à compter de 2018[12].
  • Pour les entrées en quatrième année :
    • Une procédure générale.
    • Une procédure spécialisée, ou troisième voie d'accès, pour les personnes ayant au moins cinq années d'activité professionnelle valorisante, et sans condition de diplôme.
  • Une procédure d'admission au cycle préparatoire aux concours administratifs (« Prep'ENA »).

Les résultats d'entrée : pour la première année 1 600 candidats pour 140 places ; 8,75 % d’admis en 2006. En deuxième année : sur concours à bac + 1 ou bac + 2 (1 800 candidats pour 100 places)[14]

À partir de 2008, les six instituts d'études politiques d'Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg et Toulouse organisent un concours d'entrée commun d'accès en première année ouvert aux terminales et aux bacheliers de l'année précédente[15]. Le concours se compose de trois épreuves : une dissertation portant sur une question contemporaine, une épreuve d'histoire et une épreuve de langue vivante. En 2008, un nombre total de 1 100 places, réparties entre les six IEP, était proposé aux 9 000 candidats[16], les lauréats étant admis en fonction de leurs choix préférentiels et de leur rang de classement. En 2014, le nouvel Institut d'études politiques de Saint-Germain-en-Laye a rejoint le réseau du concours commun.

Cursus filière générale[modifier | modifier le code]

Cursus avant 2008[modifier | modifier le code]

Initialement de trois ans dans les années 1990, la durée des études est allongée à quatre ans, puis à cinq ans à la rentrée 2004, dans le cadre de la réforme « LMD ». Au bout de ces cinq années, le grade de master est conféré de droit par l'État aux diplômés.

La filière générale commence par un premier cycle de formation générale, en trois ans (six semestres). À l'issue de la première année, les étudiants doivent choisir l'une des cinq mentions proposées : « Administration publique », « Politique, économie et société », « Économie et finance », « Études européennes » et « Relations internationales ». Depuis 2002, les étudiants effectuent leur troisième année obligatoire à l'étranger, soit en stage, soit dans l'une des universités partenaires en fonction de leur rang de classement.

Suit un deuxième cycle de spécialisation, en deux ans (quatre semestres). L'objectif de ce deuxième cycle est de fournir aux étudiants une formation professionnalisante. Il comprend dix-sept spécialités permettant de se préparer à des fonctions de cadre supérieur des secteurs public et privé, ainsi qu'à des fonctions d'expertise et de recherche.

Cursus après 2008[modifier | modifier le code]

L'allongement des études de quatre ans à cinq ans conduit à la refonte de la formation de Sciences Po Lille, de façon concertée avec les autres IEP de France.

Les deux premières années (120 crédits ECTS), consistent à une formation pluridisciplinaire et généraliste. La troisième année (180 crédits ECTS) se déroule en dehors de France, dans une université (une des 190 avec lesquelles un accord a été signé dans plus de 45 pays[17]) ou en stage dans une entreprise, une administration ou une association.

Dans le deuxième cycle, le master 1 (240 crédits ECTS) s'organise en cinq mentions spécialisées : « Carrières publiques », « Économie et Finance », « Europe », « Politique, économie et société » et « Internationale ».

Le master 2 (300 crédits ECTS) consiste en une spécialisation accrue des profils avec dix-sept spécialisations possibles, comprenant une période de stages.

Les masters proposés sont les suivants[18]:

  • Affaires publiques et gestion des biens communs
    • Métiers de l'action publique
    • Partenariats public-privé
    • Développement soutenable
  • Carrières européennes et internationales
    • Affaires européennes
    • Conflits et développement
    • Stratégie, intelligence et gestion des risques
  • Stratégie et communication des organisations
    • Commerce et finance internationale
    • Communication publique et corporate
    • Management des institutions culturelles
  • Philosophie, politique et économie

Préparation aux concours administratifs[modifier | modifier le code]

Sciences Po Lille compte aussi une année complémentaire de préparation aux concours administratifs, qui prépare notamment au concours d'entrée à l'École nationale d'administration (ENA), de l' Institut national des études territoriales (INET) et une préparation à l'agrégation de sciences économiques et sociales. En 2014, neuf étudiants (dont un ancien) de Sciences Po Lille ont été admis à l'agrégation externe de sciences économiques et sociales sur 42 postes au total en France. En 2006, un ancien élève de Sciences Po de Lille était major de l'ENA.

Cursus des « doubles diplômes »[modifier | modifier le code]

Sciences Po Lille propose quatre filières, une générale, une franco-allemande, une franco-britannique et une franco-espagnole.

Centre de recherche[modifier | modifier le code]

Sciences Po Lille est membre du Collegium des Grandes Écoles Publiques de Lille et participe à la Communauté d’universités et d’établissements – Lille Nord de France (COMUE)[19].

Sciences Po Lille organise sa politique de recherche à partir d’un double adossement au Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS) et au Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE).

Sciences Po Lille Lille compte trois centres de recherche :

Sciences Po Lille donne accès à 4 laboratoires de recherche adossés aux universités Lille 1, Lille 2 et Lille 3 :

  • CERAPS (sciences politiques et droit public)
  • CLERSE (économie et sociologie)
  • IRHIS (histoire)
  • IRDP (droit public)

Vie associative[modifier | modifier le code]

Sciences Po Lille compte une vingtaine d'associations dans les domaines de l'écologie politique, le débat et la réflexion politique, des questions humanitaires, des relations culturelles et inter-universitaires, de monde de l'entreprise et du handicap.

À cette liste s'ajoutent, un bureau des étudiants (BDE), un bureau des sports (BDS), un bureau des arts (BDA), un bureau des internationaux (BDI), une association de promotion de l'Europe (Visions d'Europe), une Junior-Entreprise (Sciences Po Lille Junior Conseil), un club d'œnologie, une association de théâtre amateur (Les Neveux de Thalie), une aumônerie catholique, une ONG étudiante (Enactus), une association de simulation de l'ONU via le Modèles des Nations Unies (Munwalk Sciences Po Lille), une association de débat (l'Arène de l'IEP) et une revue de relations internationales (Le Jeu de l'Oie).

En outre, Sciences Po Lille reçoit de nombreuses personnalités dans le cadre de conférences organisées par Sciences Po Lille mais aussi les associations. Ces conférences sont ouvertes au public. Parmi ces personnalités : Nicolas Sarkozy, Hélène Carrère d'Encausse, Patrick Weil, Patrick Poivre d'Arvor, Francis Fukuyama, Philippe Séguin, Dominique de Villepin, Jean-François Copé[20], Laurent Fabius, Jacques Attali, Nicolas Hulot, Pierre Moscovici, Eva Joly, Hervé Morin, Jean-Christophe Lagarde, Íngrid Betancourt, François Baroin, Xavier Bertrand ou encore Pierre Rosanvallon[21].

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

L'IEP de Lille compte dans ses locaux une bibliothèque créée en 1991 et qui porte le nom de François Goguel, juriste et ancien membre du Conseil constitutionnel et de la Fondation nationale des sciences politiques, qui a fait don au centre de documentation d'une grande partie de son fonds personnel.

Ce centre de documentation comprend, en février 2010, plus de trente mille ouvrages et deux cent soixante-dix-sept collections de périodiques[réf. souhaitée]. Il comprend aussi un fonds de documents anciens, dont des ouvrages du doyen Maurice Hauriou.

Depuis janvier 2017, la bibliothèque a déménagé dans les anciens locaux de la Maison de l'Éducation permanente de Lille, en face des nouveaux locaux de Sciences Po Lille.

Nom de promotion[modifier | modifier le code]

Chaque année, depuis 1994, la promotion de sortie des étudiants de Sciences Po Lille choisissent un nom pour leur promotion. À partir de 2013, le nom de promotion est désigné dès la deuxième année du cursus.

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Les anciens étudiants de Sciences-Po Lille comprennent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 13 juin 1991
  2. Décrets du 18 décembre 1989 et du 11 août 2016
  3. (fr) Sandrine Chesnel, « Pierre Mathiot, directeur de l’IEP de Lille : "Nos étudiants doivent être curieux" », sur letudiant.fr,
  4. (fr) [PDF] « CV Yves Luchaire », iep.univ-cezanne.fr (consulté le 30 janvier 2011), p.  2
  5. (fr) Camille Stromboni, « Sciences po Lille selon son directeur, Pierre Mathiot », sur L'Étudiant,
  6. « Benoît Lengaigne, futur directeur de Sciences Po Lille »
  7. « Sciences Po fait ses cartons et dit adieu à la rue de Trévise », sur http://www.lavoixdunord.fr/, (consulté le 22 décembre 2016)
  8. sciencespo-lille, « En quelques chiffres », sur Sciences Po Lille (consulté le 5 avril 2016)
  9. (fr) « Science Po Lille a lancé son Programme d’Études Intégrées (PEI) », sur capcampus.com (consulté le 10 juin 2010)
  10. (fr) Sciences Po Lille, « Programme d’études intégrées », sur iep.univ-lille2.fr (consulté le 10 juin 2010)
  11. « À Lille, pas de quotas, mais une formation des boursiers aux concours des grandes écoles », sur L'Express,
  12. a et b « Sciences po : clap de fin pour le concours d’entrée en deuxième année de 7 IEP », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  13. admin, « Les procédures d'admission », sur Sciences Po Lille (consulté le 5 avril 2016)
  14. (fr) « IEP de Lille : pour l’Europe » sur le site officiel de L'Étudiant
  15. (fr) [PDF] « Communiqué de presse : un seul concours pour six instituts » sur le site internet de l'Institut d'études politiques de Toulouse,
  16. (fr) « Hexa succès... » (mot du Directeur) sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes,
  17. sciencespo-lille, « Universités partenaires », sur Sciences Po Lille (consulté le 5 avril 2016)
  18. sciencespo-lille, « Offre de formation », sur Sciences Po Lille (consulté le 5 avril 2016)
  19. sciencespo-lille, « Partenaires institutionnels », sur Sciences Po Lille (consulté le 5 avril 2016)
  20. Ils ont accueilli Jean-François Copé avec ironie http://www.20minutes.fr/elections/1302650-video-ils-ont-accueilli-jean-francois-cope-avec-ironie
  21. (fr) « Conférences - Archives 2006-2007 », sur iep.univ-lille2.fr (consulté le 10 juin 2010)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (fr) Association des anciens élèves de Sciences Po Lille, « Choix du nom de promotion : historique », sur scpolille.com,
  23. (fr) Association des anciens élèves de Sciences Po Lille, « La promotion 2008 s’appelle la promotion Ernest Hemingway ! », sur scpolille.com,
  24. (fr) Science Po Lille, « Remise des diplômes de la promotion Aung San Suu Kyi », sur iep.univ-lille2.fr,
  25. (fr) Association des anciens élèves de Sciences Po Lille, « Élections du nom de promotion 2010 : et le gagnant est... », sur scpolille.com,
  26. (fr) « La promotion 2011 de Sciences Po Lille aura pour nom Arthur RIMBAUD », sur scpolille.com,
  27. « Gérald Darmanin, vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, quitte la direction nationale des Républicains - France 3 Picardie », sur France 3 Picardie (consulté le 23 mars 2016)
  28. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Remaniement : l’écologiste Barbara Pompili, chargée de la biodiversité », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  29. « Karima Delli : « Un pied dans les institutions, l’autre dans le mouvement social » | Bondy Blog », sur www.bondyblog.fr (consulté le 24 août 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Textes réglementaires[modifier | modifier le code]