Johanna Rolland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johanna Rolland
Johanna Rolland en 2014.
Johanna Rolland en 2014.
Fonctions
Présidente de Nantes Métropole
En fonction depuis le
(3 ans, 6 mois et 2 jours)
Prédécesseur Gilles Retière
Maire de Nantes
En fonction depuis le
(3 ans, 6 mois et 14 jours)
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Patrick Rimbert
Première adjointe au maire de Nantes

(1 an, 9 mois et 14 jours)
Prédécesseur Patrick Rimbert
Successeur Pascal Bolo[1]
Conseillère générale de la Loire-Atlantique
élue dans le canton de Nantes-11

(3 ans et 4 jours)
Prédécesseur Patrick Mareschal
Successeur Ali Rebouh
Biographie
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Nantes, Loire-Atlantique
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de IEP de Lille
Profession Cadre territoriale

Johanna Rolland, née le à Nantes[2] (Loire-Atlantique), est une femme politique française membre du Parti socialiste (PS).

Elle est élue maire de Nantes à la suite des élections municipales de mars 2014. Première femme à diriger cette municipalité, elle est l'une des six femmes maires de villes de plus de 100 000 habitants en France métropolitaine[3], ainsi que la présidente de Nantes Métropole[4], seule femme à présider une métropole française.

Elle est également présidente du pôle métropolitain Nantes - Saint-Nazaire[5] et du réseau Eurocities (2014/2016). Avant son élection au poste de maire, elle a exercé les mandats d'adjointe à l'éducation au maire de Nantes et de conseillère générale de la Loire-Atlantique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie familiale[modifier | modifier le code]

Fille d'une mère enseignante et d'un père employé de banque et syndicaliste, de qui elle hérite ses convictions politiques[6], Johanna Rolland est l'aînée de leurs trois filles. Elle est mariée et mère de deux enfants.

Études et formation[modifier | modifier le code]

Scolarisée dans l'enseignement public à Vertou (collège Jean Monnet) puis à Nantes (lycée Les Bourdonnières), Johanna Rolland obtient un baccalauréat scientifique en 1997. Elle intègre ensuite une prépa hypokhâgne et khâgne au lycée Gabriel-Guist'hau puis l'Institut d'études politiques de Lille dont elle est diplômée de la section « politique et société » en 2001. Elle obtient par la suite un master intitulé « développement local de la Ville » à l'université Pierre Mendès-France (Grenoble II)[7],[8].

Parallèlement, elle s'investit sur le terrain associatif (entraîneur d'une équipe de basket à Vertou) et humanitaire (projets de coopération internationale en Bosnie-Herzégovine et en Afrique du Sud)[9].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle est recrutée en 2002 par la ville du Creusot (Saône-et-Loire) comme chargée de la démocratie participative dans un quartier en rénovation urbaine et pour la mise en place de conseils de quartiers. Elle obtient le concours d'attachée territoriale en 2004 et est nommée à cette occasion responsable du service « politique de la ville ». Elle retourne peu après à Nantes où elle est recrutée comme attachée parlementaire de Jean-Marc Ayrault[9].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élue au conseil municipal de Nantes en 2008, elle est nommée adjointe au maire chargée de l'éducation et de la jeunesse. Elle met en place différentes actions : création d'un service public municipal d'accompagnement scolaire et éducatif[10], amélioration des services de restauration scolaire, mise en place du festival jeunesse Spot[11]. En 2011, elle est élue conseillère générale du canton de Nantes-11 (quartier Dervallières - Zola) avec 69 % des voix, dans un contexte de très forte abstention[12].

En juin 2012, Jean-Marc Ayrault est nommé Premier ministre, son 1er adjoint Patrick Rimbert lui succède à la tête de la municipalité. Le conseil municipal désigne alors Johanna Rolland nouvelle 1re adjointe chargée de l'éducation, de la jeunesse, des grands projets urbains et de la politique de la ville[9]. Elle travaille sur différents projets d'urbanisme : le grand projet de ville Malakoff, le grand projet global Bellevue, l'île de Nantes et le quartier de la Création.

En mai 2013, Patrick Rimbert annonce qu'il ne sollicitera pas de nouveau mandat de maire en vue des élections municipales de mars 2014[13]. Johanna Rolland est alors investie par son parti pour conduire la liste socialiste[14]. Au deuxième tour du scrutin, le 30 mars 2014, la liste de gauche qu'elle conduit obtient la majorité absolue avec 56,21 % des voix et remporte 51 des 65 sièges à pourvoir au conseil municipal[1], ainsi que 38 des 48 sièges nantais au conseil communautaire de Nantes Métropole qui compte désormais 97 membres en vertu de la nouvelle loi MAPAM[15],[16]. Le 4 avril 2014, le nouveau conseil municipal sorti des urnes la désigne comme nouveau maire[17]. Le même jour, elle démissionne de son mandat de conseillère générale[18].

Le 16 avril 2014, elle est portée à la présidence de Nantes Métropole par 61 voix contre 35 pour le maire de Sainte-Luce-sur-Loire Jean-Guy Alix, candidat présenté par les élus de la droite et du centre[4]. Le 26 mai 2014, elle est désignée présidente du pôle métropolitain Nantes - Saint-Nazaire[5].

Le 7 novembre 2014, elle est élue à la présidence du réseau Eurocities[19]. Un mandat de 2 ans qui s'est achevé en 2016. Elle est aujourd'hui toujours membre du comité exécutif.

Johanna Rolland soutient Manuel Valls lors de la Primaire citoyenne de 2017[20]. En vue du second tour de l'élection présidentielle de 2017, elle appelle à voter Emmanuel Macron[21], après avoir soutenu Benoît Hamon lors du premier tour[22].

Parti socialiste[modifier | modifier le code]

Johanna Rolland est :

  • membre du Conseil national du Parti socialiste[23];
  • membre du bureau fédéral du Parti socialiste de Loire-Atlantique[24].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Composition du conseil municipal de la Ville de Nantes » (consulté en avril 2014).
  2. Le parcours de Johanna Rolland de l'enfance à la candidature, http://johannarolland.fr/nantesadelavenir/
  3. « Il y a 70 ans, les Françaises obtenaient le droit de vote », Sud Ouest, le 21 avril 1944
  4. a et b Communauté urbaine. Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole - article Ouest-France du 16 avril 2014.
  5. a et b Le pôle métropolitain se dote d'une nouvelle présidence - article maville.com du 26 mai 2014.
  6. « Un entretien avec Johanna Rolland »
  7. Johanna Rolland, jeune pousse de la mairie de Nantes, sur La Croix (consulté le 30 mars 2014).
  8. Résumé de la biographie de Johanna Rolland sur lesbiographies.com (consulté le 2 avril 2014).
  9. a, b et c J. Rolland, première adjointe, « elle ira loin », sur Ouest-France (consulté le 31 mars 2014).
  10. JOHANNA ROLLAND ET FABRICE ROUSSEL - Les espoirs du PS nantais, sur tempsreel.nouvelobs.com (consulté le 30 mars 2014).
  11. « Ouest-France », sur Ouest-France, (consulté le 4 avril 2014)
  12. « Élections cantonales 2011 Second tour », sur acteurspublics.com, (consulté le 4 avril 2014)
  13. Nantes. Le maire Patrick Rimbert ne se présentera pas aux municipales 2014 - Article de Presse-Océan du 21 mai 2013.
  14. « Johanna Rolland est officiellement candidate PS à la mairie de Nantes »- Article de L'Express du 28 juin 2013.
  15. Résultats du 1er tour pour la commune Nantes site officiel du Ministère de l'Intérieur
  16. « Abstention, poussée de la droite : les enseignements des élections à Nantes », Metronews, le
  17. [1] - article de Libération (consulté le 4 mars 2014)
  18. [2] - article de Presse-Océan du 4 avril 2014.
  19. Nantes: Johanna Rolland élue présidente du réseau Eurocities - article de 20 minutes du 7 novembre 2014.
  20. « Pourquoi Johanna Rolland (PS) soutient Manuel Valls », sur Presse Océan.
  21. Présidentielle Johanna Rolland (PS) appelle à voter Emmanuel Macron au 2nd tour, Presse Océan, 23 avril 2017.
  22. Nantes. Johanna Rolland a choisi de soutenir Benoît Hamon, Ouest-France, 6 mars 2017.
  23. Le Conseil national, sur parti-socialiste.fr (consulté le 31 mars 2014).
  24. Bureau fédéral du Parti socialiste - Fédération de Loire-Atlantique, sur ps44.fr (consulté le 31 mars 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]