École des arts industriels et des mines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Article général Pour un article plus général, voir École centrale de Lille.
École des arts industriels et des mines
École des arts industriels et des mines
Devise « Dans les champs de l'observation, le hasard ne favorise que les esprits préparés. » (Louis Pasteur, doyen de la faculté des sciences de Lille, 7 décembre 1854)
Nom original 1854 : École des arts industriels et des mines
1872 : Institut industriel du Nord
1991 : École centrale de Lille
Informations
Fondation 1854
Fondateur Frédéric Kuhlmann
Type École d'ingénieurs
Localisation
Coordonnées 50° 38′ 16″ nord, 3° 04′ 10″ est
Ville Lille
Pays Drapeau de la France France
Direction
Directeur Victor Denniée (1854-1856)
Edmond Bernot (1857-1872)
Administrateur Kuhlmann, Girardin, Wallaert, Scrive, Dequoy[N 1], Catel-Béghin
Chiffres clés
Étudiants effectif annuel ≤ 126
Divers
Site web www.ec-lille.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École des arts industriels et des mines

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
École des arts industriels et des mines

L'École des arts industriels et des mines est la dénomination sous le Second Empire de l'école publique de formation d'ingénieurs civils à Lille, créée en 1854 pour répondre aux besoins de l'industrie du Nord de la France.

Elle succède aux chaires municipales de physique expérimentale, de chimie appliquée aux arts industriels et de mécanique créées respectivement en 1817, 1822 et 1826, sur la base de l'enseignement des sciences et techniques systématisé à Lille depuis 1795.

L'école assure initialement un enseignement professionnel de type arts et métiers. À la suite d'une réforme des études en 1860, la formation se transforme en enseignement supérieur industriel sur le modèle de l'École centrale des arts et manufactures ; les élèves-ingénieurs sont alors recrutés au niveau du baccalauréat et l'école délivre un diplôme d'ingénieur industriel. Les principaux domaines de formation des deux premières années d'études et de la troisième année optionnelle sont la construction des machines, la filature et le tissage, la chimie et la métallurgie, ainsi que l'exploitation des mines.

Après la guerre franco-allemande de 1870 et la chute de l'Empire, une réforme des études conduit à l'établissement de l'Institut industriel du Nord dans les locaux de l'école, rue du Lombard à Lille, en 1872. Son héritière au XXIe siècle est l’École centrale de Lille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte des sciences et techniques à Lille de 1795 à 1854[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'École des arts industriels et des mines est intrinsèquement liée aux besoins de techniciens pour soutenir la croissance de l'industrie dans le Nord de la France et la mise en œuvre des nouveaux procédés à l'aube de la révolution industrielle, caractérisée par le passage d'une société d'ordres à dominante agricole et artisanale dirigée par une aristocratie foncière à une société de marchandisation industrielle menée par une bourgeoisie commerçante détentrice du capital économique.

C'est au milieu du XIXe siècle qu'émerge la figure de l'ingénieur civil, formé aux sciences appliquées aux arts industriels, associé à l'entrepreneur, successeur des artisans habiles et techniciens innovateurs qui, par des approches empiriques, ont fait émerger le monde industriel fin du XVIIIe siècle, conduisant à long terme à une forte amélioration des conditions de vie matérielle pour l'ensemble de la population.

Innovations techniques pour augmenter la productivité par la mécanisation de l'industrie textile[modifier | modifier le code]

Fin du XVIIIe siècle, la mécanisation de l'industrie textile cotonnière est déjà bien amorcée : 263 métiers de type Jeannette (c'est à dire de rouets de filage simultané multi-broches assurant la torsion du fil selon le modèle spinning-jenny) sont actifs dans des ateliers de l’arrondissement de Lille en 1783[1] en remplacement progressif des rouets de filage domestique.

Caractéristique de la proto-industrialisation légalisée par arrêté royal en 1762[N 2], libéralisant la production textile à bas coût en permettant de contourner le monopole pluri-séculaire des corporations urbaines pour la fixation des prix, ce filage domestique organisé par des négociants est une activité rurale saisonnière pratiquée avec des familles de paysans pauvres vivant d’agriculture de subsistance sous contrat de fermage ou métayage, associée à des artisans tisserands travaillant à façon. Tirant parti d'une main d’œuvre agricole sous-employée en hiver, ce type de sous-traitance manufacturière éparpillée dans les campagnes persiste jusqu'au milieu du XIXe siècle. Dans le cadre cette économie proto-industrielle basée sur une nébuleuse d'ateliers dispersés et de travaux à domicile, « la qualification s'acquiert pour l'essentiel à l'atelier, « sur le tas » ou auprès d'un maître[2]. » L'usine, au sens moderne, est alors inexistante ; la trentaine de manufactures royales mises en place en France par Colbert à partir de 1663 restent des exceptions.

L’expansion des marchés de consommation de produits manufacturés[3] (textile, quincaillerie, céramique et verrerie) est favorisée par l'amélioration des réseaux routiers, des canaux de navigation et des ports et les progrès des moyens de transport maritime depuis le XVIIe siècle. La mode des cotonnades, moins chères que les tissus de laine, incite à renouveler plus fréquemment les garde-robes : un marché considérable se développe, qui va être à l’origine de l’industrie moderne du coton. L'histoire des indiennes de coton en Europe témoigne de la très forte demande de tissus de coton colorés, tels que la toile de Jouy, mettant en œuvre les premiers procédés d'impression sur textile, avec des acteurs tels que Dollfus et Oberkampf, malgré les mesures protectionnistes en faveur des tisserands traditionnels de laine, lin, chanvre et soie jusqu'en 1759. L'approvisionnement en coton dans le Nord de la France bénéficie du développement d'importations coloniales via le port du Havre.

Dès 1752, des techniques innovantes de cardage, filage et tissage sont mises en œuvre à Rouen par John Holker, avec le soutien de Daniel-Charles Trudaine, intendant des finances. Fondateur de l'École royale des ponts et chaussées en 1747 et continuateur d'un programme de construction d'un réseau de voies navigables dans le Nord et l'Est de la France et de 3 000 km de routes, Trudaine encourage la diffusion en France des machines et des procédés techniques pour contrer les importations de produits manufacturés anglais et soutient la mécanisation de l’industrie par des primes d'innovation et des subventions, ce rôle étant dévolu à partir de 1801 à la société d'encouragement pour l'industrie nationale. Les savoir-faire novateurs dans l'industrie textile sont le fait de britanniques qui jouent un rôle précurseur dans la diffusion des nouvelles techniques mécaniques pour augmenter la productivité et la qualité de la production, l'Angleterre ayant eu spécifiquement à surmonter une pénurie de main d'œuvre sur le marché des cotonnades en rapide expansion. La machine de filage multi-broches de type spinning-jenny, inventée par Thomas Highs et James Hargreaves en 1764-1765, est importée par John Holker Jr et introduite à Rouen et Sens en 1771 ; c'est à Rouen et Amiens que les premier métiers mécaniques français sont construits en 1773[4]. Le nombre de métiers mécaniques installés en France croit fortement à partir de 1785, se répandant à partir de la Normandie, de la Picardie et des Flandres.

Le recours à l'énergie hydraulique et à la machine à vapeur va sonner le glas de l'artisanat textile ; la première filature mécanique-hydraulique de France est construite en 1784 au sud de Paris, à Itteville près d’Arpajon[5], par Jacques-François Martin, originaire d'Amiens, en s'inspirant de la filature à l'eau (water frame) de Richard Arkwright[6], mise en production industrielle en Angleterre en 1771 ; la première filature à vapeur[7] est établie à Orléans[8] à partir de 1787[4] par Thomas Foxlow[9] et James Milne[10] dont les machines de type Arkwright laminant et filant une bande continue de fibres cardées[N 3] puis les machines de type mule-jenny construites dans leur atelier à Passy fonctionnent grâce à une machine à vapeur dérivée du modèle de la compagnie Boulton & Watt[9] et installée par les frères Périer[11]. Les petits métiers mécaniques diffusés dans tout le territoire et principalement mus à bras[N 4],[12] sont suivis graduellement par l'installation de grandes mécaniques de type mule-jenny, mues par roue hydraulique ou par manège à chevaux et ultérieurement par la machine à vapeur, concentrant les investissements à rentabiliser, rassemblant des centaines d'ouvriers (hommes, femmes et enfants) en filatures et usines de production manufacturière mécanisée[12], notamment à Lille à partir de 1797 pour le coton[VD 1],[N 5] et après 1830 pour la laine à Roubaix[P 1], imposant l'exode rural et l'urbanisation avec banlieues ouvrières insalubres, légitimant le choix délibéré de l'industrialisation par l'impératif de compétitivité économique face à la concurrence étrangère, malgré les nuisances et les bouleversements induits des structures économiques et familiales, des paysages et des cadres juridiques et bancaires. « Le préfet Dieudonné indique la présence de 3 500 mécaniques pour l’ensemble du département » du Nord de la France en l'An IX (1801)[1], dont 2 561 jennys dans l'arrondissement de Lille. L'effet de la mécanisation est initialement limité hors de l'industrie du coton et de la laine car, en 1804, avec 794 872 habitants[A 1], le département comprend toujours plus de 140 000 rouets pour la filature manuelle du lin, cultivé localement ; dans l'arrondissement de Lille avec 226 519 habitants[A 1], pour le coton importé sont comptées « plus de 200 (machines à filer) mule-jenny, environ 30 (machines pour carder et filer) continues et plus de 2000 petites mécaniques[A 2] » (les petites mécaniques spinning-jenny ont des dizaines de navettes-broches, les grandes mécaniques mule-jenny des centaines à des milliers de broches). En 1808, la grande manufacture de François Richard-Lenoir à Paris comprend 20 472 broches[13] compris dans les 133 448 broches et 2 090 métiers à tisser en activité en région parisienne, tandis que dans le Nord de la France 61 fabriques utilisent 5 231 métiers[14].

Après l'invention par Claude Ballaloud de la décolleteuse pour l'industrie horlogère de Cluses en 1720, c'est à partir de 1751 qu'apparaissent les premières machines-outils, moyens de production essentiels à la mécanique industrielle avec la machine à raboter le fer et la machine à aléser de Nicolas Focq. Suivent le tour à métaux de Jacques Vaucanson en 1760 et le tour à fileter les vis de Sénot en 1795. John Wilkinson achève en 1775 le premier tour à aléser qui permet notamment l’usinage des cylindres des machines à vapeur de James Watt. Les tours, fraiseuses et aléseuses font l'objet de perfectionnement successifs, notamment par Frédéric Japy qui invente la fabrication en série de pièces horlogères en 1777, tandis qu'Abraham-Louis Breguet et Louis Berthoud développent des mécanismes horlogers et des outils de grande précision. Les machines-outils sont nécessaires pour la réalisation de pièces métalliques pour métiers à filer et à tisser et pour la chaudronnerie de précision des machines à vapeur.

L'histoire de l'industrialisation de l'Europe du Nord-Ouest inclut la célébration, instrumentalisée par la Grande-Bretagne au travers de la figure emblématique de James Watt, de certains héros de la mécanisation de l'industrie textile, derniers maillons des recherches systématiques poursuivies par des générations de techniciens européens : la navette volante, qui augmente la capacité de tissage de pièces d'étoffe de grande largeur, introduite en France par son inventeur John Kay en 1747[15], la machine mécanique-hydraulique à filer water frame de Richard Arkwright en 1767 puis le métier à filer mécanique à dévidage et torsion automatique mule-jenny (spinning mule) pour le coton et la laine cardés[N 6] inventé par Samuel Crompton en 1779, importé dès 1788 à Amiens par Spencer pour Morgan & Massey[7] et à Brive et Melun par Philemon Pickford[16], en 1799 pour une autre version à Gand et Passy par Liévin Bauwens, à Verviers et Liège par William Cockerill, amélioré jusqu'à la version de métier à tisser à renvideur automatique (self-acting mule)[N 7] brevetée par Richard Roberts en 1825 et produite par André Koechlin & Cie (l'ancêtre de la SACM et d'Alsthom), la machine à tisser mécanique d'Edmond Cartwright datée de 1785-1787, le ruban perforé de programmation de Basile Bouchon et la carte perforée de Jean-Baptiste Falcon en 1728, suivis par la commande hydraulique de Jacques Vaucanson en 1755 conduisant au métier de Joseph Marie Jacquard de 1801 pour le tissage programmable semi-automatique des étoffes, la mécanisation de la fabrication de cardes de métal et cuir en 1821 puis de cardes de métal et caoutchouc vulcanisé par Antoine Scrive-Labbe, dont deux petits-fils seront élèves à l'École des arts industriels et des mines de Lille, la machine à coudre inventée en 1829 par Barthélemy Thimonnier, le métier mécanique à filer le lin de Philippe de Girard de 1810, invention française qui est à l'origine de la prospérité de Leeds et est ré-introduite à Lille par Antoine Scrive-Labbe en 1833[SSAAL 1] et formant la première usine linière en 1839[P 2], puis ultérieurement le peignage mécanique Heilmann de la laine, conçu en 1844 et commercialisé par Nicolas Schlumberger et Cie, les améliorations du peignage par Isaac Holden[P 3], lui-même soutien de l'École, avec son métier mécanique à peigner « square motion » en 1852, sont des exemples des multiples innovations incrémentales pour améliorer et accélérer la production.

Louis-Antoine de Bougainville effectue un tour du monde maritime au nom du roi de France de 1767 à 1769, suivi par l'anglais James Cook de 1768 à 1779 et le français Jean-François de La Pérouse de 1785 à 1788. À la veille de la Révolution française, la France a un PNB 2,3 fois supérieur à celui du Royaume Uni et une population trois fois plus nombreuse. Cependant, « la Royal Navy, à qui ses victoires sur les Pays-Bas au XVIIe siècle avaient donné une énorme impulsion, devint au siècle suivant la seule marine de guerre capable d'opérations dans le monde entier. Et comme, entre 1688 et 1815, le PNB de l'Angleterre avait triplé, que le pays était progressivement devenu le 'workshop of the world' (l'atelier du monde), la flotte bénéficia de ressources financières considérables[17]. » La politique britannique de mercantilisme colonial et guerrier, soutenue par la Royal Navy visant la supériorité navale pour assoir son approvisionnement exclusif en matières premières telles que le bois, le coton, le tabac, le sucre de canne, les épices, les céréales et le cheptel, est contrée par la stratégie française de développement de ports-arsenaux, constituant l’élément le plus développé et le plus perfectionné des bases industrielles du continent depuis le XVIIe siècle, formant les techniciens du génie maritime et d'architecture navale, portée par des Écoles royales d'hydrographie à Marseille, à Nantes, à Saint-Malo et au Havre, assurant le développement de la marine française sous Louis XV et Louis XVI, la seule à même de pouvoir affronter la Royal Navy durant la guerre de Sept Ans (1756-1763) où la France perd l'essentiel de son premier empire colonial (Nouvelle-France et Inde française), sans négliger l'apport commercial de la guerre de courses menée par des corsaires armés par des villes telles que Dunkerque, Calais, Boulogne, Cherbourg et Saint-Malo, suivi par le blocus continental de 1806 à 1814 qui protège les entrepreneurs dans un vaste marché intérieur européen. Compensant l'avantage compétitif de l'industrialisation précoce des îles britanniques, le nombre d'usines croit fortement en France : « on comptait 6 filatures mécaniques de coton en 1789 (...) 37 en 1799 (...) 84 en 1802 et 234 filatures en 1806[8] » puis 272 en 1814. La mécanisation progresse principalement dans la filature de coton autour de Rouen, Lille, Gand et Mulhouse. Dans les années 1820 a lieu « une réorientation de la production de coton, face à une demande potentielle très grande, vers un marché textile de masse, populaire[6] », la productivité entraînant une baisse de prix, ce qui élargit la clientèle. La pression de la demande stimule les investissements et l'innovation.

Dans le Nord de la France, « le chiffre maximum de 178 filatures en activité dans le département est atteint en 1825[1]. » « La filature fonctionnait à l'aide de la machine à vapeur ; l'emploi de ce merveilleux instrument de production (...) se généralisa qu'après 1830 (...) étant appelé à remplacer, partout où il n'y avait pas de moteur hydraulique, la force des chevaux que l'on attelait à un manège pour faire mouvoir les machines de préparation dans les filatures, et la force de l'homme, qui mettait seule alors en mouvement les mull-Jennys[4]. » « Entre 1805 et 1843, le nombre de broches passe de 40 000 à 420 000 ; à cette date, le Nord représente 12 % de l’équipement national[1]. » Dans cette période de la première moitié du XIXe siècle et de lente mutation de l'organisation du travail et des structures sociales, « l’arrondissement de Lille concentre l’essentiel des établissements[1] » de filature et tissage, dont 34 grandes filatures en 1854. « Les années 1850 voient s'imposer d'importantes innovations techniques. En filature, la « mule-jenny » cède le pas à la « self-acting mule[N 7] », le métier à renvideur, capable d'entrainer dix fois plus de broches mais au prix de plus de place et de plus d'énergie : la filature-usine avec de puissantes machines à vapeur et tout un équipement de transmission mécanique devient l'emblème de la modernité. En tissage, le métier à la navette volante, avec ou sans dispositif Jacquard, (est sur le point de s'effacer au profit du) tissage mécanique, dit « à la vapeur » (qui impose aussi) la concentration en usines[18]. »

En découle un besoin constant de main d’œuvre et de techniciens qualifiés « pour le progrès des arts et manufactures », permettant à la productivité des filatures de l'industrie textile de croître d'un facteur mille entre 1770 et 1850[N 8]. L'apogée de l'industrie textile sera consacrée ultérieurement par l'Exposition internationale du Nord de la France en 1911.

Rénovation du système éducatif : enseignement des sciences et techniques[modifier | modifier le code]

À Lille, l'année 1795 est le point de départ[SSAAL 2] sous la Première République de l'enseignement scolaire systématique du dessin géométrique et de la physique, dont des applications techniques sont les arts décoratifs et appliqués aux procédés textiles et la construction de machines, et de l'enseignement scolaire systématique de la chimie, avec ses innovations techniques dans les domaines agricoles, des brasseries et distilleries, des teintures et blanchiments. Le rôle de l'instruction comme facteur d'accoutumance au système technique moderne favorisant le développement économique justifie la volonté exprimée dès 1802 de voir établir à Lille une « École spéciale des arts mécaniques et de chimie ».

Le siècle des Lumières s'était certes déjà traduit, bien avant 1795, par le développement à Lille de cours publics et gratuits dans des disciplines artistiques, techniques et scientifiques[19] financés par la ville, avec le collège des médecins créé en 1681, qui joue le rôle de chambre professionnelle et de centre d’études médicales où se déroulent des cours d’anatomie dès 1735, avec le jardin des plantes où se donnent des cours de botanique et d’histoire naturelle[20] en faveur des élèves de chirurgie et de pharmacie en 1753, et avec l’hôpital militaire où sont donnés des cours publics de chimie par un maître apothicaire[21], avec une école de dessin[22] « très utile aux manufactures et aux arts[19] » ouverte en 1755[N 9],[23], qui supplée aux déficiences de l'apprentissage en atelier dans ce domaine à la base des arts mécaniques et indispensable à l'élite artisanale[RG 1] et où sont également organisés des cours de mathématiques dès 1762[L 1],[USTL 1], et avec une école d'architecture ouverte en 1760[24],[L 1]. Ces cours sont rassemblés pour former les « Écoles académiques de Lille[L 2] » dont l'orientation pratique est confirmée par un règlement complet établi en 1766[23] : « cet enseignement revêt un caractère professionnel et répond à une finalité pratique s'insérant dans les perspectives d'utilité sociale et de bonheur de l'homme[19] ». Soutenant la propagation des connaissances, des publications telles que l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et D’Alembert et l'Encyclopédie méthodique sont éditées et diffusées en Europe par Charles-Joseph Panckoucke, libraire-éditeur lillois. L’Académie des arts de Lille[23] est fondée en 1775 et contribue au fonds initial du Palais des beaux-arts de Lille. La première société savante de Lille où sont discutées les avancées des sciences est le Collège des Philalèthes[25], fondé en 1785 par Philippe Liborio Valentino, apothicaire à Lille[26], qui se transforme en Société des amateurs des sciences et des arts de Lille en 1802[27]. Cette matrice culturelle urbaine est propice à l'appropriation des innovations techniques par les entrepreneurs lillois et à la formation de réseaux de sociabilité fondée sur des valeurs et connaissances partagées. « L'un des premiers soucis de la Société des sciences, (...) le 29 août 1807, fut de créer un Musée industriel (comprenant) un embryon de collection[25] » textile et chimique. « La société des sciences fit construire à ses frais une machine électrique[25] ». « Au cours de la séance du 16 septembre 1853, (il devient) un musée spécial consacré à l'industrie (...), donc avant même l'ouverture du grand musée des sciences de Londres, et voulant rivaliser avec le Conservatoire national des arts et métiers de Paris[25]. »

Antérieurement, l'Université d'Ancien Régime incarnée dans le Nord de la France par l'Université de Douai ne valorisait pas l'enseignement des sciences appliquées et des techniques, comparées aux humanités, au droit, à la théologie et à la médecine, malgré la création en son sein d'une chaire royale de mathématiques et d'hydrographie en 1705 sous l'influence des jésuites. « Les sciences techniques sont enseignées non pas à l’université mais dans les collèges », agrégés à l'université[28]. « Aux écoles publiques, on fait les cours de mathématiques dès le XVIe siècle, et la refondation de cette chaire (...) en 1705 donne un nouvel éclat aux cours d’optique, de géométrie, d’astronomie, d’architecture militaire, de chimie des alliages, de trigonométrie, capables de former de bons officiers[USTL 2] ». Les seules formations techniques dans le Nord de la France concernent d'une part la formation des officiers des armes savantes[N 10], à l'École royale de l'artillerie de Douai depuis 1679 et à École royale du génie de Mézières à partir de 1748, accessibles aux candidats justifiant de quartiers de noblesse, et d'autre part l'apprentissage des métiers, assurant la transmission empirique et routinière de savoir-faire manuels par l'imitation de maîtres, mis en œuvre exclusivement (jusqu'en 1762[N 2]) par les corporations d'artisans qui régulent le droit de pratiquer un métier[N 11] et normalisent la qualité des productions selon de pesantes traditions. L'Édit de Turgot de 1776 supprimant les corporations avorte en mai 1776, mais l'abolition des privilèges lors de la nuit du 4 août 1789 puis la suppression effective des corporations de métiers par le décret d'Allarde et la loi Le Chapelier en 1791 favorisent la liberté d'entreprise et d'établissement industriel en abaissant le carcan réglementaire qui protège le producteur face au commerçant, livrant ainsi les ouvriers à la discrétion des patrons selon « la fiction du rapport particulier entre donneur et preneur d'ouvrage[P 4] », arguant des principes de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : « il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d'exercer telle profession, art ou métier qu'elle trouvera bon[29] », suscitant de nombreuses vocations d'entrepreneurs manufacturiers prenant des risques face aux fluctuations économiques et surproductions, exploitant des ouvriers déracinés paupérisés[30], tandis que les négociants, principalement issus de familles de notables d'Ancien Régime, tiennent la chaîne de valeur pérenne, « maintenant l'industrie dans une tutelle dont les secteurs les plus puissants se libèreront vers 1840 par la commercialisation directe des produits[USTL 3] », l'État laissant faire et permettant une redistribution du revenu national vers la croissance économique au profit des entrepreneurs industriels, dont les inventions sont protégées par la loi du qui institue la propriété privée des brevets, remplaçant le système antérieur du privilège royal tout en mettant dans le domaine public les savoir-faire et modèles des anciennes corporations.

Ces changements impulsés par la Révolution française conduisent à une rénovation du système éducatif en 1795-1796[SSAAL 2] dans l'esprit des Lumières. « Aussi le gouvernement républicain s’engagea-t-il dans une politique de formation visant à remplacer les collèges d’Ancien Régime par des établissements qui donneraient un enseignement scientifique, dont la physique expérimentale et la chimie, inscrit dans les programmes et assuré par des professeurs ayant un statut officiel. Il créa donc les « Écoles centrales[RG 2]», certes éphémères, mais qui n’en marquèrent pas moins une rupture avec le système éducatif qui avait prédominé jusque-là[USTL 1]. ». À la suite de la loi du 7 ventôse an III (25 février 1795), de la Loi Daunou du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) et du décret du Conseil des Cinq-Cents le 8 prairial an IV (27 mai 1796)[31], une première École centrale de Lille[SSAAL 2],[32] est ainsi ouverte le 10 nivôse an V (30 décembre 1796)[D 1], établie dans l'ancien couvent des Récollets, rue des Arts à Lille[USTL 4], où sont rassemblées des collections scientifiques[N 10] et des bibliothèques[33], et dont le programme d'enseignement pour trois groupes d'âges de 12 à 18 ans[34] inclut le dessin et la géométrie descriptive, les mathématiques, les sciences expérimentales dont la chimie et la physique expérimentale, la botanique et la minéralogie avec des professeurs tels que Jean-Baptiste Lestiboudois[N 12], Louis Joseph Watteau puis François Watteau[SSAAL 3],[A 1]. L'École centrale de Lille a 170 élèves[BA 1]. L'évolution de l'enseignement des techniques pour la population alphabétisée (sur la période 1750 à 1790 dans l'arrondissement de Lille, 44 % des hommes et 32 % des femmes savent signer[19]), passant de la prédominance de la transmission artisanale via l'apprentissage dirigé par les corporations de métiers[N 11],[N 13] à une éducation à vocation scientifique, théorique et pratique, mise en œuvre par l'autorité publique diffusant plus rapidement les progrès de la connaissance, ouvre la voie aux mutations de l'organisation du travail requises par l'industrialisation et répond aux besoins émergents de personnel qualifié pour les négociants et entrepreneurs du XIXe siècle, qui développent leurs usines via la mécanisation et appliquent des améliorations des procédés chimiques dans les manufactures textiles.

Cependant, le 1er mai 1802 sous le consulat de Napoléon Bonaparte, la dénomination « École centrale » est supprimée par la loi générale sur l'instruction publique du 11 floréal an X, entrainant la suspension des cours spéciaux de physique, chimie et botanique, et seul subsiste l'enseignement secondaire classique de latin et mathématiques de ce qui deviendra le lycée de Lille[L 3],[N 14], ciblant un effectif restreint de boursiers et d'élèves aisés payant leur scolarité[35]. « Le lycée napoléonien reste encore fidèle aux sciences : (...) au cours de latin étaient rattachés la géographie, l’histoire, les lettres latines et françaises ; aux mathématiques, l’histoire naturelle, les éléments de la sphère, la physique, l’astronomie, la chimie, la minéralogie puis en fin de cursus on peut faire au choix soit des mathématiques transcendantes, c’est à dire l’application du calcul différentiel à la mécanique et à la théorie des fluides, soit de la philosophie[36]. »

Chaires municipales de sciences appliquées[modifier | modifier le code]

Consciente de l'intérêt des sciences appliquées pour son développement économique, la ville de Lille sollicite en vain[37] auprès du directeur général de l'Instruction publique Fourcroy « une des deux[N 15] Écoles spéciales des arts mécaniques et de chimie, dont l'établissement avait été décrété[38],[BA 1] » par les articles 23 et 25 de la loi générale sur l'instruction publique du 11 floréal an X (1er mai 1802) permettant « l’étude complète et approfondie ainsi que le perfectionnement des sciences et des arts utiles[N 16] ». En l'attente de l'établissement d'une école spéciale financée par l'État, l'enseignement des sciences et techniques à Lille est rénové au travers de chaires municipales[N 17] associées à des cours publics et gratuits[BA 2], dans le cadre des « Écoles académiques de Lille[SSAAL 4] ». Initialement déclarées comme « Écoles spéciales communales » dans l'annuaire statistique du Nord pour l'an XIII (1804)[A 1], les Écoles académiques de Lille, réétablies par arrêté préfectoral du 28 août 1806 et reconnues par le décret impérial du 7 janvier 1808[L 4],[22], dispensent des cours publics dans les domaines des beaux arts et des arts appliqués à l'industrie[N 11] ; elles sont localisées rue des Arts et rue du Lombard et attirent plusieurs centaines d'auditeurs. Dans une démarche précoce d'application des sciences aux arts industriels, en liaison avec la Société des sciences de Lille et la chambre de commerce de Lille, les chaires lilloises contribuent à sensibiliser les acteurs de l’industrie et promouvoir les nouveaux procédés.

Outre un cours de dessin[22] à finalités professionnelles et artistiques, « très utile aux manufactures et aux arts[19] », ouvert depuis 1755, intégré dans l'École centrale en 1796, puis maintenu après 1802 dans le cadre des Écoles académiques de Lille[22],[39], la ville se préoccupe à partir de 1826 de l'établissement d'une chaire[BA 2] de « dessin linéaire, de géométrie et de mécanique appliquée aux arts[SSAAL 5],[G 1] » qui prend son essor dès 1829-1830 avec le professeur Charles Granowski[SSAAL 6],[40], ce qui accroit les compétences lilloises en construction de machines. « Ce besoin du dessin linéaire est si vivement senti par nos chefs d'ateliers ou de manufactures , ou même par nos meilleurs ouvriers, qu'ils s'empressent d'envoyer leurs fils aux Écoles académiques dans l'espoir de leur procurer les connaissances indispensables à leurs succès ultérieurs[SSAAL 5] ». Cet enseignement n'est pas une initiative isolée[41] : des cours de dessin, mécanique et géométrie avaient aussi été établis au Conservatoire national des arts et métiers de Paris à l'initiative de Charles Dupin et « en décembre 1825, le ministre de l'Intérieur envoie une circulaire aux préfets pour leur demander d'appuyer les initiatives du Baron Dupin d'instituer des cours de mécanique dans les principales villes de France[D 2],[42]. » ; la même année à Manchester est ouvert le Mechanics' Institute, renommé ultérieurement University of Manchester Institute of Science and Technology (UMIST), qui deviendra un partenaire académique de l'École au cours du XXe siècle.

La chaire de physique lilloise est tenue par Charles Delezenne de 1817[SSAAL 7] à 1848. Delezenne est professeur à l'école secondaire et chercheur à Lille[SSAAL 3] depuis 1805 ; il est membre correspondant de l'Académie des sciences et est membre actif de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille ; c'est lui qui formalise la modélisation mathématique de la propagation des ondes acoustiques par cordes vibrantes[SSAAL 8],[43] : « ce fut en cette année 1810 que M. Delezenne songea à ouvrir à Lille un cours de physique sous le patronage de la Société. (...) M. Delezenne demande l'autorisation de faire annoncer un cours public et gratuit d'électricité, de galvanisme et d'optique qu'il se propose de donner dans les salons de la Société. (...) Le cours de physique (...) devint en 1817 cours communal, tout en restant sous ses auspices[SSAAL 9] ». C'est donc dans le cadre des Écoles académiques de Lille[39] à partir de 1817, qu'il assure ses cours de physique expérimentale[G 2],[L 5]. « Le cours de physique fut ouvert en octobre 1817. Il comptait deux cent auditeurs[N 18] ». Delezenne est suppléé par Benjamin Corenwinder[SSAAL 7] vers 1848, puis Auguste Lamy occupe la chaire de physique expérimentale à partir de 1852[G 3]

Buste de Frédéric Kuhlmann
Frédéric Kuhlmann, professeur, fondateur et administrateur de l'école

Le 6 mai 1822[L 6], « la mairie de Lille et le conseil général décidèrent d’aménager au rez-de-chaussée du Lombard, une école spéciale de chimie appliquée aux arts industriels comprenant un amphithéâtre et un laboratoire, ainsi qu’un logement pour le directeur[D 3]. » Frédéric Kuhlmann est nommé en 1823[SSAAL 7] à la chaire de chimie associée à cette école spéciale[44] qu'il occupe de 1823 à 1854[N 19]. En 1824, le ministre de l'intérieur refuse d'entériner les crédits alloués par le conseil général du Nord pour l'école spéciale de chimie ; le conseil municipal se doit alors de combler le déficit budgétaire de ce qui devient la chaire municipale de chimie appliquée aux arts industriels. Les cours de chimie de Frédéric Kuhlmann commencent mi-1824. Ils touchent « un public nombreux, composé principalement de manufacturiers et de négociants distingués, tant de Lille que des communes environnantes, [qui y profitent] des instructions pratiques et théoriques[D 3] ». L'enseignement de Kuhlmann est un succès et son cours compte jusqu’à trois cents auditeurs par année. L'industrie agroalimentaire se développe en parallèle de l'industrie chimique : tandis que la stérilisation et la conserverie sont inventées par Nicolas Appert en 1795 (mais il faut attendre 1863 pour que Louis Pasteur mette au point la pasteurisation, débactérisation thermocontrôlée) et que le raffinage industriel de la betterave sucrière est expérimentée par Jean-Baptiste Quéruel et Benjamin Delessert en 1811, la première unité de production industrielle de sucre de betteraves est créée à Arras par le lillois Louis Crespel-Dellisse en 1814, suivi par Joseph Coget et Antoine Béghin à Thumeries en 1826, conduisant à l'essor de l'industrie des sucreries. Kuhlmann développe des procédés de chimie appliquée aux besoins des industries agro-alimentaires, chimie industrielle, blanchiment dégraissage et teintures textiles, notamment concernant la production de soude et d'acide sulfurique pour la teinturerie, de noir animal pour l'épuration de mélasses de sucre[P 5], la fabrication d'acide nitrique, l'usage de catalyseurs et la production industrielle d'engrais superphosphates[45]. « Dans son cours, Kuhlmann fait bénéficier ses élèves de ses travaux de recherche, travaux qu'il applique à sa propre industrie. Ainsi en 1842, il professe une méthode originale de fabrication de l'acide nitrique par oxydation de l'ammoniac, en faisant passer un courant d'air chargé d'ammoniac sur de la mousse de platine à haute température[46] ». Frédéric Kuhlmann est assisté par Louis Blanquart-Evrard[39] à partir de 1826, qui invente le tirage photographique sur papier en 1847 (l'invention de la photographie par héliographie de Joseph Niépce date de 1827 ; le Daguerréotype de Louis Daguerre date de 1837), par Jules Pelouze à partir de 1830, qui étudie le raffinage du sucre et démontre l'identité entre le sucre extrait de la betterave et le sucre de canne, et Benjamin Corenwinder qui étudie les procédés de distilleries et brasseries dès 1847. Ces études de sciences appliquées sont poursuivies par Louis Pasteur en 1855 dans le domaine de la fermentation.

Trajectoire technologique vers le moteur thermique[modifier | modifier le code]

L'industrialisation de la France est marquée par des poussées technologiques, avec une croissance continue sans rupture nette, utilisant diverses sources d'énergie.

« La machine à vapeur n'a jamais été considérée comme décisive dans l'amorce de l'industrialisation[N 20] » de la France. Certes, des pompes à feu sont installées dès 1730 à Anzin pour l’exhaure des eaux d’infiltration dans les mines. « Les frères Périer ont introduit en 1779 en France la machine à vapeur de Watt[11] et initié dans l'Hexagone la construction des premières machines à double effet autour de 1789-1790, même si la Révolution et l'Empire ont ensuite entrainé le déclin de leur fonderie à raison du blocus continental et du désintérêt pour la vapeur chez les industriels français. En France, la vapeur est en effet peu utilisée dans la première moitié du XIXe siècle. On lui a longtemps préféré les manèges de chevaux[12] et surtout l'énergie hydraulique, moins coûteuse et moins dangereuse. L'installation des chaudières à vapeur ne s'est accélérée qu'avec le Second Empire[N 20]. » Ce n'est qu'en 1860 que la puissance installée des machines à vapeur dépasse la puissance cumulée des systèmes hydrauliques.

L'hydraulique industrielle se développe en France avec des machines à forte puissance : la presse hydraulique imaginée par Blaise Pascal (principe de Pascal) est mise en œuvre avec l'invention du joint d'étanchéité par Joseph Bramah en 1795 permettant l'amélioration du marteau hydraulique et du laminoir. Les ouvrages d'art avec vérins hydrauliques se multiplient ; la transmission de l'énergie hydraulique s'effectue par des canalisations ; le stockage de l'énergie potentielle du fluide s'effectue dans des réservoirs. La grue de levage avec accumulateur hydraulique est mise en œuvre par William Armstrong en 1845 et l'ascenseur hydraulique est inventé par Léon Edoux en 1867. Les accumulateurs hydrauliques servent à manœuvrer les portes d'écluses, les ponts tournants, l'outillage des ports et des gares de chemin de fer, les machines à agglomérer la houille, les riveuses, emboutisseuses, poinçonneuses, perceuses, en libérant pendant une courte période l'énergie potentielle accumulée. La Compagnie de Fives-Lille, établie en 1861, réalise et exporte des systèmes et ouvrages à accumulateurs hydrauliques (appareils hydrauliques de levage portuaire, transbordeurs, bigues hydrauliques, ponts levants et ponts tournants, ponts roulants à manoeuvres hydrauliques, outillages hydrauliques de gares, monte-wagons, machines élévatoires à colonne d'eau, machines de compression d'eau[47]) jusqu'au milieu du XXe siècle.

Le moteur hydraulique ou moulin à eau se perfectionne en turbine hydraulique, inventée par Benoît Fourneyron en 1832. Mais une région de faible déclivité comme le Nord de la France ne facilite pas l'usage direct de l'énergie hydraulique pour atteindre des forces motrices significatives dans les usines. Elles sont de plus soumises à une contrainte de localisation proche d'une rivière, dont l'inconstance du débit et l'étiage selon le cycle naturel des saisons sont préjudiciables à la régularité du travail et à l'immobilisation comptable du capital industriel.

De même, l'intermittence de l'énergie éolienne convertible par un moulin à vent, version historique de l'éolienne, convient pour les 250 moulins à vent utilisés à Lille en 1832 pour la fabrication d'huile de colza[VD 2] mais n'est pas compatible de l'organisation économique et sociale du travail en usine, en l'absence de solution de stockage de l'énergie renouvelable[N 21].

Une première machine à vapeur de force motrice est installée à Lille en 1816[N 5],[USTL 5], c'est à dire trois décennies après l'introduction des machines à vapeur pour l'industrie textile à Manchester à partir de 1785. « Le département compte 14 machines à vapeur en activité[N 5] » en 1825, importées d’Angleterre ou construites notamment à Arras chez Alexis Hallette ou à Lille chez Pierre Boyer[P 6],[N 22],[12],[48].

Cette trajectoire technologique vers les moteurs thermiques alimentés par l'énergie fossile, associée à la pression concurrentielle du système économique britannique[49], est l'aboutissement d'une succession de prototypes, depuis le cylindre piston à vapeur de Denis Papin qui met en évidence les capacités motrices de la vapeur en 1690, la pompe à feu de Thomas Newcomen en 1712 où le piston est actionné lors de la condensation de la vapeur dans le cylindre et consomme 10 kg de charbon par cheval.heure,[N 23],[50], le fardier de Nicolas Cugnot en 1771, premier véhicule automobile mû par la vapeur. Les perfectionnements décisifs de James Watt que sont la chambre froide de condensation de la vapeur séparée du cylindre maintenu chaud et réduisant la perte de chaleur dans la machine de Watt en 1769, le piston à double effet en 1780, le régulateur à boules et le parallélogramme de Watt en 1788, conduisent au succès commercial de Boulton & Watt[9] avec des moteurs à vapeur de 12 à 45 ch (8 à 33 kW) consommant 4 kg de charbon par cheval.heure[N 23],[50] vers 1800. C'est Jacques-Constantin Périer qui introduit en France la machine à vapeur de Watt en 1779 et construit la première machine à double effet française en 1789, précédant la machine à double expansion de Arthur Woolf en 1804, la machine à haute pression de Jacob Perkins et la chaudière tubulaire de Marc Seguin en 1827.

Après la compréhension de la chimie de la combustion du carbone par Antoine Lavoisier en 1772, la thermodynamique est théorisée par Sadi Carnot en 1824, Émile Clapeyron en 1834 et Rudolf Clausius en 1850.

Pour les besoins industriels de travail mécanique nécessitant une puissance supérieure à celle de la force musculaire humaine (100 W en endurance, consommant 400 g de nutriments par jour) ou supérieure à celle de la traction animale (500 W à 1 kW restitués en consommant 15 kg de fourrage par jour[51]), la machine à vapeur, premier moteur thermique, est alors une solution sans concurrence en termes de puissance disponible continûment et à la demande. L'usage d'un moteur thermique vers 1830 peut être illustré par une machine à vapeur de 10 ch - 7 kW qui, utilisée continûment pendant 10 h de travail mécanique avec un rendement de 5 %[51], nécessite la combustion de 180 kg de houille, un hydrocarbure solide de la famille du charbon, pour injecter de la vapeur d'eau sous pression dans un piston et rejeter par ailleurs 650 kg de CO2[N 24]. « Les expériences faites en 1848 et 1849[52], par la Société d'encouragement, ont prouvé que M. Farcot, de Paris, et MM. Legavrian et Farinaux, de Lille, étaient arrivés à ce résultat, et même l'avaient dépassé, puisque leurs machines expérimentées n'ont brûlé que 1 kg 32 et même 1 kg 26 seulement par cheval et par heure, en donnant une force de 30 à 32 chevaux[53]. »

La machine à vapeur sera perfectionnée tout au long du XIXe siècle pour des usages fixes de transmission de puissance (manufacture, machine-outil, marteau-pilon, marteau-piqueur), machinisme agricole (batteuse, faucheuse, moissonneuse et locomobile) ou de mobilité (bateau à vapeur, locomotive à vapeur, automobile et autobus à vapeur), alimentée au carburant solide houiller.

En parallèle est mis au point un moteur thermique plus performant et moins polluant utilisable avec des hydrocarbures volatils (gaz manufacturé tel que le gaz de houille ou carburants liquides issus de la distillation du pétrole), à savoir le moteur à combustion et explosion. Il est imaginé à Paris comme cylindre à poudre dès 1673 par Christian Huygens et son assistant Denis Papin, breveté par Nicéphore Niépce en 1807[54] et par François Isaac de Rivaz en 1807[N 25]. Le premier moteur à explosion ou moteur à allumage commandé est expérimenté par Étienne Lenoir en 1859 sous la forme d'un moteur à gaz de houille à combustion interne à deux temps, qu'il perfectionne et prototype en un moteur à quatre temps avec Beau de Rochas en 1862 qui devient un succès commercial et qui donnera lieu à d'autres avancées par Nikolaus Otto en 1867, puis ultérieurement par Édouard Delamare-Deboutteville avec son moteur gazogène Simplex. Le moteur de Lenoir est amélioré notamment par Carl Benz en 1879 et par le lillois Léon Cordonnier (1892), ancien élève de l'École. Le moteur à explosion à essence de pétrole est perfectionné par Gottlieb Daimler et le moteur à allumage par compression par Rudolf Diesel. La production industrielle de pétrole et les premières raffineries sont opérationnelles à Pittsburgh en Amérique en 1853, en Europe à Jasło et Boryslav en Galicie en 1854[55] et à Ploiești en Valachie en 1857[56], initialement pour les lampes à pétrole d'éclairage domestique, pour le graissage de mécanismes puis pour le moteur à explosion. Des ingénieurs anciens élèves de l'École tels que Prosper Clère[57](1867) vont participer à l'essor de l'industrie pétrolière, notamment dans ses techniques de raffinage ; l'ancien élève Hector Franchomme (1879) effectue une « mission en Amérique (Pittsburg) en 1889 pour la création d'une raffinerie de pétrole » et une « mission en Roumanie (1895) pour l'approvisionnement des raffineries du Nord en pétrole brut »[P 7].

En aval du moteur hydraulique et du moteur thermique convertissant des sources d’énergie primaire en énergie mécanique, la dynamo, première génératrice de courant continu, c'est à dire qui convertit l'énergie mécanique en électricité transportable via un réseau filaire, est opérationnelle avec l'invention du collecteur tournant par Zénobe Gramme en 1868 et sa mise en œuvre industrielle par Hippolyte Fontaine puis son extension à la production hydroélectrique dans les Alpes par Aristide Bergès (1882), c'est à dire longtemps après la découverte des charges électriques par Charles François de Cisternay du Fay en 1733, la loi de Charles-Augustin Coulomb en électrostatique en 1785 et les premières expérimentations du moteur électrique dérivé des travaux d'André-Marie Ampère (1820), Michael Faraday (1821), Peter Barlow (1822), Thomas Davenport (1834) perfectionné ultérieurement en moteur à courant alternatif par Nikola Tesla avec le transformateur électrique inventé par Lucien Gaulard (1883), tandis que la pile voltaïque est connue depuis 1800 et la batterie électrique rechargeable au plomb est inventée par Gaston Planté en 1859 et la pile Leclanché au manganèse en 1868. Avant cette double rupture de 1868, le moteur thermique règne en maître pour la transmission continue de fortes puissances.

À Lille, le besoin en ouvriers chauffeurs-mécaniciens, contremaîtres et ingénieurs-constructeurs se fait pressant dans ce contexte d'investissements croissants dans les nouveaux systèmes industriels utilisant la machine à vapeur. « Largement répandue à partir de 1832-1833, elle équipe rapidement filatures et huileries urbaines, puis ces fabriques de sucre qui prolifèrent vers 1834-1836[USTL 3] ». Il y a plus de 200 machines à vapeur recensées dans l'arrondissement de Lille représentant une puissance installée de 2 000 ch (1,5 MW) selon l'annuaire statistique du département du Nord de 1834. Cela croit à « 629 machines à vapeur dont 384 pour la seule industrie textile représentant une puissance installée de 12 144 ch dans l'arrondissement dont la plupart se trouvent dans les manufactures de Lille, Roubaix, Tourcoing[USTL 3] » en 1862 (cette puissance installée correspond à 9 MW). L'arrondissement de Lille est alors l'épicentre des industries de transformation dans le département du Nord qui est l'un des deux premiers pôles d'industrialisation français avec le département parisien de la Seine[USTL 3].

Système technique du charbon et de l'acier[modifier | modifier le code]

En parallèle du développement de la machine à vapeur, grande consommatrice de combustible, l'exploitation du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais dans le prolongement du bassin minier du Borinage belge à Mons et du bassin de Charleroi commence à prendre de l'ampleur au milieu du XIXe siècle pour fournir en abondance le charbon de terre (la houille). Elle permet de satisfaire les besoins croissants de combustible pour la force motrice et les fourneaux métallurgiques, en substitution du bois de chauffage et du charbon de bois, sans empiéter sur l'exploitation des terres agricoles nourricières et sans saccager l'écosystème forestier. Néanmoins, la géologie de la France n'exhibe pas de bassin de charbon de terre exploitable à aussi bas coût qu'en Grande-Bretagne, d'où une moindre incitation à adopter le système technologique britannique basé sur l'énergie fossile ; de plus le charbon de bois a l'avantage de ne pas être sulfureux et s'intègre parfaitement dans l'économie forestière française. En 1850, la moitié de la fonte française est fabriquée avec de la houille : il faut attendre en 1870 pour atteindre 90 % de charbon houiller, faisant disparaître les verreries et petites forges au charbon de bois intégrées dans des propriétés foncières d'Ancien Régime, dispersées dans les grands massifs forestiers de France, au bénéfice des grandes concentrations sidérurgiques des bassins miniers.

Le charbon est un combustible qui peut être oxydé dans l'air atmosphérique selon une réaction chimique exothermique[N 24] non seulement pour des usages de chauffage domestique et de cuisson mais surtout dans le but de convertir la chaleur en travail mécanique via la machine à vapeur.

Dans le domaine de la sidérurgie, le charbon peut être préalablement pyrolysé en coke à forte teneur en carbone pour mieux réduire les oxydes de fer contenus dans le minerai enfourné dans des installations métallurgiques, tirant parti des travaux scientifiques précurseurs de Réaumur : la cokerie est un procédé de distillation anaérobie mis en oeuvre par Abraham Darby, introduit en France par Gabriel Jars en 1769 et expérimenté dans les hauts fourneaux du Creusot par François Ignace de Wendel avec l'aide de William Wilkinson en 1782, poursuivi par François Bourdon et Schneider et Cie ; la cokerie est mise en oeuvre pour des hauts-fourneaux du Nord de la France en 1830. Le passage des forges traditionnelles à la sidérurgie au coke est généralisé à partir de 1837, sous réserve d'approvisionnement en houille grasse, c'est à dire en charbon de haute qualité cokéfiable importé de manière croissante du Hainaut et de la Ruhr. Elle permet de produire des alliages fer-carbone tels que la fonte, le fer puddlé (selon la technique d'affinage inventé par Henry Cort en 1784 pour décarburer la fonte, mis en pratique en France à partir de 1819) et l'acier (convertisseur Bessemer en 1855, procédé Thomas permettant l'exploitation du minerai de fer phosphoreux lorrain après 1879, procédé Martin-Siemens conçu en 1864) assurant la résistance des matériaux nécessaires aux machines à vapeur, aux machines-outils, aux structures métalliques, aux roues, essieux et rails de chemin de fer, à l'artillerie et aux cuirassés à coque métallique et hélice marine. La métallurgie permet la substitution du fer au bois pour la construction de machines textiles et l'installation de charpentes métalliques pour les usines et les ponts. L'essor des chemins de fer à partir de 1842 entraine le fort développement de la sidérurgie et de la transformation des métaux, notamment par la production de rails en acier à partir de 1866.

Le gaz de houille, dérivé de la production de coke dans une cokerie ou issu d'usine à gaz, est utilisé comme gaz de ville pour le chauffage et la cuisson et surtout comme gaz d'éclairage urbain, selon l'idée de Philippe Lebon expérimentée en 1799 avec du gaz de bois et mise en œuvre avec du gaz de houille après 1815 en complément des lampes à huiles et à pétrole jusqu'à l'introduction de l'éclairage électrique (déployé à Paris avec la lampe à arc de Pavel Iablotchkov, généralisé après l'invention de la lampe à incandescence par Joseph Swan puis Thomas Edison), tandis que d'autres sous-produits volatils des procédés de distillation houillère forment la base de la carbochimie.

Dans les mines, la machine à vapeur permet le développement du pompage hydraulique, de la ventilation forcée, de la réfrigération de Charles Tellier et Ferdinand Carré, du conditionnement de l'air dans les galleries tandis que le développement de la métallurgie conduit à la généralisation des chevalements métalliques. Des polytechniciens, instruits à l'École des mines de Paris et entrés dans le Corps des mines pour superviser les concessions minières du Nord de la France, contribueront à l'enseignement de l'exploitation des mines à l'École des arts industriels et des mines de Lille. À côté de la Compagnie des mines d'Anzin créée en 1752, de la Compagnie des mines d'Aniche créée en 1773 et de nombreuses autres sociétés d'exploration et d'exploitation minières, est fondée en 1852 « la Société des Mines de Lens (au capital de 3 M.F en 1856) par dix personnes dont sept industriels et négociants lillois, dans le sucre et le lin (...). Les liens familiaux sont si nombreux entre ces sept Lillois que les Mines de Lens apparaissent dès le début comme une affaire familiale, celle du clan Scrive-Bigo-Danel et des Tilloy (- Crespel et Casteleyn)[58]. » « Les capitaux du textile de Lille-Roubaix-Tourcoing-Armentières, associés à ceux de l’industrie sucrière, ont en effet contrôlé la plus belle part des charbonnages du Pas-de-Calais depuis les débuts de l’exploitation dans les années 1850[VD 3], et ont ensuite étendu leur mainmise tant sur le bassin du Pas-de-Calais que sur celui du Nord, tout en continuant à s’intéresser aux charbonnages belges. Ils se sont ainsi assuré le contrôle de l’essentiel des ressources houillères françaises : en 1886, la production du bassin du Nord-Pas-de-Calais représente plus de la moitié de la production française de charbon, et, en 1913, les deux tiers[58]. » L'exploitation du charbon atteindra son apogée entre 1935 et 1950.

Tout ceci forme le système technique cohérent de l'industrialisation initiée au XIXe siècle.

Besoin d'ingénieurs pour l'industrie en expansion[modifier | modifier le code]

Le besoin patronal d'ingénieurs pour l'industrie en expansion s'exprime à Lille[N 26] comme dans les différentes capitales européennes[N 27], mais avec plus d'intensité : jusqu'en 1830, l'industrialisation est essentiellement limitée à l'Angleterre, au Nord de la France et à la Belgique.

« En encourageant par des récompenses nationales la création en France de la filature mécanique du lin et de la fabrication du sucre de betterave, comme il l'avait fait pour la filature de coton et le tissage, Napoléon avait pressenti toute l'influence que les industries nouvelles pouvaient exercer (...) Quoique la chute de l'Empire, en 1815, eût occasionné la ruine des premiers importateurs de Mull-Jennys, de Richard Lenoir, de Lieven Bauwens, l'industrie cotonnière ne fut pas moins acquise à la France, où elle occupe actuellement 600 000 ouvriers (..) En donnant pour cortège à Napoléon Ier, les Jacquard, les Philippe de Girard, les Berthollet, les Leblanc, la Chambre a voulu résumer (...) ce que le travail a donné à la France d'éléments de richesse et d'indépendance (...) Nos chemins de fer, nos canaux, nos ports, tous ces auxiliaires de l'activité humaine ont attiré simultanément votre attention. (...) Il n'est pas d'homme aux idées plus abstraites qu'Ampère, et certes on ne saurait, au premier aperçu, à quel titre il prendrait place dans ce Panthéon de l'industrie, et cependant ses travaux ont donné ouverture à la télégraphie électrique (et aux) applications industrielles de l'électricité[N 26]. »

— Frédéric Kuhlmann, 23 septembre 1853

Après la chute du Premier Empire et la Restauration monarchique, toute prise de décision est centralisée à Paris et l'investissement financier de l'État est très limité dans les domaines de l'enseignement et de l'Université. L’héritage scientifique de la Révolution est contrecarré : le statut concernant les collèges royaux et communaux du 4 septembre 1821[59] établit que l'enseignement des mathématiques élémentaires et des sciences au lycée est relégué aux classes de philosophie (classes de première et terminale). À Lille cependant, en 1828[SSAAL 5], « on parl(e) déjà d'une École d'arts et métiers, semblable à celle de Châlons[40] », dont l'enseignement réorganisé en 1827 devient le modèle de l'enseignement secondaire technique[42]. La création de l'École centrale des arts et manufactures de Paris[N 28] en 1829, de l'École des mines du Hainaut[N 29] et de l'École des arts et manufactures et des mines de Liège[N 30] en 1836, constituent aussi des références pour les autorités publiques de Lille dont les membres éclairés expriment depuis 1802 leur volonté d'établir une école d'ingénieurs civils[N 10] à Lille.

Le régime plus libéral de la Monarchie de Juillet favorise l'alphabétisation. Cependant, « en mai 1832, une commission municipale (...) constate une baisse inquiétante des effectifs du collège. Serait responsable de cette situation le départ de nombreux élèves pour Paris : les uns y préparent les concours des écoles du gouvernement alors que les autres y suivent les cours des écoles spéciales de commerce[60]. » Gaspard Thémistocle Lestiboudois promeut auprès du conseil municipal de Lille en mai 1832 l'intérêt d'une éducation industrielle au sein de l'enseignement secondaire[D 4],[AnF 1],[AnF 2], mais son idée est immédiatement refusée par les gardiens de l'ordre social, le principal du collège et les professeurs, les défenseurs de la ségrégation scolaire entre l'enseignement primaire populaire et l'enseignement secondaire ne souhaitant pas l'envahissement du collège élitiste par les classes moyennes[RG 3] (seul l'enseignement secondaire classique du collège-lycée conduit au baccalauréat qui donne accès à l'université et aux professions libérales supérieures). Néanmoins, à la rentrée d’octobre 1832 « un professeur de langue anglaise, un professeur de comptabilité commerciale et un professeur de dessin linéaire sont nommés au collège de Lille[60] » et assurent les cours industriels et commerciaux jusqu'à la création de l'école primaire supérieure de Lille. En 1833, la loi Guizot[N 31],[RG 4],[D 5] institue des écoles primaires supérieures à la sortie desquelles, à l’âge de 15-16 ans, les Écoles d’arts et métiers recrutent leurs élèves. Sous le prétexte que la ville de Lille possédait déjà un collège communal (futur lycée), « l'école primaire supérieure n'ouvrit ses portes que le 23 avril 1838, 66 rue des Arts. (...) Les études étaient entièrement gratuites. (...) En 1842, le recteur avouait cependant que la population de l'école primaire supérieure de Lille était pratiquement la même que celle qui fréquentait le collège, à cette différence près que les langues vivantes et les sciences appliquées y remplaçaient l'enseignement des langues mortes. Dans l'esprit des édiles, c'était une future "école de commerce et d'industrie" destinée à former des cadres moyens[61] ». Quelques élèves lillois privilégiés peuvent déjà postuler à des écoles distantes, telles que l'École des arts et métiers de Châlons et l'École centrale des arts et manufactures à Paris pour lesquelles des bourses du conseil général du Nord suppléent aux coûts de l'éloignement, mais cela ne satisfait pas les besoins de l'expansion industrielle lilloise. Lille ne tient pas compte de la loi Falloux de 1850 en ce qu'elle exigeait la fermeture de l'école primaire supérieure, prétendument supposée sur-éduquer les élèves et former ainsi des déclassés ne trouvant pas d'emploi à la hauteur de leur formation[62], et donc susceptibles de créer du désordre social.

Dans ce contexte économique favorable, la municipalité de Lille émet en vain des requêtes auprès des divers gouvernements successifs pour l'établissement d'une École des arts et métiers à Lille, notamment en 1837[L 7] et en 1838[L 8] ; le conseil général du Nord fait de même en 1840[G 4]. Frédéric Kuhlmann, cumulant son rôle de professeur et celui d'entrepreneur de l'industrie chimique à la tête des Établissements Kuhlmann, devient président de la chambre de commerce et d'industrie de Lille en 1840 ; il dirige les actions visant à la création à Lille de l'école industrielle dont les entrepreneurs du Nord de la France ont besoin[CC 1]. Lille est candidate pour accueillir la troisième École des arts et métiers, mais c'est finalement Aix qui est choisie par le ministre en 1843.

En 1848, sous la Deuxième République, est fondée la Société des ingénieurs civils de France ; une tentative pour obtenir l'acceptation du ministre du commerce est alors bien avancée au point qu'un plan d'architecte est établi pour une école d'ingénieurs à Lille avec un effectif prévisionnel de cent soixante élèves[D 6]. Néanmoins, toutes les tentatives auprès des ministères parisiens et antérieures au coup d'État du 2 décembre 1851 échouent.

L'Exposition universelle de 1851 à Londres est à l'apogée de l'industrie britannique et des manufactures de l'Époque victorienne, comparée au panorama offert par chaque Exposition des produits de l'industrie française qui a lieu à Paris de 1798 à 1849, suivie par l'Exposition universelle de 1855 à Paris.

Lille dans l'ère du machinisme industriel[modifier | modifier le code]

Les infrastructures de transport routier, ouvrages d'arts des ponts et chaussées, et le réseau des voies navigables font l'objet de grands travaux depuis le XVIIe siècle facilitant les échanges économiques, le transport de marchandises et de matériaux pondéreux tels que le charbon et le fer, réduisant la variabilité régionale des prix. Le Nord de la France devient la région la plus riche en voies navigables au cœur de l'Europe fluviale. Le chemin de fer d'Anzin dessert des installations minières à partir de 1838, cinq ans après l'ouverture de la ligne de Saint-Étienne à Lyon (1833) avec la locomotive Seguin (1827-1829), qui fait partie des locomotives pionnières avec la locomotive de Richard Trevithick (1804), la Locomotion n° 1 et la Rocket de George Stephenson (1829). Le télégraphe Chappe établi entre Paris et Lille en 1794 est remplacé par la télégraphie électrique en 1846, qui contribue à une révolution des communications et de la diffusion rapide des informations, amplifiée par l'impression à grand tirage et à faible coût des journaux par des machines rotatives mises au point par Hippolyte Marinoni, par l'essor du service postal et de la photographie. La même année 1846, le service de chemin de fer pour le transport de passagers est ouvert avec la ligne de Paris-Nord à Lille, remplaçant 22 h de diligence hippomobile par 4 h de trajet ferroviaire. Des chemins de fer régionaux s'y greffent progressivement pour désenclaver les territoires et écouler les marchandises, permettant de passer d'une économie du surplus contingent à une industrie productiviste en croissance continue et à la consommation de masse avec l'invention du grand magasin et de la vente par correspondance par Aristide Boucicaut à Paris en 1852, qui connaitra un grand essor dans le Nord de la France durant la décennie 1920[P 8].

Tandis que l'activité des maitres de forges, des sidérurgistes et des entrepreneurs de métallerie, se développe avec des outils industriels de plus en plus puissants, des constructeurs de machines à vapeur de force motrice, de locomotives, de pompes hydrauliques, de structures métalliques et de rails de chemins de fer apparaissent : la Compagnie des chemins de fer du Nord, sous contrôle de banques parisiennes, a un bureau d'études à Hellemmes-Lille qui conçoit ses propres locomotives après avoir initialement importé des machines anglaises. L'industrie de la construction ferroviaire est en plein essor, particulièrement la mécanique de traction et la construction des chaudières de locomotives, sans oublier les chaudières et systèmes pour l'industrie métallurgique, chimique et agro-alimentaire, alliant la métallurgie et la thermodynamique, avec notamment Pierre Boyer, le plus ancien constructeur de machines à vapeur lillois[N 22] avec un atelier à Lille en 1818 puis à La Madeleine-lez-Lille en 1851 (la société de Pierre Boyer devient A. Blondel et Cie[P 9],[N 32] dirigée par l'ancien élève de l'École Achille Blondel (1882)[N 33]), l'usine de construction de machines à vapeur Le Gavrian Dequoy et Cie[N 1] à Moulins-Lille, puis ultérieurement la Compagnie de Fives-Lille[47] et les Ateliers de construction du Nord de la France. Vers 1850, Isidore Farinaux et Amédée Le Gavrian dominent, par le volume de leur chiffre d'affaires, les autres constructeurs de machines à vapeur. Le Gavrian, Farinaux et Boyer,[48],[L 9] présentent séparément des chaudières et machines à vapeur et sont médaillés à l'Exposition universelle de 1855. Paul Le Gavrian devient le licencié exclusif en France du brevet de la machine à vapeur Corliss, présentée à l'Exposition universelle de 1867.

« Entre 1850 et 1914, le fait le plus important de l’histoire de Lille est la montée irrésistible de la puissance industrielle. L’activité textile continue sur sa lancée et s’épanouit. Mécanisée de bonne heure – avec l’emploi des métiers self-acting ou renvideurs[N 7], ainsi que de la vapeur – la filature de coton s’impose au cœur même de Lille et dans ses nouveaux quartiers. Vers 1850, la ville compte 34 filatures utilisant près de 400 000 broches à filer et à retordre ; dès 1854 ces chiffres montent à 43 et plus de 600 000 ; en fin de siècle, à 20 et plus d’un million[N 34], résultant du mouvement de concentration industrielle. Quelques puissantes unités de production brillent d’un vif éclat (J.-B. Wallaert, famille Thiriez[N 35], Le Blan et fils, etc). L’industrie métallique, métallurgique de transformation et mécanique devient rapidement le second fleuron de l’économie lilloise. De très puissants établissements se sont implantés dans la ville même et en premier lieu, la Compagnie de Fives-Lille[47], fondée en 1861. D’autres établissements importants entourent cette usine phare de construction de ponts et de locomotives : la société de construction métallique A. Blondel et Cie[N 33] ou la filterie J. Crespel. Ce sont aussi les établissements Dujardin[N 36] ou la maison Walker[N 37]. La puissance de l’industrie chimique lilloise apparaît dans les établissements Kuhlmann (trois usines à Wattrelos, La Madeleine et Loos). Enfin, le commerce est un foyer très actif de consommation : industries alimentaires (brasseries, minoteries, biscuiteries, confitureries). Lille est une terre de contrastes, entre la toute-puissance des classes dirigeantes et la misère des classes populaires[63],[N 38]. »

En 1854, Lille est pleinement dans l'ère du machinisme industriel, en synchronisme avec les régions industrielles de l'Europe, comprenant le centre de l'Angleterre et le sud de l'Écosse (Lancashire pour le coton, Écosse et Yorkshire pour la laine, Midlands, Pays de Galles et Écosse pour la sidérurgie), la Belgique (textile à Gand et Verviers, mines et sidérurgie dans le sillon Sambre-et-Meuse de Liège-Seraing, à Charleroi et Mons), le Nord et l'Est de la France (industrie cotonnière à Rouen, Lille, Mulhouse ; industrie lainière à Elbeuf, Roubaix, Reims, Sedan ; industrie sidérurgique dans les Ardennes, Lorraine et Massif central), mais aussi avec l'émergence des bassins miniers et sidérurgiques de la Ruhr et de la Saxe, Silésie et Bohême.

En France, des concentrations industrielles à haute intensité capitalistique se déploient au voisinage des groupements miniers et métallurgiques de la Loire et du Nord-Pas-de-Calais, puis avec la métallurgie et la sidérurgie dans le bassin lorrain et la production de l'aluminium des Baux-de-Provence, avec l'industrie chimique du Nord de la France puis le couloir de la chimie du Rhône, les concentrations textiles de Normandie, du Nord, de l'Alsace et du Lyonnais, puis les pôle d'industrie mécanique.

Mais un tissu de petites entreprises et industries dynamiques très dispersées sur le territoire français résiste aux concentrations industrielles de la seconde moitié du XIXe siècle. La petite et moyenne entreprise, l'artisanat et la petite propriété agricole restent sociologiquement dominants dans un pays où deux tiers de la population vit à la campagne dans des villages de moins de 2 000 habitants durant tout le XIXe siècle. Contrairement au Royaume-Uni qui exploite son empire colonial et s'en approprie les matières premières, ressources forestières, agricoles et alimentaires importées en Grande Bretagne pour l'industrie et pour nourrir une main d'oeuvre ouvrière urbaine croissante formée de familles d'anciens paysans appauvris expulsés des campagnes par le mouvement des enclosures[N 39], la France ne sacrifie pas son autosuffisance alimentaire assurée localement par 9 millions d'agriculteurs métropolitains, générant près de la moitié du produit national brut. « C'est au recensement de 1846 que l'effectif de la population rurale (...) atteint son maximum (avec) 27,3 millions de ruraux qui représentent 77 % de la population totale. Par la suite, les campagnes françaises ne cessent de se dépeupler mais d'abord à un rythme très lent (...). Entre le recensement de 1846 et celui de 1911, la France des villages a perdu 4,3 millions d'habitants (avec) d'importantes disparités régionales[64]. » La population urbaine passe de 5 millions en 1851 à 18 millions en 1911, soit un triplement de la taille des villes, correspondant à un passage de 14 % à 45 % de citadins dans la population totale.

Actions préparatoires entre 1852 et 1854[modifier | modifier le code]

Conjoncturellement, « après la stagnation des prix[N 40] qui durait depuis une trentaine d'années et la crise particulièrement violente de 1846-1848, les années 50 sont marquées par une reprise générale des affaires : dès 1849, les prix remontent, et par conséquent les profits (les années 50-57 ont été excellentes pour l'industrie dans le Nord). La confiance renait, garantie par le pouvoir autoritaire du Second Empire[65]. »

Les cours des chaires municipales de sciences appliquées (physique expérimentale, mécanique et chimie appliquées aux arts industriels) sont accessibles à des auditeurs dans le cadre des Écoles académiques de Lille, financées par la municipalité, selon un mode de fonctionnement similaire à celui du Conservatoire national des arts et métiers[66]. Il y a des cours du jour et des cours du soir le mercredi et le samedi.

Outre le budget de l'école primaire supérieure de Lille pour l'éducation des élèves jusqu'à 15 ans, la municipalité de Lille témoigne de son engagement pour le développement de l'enseignement secondaire et de l'enseignement supérieur au travers de la construction d'un nouveau bâtiment du lycée de Lille dans des locaux rénovés rue des Arts nécessitant un investissement municipal de un million cinq cents mille francs et dont une aile est destinée à la faculté des sciences de Lille[USTL 6]. Le 15 novembre 1852, le lycée est inauguré par Hippolyte Fortoul, devenu ministre de l'instruction publique du gouvernement bonapartiste au début du Second Empire.

À Paris, le chimiste Jean-Baptiste Dumas, cofondateur de l'École centrale des arts et manufactures[N 41], ancien député du Nord et promoteur depuis 1847 de l'enseignement scientifique dans les collèges[RG 5],[67], et l'astronome Urbain Le Verrier sont nommés inspecteurs généraux de l'enseignement supérieur le 9 mars 1852. Ils sont tous deux en faveur de l'industrialisation accélérée de la France et correspondent avec Frédéric Kuhlmann. Tandis que Jean-Baptiste Dumas va prendre une part active à la création de l'École des arts industriels et des mines de Lille en 1853-1854, le fils aîné d'Urbain Le Verrier, Léon Le Verrier, deviendra professeur à l'École des arts industriels et des mines de Lille de 1861 à 1866[68],[A 3].

Urbain Le Verrier et Jean-Baptiste Dumas assistent le ministre Fortoul dans une réforme de l'enseignement : une place nouvelle est donnée au sciences dans les lycées en 1852, avec le système de la « bifurcation des études » entre une filière littéraire et une filière scientifique après la classe de quatrième (la bifurcation sera supprimée en décembre 1864[69], Victor Duruy crée en 1865 l'enseignement secondaire spécial, dit cursus moderne à finalité professionnelle, et trois années de mathématiques préparatoires, élémentaires et spéciales pour ceux qui se préparent aux concours en alternative au cursus des humanités classiques conduisant au baccalauréat.). « Les programmes de 1852 introduisent la bifurcation entre lettres et sciences, mais il était formellement spécifié que l'enseignement des sciences serait donné en vue des applications[70]. »

Le 24 août 1853, le ministre Fortoul décide de l'ouverture d'écoles professionnelles en France[AnF 3],[N 42],[RG 6]. Il est influencé par les principes pédagogiques promus par César Fichet[71],[RG 7], auteur d'un mémoire sur l'apprentissage et sur l'éducation industrielle en 1847[AnF 4],[N 43]. Fichet adresse un mémoire à Napoléon III[RA 1],[72] en 1852, lu par le ministre Fortoul[AnF 5]. Fichet est l'avocat d'un système à trois niveaux (collèges artistiques pour ingénieurs et chefs d'exploitation, écoles d'arts et métiers pour un niveau intermédiaire et écoles communales d'apprentissage pour la majorité des élèves), mais c'est surtout l'éducation industrielle des fils de négociants et d'entrepreneurs que vise Fichet[RA 2] ; son disciple Victor Denniée, ingénieur civil, est aussi l'auteur d'un mémoire sur l'enseignement professionnel publié en 1852[AnF 6], citant les analyses de Jean-Baptiste Dumas sur l'état de l'enseignement scientifique et la nécessité d'une filière d’enseignement secondaire tournée vers les sciences appliquées[RG 8].

Fichet rencontre le ministre Fortoul en juillet 1853. Le recteur de l'académie de Douai-Lille est informé par le ministre le 29 août 1853[D 7]. Un mois plus tard, le 23 septembre 1853, la chambre de commerce de Lille organise à la vieille bourse une réception en la présence de Napoléon III et obtient l'autorisation d'ouvrir une école supérieure industrielle, après un discours de Frédéric Kuhlmann sur l'essor de l'industrie nationale[CC 2]. Napoléon III délègue à Jean-Baptiste Dumas le soin de venir à Lille le 9 octobre 1853 pour des échanges avec Frédéric Kuhlmann[N 26]. Le 25 novembre 1853, César Fichet est auditionné par le conseil municipal de Lille[AnF 7] et donne un objectif de formation de « jeunes directeurs d'industrie »[N 44],[N 45] sur le modèle de l'École centrale des arts et manufactures tandis que le maire Auguste Richebé[73] évoque une école de contremaîtres de type arts et métiers, ce qui témoigne des incertitudes sur le niveau de formation visée et la strate de la société à laquelle elle s'adresse, qui ne seront définitivement résolues qu'en 1860. Le conseil municipal se prépare dès janvier 1854 à la transformation des chaires de physique expérimentale et géométrie industrielle, et de chimie appliquée aux arts industriels des Écoles académiques de Lille, « dans le cas où, comme il y a apparence, une faculté des sciences et une école professionnelle d'arts et métiers seraient établies à Lille[L 10],[AnF 8],[G 5] ».

Fortoul « introduira les manipulations et les expériences à l'agrégation scientifique, et créera en 1854 des cours de sciences appliquées[70]. »

« Ce n'est pas sans intention, Monsieur le Préfet, que le choix du gouvernement porte sur le principal foyer industriel du Nord de la France ; l'enseignement des sciences dans leurs applications pratiques à l'industrie et aux arts, la connaissance des inventions de perfectionnement qui étendent chaque jours les conquêtes de la physique, de la chimie et de la mécanique ne peuvent manquer d'être recherchées dans un centre aussi actif que Lille par la jeunesse qui se prépare aux carrières industrielles. »

« Les cours de sciences appliquées, destinés à enrichir l'industrie de tous les trésors des applications de la théorie, feront entrer dans l'enseignement universitaire un enseignement qui tendait à se développer en dehors de lui, et auquel se rattache la richesse nationale. »

— Hippolyte Fortoul, 5 octobre 1854[70]

Photo de l'école, rue du Lombard à Lille
Bâtiment historique de l'École des arts industriels et des mines (1854-1871) et de l'Institut industriel du Nord (1872-1875), 2-4 rue du Lombard

Il faut néanmoins attendre l'automne 1854 pour que Louis Pasteur[N 46] et la faculté des sciences s'établissent dans le même lieu, rue des Arts, et structurent un véritable enseignement universitaire supérieur et qu'à proximité, rue du Lombard, pour les sciences appliquées[N 47] s'établisse l'École des arts industriels et des mines[N 48], dont l'École centrale de Lille contemporaine est l'héritière.

Fondation de l'École en 1854[modifier | modifier le code]

Simultanément à l'installation rue des Arts de la faculté des sciences de Lille dont le premier doyen est Louis Pasteur, l'École[D 8],[D 9] est inaugurée rue du Lombard, le 1er octobre 1854[N 44] « sous les auspices et avec le concours du gouvernement et de la ville[IDN 1] », soutenant l'essor de l'industrie régionale au XIXe siècle.

Elle se substitue aux cours municipaux de sciences et techniques soutenus depuis 1795 conjointement par la ville de Lille et le conseil général du Nord, avec l'appui des industriels et des scientifiques via la chambre de commerce et la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille[N 49]. Elle remplace notamment les chaires municipales de physique, chimie et mécanique appliquées aux arts industriels respectivement créées en 1817, 1822 et 1826[74].

Photo de Louis Pasteur en 1857
Louis Pasteur, promoteur des sciences appliquées à Lille, doyen de la faculté des sciences tutrice de l'École

Le concours des professeurs de la faculté des sciences[N 50] est essentiel dans l'essor de l'École, tout comme celui d'industriels praticiens. Deux mois après sa fondation, le doyen de la faculté des sciences de Lille, Louis Pasteur, rappelle les interactions sciences-industrie[45] et l'importance de la formation en sciences appliquées[N 47] à Lille :

« À côté de cette heureuse et capitale innovation dans les facultés de sciences, il en est une autre dont le succès ne peut être contestable dans le département du Nord. Le même décret impérial[N 51] que je rappelais tout à l'heure a institué un nouveau grade universitaire sous le titre de « certificat de capacité pour les sciences appliquées »[N 52]. (...) Je voudrais qu'au sortir des écoles de commerce ou des écoles professionnelles, les jeunes gens destinés à la carrière industrielle fussent mis en mesure par leurs parents de venir profiter des immenses ressources de la faculté des sciences que la munificence du conseil municipal de Lille a installée dans les conditions les plus propices à assurer sa prospérité. Sous ce rapport, les facultés des sciences peuvent étendre beaucoup les services rendus par l'École centrale des arts et manufactures de Paris. Le certificat que nous délivrerons correspondra, quoique avec moins d'autorité sans doute, au diplôme des élèves de l'École centrale. (...)
Nous n'oublierons point que la théorie est mère de la pratique, que sans elle la pratique n'est que la routine donnée par l'habitude, et que la théorie seule fait surgir et développe l'esprit d'invention (...) Vous connaissez ce mot charmant de Franklin : il assistait à la première démonstration d'une découverte purement scientifique et l'on demandait autour de lui : mais à quoi cela sert-il ? Franklin répond : à quoi sert l'enfant qui vient de naître ? (...) La découverte théorique n'a pour elle que le mérite de l'existence. Elle éveille l'espoir et c'est tout. Mais laissez-la cultiver, laisser-la grandir et vous verrez ce qu'elle deviendra (...) par hasard, diriez-vous peut-être, mais souvenez-vous que dans les champs de l'observation le hasard ne favorise que les esprits préparés[N 46]. »

— Louis Pasteur, 7 décembre 1854

Évolutions de l'École en 1857, 1860 et 1872[modifier | modifier le code]

Lille Eté2016.- Hôtel du Lombard.jpg

L'École évolue dans son organisation et ses programmes d'enseignement.

En 1854, l'École est créée à l'instigation du ministre de l'instruction publique Fortoul, qui assure la tutelle de l'enseignement professionnel. L'École est ainsi considérée comme l'école professionnelle du Nord[L 11],[N 48],[RG 9].

De 1857 à 1860, le programme de formation évolue pour devenir un enseignement d'école supérieure industrielle. Or, l'enseignement spécial industriel est sous la tutelle du ministère du commerce. Des négociations entre 1860 et 1862 conduisent au transfert de tutelle vers ce ministère. Dépendant virtuellement du ministère du commerce bien que financée exclusivement par les autorités régionales, l'École des arts industriels et des mines devient « École impériale des arts industriels et des mines » ; la dénomination impériale est officialisée entre 1862[N 53] et 1864[N 48],[Nord 1].

Edmond Bernot, directeur de l'École, est auditionné par la Commission de l'enseignement professionnel le [R 1]. Le journal britannique The Engineer publie un article sur l'École le , détaillant son programme d'étude[75].

« Jusque vers 1870, l'École centrale, les Écoles d'arts et métiers, les École spéciales de Saint-Étienne et d'Alais, l'École des arts industriels de Lille, l'École d'horlogerie de Cluses, l'École centrale lyonnaise, l'École de La Martinière à Lyon, l'École de filature et de tissage et l'École de chimie de Mulhouse suffisent à répondre aux besoins de l'industrie en ingénieurs, contremaîtres et chefs d'ateliers[76] », auxquels il faut ajouter un nombre restreint d'ingénieurs civils issus de l'École des mines de Paris et de l'École des ponts et chaussées.

Une nouvelle étape est franchie par l'École impériale des arts industriels et des mines en 1872[Nord 2] où elle est transformée en l'Institut industriel du Nord[Nord 3],[L 12],[BC 1],[N 54]. La transformation de 1872 est consécutive au contexte politique général en France, après la défaite de 1871 et la chute de l'Empire. L'activité de l'école a été très perturbée par la guerre franco-prussienne de 1870-71[Nord 4] : il n'y a plus que 26 élèves inscrits en 1871[Nord 5], à comparer à l'effectif de 90 à 126 élèves quelques années plus tôt[Nord 6].

En effet, « après 1871, la volonté de la ville et du département de voir créée une grande école industrielle de l'État est fortement réaffirmée et ces instances entendent se donner tous les moyens d'y parvenir. (...) Au conseil général du Nord, à la session de 1871, le directeur de l’École des arts industriels, Bernot, fait un rapport proposant de modifier les conditions d’admission dans son établissement et il demande que le titre soit changé en celui d’École centrale du Nord[G 6]. » Il anticipe dès 1871 la réutilisation de la dénomination « École centrale » de Lille, ce qui sera officialisé par le ministère de l'Éducation nationale 120 ans plus tard. « Mais les propositions de Bernot ne peuvent suffire à contenter les édiles[G 2]. » Henri Masquelez[RG 10], polytechnicien et directeur des travaux municipaux de Lille, est mandaté pour faire une enquête internationale sur les établissements similaires et émettre une nouvelle proposition plus ambitieuse dotée d'un budget d'investissement de plus d'un million de francs. « Inquiets à juste titre, le département et la ville se concertèrent en vue d'une nouvelle réorganisation. Au cours de la session d'avril 1872 et de la séance du 5 octobre 1872, le conseil général et le conseil municipal votent les crédits pour la construction d'un immeuble mieux approprié à cette organisation. L'École deviendra l'Institut industriel agronomique et commercial du Nord de la France. Après les suppressions successives ultérieures des sections agronomiques et commerciales, elle s'appelle Institut industriel du Nord de la France. La construction du nouvel établissement (...) fut activement poursuivie et à la rentrée des vacances de Pâques de 1875, les élèves purent en prendre possession. Entre-temps, la soudure entre l'ancienne École et le nouvel Institut s'était faite dans l'immeuble communal de la rue du Lombard[IDN 1] » utilisé par l'École des arts industriels et des mines. Son héritière en est l’École centrale de Lille.

Administration de l'École de 1854 à 1872[modifier | modifier le code]

Vue Ecole des arts industriels et des mines (1854) Lille rue du Lombard 59000 France.JPG

Statuts et organisation de l'École[modifier | modifier le code]

Ouverte comme « école professionnelle du Nord »[N 55] en 1854[CA 1], « cette école, établissement de l'État, subventionné par la ville de Lille, est placée sous la surveillance des autorités instituées par la loi du 15 mars 1850, et d'une commission nommée par le ministre. Elle prépare aux professions commerciales, par l'étude des opérations de négoce, de la comptabilité et du droit commercial[E 1], aux carrières industrielles, par l'étude des matières employées dans l'industrie, aux services administratifs où l'étude des mathématiques appliquées est exigée, comme dans le service des ponts et chaussées, des chemins de fer et de la télégraphie, et plus spécialement aux arts mécaniques[A 3]. »

Le statut de l'École n'est pas clair de 1854 à 1857, son financement public n'étant pas garanti[RG 11]. Certes, c'est le ministre Fortoul lui-même qui a donné instruction au recteur de l'académie en août 1853 de convenir des conditions par lesquelles l'École pourrait être établie. C'est par ailleurs sur l'insistance du préfet du Nord[AnF 9] que le maire de Lille Auguste Richebé convainc en janvier 1854 un conseil municipal réticent de s'associer financièrement à l'initiative gouvernementale et de financer l'installation de l'École rue du Lombard dans le centre de Lille et l'entretien des locaux, tant que l'État s'engage au paiement des salaires[AnF 8] : les édiles auraient préféré une école d'arts et métiers entièrement prise en charge par l'État. Cependant, lorsque des difficultés financières apparaissent en 1856, la municipalité de Lille refuse de s'engager davantage, arguant que l'école est de statut privé malgré la mise de fonds publics initiale. Le directeur Victor Denniée déclare qu'il n'a accepté le poste que selon l'hypothèse qu'il obtenait par ce biais un statut universitaire, tel que défini dans l'arrêté de sa nomination publié au Bulletin administratif de l'instruction publique en 1854[AnF 10], donc un statut public[D 10],[AnF 11]. Finalement, c'est le gouvernement qui est obligé de prendre en charge fin 1856 le déficit budgétaire des deux premières années de fonctionnement de l'École par une subvention exceptionnelle.

L'équilibre de son budget de fonctionnement reste précaire[BA 3]. L'État assure quelques subventions irrégulières, notamment en 1857[Nord 7] et offre des bourses à des élèves. Même la faculté des sciences se plaint : « La faculté manque absolument des instruments, des modèles et même des dessins nécessaires aux démonstrations des cours de mécanique et de machines. Les collections font également défaut pour le cours de dessin appliqué aux arts industriels et jusqu'ici le professeur en a supporté les frais[77]. » De fait, ce sont le conseil général du Nord et la municipalité de Lille qui assurent le financement de l'école à partir de 1857, complété par les frais de pensionnat (seule une minorité d'élèves est demi-pensionnaire ou externe[A 3]).

De 1857 à 1860, son enseignement se transforme rapidement en un enseignement spécial[N 55] d'« école supérieure industrielle », qui s'adresse « non aux contre-maîtres qui l'avait dédaignée mais aux fils des industriels déjà en majorité »[N 56],[N 57]. La dénomination « École des arts industriels et des mines »[A 4] s'impose à partir de 1860 à l'occasion d'un transfert de tutelle du ministère de l'instruction publique au ministère du commerce, son financement étant néanmoins pris en charge par les autorités régionales et par les frais de scolarité : les locaux et le mobilier appartiennent à la municipalité de Lille qui accorde une subvention de fonctionnement, le conseil général du Nord accorde des bourses à des élèves et contribue aux dépenses de fonctionnement et d'investissement.

À plusieurs reprises entre 1857 et 1872, les autorités régionales considèrent que le financement par l'État est insuffisant, voire « défaillant », ce qui affecte la qualité de l'enseignement aux élèves-ingénieurs, et le consignent dans leurs rapports et délibérations[Nord 6]. Le ministère de l'instruction publique réduit progressivement sa subvention, qui passe de dix mille francs en 1857 à zéro en 1861[G 7]. Quant à la subvention du ministère du commerce, elle n'est pas à la hauteur des besoins[L 13],[D 11] et cesse en 1866[A 3]. Les autorités régionales, fortes de l'alliance entre les professeurs de la faculté des sciences et les industriels, assurent seules le complément budgétaire nécessaire au fonctionnement de l'école.

En 1872, l'école devient un établissement sous la tutelle directe du conseil général du Nord, cofinancé par la ville de Lille. Cela se traduit par la nouvelle dénomination Institut industriel du Nord de la France pour la formation des ingénieurs dans les locaux de l'école.

Le statut de l'école[N 58] a donc varié selon la période historique[E 2], la dénomination École des arts industriels et des mines correspondant seulement à la période couvrant le Second Empire :

  • École professionnelle du Nord (École des arts industriels et des mines), de 1854 à 1860, sous la tutelle du ministère de l'instruction publique[L 11],[E 3],[Nord 7] ;
  • École des arts industriels et des mines de Lille, de 1860 à 1862, sous la tutelle du ministère de l'instruction publique[D 8],[D 9] ;
  • École impériale des arts industriels et des mines de Lille, de 1862 à 1871, sous la tutelle du ministère du commerce et des travaux publics[D 12],[Nord 1] ;
  • École spéciale des arts industriels et des mines de Lille, en 1871-1872, sous la tutelle du ministère du commerce et des travaux publics[Nord 3] ;
  • Institut industriel agronomique et commercial du Nord de la France (IDN), de 1872 à 1875, sous la tutelle du conseil général du Nord[D 13],[D 14] ;
  • Institut industriel du Nord de la France (IDN), de 1875 à 1991, sous la tutelle du conseil général du Nord, puis du ministère de l'Éducation nationale ;
  • École centrale de Lille, depuis 1991, sous la tutelle du ministère de l'Éducation nationale.

Localisation et aménagements[modifier | modifier le code]

Article connexe : rue du Lombard (Lille).
Photo de l'école, rue du Lombard à Lille
École des arts industriels et des mines, 2 et 4 rue du Lombard à Lille
Table comparant les surfaces d'enseignement des bâtiments rue du Lombard et rue Jeanne d'Arc
Surfaces d'enseignement rue du Lombard (1854-1875) par rapport à celles du bâtiment rue Jeanne-d'Arc à partir de 1875

L'École est localisée de 1854 à 1875 dans le centre de Lille, 2 rue du Lombard, dans les locaux établis pour la chaire municipale de chimie appliquée aux arts industriels de 1824 à 1854.

L'École est en face de l'hôtel particulier de l'industriel Scrive spécialiste des cardes textiles et actionnaire-fondateur des mines de Lens ; « les filateurs achetaient les métiers mull-jennies et les cardes à Lille (chez Scrive, rue du Lombard)[78] », où est installée la troisième plus ancienne machine à vapeur de Lille[N 22],[USTL 7]. Dans cette rue se trouve aussi le constructeur de machines textiles Dawson et Christy[N 59],[78]. La rue du Lombard est située à deux cents mètres de la rue des Arts où se trouvait la première École centrale de Lille en 1796, où les chaires municipales de physique expérimentale et de mécanique ont été installées à partir de 1817 et où le lycée et la faculté des sciences ont été établis en 1852 et 1854 respectivement. L'École est aussi à proximité de l'école primaire supérieure de Lille[N 60] ouverte en 1838[N 31]. Dans la rue des Canonniers, toute proche de l'École, se trouve le domicile du professeur Frédéric Kuhlmann et le siège social des Établissements chimiques Kuhlmann créés en 1825. Plus loin, parmi la soixantaine de petits constructeurs mécaniques de Lille dont une dizaine est d'origine britannique, sont établis boulevard Montebello depuis 1852 le constructeur réputé de mécanique textile Samuel Walker et Cie[N 37] et le filateur Delesalle, et rue de Jemappes le fabricant de peigne mécanique Thomas Harding-Cocker[N 61],[79], la filature mécanique de lin Scrive[78] et la filature Crespel et Descamps, à distance de l'usine de construction de machines à vapeur Le Gavrian et fils[P 10] (ultérieurement dénommée ateliers Victor Brasseur[P 10] puis Société des moteurs Crépelle[P 10]), qui font tous partie des soutiens de l'École.

Le bâtiment de l'École, sur quatre niveaux d'une surface de 1 978 m2, est doté d'un total de trente six pièces. En étages, il comprend deux amphithéâtres, quatre salles de cours, deux salles de dessin et d'étude, deux salles de collections, une bibliothèque, une salle de restaurant, des bureaux de direction et salle des professeurs. Au rez-de-chaussée s'y trouvent un bureau de concierge et secrétariat, des ateliers de machines et génératrice à vapeur, de mécanique, d'ajustage, menuiserie, filature et tissage, autour d'une cour intérieure. Une forge est utilisée pour les cours de métallurgie. Le laboratoire de chimie industrielle utilisé depuis 1824 pour les cours et la chaire de chimie appliquée aux arts industriels initiés par Frédéric Kuhlmann y est aussi un élément essentiel associé à deux salles d'analyses chimiques, une salle de teinturerie et colorants[N 62].

L'École afferme[80] ses ateliers du rez-de-chaussée à Émile Boire[N 63], chef d'atelier et enseignant de mécanique à l'École de 1859 à 1870, qui crée sa société en 1862 dans les locaux de l'École. Alexandre Baudet[N 64] est aussi chef d'atelier à l'École ; il est ancien chef de bureau d'étude d'Isidore Farinaux dont il est le gendre. Farinaux est un important constructeur de machines à vapeur fixes et de chaudières, fournisseur de l'industrie textile et des sucreries du Nord de la France. Baudet et Boire font l'acquisition d'actifs des ateliers Farinaux en 1864, développent des innovations et sont lauréats de l'Exposition universelle de 1867, tout en faisant bénéficier la formation des élèves des technologies de machines à vapeur associées.

Le bâtiment héberge aussi deux salles de collections, dites du musée industriel[25], qui exposent des équipements techniques donnés par des industriels régionaux ou financés par la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, tels que échantillons textiles, équipements de l'industrie manufacturière, outils de photographie et appareillages de chimie. Ces machines sont utiles aux travaux pratiques des élèves et constituent un référentiel technologique dont Edmond Bernot est l'administrateur-conservateur. S'y trouve également une collection minéralogique et houillère[E 4] initiée par Jules Gosselet.

Une réforme des études en 1872 a pour conséquence d'établir l'Institut industriel du Nord dans les locaux de l'école. En 1875, l'Institut industriel du Nord déménage du 2, rue du Lombard, pour s'installer au 17, rue Jeanne d'Arc, dans un immeuble neuf[N 65], triplant la surface affectée à l'enseignement et aux laboratoires.

Effectif étudiant[modifier | modifier le code]

« Le nouvel établissement n’a accueilli en 1857 que 12 élèves ; en 1861, le nombre total s’élève à 50[G 7],[N 66]. » Un annuaire du Nord[A 3],[N 67] indique, qu'« en 1865, l'école a admis 66 élèves, dont 56 pensionnaires, 3 demi-pensionnaires et 7 externes. L'École délivre à la fin des études des diplômes d'ingénieurs industriels.» Les élèves qui achèvent le cursus de deux ou trois ans sont diplômés ou reçoivent un simple certificat de capacité, en fonction de leurs résultats[D 15]. En 1867, l'effectif atteint 90 élèves[RG 12]. À la veille de la guerre franco-prussienne de 1870, l'effectif dépasse 120 élèves ; il tombe soudainement à 26 élèves en 1871-1872[Nord 5].

Enseignement à l'École de 1854 à 1872[modifier | modifier le code]

Entre 1854 et 1860, plusieurs refontes de l'enseignement ont eu lieu, transformant l'enseignement professionnel en un enseignement supérieur industriel, jusqu'à la réforme des études en 1872.

1854-1856 : enseignement professionnel selon les plans du ministre Fortoul, dirigé par Victor Denniée[modifier | modifier le code]

Lille 4 rue du Lombard.jpg

Durant les deux premières années scolaires entre 1854 et 1856, sous la direction de l'ingénieur Victor Denniée[RG 13], nommé par arrêté du 18 octobre 1854[AnF 10],[N 68], le programme de l'école « était particulièrement destiné aux jeunes gens qui se proposaient d'embrasser les carrières industrielles, agricoles et commerciales[IDN 1] », conformément aux directives exprimées par le ministre Fortoul et acceptées par le maire Richebé en 1853[D 10].

L'enseignement à l'école[E 3] en 1854-1856[N 69],[E 5] fut initialement considéré comme trop théorique[N 70] par rapport à une École des arts et métiers, et peu utile pour les élèves issus de l'école primaire supérieure[N 71], qui, à Lille, était gratuite et d'un niveau de technicité jugé suffisant[Nord 8],[AnF 12]. Pour ses détracteurs, elle « donnait un enseignement qui dépassait le but que l'on se proposait et qui, au lieu de rester professionnel, devenait par trop scientifique et théorique[BA 3] ». Ni l'essor de l'école ni l'intérêt pour le certificat de capacité en sciences appliquées de la faculté, promu par Louis Pasteur, ne furent à la hauteur des attentes de la chambre de commerce de Lille[N 52]. Les subventions accordées étant insuffisantes, des problèmes budgétaires apparurent[AnF 11],[RA 3],[N 48]. L'inspecteur général Magin auprès du ministre de l'instruction publique est envoyé à Lille en décembre 1856 pour examiner la situation de l'école[AnF 13],[BA 3],[E 6], ceci[N 68] conduisit à un changement de direction en décembre 1856[N 52], à la demande du préfet du département du Nord[N 72] et après une dotation budgétaire exceptionnelle de l'État[Nord 7].

Entre 1854 et 1856, le niveau d'étude et le profil de recrutement des élèves est incertain. Alors que César Fichet avait indiqué en 1853 à la municipalité un objectif de formation de « jeunes directeurs d'industrie », le maire Richebé avait évoqué l'image d'une pépinière de contremaîtres qualifiés. Quant à Victor Denniée, désabusé[AnF 14] après les deux premières années de fonctionnement de l'École, il établit un prospectus en août 1856 évoquant un objectif modeste d'initiation des élèves à la connaissance des arts mécaniques et des sciences industrielles, assurant la formation professionnelle de chefs d'industrie, chef d'ateliers, conducteurs de travaux mécaniques, entrepreneurs, géomètres, agents voyers et employés pour les mines, les chemins de fer, les ponts et chaussées.

« Les écoles professionnelles doivent être des lycées industriels dans lesquels l'enseignement du grec et du latin est remplacé par la pratique de l'atelier[AnF 11]. »

— Victor Denniée, 27 septembre 1856

Il faudra attendre le changement de direction en janvier 1857 et et plus encore l'année 1860 pour que des objectifs de formation ambitieux d'école supérieure industrielle soient rétablis, recrutant des élèves après le lycée classique.

Le jury d'examen d'entrée à l'école est présidé par Louis Pasteur, jusqu'à son départ pour l'École normale supérieure en 1857[81].

1857-1872 : enseignement spécial industriel, dirigé par Edmond Bernot[modifier | modifier le code]

Ecole des arts industriels et des mines Lille.JPG

« Le premier janvier 1857, l'école (est réaffirmée comme) établissement de l'État, subventionné par la ville de Lille[IDN 1] »[A 5], [IDN 2]. Par arrêté du ministre de l'instruction publique et des cultes publié en mars 1857, M. Edmond Bernot, inspecteur de l'enseignement public[82] pour l'arrondissement de Lille depuis 1850 et membre du conseil départemental d'instruction publique en 1855[A 6],[N 73], « est chargé de la direction de l'école professionnelle de Lille. M. Weil, professeur de mathématiques au lycée de Lille est chargé du cours de physique et de chimie. M. Grawouski (sic), professeur de travaux graphiques au lycée de Lille, est chargé du cours de mathématiques. M. O'Neil-Nesbitt, professeur d'anglais au lycée de Lille, est chargé de l'enseignement d'anglais[AnF 15]. » Néanmoins en 1858, le professeur de mathématiques est Alcippe Mahistre, de la faculté des sciences, le professeur de chimie est le pharmacien Victor Meurein[83] et celui de physique est M. Schmeltz, du lycée de Lille, le professeur de comptabilité commerciale est M. Francq[E 1] et il y a des professeurs de dessin et mécanique, de langues anglaise et allemande et des chefs d'ateliers.

Dès sa réouverture en 1857[N 74], le programme est recentré vers un objectif professionnel en aval de celui de l'école primaire supérieure de Lille. Divers déboires et ajustements successifs par le directeur Bernot entre 1857 et 1860 conduisent à l'affirmation d'un objectif nouveau[N 75],[G 8] : « les études sont analogues à celles (…) de l'École centrale ». Cela donne l'occasion au directeur Bernot d'augmenter les frais de scolarité en attirant davantage « les enfants de la bourgeoisie industrielle qui peuvent payer le coût de leur éducation[RG 14]. »

« Encouragé par quelques industriels lillois, Bernot entend créer une véritable école d'ingénieurs sur le modèle de l'École centrale de Paris. Le changement de dénomination de l'école, baptisée École des arts industriels, le barrage du baccalauréat comme condition d'entrée, sont significatifs de ce nouvel état d'esprit[84]. »

— Louis Trenard, Histoire de Lille : du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle

Dans le contexte de concurrence internationale suite à la signature du traité de libre-échange franco-britannique en janvier 1860, une refonte du programme d'enseignement a ainsi lieu en 1860[BB 1], associée à un relèvement des critères d'admission à l'École[N 48], pour répondre à la demande de la chambre de commerce de Lille afin que les études puissent « se rapprocher davantage de l'École centrale des arts et manufactures[M 1] » en formant des responsables de production qualifiés. En juin 1860[IDN 3], 200 industriels du département du Nord[CA 2] signent une pétition de soutien à l'École des arts industriels et des mines[N 76],[D 16], initiée par les notables industriels Scrive, Wallaert et Bernard. « C'est pourquoi, le , dans un rapport adressé au préfet, le directeur de l'école proposa de préparer spécialement les élèves aux industries régionales en modifiant profondément les programmes. Ce rapport était accompagné d'une pétition signée par 200 industriels »[N 48]. « À la suite d'un rapport de son directeur au préfet, d'une pétition signée de plus de deux cent industriels du département, de vœux favorables de tous les conseils d'arrondissement, le conseil général du Nord dans sa session de 1860 décida de modifier les programmes de façon à donner aux élèves après des études classiques ordinaires une instruction spécialement préparatoire aux industries exercées dans le Nord de la France[IDN 1] »,[N 76]. Ce rapport et cette pétition du marquent suffisamment les esprits pour que 102 ans plus tard le préfet du Nord Robert Hirsch y fasse toujours allusion comme témoignage des relations entre l'École et l'industrie[IDN 4].

Après les premiers tâtonnements dans le recrutement de 1854 à 1860[CA 2], il fut décidé en 1860 que « son but est de donner des connaissances spéciales sur les principales industries du Nord aux jeunes gens ayant reçu l'instruction secondaire ou professionnelle[M 2]. » « Pour être admis à l'École, il fallait subir un examen sur les matières du baccalauréat ès sciences ou être pourvu du diplôme de ce baccalauréat[BC 2]. » En outre, l'examen d'équivalence du baccalauréat prévu par le décret impérial du 22 août 1854[N 77] permettait aussi d'admettre des élèves âgés de seize ans révolus, issus de l'école primaire supérieure de Lille créée en 1838, puis issus de l'enseignement secondaire spécial (classes modernes des lycées, créées à partir de 1865). Il faut attendre la fin de la décennie 1870 pour que soit effective une « année » préparatoire, préalable à l'entrée en première année du cursus des élèves-ingénieurs[N 78],[Nord 9].

École impériale des arts industriels et des mines (École Centrale de Lille) 1860

Une enquête[R 1] sur l'enseignement professionnel datée de 1863-1864 indique que « les études y sont analogues à celles des Écoles d'arts et métiers et de l'École centrale. Plus pratique que dans cette dernière, l'enseignement est plus théorique, plus spécialisé dans ses applications, et plus restreint quant à la durée des travaux manuels que dans les Écoles d'arts et métiers. (...) Toutes les fois que la nature des leçons le veut, les élèves sont conduits par les professeurs dans les établissements industriels. (...) Tous les soirs, de huit à neuf heures, les élèves suivent les cours publics de la faculté, où ils voient des expériences que l'École n'a ni le temps ni les moyens de préparer. »

L'École forme en deux ans les fils de familles d'industriels du textile, de la métallurgie[N 79] et métallerie, des équipementiers ferroviaires et de moteurs à vapeur, ainsi que des brasseurs, raffineurs d'huiles et distilleries sucrières de Lille. « L'École des arts industriels est ouverte aux jeunes gens qui, après avoir suivi les classes des lycées et des institutions, ont besoin d'acquérir l'instruction spécialement préparatoire à l'une des industries suivantes 1° construction des machines ; 2° filature et tissage ; 3° chimie industrielle et agricole ; 4° exploitation des mines[R 1] », qui sont les piliers de l'industrialisation du Nord de la France. Le programme de première année établit un socle de formation scientifique et technique, avec la chimie et la physique dans leurs applications industrielles, l'algèbre et la géométrie descriptive, le dessin et la mécanique ; en deuxième année, les élèves-ingénieurs sont aussi formés à la comptabilité commerciale, à l'administration des entreprises et à l'économie industrielle[85]. Certains élèves suivent une troisième année optionnelle de spécialisation : en 1863, « les études complémentaires de troisième année comprennent l'exploitation des mines, la métallurgie, la stéréotomie, et une suite à la construction et à l'installation de machines[R 2]. »

« Il y a un professeur par spécialité, trois professeurs auxiliaires, un préparateur et un chef d'atelier[R 3]. » « L'enseignement scientifique et les manipulations ont lieu sous la direction et avec le concours des professeurs de la faculté des sciences, un architecte enseigne l'art de bâtir, des conférences ont lieu au musée industriel par les soins du professeur de chimie. Des praticiens sont chargés des travaux d'atelier[A 5],[A 3]. » Outre les connaissances en génie civil et exploitation des mines, mécanique et construction de machines[E 7], filature et tissage, fabrication et procédés de la chimie industrielle et agricole[USTL 8], mathématiques, langues, comptabilité et hygiène industrielle, « un des points essentiels de la formation de ces ingénieurs civils de Lille porte sur la connaissance des machines à vapeur[USTL 9],[N 80],[USTL 10]. Il est délivré un enseignement pratique dans l'école, et la faculté leur délivre un enseignement « d'ordre plus élevé mais non moins pratique » en mécanique appliquée particulièrement. Tous les détenteurs de la chaire de mécanique de la faculté des sciences enseigneront en titre dans cette école[86],[USTL 6]. »

1872 : réforme des études d'Adolphe Matrot[modifier | modifier le code]

L'École impériale des arts industriels et des mines avait atteint un pic de 126 élèves à la rentrée de 1869 avant de décroitre à 90 en 1870 et s'effondrer à 26 en 1871 lors de la chute du Second Empire[D 17]. C'est aussi le cas à la faculté des sciences de Lille. « Bien que la région ait été relativement épargnée des humiliations de la guerre et des déchirements sociaux, la faculté a vécu deux années terribles entre 1870 et 1872 avec une diminution des effectifs et des interruptions de cours et de manipulations. »[87]

Après la guerre à outrance menée tout au long du XVIIIe siècle par le Royaume-Uni insulaire pour la suprématie maritime et coloniale de l'Empire britannique assurant son essor industriel et financier, tandis que la France était la puissance dominant l'Europe continentale, le traité de Paris (1815) avait contraint la France à payer une énorme indemnité de guerre. Le produit intérieur brut du Royaume-Uni industriel et belliqueux avait rattrapé et dépassé celui de la France vers 1830, leur permettant de promouvoir une entente cordiale et une approche économique libre-échangiste en 1860, sous le reigne de la reine Victoria du Royaume-Uni et de l'anglophile Napoléon III en France, face à l'émergence des États-Unis et à l'industrialisation de l'Allemagne. Le produit intérieur brut de l'Empire allemand protectionniste suit la même progression après le paiement par la France de l'indemnité de guerre du traité de Francfort (1871), lui permettant de développer des cartels industriels chimiques et sidérurgiques germaniques, collaborant avec des universités techniques.

En France, « le changement de régime politique, la crise financière et économique des années 1870-80, la transformation de l'industrie sur des bases scientifiques et techniques nouvelles requérant d'autres types de compétences et qualifications, (entraînent) une évolution des structures de l'enseignement technique industriel et commercial[88]. »

Si la création de l'École des arts industriels et des mines était une conséquence de l'essor industriel et des techniques importées d'Angleterre issues d'expérimentations par des artisans entrepreneurs autodidactes, le développement ultérieur de l'École après 1871 s'effectue par rapport à l'organisation universitaire allemande, où les techniques innovantes dérivent d'études scientifiques préalables et nécessitent de grands investissements capitalistiques, notamment dans les domaines de la chimie de synthèse, électrotechnique et électromagnétisme.

La loi du 10 août 1871[89] relative aux conseils généraux permet une certaine décentralisation des décisions, indépendamment des ministères parisiens[90]. Dès la première session du conseil général du Nord le 15 octobre 1871, le conseiller général Alphonse Bergerot[91] présente le projet de réforme des études à l'École qui prendrait alors « le titre d'École centrale de Lille »[Nord 4], proposé par Edmond Bernot et Adolphe Matrot[92].

« Une commission composée du maire, du président de la chambre de commerce de Lille et de plusieurs industriels fut constituée après la session du Conseil général d'avril 1872[T 1] » : cette commission comprend le banquier métallurgiste Édouard Hamoir (membre de la commission permanente du Conseil général du Nord), l'industriel sucrier Henri Bernard (président de la chambre de commerce et membre du Conseil général, chef de file de la bourgeoisie ultra-catholique de Lille[RG 15]), le maire de Lille André Catel-Béghin, le professeur-industriel chimiste et ancien président de la chambre de commerce Frédéric Kuhlmann, les manufacturiers textiles Émile Delesalle et Auguste Scrive Wallaert. Elle mandate le polytechnicien Henri Masquelez, ingénieur-en-chef des ponts et chaussées et directeur des travaux municipaux de Lille, pour produire un rapport sur une nouvelle organisation de l'École. Bernot met en avant son propre rapport en mai 1872[D 18], mais c'est le rapport de Masquelez[D 19] qui est approuvée après délibération du conseil général du département du Nord le 29 août 1872 et séance du conseil municipal de la ville de Lille le 5 octobre 1872.

« Masquelez, devenu directeur, fit appel à Adolphe Matrot, ingénieur des mines, comme directeur des études[T 1] ». Adolphe Matrot, ingénieur du corps des mines, était professeur de mécanique et d'exploitation des mines à l'École de 1864 à 1872[A 7]. Il organise la réforme des études de 1872 qui conduit à l'établissement de l'Institut industriel du Nord (IDN) dont il est directeur des études de 1872 à 1878[T 1]. L'école poursuit alors son essor sous la Troisième République[A 8].

L'effectif de l'Institut industriel du Nord (nouvelle dénomination de l'École sous la Troisième République) est de « 32 élèves lors de la première rentrée scolaire (1872-1873) »[T 2] dont 15 élèves antérieurement présents à l'École des arts industriels et des mines. Il atteint 83 en un an[P 11]. « Le chiffre ne cessera d'augmenter pour atteindre 400 à la veille de la guerre de 1914 »[T 3].

Personnalités liées à l'École[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Forges et laminoirs, aciérie de Jules Sirot (1860), député-maire à Saint-Amand-les-Eaux
Puits de Sangatte : premiers travaux du percement du tunnel sous la Manche par Ludovic Breton (1861)
Locomotive Francq à eau surchauffée et tramways à vapeur conçus par Léon Francq (1866), construits par Fives-Lille
Ernest Boisseau (1867), directeur divisionnaire à la Compagnie des mines d'Anzin
Filature d'André Scrive (1868)
Téléphone de la Société Générale des Téléphones
Téléphone de la Société Générale des Téléphones, Alfred Meunier (1871) étant directeur du réseau téléphonique

Les années entre parenthèses correspondent à la promotion de sortie de l'École.

Catégorie comprenant des anciens élèves de l'École des arts industriels et des mines : Élève de l'École centrale de Lille.

Les anciens élèves des promotions entre 1860 et 1872 sont identifiés dans les annuaires du XIXe siècle de l'association des ingénieurs de l'École centrale de Lille, disponibles pour recherches à la Bibliothèque nationale de France[IDN 1]. Dans ses statuts publiés le 13 novembre 1877 et reproduits dans son annuaire publié en 1892, l'« Association amicale des anciens élèves de l'Institut du Nord » indique dans son article 4 : « Sont admis à faire partie de la Société 1°) les anciens élèves de l'Institut ou de l'ancienne École des arts industriels et des mines, en ayant suivi entièrement les cours 2°) ceux qui n'ayant pas achevé leurs études, ont par un travail complémentaire acquis dans le monde une position honorable ».

Les annuaires du XIXe siècle des membres de l'association apportent un témoignage sur les carrières des ingénieurs, tels que Jules Sirot (1860), député et conseiller général du Nord[93], métallurgiste maître de forges à Saint-Amand-les-Eaux[94] ; Ludovic Breton (1861), ingénieur-directeur exploitant de mines, qui organise les travaux de percement des premiers kilomètres du tunnel ferroviaire sous la Manche à Sangatte de 1879 à 1883[SSAAL 10] ; Désiré Mallet (1862), conducteur des travaux des ponts et chaussées[95] , puis architecte, directeur[96] de la société de forage et d'exploitation du canal de l'Espierres, professeur à l'Institut industriel du Nord ; Étienne Batteur (1862), directeur de la compagnie d'assurances « La Providence »[97],[98] et fondateur en 1885 d'une maison de secours donnant gratuitement soins médicaux et pharmaceutiques aux ouvriers de Lille[99] ; Jacques Chalon (1864) et René Liébart (1865), directeurs des sucreries et de la distillerie de Bourdon-Aulnat (Puy-de-Dôme) ; Alfred Goblet (1864), directeur d'industrie chimique et textile, architecte de la plus haute cheminée de France (105 m)[100] à l'usine Holden de Croix en 1887, premier président de l'association des anciens élèves[101] ; Léon Francq (1866), inventeur d'une machine à vapeur sans foyer[102], entrepreneur et créateur des tramways de Paris, de la ligne de chemin de fer électrique Paris-Saint-Germain, du réseau de tramway Électrique Lille-Roubaix-Tourcoing[103], administrateur de la société des voies ferrées des Alpes françaises, Prix de mécanique Montyon de l'Académie des sciences en 1883 ; Ernest Louis Boissau (1867), directeur divisionnaire à la Compagnie des mines d'Anzin[104] ; Prosper Clère (1867), raffineur de pétrole à Dunkerque, administrateur délégué de la Société française des pétroles et des forages artésiens[57] ; Gustave Flourens (1867), chimiste, spécialiste de distillerie et des procédés de raffinage sucrier, auteur de livres de chimie analytique, cofondateur de l'association des anciens élèves ; André Scrive (1868)[N 81] et Paul Scrive (1866)[N 82], frères associés de la filature La lilloise, fabricants de fil à coudre à Lille ; Charles de Franciosi (1869), militaire de carrière de 1870 à 1904[N 83] ; Alfred Meunier (1871), directeur du réseau téléphonique de la Société générale des téléphones (ancêtre de CIT-Alcatel)[IDN 1], qui détient une concession du téléphone parisien et des grandes villes de France, jusqu'à la nationalisation du réseau en 1889[105].

Professeurs[modifier | modifier le code]

Le corps professoral comprend des membres de la faculté des sciences, tels que Alcippe Mahistre puis Paul Guiraudet et Émile Gripon pour la mécanique, Claude-Auguste Lamy, Charles Viollette et Jean Girardin pour la chimie, des ingénieurs des arts et manufactures tels que Gilbert Lacombe[N 84] pour les travaux pratiques de chimie analytique et de physique générale, et Treifous[N 85] pour la filature et le tissage, des polytechniciens ingénieurs des mines[106] tels que Léon Le Verrier[106] puis Adolphe Matrot[106] pour l'exploitation des mines et la physique ainsi qu'Emile Alexandre Evariste Ernotte[106] pour la métallurgie, des anciens élèves des Arts et métiers de Châlons, tels que Émile Boire[N 63] et Alexandre Baudet[N 64] chefs d'atelier pour la construction de machines et Albert Cahen[N 86], professeur de dessin industriel, et d'autres praticiens tels que le docteur Émile-Louis Bertherand pour l'hygiène industrielle, l'ingénieur Paul Havrez et l'adjoint au maire et docteur en pharmacie Victor Meurein pour la chimie industrielle et agricole[A 3],[N 87].

En 1866, l'École des arts industriels et des mines comprend 12 enseignants permanents, ainsi que des vacataires de la faculté des sciences de Lille et des industriels, entrepreneurs et chefs d'ateliers[A 3].

Administrateurs[modifier | modifier le code]

Parmi les notables présents au conseil de surveillance de l'École en 1866[A 3], outre le secrétaire général de la préfecture représentant l'État et un conseiller général du département du Nord, figurent Frédéric Kuhlmann, chimiste et ancien président de la chambre de commerce de Lille, André Catel-Béghin, Édouard Scrive-Debuchy dont les fils André et Paul sont anciens élèves des promotions 1868 et 1866 de l'École des arts industriels et des mines, l'ingénieur diplômé de l'École centrale des arts et manufactures Auguste Wallaert[N 88], l'ingénieur constructeur Jules Dequoy, co-fondateur de la société Legavrian, Dequoy et Cie[N 1], ainsi que Jean Girardin puis Paul Guiraudet, doyens de la faculté des sciences de Lille et successeurs de Louis Pasteur[N 87].

Tableau chronologique[modifier | modifier le code]

1854-2014 : 160 ans de l'École centrale de Lille
Institut industriel du Nord Institut industriel du Nord École impériale des arts industriels et des mines de Lille École impériale des arts industriels et des mines de Lille

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jules Amédée Dequoy, (Orléans 1811 - Lille 1898) est un ingénieur-constructeur. Il épouse Henriette Leleu en 1843, fille d'un imprimeur-libraire lillois. Il crée en 1845 la société Jules Dequoy et Cie et acquiert une filature de lin à Moulin-Lille, visitée par Napoléon III en 1867, qui a une machine à vapeur dès 1846 et emploie 700 ouvriers avec une machine à vapeur de 180 cv en 1870. Il est conseiller municipal de Lille en 1861. Il est le beaux-frère et associé d'Amédée Le Gavrian dans la société Legavrian, Dequoy et Cie, société pour la construction de machines à vapeur créé en 1836 . Amédée Le Gavrian qui épouse Anne Caroline Dequoy (née à Orléans, sœur de Jules et Henry Dequoy) a cinq fils dont Paul Le Gavrian (Meung-sur-Loire 1832-Versailles 1901), qui est successeur de son père Le Gavrian et de son oncle Dequoy comme constructeur de machines à vapeur et est député du Nord de 1885 à 1898. Frédéric Barbier et Jean-Pierre Daviet, Le patronat du Nord sous le Second Empire: une approche prosopographique, Paris, Librairie Droz, coll. « Volume 65 de Centre de Recherches d'Histoire et de Philologie de la IVe Section de l'École Pratique des Hautes Études: Hautes Études médiévales et modernes », , 409 p. (ISBN 9782600034081, lire en ligne), p. 186-188.
  2. a et b « Le 7 septembre 1762, un arrêt du Conseil royal autorise les paysans à fabriquer des étoffes sans faire partie d’une corporation de métiers. En permettant de contourner le monopole jusqu’alors détenu par les corporations urbaines, il légalise la libéralisation de la production. (...) Pendant les longs temps morts de l’activité agricole, ils travaillent le lin à domicile, en famille, pour des marchands-fabricants urbains. Ceux-ci leur apportent la matière première et les outils et, après avoir fait effectuer la finition par des travailleurs qualifiés dans des ateliers urbains, vendent leur production sur des marchés lointains. » Gérard Vindt, « 1762 : un arrêt royal légalise la proto-industrialisation », Alternatives économiques, no hors-série Pratique n°069,‎ (ISSN 0247-3739, lire en ligne).
  3. Lewis Paul avait inventé en 1748 une machine à carder. Richard Arkwright y apporta des améliorations et, en 1775, déposa un brevet pour une nouvelle machine qui transformait le coton brut en une bande continue de fibres prêtes à être filées.
  4. Petites mécaniques d'une cinquantaine de broches opérées par trois ouvriers
  5. a, b et c « À Lille, la première machine à vapeur, d’une force de six chevaux, est installée à la fin de l’année 1816, rue du Metz, par le filateur Philippe Maurice Lebon. En 1818, Auguste Mille et, l’année suivante, René Léonard Vittet, installent leur machine rue Saint-André et rue Sainte-Catherine. Les établissements s’équipent à un rythme modéré les années suivantes ; on compte sept machines à vapeur installées dans la ville en 1825, importées d’Angleterre ou construites notamment à Arras chez Hallette. Les autres villes s’équipent à la même époque, comme Roubaix qui voit sa première machine installée chez Grimonprez-Bulteau en 1818, Douai en 1819 chez Emmanuel Blot, Haudouart et Cie, la même année au Cateau chez Ferdinand Ladrière, dans la décennie suivante chez Delannoy à Tourcoing et Casiez-Dehollain à Cambrai. En 1825, le département compte 14 machines à vapeur en activité et le nombre continue à croître les années suivantes. » Kasdi 2014, p. 292
  6. Ce n'est que vers 1860 que la ville-champignon de Roubaix devient la capitale de la mécanique lainière.
  7. a, b et c Métier à filer renvideur ou self-acting mule : fileuse avec retour automatique du chariot qui porte la broche tenant le fil, capable d'entrainer dix fois plus de broches que la mule-jenny mais au prix de plus de place et de plus d'énergie, brevetée par Richard Roberts en 1825.
  8. « On passe de 500 000 heures pour filer 100 livres (1 livre : environ 500 grammes) de coton en Inde à 2000 heures en Angleterre avec les nouvelles machines comme la mule jenny et ensuite à 300 heures à la fin du XVIIIe siècle grâce à cette même mule actionnée par la vapeur. » « L’invention clé du siècle de la vapeur ; A la découverte de la machine à vapeur ».
  9. École de dessin fondée à Lille le 5 février 1755 (Louis Joseph Watteau)
  10. a, b et c L'Université d'Ancien Régime incarnée dans le Nord de la France par l'Université de Douai ne valorisait pas l'enseignement des sciences et des techniques, comparé au droit et aux humanités, malgré la création en son sein d'une chaire royale de mathématiques et d'hydrographie en 1704 sous l'influence des jésuites. Dans le Nord de la France, les seules formations scientifiques et techniques supérieures concernaient la formation des officiers des armes savantes (marine et construction navale, artillerie, génie, nécessitant connaissances en trigonométrie, optique, chimie des alliages) et étaient incarnées par l'École royale de l'artillerie de Douai à partir de 1679, celle de La Fère à partir de 1720, à Bapaume à partir de 1765, et l'École royale du génie de Mézières à partir de 1748, dont les examens d'entrée, accessibles aux candidats justifiant de quartiers de noblesse, requéraient des connaissances mathématiques (parmi les examinateurs du corps de l'artillerie notons les mathématiciens Charles Étienne Louis Camus, Étienne Bézout, Sylvestre-François Lacroix, Pierre-Simon de Laplace, Siméon Denis Poisson, l'un de ceux du corps du génie fut le mathématicien Gaspard Monge). Après la Révolution française, l'accès à l'éducation supérieure n'était plus réservé à la noblesse et la science aux applications militaires et étatiques ; l'industrialisation nécessitait l'établissement de filières civiles de sciences appliquées, mais plus formalisées que les activités de sociétés savantes et les cours municipaux qui pré-existaient dans la région lilloise autour de professeurs, d'associations patronales et de personnalités industrielles telles que Frédéric Kuhlmann, Charles Delezenne et Claude-Auguste Lamy. Parmi les sociétés savantes de Lille, notons la « Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille» à partir de 1802, puis la « Société impériale des Sciences de Lille » en 1860, enfin la « Société industrielle du Nord de la France » à partir de 1873. Il existe plusieurs traces dès 1802 des requêtes ré-itérées des élites lilloises auprès du gouvernement pour la transformation du collège municipal en un lycée et la création d'une école professionnelle supérieure du Nord pour bacheliers. Le lycée impérial de Lille, incluant une classe de mathématiques spéciales, sera inauguré en 1852 et l'« École des arts industriels et des mines » en 1854.

    « La même année (1854) que la faculté des sciences, est créée l'École professionnelle, nommée ensuite École industrielle, puis École impériale des arts Industriels, puis Institut industriel, agronomique et commercial du Nord, connue plus tard sous le sigle d'IDN et actuellement d'École centrale de Lille. La ville, aidée par le gouvernement, appuyée par les villes du Nord et par les départements voisins, a créé cette école pour former des contremaîtres qui auront bientôt le titre d'ingénieurs industriels. »

    — « Histoire de la faculté des sciences de Lille », sur asa3.univ-lille1.fr

  11. a, b et c Jusqu'au XVIIIe siècle, l'enseignement des techniques artistiques passe par l'apprentissage auprès des artistes eux-mêmes. Jusqu'en 1791 (Loi Le Chapelier), les corporations de métiers assuraient l'enseignement professionnel par la voie de l'apprentissage et du compagnonnage. La doctrine du libéralisme prétendit que le régime des corporations était un obstacle à la diffusion de l'innovation technique. La révolution industrielle, la Révolution française et le XIXe siècle mettent en valeur les écoles académiques et font se développer les écoles professionnelles, promouvant les nouveaux procédés technologiques.
  12. François-Joseph Lestiboudois, fils de Jean-Baptiste Lestiboudois, est aussi adjoint de son père à l'École centrale de Lille : « Adjoint au Professeur d'Histoire naturelle de l'Ecole centrale du Département du Nord à Lille »
  13. Les formes traditionnelles de l'apprentissage restent des pratiques courantes au XIXe siècle et XXe siècle. En outre à Lille un cours municipal de chauffeurs-mécaniciens de Lille (1858-1939), rue du Lombard, et un cours de filature et de tissage, rue Jeanne d'Arc sont mis en place pour la formation professionnelle des ouvriers.
  14. Arrêté préfectoral du 23 floréal an XI (13 mai 1803) stipulant que les professeurs sont payés par la municipalité de Lille
  15. Jean-Antoine Chaptal en proposait initialement quatre : à Paris, Bruxelles, Lyon et Toulouse, en plus du Conservatoire national des arts et métiers.
  16. « Loi sur l’instruction publique (11 Floréal an 10 - 1er Mai 1802.) Titre V – Des écoles spéciales. Article 23: Le dernier degré d’instruction comprendra, dans des écoles spéciales, l’étude complète et approfondie ainsi que le perfectionnement des sciences et des arts utiles. (…) Article 25 : De nouvelles écoles spéciales sont instituées comme il suit (…) Article 25 alinéa 4: Les arts mécaniques et chimiques seront enseignés dans deux écoles spéciales : il y aura trois professeurs dans chacune de ces écoles » accessibles à partir de l'âge de seize ans.« Loi sur l'instruction publique du 11 floréal an X », Recueil général des lois et des arrêts avec notes et commentaires, présentant sur chaque question le résumé de la jurisprudence et la doctrine des auteurs / rédigé sur l'ancien Recueil général des lois et des arrêts, vol. 1re série, 1791-1830,‎ , p. 596-597 (notice BnF no FRBNF31583110, lire en ligne).
  17. Les chaires municipales de Lille assurent des cours publics aux auditeurs lillois et contribuent à éveiller la curiosité et promouvoir l'apprentissage des nouveaux procédés dans le domaine de l'industrie, selon un objectif repris par Charles Dupin en 1819 à Paris lors de la création de la chaire d'enseignement de mécanique appliquée aux arts au conservatoire national des arts et métiers (l'ordonnance du 25 novembre 1819 définit trois cours publics et gratuits au conservatoire des arts et métiers : 1° de mécanique, 2° de chimie dans leurs applications aux arts industriels, 3° d'économie industrielle). Louis Trenard, Histoire de Lille : L'ère des révolutions (1715-1851), vol. 3, Giard, coll. « Publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Lille », , p. 348
  18. Victor Derode, Histoire de Lille et de la Flandre wallonne, t. III, Lille, Vanackere, (notice BnF no FRBNF30326861), p. 28
  19. La chimie était déjà enseignée à Lille depuis le siècle précédent, dans le cadre de l'école de chirurgie et de l'école de pharmacie à l'hôpital militaire, rue de l'Hôpital-Militaire. Ainsi, en 1799, c'est André Laugier qui y professe la chimie. Antérieurement, les noms de chimistes, botanistes ou pharmaciens sont identifiés comme professeurs : Pierre Cointrel jusqu'en 1770, suivi par Jean-Baptiste Lestiboudois, Nicolas-Joseph Saladin, Pierre-Joseph Boucher, Louis Lambert, Louis-Joseph Decroix et Liborio Valentino
  20. a et b Emmanuel Fureix et François Jarrige, La modernité désenchantée : Relire l'histoire du XIXe siècle français, Paris, La Découverte, coll. « Écritures de l'histoire », , 390 p. (ISBN 978-2-7071-7157-3, notice BnF no FRBNF44299300). « Jusqu'aux années 1850-1860, l'énergie hydraulique demeure la principale force motrice en France, y compris dans des secteurs aussi essentiels que la sidérurgie et l'industrie textile mécanisée. »
  21. Comparées au stockage de combustibles fossiles délivrant une énergie thermique à la demande, les techniques de stockage de l'énergie de source intermittente ne sont pas d'un ordre de grandeur adéquat : l'énergie potentielle de pesanteur dans un château d'eau ou le volant d'inertie représenté par le ressort de mécanisme d'horlogerie ne conviennent pas seuls à la puissance industrielle, tandis que le condensateur électrique illustré par la bouteille de Leyde en 1745 et l'énergie électrochimique de la pile voltaïque inventée en 1800 ne sont alors que des inventions objets de curiosité scientifique sans application à large échelle.
  22. a, b et c Pierre Boyer (Manchester 1794, Lille 14/11/1874). Selon le journal The Engineer du 11/12/1874 page 428, il est apprenti chez Stephenson, Fairbairn, Rennie et d'autres puis s'établit à Lille. « En 1818, la première machine à vapeur, que l'on appelait alors pompe à feu, ayant pour destination la mise en mouvement d'une filature à Lille, fut commandée en Angleterre par M. Auguste Mille. M. Pierre Boyer fut envoyé en France par ses patrons pour monter cette machine (ce genre d'opérations prenait alors plus d'une année). En 1820, ce fut aussi M. Boyer qui monta une machine à vapeur dans la fabrique de cardes de M. Scrive- Labbe ; pus ayant reçu des encouragements et des commandes, il vint s'installer définitivement à Lille, où il fonda un atelier de construction pour son propre compte. » Houdoy 1903, p. 58-59. Pouchain indique que c'est Pierre Boyer « qui, vers 1835, s'associe avec Scrive-Labbe pour construire les premières machines françaises à filer le lin. »
  23. a et b Calcul du rendement des moteurs thermiques, c'est à dire le rapport entre l'énergie mécanique délivrée et l'énergie thermique fournie par le carburant. La pompe à feu de Newcomen (1712) consomme 10 kg de charbon par heure, ayant un pouvoir calorifique inférieur de 33 MJ/kg, convertis en une énergie mécanique égale à 1 cheval.heure, soit 735 W.h ou 2,6 MJ, ce qui donne un rendement 2,6/333 = 0,8 %, ce qui est très faible et explique le succès commercial ultérieur de la machine de Watt (1788) (4 kg de charbon par cheval.heure) au rendement de 2 % .... à comparer au rendement d'un moteur à explosion (10 à 35 %) successeur du moteur inventé en 1859 par Étienne Lenoir.
  24. a et b Réaction exothermique d'oxydation dans l'air atmosphérique d'un alcane : enthalpie de combustion (pouvoir calorifique inférieur) de la houille = -29 MJ/kg. La combustion complète d'un alcane produit de l'eau en phase vapeur et rejette du dioxyde de carbone (3,59 kgCO2/kg). La combustion incomplète forme aussi de la suie et des cendres. La houille contient également des impuretés azotées et soufrées.
  25. Brevet du 30 janvier 1807
  26. a, b et c Un panorama historique des figures de l'industrialisation en France et à Lille est inclus dans le compte rendu de la Chambre de commerce de Lille. Réception de Leurs Majestés Impériales. Visite de S. M. l'empereur Napoléon III à la Bourse. Pose de la première pierre du monument à Napoléon Ier, par M. le sénateur Dumas, délégué de Sa Majesté l'empereur. 1853, Lille, Impr. de L. Danel, (notice BnF no FRBNF36329422, lire en ligne). Y est fait référence au décret de Bois-le-Duc du 12 mai 1810 « qui accorde un prix d'un million de francs à l'inventeur de la meilleure machine propre à filer le lin » (Philippe de Girard), encourageant la création d'usines de filature mécanique du lin, et les décrets des 25 mars 1811 et 15 janvier 1812, promouvant la fabrication de sucre de betterave (Louis-François-Xavier Crespel-Delisse).

    « En encourageant par des récompenses nationales la création en France de la filature mécanique du lin et de la fabrication du sucre de betterave, comme il l'avait fait pour la filature de coton et le tissage, Napoléon avait pressenti toute l'influence que les industries nouvelles pouvaient exercer (...) Napoléon Ier pouvait-il espérer qu'en moins d'un demi-siècle, la filature mécanique de lin compterait 60 établissements dans la seule ville de Lille ; qu'un seul département, faisant mouvoir 250 000 broches, occuperait à ce travail 12 000 ouvriers ? (...) Nos chemins de fer, nos canaux, nos ports, tous ces auxiliaires de l'activité humaine ont attiré simultanément votre attention. (...) Il n'est pas d'homme aux idées plus abstraites qu'Ampère, et certes on ne saurait, au premier aperçu, à quel titre il prendrait place dans ce Panthéon de l'industrie, et cependant ses travaux ont donné ouverture à la télégraphie électrique (et aux) applications industrielles de l'électricité. (...) Déjà ne voyez-vous pas la chaîne du métier à la Jacquard s'animer sous le courant électrique, sans le secours des cartons dus à l'invention de l'immortel artisan ? Demain, oui demain, ce ne sera plus la pensée seulement qui se transmettra instantanément à des distances infinies, c'est Liszt qui, de son cabinet, fera entendre les prodiges de ses notes sonores sur le théâtre de Londres ou de Saint-Pétersbourg. (...) glorification vivante des génies qui ont concouru à l'édification de notre prospérité agricole et manufacturière (...) Il y verra Leblanc affranchir le pays d'un lourd tribut payé à l'étranger (...) »

    — Frédéric Kuhlmann, 23 septembre 1853

    Parmi une quinzaine de savants et inventeurs français cités par Frédéric Kuhlmann, est mis en exergue Philippe de Girard, inventeur de la machine à filer le lin, réintroduite à Lille par Antoine Scrive-Labbe dont deux petits-fils seront élèves à l'École des arts industriels et des mines, Jacquard pour le tissage, Oberkampf, François Richard-Lenoir et Liévin Bauwens pour l'industrie du coton, et en chimie Berthollet, Leblanc, Achard, Vauquelin, Brongniart, Conté, Chaptal, Gay-Lussac, et aussi Arago, Ampère et Monge. Est annexée une liste de patrons lillois et leurs domaines d'activités industrielles en 1853, particulièrement dans les domaines de la construction de machines et mécanique, du tissage et filature mécanique du lin et du coton, la teinturerie, apprêts, rouissage, la fabrication de produits chimiques, noir animal et colorants, soude artificielle, savonnerie, l'agroalimentaire avec la raffinerie du sucre et la fabrication de chicorée. Le débat sur le protectionnisme et le libre échange est déjà en gestation dans les discours de 1853, prélude au Traité Cobden-Chevalier de libre échange franco-anglais applicable de 1860 à 1892 et qui accroît la concurrence, nécessitant des ingénieurs pour mettre en œuvre les meilleures pratiques industrielles.
  27. L'essor des formations aux sciences et techniques à applications non militaires s'incarne depuis la fin du XVIIIe siècle par la fondation en France de l'École nationale supérieure des mines de Paris (1783) et de l'École polytechnique (1794), laissant à part l'École nationale des ponts et chaussées qui assure depuis 1747 la formation du principal corps d'ingénieurs de l'État en France mais n'admet des élèves-ingénieurs civils (i.e. non fonctionnaires) que depuis 1851 (l'École nationale supérieure des mines de Paris admet a contrario quelques élèves externes depuis 1816). Suivent l'École polytechnique de Prague (1806), le Polytechnisches Institut à Vienne (1815), la Technische Hochschule Berlin en Prusse (1821), l'École polytechnique de Karlsruhe (Bade-Wurtemberg, 1825), la Technische Bildungsanstalt zu Dresden en Saxe (1828), l'École centrale des arts et manufactures de Paris (1829), l'École technique impériale de Moscou (1830), Gottfried Wilhelm Leibniz Universität Hannover en Saxe prussienne (1831), l'École des mines du Hainaut en Belgique (1836), l'École des arts et manufactures et des mines de Liège (1837), l'Escuela Central del llamado Real Instituto Industrial de Madrid (1845), l'École spéciale de Lausanne (1853). L'École polytechnique fédérale de Zurich et l'École supérieure des sciences appliquées de Mulhouse sont créés la même année que l'École des arts industriels et des mines de Lille (1854), suivis de l'École centrale lyonnaise pour l'Industrie et le Commerce (1857) et l'École polytechnique de Turin (1859).
  28. C'est en 1829 que fut fondée en France l'École centrale des arts et manufactures de Paris, la première école d'ingénieurs dont la vocation est l'industrie, par opposition aux ingénieurs fonctionnaires assurant les missions de service public et formant une technocratie d'État (Mines, Ponts et chaussées, Eaux et forêts, Génie militaire, Arsenaux).

    « On se plaît à faire dater les premières écoles d'ingénieurs du milieu du XVIIIe siècle, au moment de la création d'écoles d'ingénieurs d'État. Mais cette manière de voir laisse sous silence les capacités de construction de bateaux, qui représentaient une première forme très aboutie de l'art de l'ingénieur. Elle masque par ailleurs le fait que les premiers ingénieurs pour l'industrie ont été formés seulement à partir des années 1850. (...) La création de l'École centrale se fait par réaction vis-à-vis de la dérive de l'École polytechnique, avec l'ambition de former de vrais ingénieurs. L'École centrale ne se développera qu'à partir des années 1850, à l'initiative de Lavallée, du chimiste Jean-Baptiste Dumas, du physicien Eugène Péclet et du mathématicien Théodore Olivier »

    — Comité d'études sur les formations d'ingénieurs, « CEFI - Histoire des formations d'ingénieurs », sur cefi.org

  29. Les fondateurs de l'École des mines du Hainaut (Faculté polytechnique de Mons (« Histoire de la faculté polytechnique de Mons, Belgique », sur fpms.ac.be) sont Jean-Baptiste Thorn, Alphonse Devillez (diplômé de l'École centrale de Paris en 1835) et Théophile Guibal (diplômé de l'École centrale de Paris en 1836). Le succès de la transposition du modèle Centralien à Mons depuis 1836 servit de référence aux édiles lillois en 1854 et lors de la réforme en 1872 de l’École des arts industriels et des mines créée en 1854 et transformée en un Institut industriel du Nord devenu aujourd'hui l’École centrale de Lille. Notons que 117 ingénieurs ont été diplômés à l'école des mines de Mons entre 1836 et 1860 - Source : Statuts de la Société des Anciens Élèves de l'École Spéciale de Commerce, d'Industrie et des Mines de Hainaut, Association des ingénieurs de l'École des mines de Mons, Imprimerie de Masquillier et Lamir, (lire en ligne)
  30. Outre l'école des mines du Hainaut à Mons en 1836, la loi du 27 septembre 1835 et les décrets des 26 et 27 septembre 1836 sur l'enseignement supérieur permettent la création d'écoles spéciales annexées à l'université de Liège (école spéciale des mines et des arts et manufactures de Liège, qui a formé 1354 ingénieurs de 1838 à 1883 pour le service de l'État et de l'industrie) et à l'université de Gand (école spéciale du génie civil) en 1838, comprenant une école préparatoire de deux ans et une école spéciale de trois ans.
  31. a et b L'École des arts industriels et des mines est proche de l'école primaire supérieure de Lille ouverte en 1838. Depuis 1833, « l’enseignement des sciences n’a pas une grande place dans les programmes prévus par la loi Guizot : les sciences ne seront enseignées que dans les écoles primaires supérieures, enseignement intermédiaire créé par Guizot pour combler le fossé existant entre un secondaire réservé aux élites sociales et l’école du peuple qu’est l’école primaire élémentaire. (...) Le « scientisme », ce culte de la science si caractéristique des sociétés industrielles du XIXe siècle, va constituer une justification supplémentaire et forte de l’intérêt d’un enseignement scientifique élémentaire. » « Sciences à l’école : quelle histoire ! », sur academie-sciences.fr. La loi Falloux de 1850 met à mal les écoles primaires supérieures. La loi Duruy de 1865 établit l'enseignement secondaire spécial, à finalité professionnelle.
  32. Société fondée le 6 Novembre 1861 entre M. Pierre-Auguste Boyer et Antoine-Edouard Boyer, successeurs de Pierre Boyer, leur père, sous la raison sociale [Pierre Boyer] fondée en 1825. Après le décès de Pierre-Auguste Boyer, en 1864, son frère Antoine-Edouard Boyer était resté seul propriétaire de l'actif de la société, dont il demandait la liquidation en 1874, pour mésentente avec sa belle-soeur Mme Vve Pierre-Auguste Boyer. La société est dirigée par Édouard Blondel, constructeur-mécanicien (sous la raison commerciale E. Boyer), 3, rue du Pont à Saisons, Lille (Nord), puis devient Achille Blondel et Cie, dirigée par l'ingénieur IDN Achille Blondel (1882). (notice BnF no FRBNF36790662)
  33. a et b A. Blondel et Cie, constructeur de machines à vapeur à la Madeleine-lez-Lille, avec l'ingénieur IDN Achille Blondel (1882). Fondée par Pierre Boyer à Lille en 1825 et étendue à la Madeleine-lez-Lille en 1851, la raison sociale de l'entreprise devient "A. Blondel et Cie" en 1890 et se développe fortement fin du XIXe siècle jusqu'au premier tiers du XXe siècle.
  34. Pierre Bruyelle, « L'industrie cotonnière à Lille-Roubaix-Tourcoing », Revue du Nord, vol. 36, no 143,‎ juillet-septembre 1954, p. 21-40 de Livraison géographique n° 3. (ISSN 1254-051X, DOI 10.3406/rnord.1954.2152, lire en ligne). En 1951, l'industrie textile cotonnière de la métropole lilloise comprend 3,5 millions de broches et 28 500 ouvriers de filature pour un effectif cotonnier Lille-Roubaix-Tourcoing total de 38 500 employées.
  35. Julien Thiriez crée sa société à Lille en 1833. Alfred Thiriez, ancien élève de l'école primaire supérieure de Lille, crée sa propre filature de coton en 1853. La société est Julien Thiriez Père et fils (JTPF). Elle devient la société Thiriez et Cartier-Bresson (TCB) en 1931. Elle fusionne dans Dollfus-Mieg et Compagnie (DMC) en 1961.
  36. Société Dujardin, fabricant de matériel de levage, moteurs à vapeur et compresseurs, rue Brûle Maison à Lille, dirigée notamment par Paul Gaillet (1875). Dujardin & Cie, est une société fondée en 1866 par Albert Dujardin, ingénieur-constructeur à Lille, fabricant de moteurs à vapeur perfectionnés, compresseurs d’air, moteurs pour laminoirs, moteurs électrogènes. Albert Dujardin est membre honoraire de l'Association des ingénieurs IDN (annuaire IDN 1902). « La société DMS (Dujardin-Montbard-Somenor) est créée en 1972 par apport de la société Dujardin à Lille construisant à son origine des machines à vapeur, puis des compresseurs et moteurs Diesel et, à partir de 1950, des lignes de parachèvement de tôles (...) la Société de Construction de Montbard fondée en 1963 par Vallourec, la Société Métallurgique du Nord fondée en 1950 », puis devient filiale du Groupe Fives en 1984 « DMS (Dujardin-Montbard-Somenor), anciennement Dujardin et Compagnie, à Lille, métallurgie », sur www.archivesnationales.culture.gouv.fr ; (notice BnF no FRBNF34158784)
  37. a et b La maison Samuel Walker et Cie s'installe à Lille 21 boulevard de Montebello en 1852 pour la fabrication et réparation de machines textiles, essentiellement des machines à filer. Elle comprend jusqu'à 800 ouvriers. Elle possède une fonderie de cuivre et de fer. L'un de ses concurrents connus est la maison Dubrulle et fils, 64 rue du Collecteur à Tourcoing avec l'ingénieur IDN Marcel Dubrulle (1928).
  38. En 1856, la classe possédante comprenant 8 % de la population de Lille possède 90 % des richesses. Gildea 1983, p. 11
  39. En Grande Bretagne, la part d'agriculteurs et d'éleveurs décroit fortement depuis leur expropriations par les grands propriétaires terriens via le mouvement des enclosures conduisant à la privatisation des biens communaux indispensables à l'agriculture et l'élevage anglais et permettant l'essor de l'agriculture productiviste.
  40. Stagnation des prix dûe à la concurrence anglaise, précocement mécanisée et modernisée, bénéficiant d'approvisionnement de matière via son empire colonial
  41. Jean-Baptiste Dumas est inspecteur général de l'enseignement supérieur pour les sciences physiques et naturelles et vice-président du Conseil impérial de l'instruction publique
  42. À la suite de la décision du ministre Fortoul, trois écoles professionnelles ouvrent en 1854 : l'école professionnelle du Midi à Toulon, l'école professionnelle de l'Est à Mulhouse et l'école professionnelle du Nord à Lille, dont Victor Denniée est nommé directeur.
  43. César Fichet ouvre une école professionnelle privée à Paris en 1839 - dite école professionnelle d'architecture, arts et métiers, théorique et pratique - il promeut le travail manuel à l'école primaire, suivie d'un enseignement professionnel supérieur pour adultes à partir de quinze ans. Il est appelé en 1848 au Prytanée de Ménars, qu'il transforme en école industrielle, qu'il renomme école professionnelle du Centre. Il rencontre le ministre Fortoul en juillet 1853, qui le missionne pour créer des écoles professionnelles.
  44. a et b Pierre Pierrard, Lille et les Lillois, essai d'histoire collective contemporaine (de 1815 à nos jours), 1967, Bloud et Gay (lire en ligne), p. 25-153 :

    « Le 1er octobre 1854 s'ouvrit 2 rue du Lombard l'École professionnelle du Nord (École des arts industriels) pour la formation des chefs d'industrie. »

  45. « That November, César Fichet appeared before a commission of the municipal council of Lille to explain his plans, and in January 1854, the mayor of Lille, Auguste Richebé, managed to convince a relunctant Council to associate itself with the government's plans, financing the original establishment of the school in the old Mont-de-Piété and maintaining the building, so long as the state paid the salaries of the staff. (...) the second problem concerned the level of training offered by the École professionnelle. Fichet told the municipal council of Lille in 1853 that it would turn out 'young industrial chiefs'. Richebé told the same body be a 'nursery of trained foremen'. (...) In 1879, a manufacturer of Lille complained that 'instead of remaining foremen, most of these youg men rapidly became overseers, managers and employers' and the same accusation was levelled against the Institut industriel »

    — Gildea 1983

  46. a et b C'est à l'occasion de l'installation de la faculté des sciences de Lille que Louis Pasteur prononce un discours où il indique

    « Dans les champs de l'observation, le hasard ne favorise que les esprits préparés. »

    — Louis Pasteur, 7 décembre 1854

    Louis Pasteur, Jean-Jacques Guillemin, Auguste Filon et Valentin Cazeneuve, Installation solennelle de la faculté des lettres de Douai et de la faculté des sciences de Lille. Rentrée de l'École préparatoire de médecine et de pharmacie de Lille : Discours de J.-J. Guillemin, L. Pasteur, A. Filon, Dr V. Cazeneuve, Douai, impr. de A. d'Aubers, coll. « Université impériale. Académie de Douai », (notice BnF no FRBNF31065519, lire en ligne), p. 130
  47. a et b Aujourd'hui, « la notion de science appliquée (...) est de plus en plus perçue comme un mode de domination de la science académique sur les savoirs des praticiens à partir du XVIIe siècle, appuyé par le topos de « la science éclairant l’artisan ». Les techniques ont été perçues comme autonomes et irréductibles à l’application de la science et le sens ancien de la technologie comme science de la technique et des intentions opératoires a été restitué. L’étude de l’intelligence technique a sous-tendu les recherches pionnières sur les ingénieurs et a permis d’identifier une rationalité spécifique, que l’on reconnaît maintenant aussi chez d’autres praticiens, tels les artisans, dont l’étude constitue un front avancé de la recherche, renouvelant aussi bien l’histoire de l’édition technique que celle des savoir-faire, par la mise en valeur de la pensée et de l’abstraction nées des pratiques. » « Concours externe de l’agrégation du second degré ; Section histoire ; Programme de la session 2018 », sur media.devenirenseignant.gouv.fr
  48. a, b, c, d, e et f Adolphe Matrot est professeur à l'école impériale des arts industriels et des mines, puis directeur des études lors de sa transformation en l'Institut industriel du Nord (IDN).

    « L'origine de l'IDN remonte en fait à 1854. Depuis cette date, existait à Lille une École d'enseignement technique dite des « Arts industriels et des mines » que l'on appelait parfois aussi « école professionnelle du Nord ». Au début, cette École préparait aux carrières non seulement industrielles mais aussi agricoles et commerciales. Malheureusement les subventions accordées par la ville et le département n'étaient pas suffisantes pour dispenser un enseignement de haute tenue. La rapide diminution du nombre des élèves fut telle qu'il fallut supprimer des cours essentiels. C'est pourquoi, le 15 juin 1860 dans un rapport adressé au préfet, le directeur de l'école proposa de préparer spécialement les élèves aux industries régionales en modifiant profondément les programmes. Ce rapport était accompagné d'une pétition signée par 200 industriels. À la suite de cette démarche, l'école devint « École impériale des arts industriels et des mines », en 1864. »

    — Annales des mines, « Biographie d'Adolphe Matrot », sur annales.org

  49. Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille (1802) et Collège des Philalèthes (1785)
  50. « On sait que les facultés des sciences provinciales comptent leurs étudiants à l'unité pendant les trois quarts du XIXe siècle et que la tâche essentielle de leurs professeurs est de faire des cours gratuits pour des auditeurs. Il en est de même pour l'enseignement technique dans les régions, si l'on excepte les trois écoles d'arts et métiers, et quelques lieux comme Mulhouse avec son école de chimie et plus tardivement ses écoles textiles, Lyon avec La Martinière et plus tard son École centrale, Lille avec son école professionnelle (après 1854). » Fontanon et Grelon 1994
  51. « § II Des facultés et des écoles d'enseignement supérieur. Art. 2. Les facultés instituées par la présente organisation académique ont leur siège dans les villes ci-après : (…) La faculté des lettres de l'académie de Douai, à Douai ; la faculté des sciences de la même académie, à Lille ; (...) Art. 5. Dans les facultés des sciences et dans les écoles préparatoires à l'enseignement supérieur des sciences, les professeurs pourront être autorisés, par décision du ministre, à ouvrir des cours pour des applications spéciales. Dans ce cas, les facultés et les écoles préparatoires pourront, après examen, délivrer des certificats de capacité pour les sciences appliquées. Lorsque l'examen sera subi devant une École préparatoire, le jury sera présidé par un professeur de la faculté des sciences. »

    — Décret du 22 août 1854 sur l'organisation des Académies

  52. a, b et c Dans le Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l'enseignement professionnel (pages 763-764), la chambre de commerce de Lille évoque les difficultés des années 1854 et 1855 :

    « Une deuxième condition du succès serait de donner une sanction aux études, au moyen d'un diplôme assurant aux élèves, à leur sortie de l'École, l'entrée de certaines carrières publiques. Cette sanction a manqué aux écoles de sciences appliquées créées en 1854 et 1855, aussi ces institutions n'ont-elles pas donné les résultats qu'on en attendait. Le certificat de capacité de l'enseignement des sciences appliquées n'a été que très rarement demandé, par la raison qu'il exigeait un sacrifice d'argent et qu'il n'est nécessaire par aucune carrière. »

    Ceci conduit au changement de directeur de l'École en 1857 et à la délivrance du diplôme d'ingénieur industriel en 1862.
  53. Victor Delerue, Lille. Ses hommes célèbres, ses monuments remarquables, ses institutions utiles, Lille, L. Danel, (lire en ligne) :

    « École impériale des arts industriels et des mines : (...) En 1853, l'Empereur visitant nos contrées promit à Lille une école professionnelle et, en effet, cette école fut ouverte en 1854. (...) Ce ne fut qu'en 1860, sous une direction plus habile, qu'elle révéla les ressources que l'industrie et le commerce pouvaient en tirer, aussi obtint-elle en 1862 le beau titre qu'elle porte aujourd'hui et qu'elle justifie si bien. Les élèves qui sortent de cette école sont particulièrement aptes à faire de bons ingénieurs civils, de bons chefs d'atelier, des mécaniciens, des constructeurs, etc. »

  54. « Pour être admis à l'École, il fallait subir un examen sur les matières du baccalauréat es sciences ou être pourvu du diplôme de ce baccalauréat (...) Malheureusement les subventions étaient insuffisantes (...) et ce ne fut que grâce à sa bonne direction que l'École impériale des mines et des arts industriels put se maintenir jusqu'en 1870 en atteignant pour un temps trop court un maximum de 90 élèves. Les événements de 1870-71 vinrent accélérer la décadence (...) le conseil général du département du Nord et la municipalité de la ville de Lille se concertèrent pour réorganiser un établissement absolument indispensable. Afin de ne laisser aucune interruption entre le fonctionnement de l'ancienne École et celui du nouvel institut, (...) l'institut fut donc provisoirement installé dans les anciens locaux de l'École des arts industriels et inauguré le 1er octobre 1872. »

    — Bourdon 1894, p. 21-23

  55. a et b Selon la terminologie ministérielle reprise dans les archives départementales du Nord, l'école est catégorisée « école professionnelle » (voir AdN série 2T 2735) puis « école spéciale » (voir AdN série 2T 2736).
  56. 1854-1860 : pendant les premières années de son existence, il est aussi fait référence à l'École des Arts industriels et des Mines de Lille sous la dénomination « École supérieure industrielle de Lille » ou « École professionnelle » (« L'école d'ingénieurs de Lille », sur asa3.univ-lille1.fr/spip/ASA_histoire/index_histoire_2.htm). Le terme « École professionnelle de Lille - Directeur M.Bernot » (M.Bernot est directeur depuis 1857) est encore apparent en 1863 dans l'Annuaire de l'instruction publique (Imprimerie et Librairie classiques de Jules Delalain, 1863), témoignant des tergiversations entre la formation de contre-maîtres souhaitée par certains industriels et la formation des « directeurs d'industrie » souhaitée par d'autres industriels du Nord (« directeurs d'industrie », i.e. selon les termes utilisés par Jules Simon, l'École des Arts industriels et des mines étant citée dans les annales du Sénat et du corps législatif, séance du 30 mai 1865 page 76.). En fait, le recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l'enseignement professionnel clarifie que la désignation « École des Arts industriels et des Mines » s'officialise de manière définitive en 1860 lorsque l'école change d'autorité de tutelle : dixit « fondée par M. le ministre de l'instruction publique, cédée à M. le ministre du commerce en 1861 ». En 1860, le directeur M. Bernot tranche et « adresse notre enseignement, non aux contre-maîtres qui l'avait dédaignée mais aux fils des industriels déjà en majorité » (cf. page 213, op. cit.), l'école s'éloigne des arts et métiers et se rapproche davantage du programme de l'École centrale.
  57. Le 30 mai 1865, Jules Simon indique au Sénat :

    « Il y a des écoles générales et des écoles spéciales, et je parle d'abord des écoles générales tout en vous avertissant que ces deux classes d'écoles rentrent quelques fois l'une dans l'autre. Je cite à la place d'honneur l'école Turgot, dont je vous ai déjà parlé, et dont M. Pompée a été le fondateur, une école récemment créée dans la rue Trudaine à Paris par la très honorable initiative de la chambre de commerce qu'on en saurait trop louer, l'école de la Martinière à Lyon, qui est admirée tous ceux qui l'ont visitée, l'École des arts industriels et des mines de Lille, l'école industrielle de Mulhouse, l'école professionnelle de Nantes, l'École centrale de Lyon, (...) Maintenant, messieurs, il est des établissements d'une importance beaucoup plus considérable et d'une utilité aussi plus élevée. Rappelons d'abord le Conservatoire des arts et métiers, qui est hors de pair et qu'on a nommé avec raison la Sorbonne de l'ouvrier. Citons aussi les classes d'adultes fondées par l'association polytechnique et l'association philotechnique (...) Quant aux écoles spéciales, il y a d'abord celles que tout le monde connaît, les Écoles d'arts et métiers de Châlons, Aix et Angers, l'école de tissage de Mulhouse (...) Jusqu'ici, je vous ai parlé des ouvriers et des contremaîtres pour lesquels la loi ne fait rien : il me reste à vous parler des directeurs d'industrie, auxquels elle réserve toutes ses faveurs (...) École polytechnique (...) nous avons depuis plusieurs années, à côté d'elle, une école (...) dont l'existence et les progrès sont précisément une preuve de la nécessité de l'enseignement pratique, c'est l'École centrale à laquelle se rattache glorieusement le nom de M. Dumas. Vous savez, en outre, que des élèves libres sont admis à suivre, concurremment avec les élèves sortant de l'école polytechnique, les cours de l'École impériale des ponts et chaussées, et ceux de l'École des mines. Nous avons encore notre école des beaux-arts. Je citerai aussi l'école supérieure du commerce. »

    — Jules Simon, Annales du Sénat et du Corps législatif : Séance du 30 mai 1865, vol. 5-6, Administration du Moniteur universel, (lire en ligne), p. 76

  58. Dans ses statuts publiés le 13 novembre 1877 et reproduits dans son annuaire publié en 1892, l'« Association amicale des anciens élèves de l'Institut du Nord » indique dans son article 4 :

    « Sont admis à faire partie de la Société 1°) les anciens élèves de l'Institut ou de l'ancienne École des arts industriels et des mines, en ayant suivi entièrement les cours 2°) ceux qui n'ayant pas achevé leurs études, ont par un travail complémentaire acquis dans le monde une position honorable. »

    L'association a 82 membres lors de la création en 1877, elle a 346 membres en 1889 et 651 membres en 1899. Dans l'annuaire de l'« Association des ingénieurs de l'Institut Industriel du Nord de la France » publié en 1900, les statuts sont modifiés sous la forme de l'article 3 :

    « Pour être membre titulaire, il faut (...) avoir obtenu le diplôme d'ingénieur civil conféré par l'Institut industriel du Nord (...) Par dérogation (...) pourront également devenir membres titulaires tous les anciens élèves de l'Institut et de l'École des arts industriels et des mines de Lille, y ayant achevé leurs études. »

    L'association est reconnue d'utilité publique par décret du 7 juillet 1913. Entre 1854 et la fin du XXe siècle, près de dix mille ingénieurs ont été diplômés par l'école ; l'évolution des statuts de l'« Association des ingénieurs de l'École centrale de Lille - IDN » conduit à l'article 3 :

    « Est membre titulaire toute personne ayant obtenu le diplôme d'Ingénieur IDN ou d'Ingénieur de l'École centrale de Lille (...) Par dérogation, peuvent devenir membres titulaires les anciens élèves de l'École. »

  59. Albert et George Dawson et Frederick Christy, négociants
  60. Le recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l'enseignement professionnel présente l'École des arts industriels et des mines de Lille fondée en 1854. Le recueil indique par ailleurs que l'école primaire supérieure est fondée le 1er février 1838 par la ville de Lille (son ouverture étant préparée dès 1836 et 1837) ouverte le 23 avril 1838 au 66 rue des Arts (Lille) et qu'en 1862, elle compte 180 élèves ; elle déménage place du concert puis rue de la Deule, et enfin rue du Lombard. Les cours du soir des chauffeurs mécaniciens dans les locaux du Lombard ont 15 à 20 auditeurs. Morin 1865, p. 723
  61. Harding-Cocker fils, 1 bis rue de Jemmapes à Lille ; « maison à Leeds, Angleterre ; maison fondée en 1829, manufacture de broches à pointes d'acier fondu et de peignes » ; « Harding, (Thomas) Walter (1843-1927), pin manufacturer and civic art patron, was born in Lille, France, on 22 January 1843, the only son and second of four children of Thomas Richards Harding (1812-1895), manufacturer, of Leeds, Yorkshire, and Doddington, Cambridgeshire, and his wife, Sarah Ann Cocker (1814-1888), of Hathersage, near Sheffield. ... » (en) « Harding, (Thomas) Walter (1843-1927), pin manufacturer and civic art patron (in Oxford Dictionary of National Biography) » (DOI 10.1093/ref:odnb/96377).
  62. Il faut attendre 1856 pour que William Henry Perkin fabrique le premier colorant de synthèse.
  63. a et b Émile Boire, né le 15 décembre 1838, à Saulieu (Côte-d'Or), demeurant à Bourdon (Puy-de-Dôme). administrateur-directeur des sucreries, raffineries et distilleries de Bourdon ; professeur à l'école des arts industriels et des mines de Lille (Nord). Ancien élève de l'école des arts et métiers (Châlons 1855) ; Légion d'honneur Archives nationales cote F/12/8523. « Cote LH/269/27 », base Léonore, ministère français de la Culture « Biographie d'Émile Boire ». « Boire (Émile) Châlons 1855 ; Notice nécrologique du Bulletin administratif N°2 février 1912 pp. 251-254 », sur patronsdefrance.fr, (consulté le 28 octobre 2012) : « Il entra à l'école professionnelle de Lille comme chef d'atelier et professeur. (...) il prend à Lille une situation importante et l'Institut industriel de cette ville l'appelle à professeur un de ses cours de construction. Notre industrie l'attire un jour et nous le voyons appelé aux environs de 1880 à la direction de la sucrerie de Bourdon. ». Farinaux, Baudet et Boire, devenu Boire et Baudet sont en société de mécanique, fabricants de machines à vapeur, pompes pour la filature et les sucreries, filtre-presse et exposent à l'Exposition universelle de 1867 ; L'annuaire IDN 1902 indique que Émile Boire, administrateur de la société sucrière de Bourdon (Puy-de-Dôme) est l'un des trois « protecteurs » de l'IDN, avec le filateur Édouard Agache (fondateur de la S.A. des établissements Agache-fils, administrateur de la Compagnie des chemins de fer du Nord, président des Établissements Kuhlmann) et l'industriel Isaac Holden.
  64. a et b Alexandre Baudet, ancien élève de l'école des arts et métiers (Châlons 1849), chef du bureau d'études de l'atelier mécanique d'Isidore Farinaux, dont il est le gendre. Il devient chef d'atelier à l'École des arts industriels et des mines. En 1864, il s'associe avec Émile Boire pour reprendre les ateliers de Mme veuve Farinaux, sous la raison sociale Baudet et Boire, rue Basse-Deule puis rue Gustave Testelin à Lille, s'occupant de machines à vapeur, d'appareils de sucrerie et de pompes. « Baudet (Alexandre) Châlons 1849 ; Notice nécrologique du Bulletin administratif N°10 p.1811-813 », sur patronsdefrance.fr,
  65. Reste rue du Lombard le musée industriel créé en 1853 par la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille et comprenant des collections et une bibliothèque. Les locaux rue du Lombard sont réaménagés entre 1885 et 1888 : toute la surface est utilisée par ce qui devient en 1893 le musée industriel, agricole, commercial et colonial de Lille. Les collections du musée industriel ont été déplacées au muséum d'histoire naturelle de Lille en 1990.
  66. L'effectif de l'École des arts industriels et des mines de Lille est notamment plus élevé que celui de l'École des mines de Paris à la même époque :

    « Il y avait donc à l'École des Mines : l'élève-ingénieur (deux ou trois par an), futur ingénieur de l'État, l'élève externe, futur élève breveté (vingt ou vingt-cinq par an), l'élève libre, et enfin l'élève étranger. (...) Avec qui les ingénieurs sortant de l'École des Mines étaient-ils en contact et en concurrence ? Avec des ingénieurs des Mines et des Ponts et Chaussées, avec des ingénieurs sortant de l'École centrale, ayant entre eux cohésion et union, avec des ingénieurs sortant en France de l'École de Saint-Étienne, des Écoles de Châlons et d'Angers, à l'étranger, des Écoles de Freiberg, de Mons, de Liège, etc. »

    — Annales des mines, « La fondation de l'Association amicale des anciens élèves de l'École Nationale Supérieure des Mines de Paris, novembre-décembre 1863 et janvier 1864. », sur annales.org

    Adolphe Matrot (X 1860, Corps des Mines 1862) est membre fondateur de l'Association parisienne en 1864 avant d'aller enseigner à l'École des arts industriels et des mines de Lille et à l'Institut industriel du Nord.
  67. Notons que l'École des arts industriels et des mines délivre un diplôme d'ingénieur industriel, alors qu'après la réforme de l'enseignement en 1872, l'Institut industriel du Nord délivrera un diplôme d'ingénieur civil. Les élèves identifiés entre 1862 et 1871 ont à peine vingt ans à la sortie de l'école. Voir aussi Anciens élèves connus
  68. a et b

    « Yet in 1853-4, Fortoul founded three écoles professionnelles. This was the result of his meeting with César Fichet, director of a private industrial school at Menars, near Blois. Fichet had published a pamphet on enseignement professionnel in 1847. (...) In the words for Fichet's disciple Denniée "the Écoles professionnelles should be industrial lycées in which the teaching of Greek and Latin is replaced by the practice of the workshop". Fortoul met Fichet in July 1853, after reading his memoir (...) Three of the projected schools were founded, at Toulon for the south, Mulhouse for the east, and Lille for the north. (...) While local officials gave warnings about the position of the schools, (...) Denniée sent agonized appeals for money, Fortoul vacillated. In 1856, he acknowledged the failing of Fichet, but claimed that he was still very interested in this branch of education (...) Denniée, following Fichet, aimed at the 'rich industrial bourgeoisie'. At Lille, the school was saved after a reorganization in 1856-7. Denniée was dismissed, the debts paid off, and a capable local official put in charge. »

    — Anderson 1975

  69. Bibliographie de Victor Denniée, ingénieur civil, premier directeur de l'école (1854-1856) : Enseignement professionnel théorique et pratique fondé et dirigé par M. Victor Denniée, pour les jeunes gens qui se destinent au commerce, à l'industrie, aux Arts, à l'agriculture, aux chemins de fer, aux travaux publics, aux fonctions d'agent voyer, de conducteur des Ponts et Chaussées, etc : Préparation à l'École centrale des arts et manufactures, à l'École des beaux-Arts et aux Écoles de Châlons, d'Angers et d'Aix. Répétition des cours du Conservatoire des arts et métiers et de l'École centrale. Exposition. Paris. Carré des fêtes aux Champs-Elysées. 1 vol. (31 p.) ; tabl. ; In-8°, Paris, Bailly, Divry, (OCLC 494756063, lire en ligne) Victor Denniée, De l'Enseignement professionnel (1762-1852) théorique et pratique, fondé et dirigé par M. Victor Denniée, ingénieur civil, boulevard Beaumarchais, Paris, Imp. de Bailly, , In-8 32 p. (notice BnF no FRBNF30324977) ; Victor Denniée, Le Magasin industriel. Recueil des découvertes les plus récentes et les plus utiles, précédé de leçons théoriques et pratiques sur la mécanique industrielle, le dessin des machines et les principales applications de la science à l'industrie : N°1 In-4 15p et 3 pl, Paris, Lagny Imp Vialat Lib Maginy Chaillot et l'auteur 12 rue des Batailles, (notice BnF no FRBNF30324979)
  70. Le débat lillois sur les proportions entre formation théorique et formation expérimentale (autrement dit, débat entre les sciences appliquées et les arts professionnels) subit diverses influences depuis 1796 : au début de la première industrialisation importée d'Angleterre, l'apprentissage et la maîtrise des techniques ont reposé sur des bases empiriques d'adaptations incrémentales des chefs d'ateliers et contre-maîtres de l'industrie mécanique et textile, tandis que le Saint-simonisme français supposait un modèle de rigueur théorique et expérimentale appliqué à la pratique de l'art de l'ingénieur, inculqué par des professeurs de facultés des sciences, selon les concepts promus par Pasteur et Kuhlmann, notamment en chimie industrielle et agroalimentaire. Bénéficiant de l'héritage de l'École centrale de Lille de 1796 à 1803 puis des chaires municipales de physique expérimentale et de chimie appliquées aux arts industriels entre 1803 et 1854, les réformes successives des études à l'École des arts industriels et des mines entre 1854 et 1872 font précocement passer l'industrie du Nord de la France de l'influence anglaise de maîtrise des techniques via l'apprentissage pratique de terrain dirigé par des artisans-entrepreneurs libéraux, vers les influences polytechnicienne et allemande des sciences de l'ingénieur comme discipline scientifique à part entière dérivant d'une connaissance théorique (« la science comme source du développement industriel ») conduisant à l'essor de la profession d'ingénieur.
  71. L'école primaire supérieure de Lille compte 180 élèves de 12 à 15 ans en 1862. Elle est adjacente à l'École des arts industriels et des mines, rue du Lombard, qui recrute initialement des élèves de 15 ans révolus. Ultérieurement l'âge d'entrée à l'École des arts industriels et des mines est de 17 ans puis atteint 19 ans lorsqu'une classe préparatoire d'une année est instaurée avant d'entrer dans le cursus des élèves-ingénieurs lors de la réforme des études aboutissant à l'Institut industriel du Nord.
  72. Louis Trénard, Histoire de Lille : Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle, Lille, Giard, (ISBN 9782262015794, notice BnF no FRBNF34298757, lire en ligne), p. 116-117 :

    « À la demande du préfet, l'inspecteur primaire Bernot est chargé de relancer l'école avec l'aide de la ville et de l'État. Encouragé par quelques industriels lillois, Bernot entend créer une véritable école d'ingénieurs sur le modèle de l'École centrale de Paris. Le changement de dénomination de l'école, baptisée École des arts industriels, et le barrage du baccalauréat comme condition d'entrée, sont significatifs de ce nouvel état d'esprit. (...) Beaucoup de cours ne peuvent être assurés à l'école et les élèves sont obligés de les suivre à la faculté des sciences. Les effectifs stagnent et le désengagement brutal de l'État oblige la municipalité à compenser le manque à gagner. »

  73. Edmond Guillaume Bernot, né le 29 octobre 1820 à Racines (Aube) et mort le 9 octobre 1895 à Lille, épouse en premières noces Emma Henriette Louise Marie Haeck née en 1830 à Gand et décédée à Lille le 30 juillet 1858 dont il aura un fils (« Victor Edmond Bernot », sur culture.gouv.fr) né le 27 juillet 1858 au 2 rue du Lombard à Lille alors qu'Edmond Guillaume Bernot est directeur de l'École depuis plus d'un an, et en secondes noces le 18 septembre 1863 Léontine Richebé (1826-1897) fille de Louis Henri Joseph Richebé, maire de Fives (Lille), dont un ascendant est l'arrière-grand-père d'Auguste Isidore Joseph Richebé, négociant filtier et maire de Lille de 1852 à 1866. Edmond Bernot est nommé inspecteur de l'instruction primaire de 3e classe pour l'arrondissement de Lille en novembre 1850 (Bulletin administratif de l'instruction publique, 1850, page 383) et il est logé à la résidence d'Hazebrouck (Nord). Il est membre du conseil départemental d'instruction publique en 1855. Il devient directeur de l'École professionnelle du Nord en 1857 qu'il renomme École des arts industriels et des mines de Lille. Après 1872, il devient directeur général de l'enseignement primaire catholique, rôle qu'il lègue à son fils l'abbé Louis Bernot.
  74. Un annuaire de l'Association amicale des anciens élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (École centrale de Lille) recense les anciens élèves depuis la promotion 1859. Cf. annuaire 1860-1892, annuaire 1860-1895 ; annuaire 1900 ; annuaire 1938-1939 ; l'annuaire 1951 fait référence à l'un des plus anciens membres de l'association des anciens élèves : Jules Rot, promotion 1859(notice BnF no FRBNF32695987)
  75. « En 1857, le sieur Bernot propose un projet d’école en trois ans : la première année donnera des enseignements généraux et les seconde et troisième années seront des années de spécialisation (avec malgré tout un tronc commun). En réalité, la formation ne durera que deux ans avec quatre domaines proposés : construction de machines, exploitation des mines, filature et tissage, chimie industrielle et agricole. Le mode d’organisation rappelle celui de l’École centrale, si les spécialités proposées ne sont pas toutes similaires : la construction de machines s’apparente à la spécialité de « mécanique » de l’école parisienne et dans les deux cas sont proposées des sections de chimie ; mais il est clair que l’exploitation des mines tout comme la filature et le tissage font exclusivement référence aux besoins industriels locaux. »

    — Grelon et Grosseti 1996, p. 51

  76. a et b Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France, « Historique de l'Institut industriel du Nord de la France », Annuaire,‎ 1938-1939, p. 6-7 (ISSN 1147-8055, notice BnF no FRBNF34419765) :

    « Le 15 juin 1860, les industriels du département du Nord dont les noms suivent écrivaient à M. le préfet du Nord une longue lettre (pétition de soutien à l'École des arts industriels et des mines) (...) : Scrive frères ; Wallaert frères ; Bernard frères ; Crespel et Descamps ; Léonard Danel ; Emile Verstraete ; Delesalle-Desmedt  ; Desmedt-Wallaert ; Bonami-Defrenne frères ; Vennin-Deregniaux  ; Courbon frères ; P. Boyer ; E. Deplechin ; Puillier-Longhaye ; A. Auguste Mille ; E. Van de Weghe ; H. Carbon ; Robillon ; Deschamps l'ainé ; Auguste Deschamps ; G. Toussin, Droulers et Agache ; Lepercq-Deledicque ; Faucheur-Delelicque ; Dequoy et Cie ; Humbert frères ; Schoutteten ; De Grimonpont ; Vernier et Prévost ; Flament-Reboux ; Dautremer et Cie ; Lambry-Scrive fils ; Steverlynck-Delecroix ; Catel et Waymel-Beghin ; Delattre fils et Wargny ; Fauchille-Delanoy ; Sixte-Villain ; Guillemaud-Clay ; John Clay ; James Ireland ; Béghin-Duflos ; A. Jolivet ; Guillemaud aîné ; Decarnon-Carouble ; Ph. Motte ; Désiré Wibaux-Florin ; E. Grimonprez  ; H. Vaniscotte fils ; L. Destamps ; Henri Derenne ; Ireland et Béghin ; L. Dansette d'Armentières ; Joire-Desmazière ; Ph; Decock fils et Cie ; Vaniscotte père fils et Cie ; J. Basquin ; Basquin et Soufflot ; Vandewynckèle père et fils ; Colombier-Batteur fils ; Choquet frères ; J. Monchain ; Edouard Delecroix ; Dautremer fils ; Verstraete frères ;De Crombecque ; L. Bigo, président de la commission des mines de Lens ; Bigo-Tilloy ; B. Corenwinder ; A. Champon fils et Cie ; Ghesquières-Pouillet et Cie ; Delimal ; Ragot ; Bauchet-Verlinde ; Victor Saint-Léger ; Ph. Vrau ; Harding-Cocker ; Edward-Harding ; Carillier fils ; Arnold et Cie ; Duchaufour-Périn ; Veuve Pauris et fils ; Lardemer frères ; Baudin et fils ; J-B Defenne, Farineau jeune ; Sapin-Commère ; Platel-Malfait ; Vernier-Vanhoenacker ; Ayraud-Degeorge ; A. Lefebvre ; Mourment-Vandonghen ; Crépy fils et Cie ; Lambelin frères ; Verlet-Charvet ; P. P. Derode frères ; V. Delgutte et Cie ; F. Desmazières ; Al. Vanderhaghen ; H. Collette ; E. Desmoutiers ; L. Vallis frères ;Alf. Vanderhaghen ; E. Jaminet et Marix ; Catoire-Richebé fils et Cie ; Valdelièvre et Roques ; Duriez ; Gracy frères ; J. Leflon et Cie ; Jourdain-Defontaine ; Desurmont-Desuront et Cie ; Jules Le Blan ; Duvillier-Haquette ; Ch. Leplat ; Leloir frères ; D. Debuchy frères ; L. Bernard-Cuvelier ; E.Reboux ; Lefebvre-Ducrocq ; Reguillard-Roussel et Choqueel ; C. et A. Bouchart-Florin ; Dubrulle fils ; J.B. et L. Duvilliers-Desrousseaux ; Darras-Lemaire ; Dassonville frères ; Charles Jonglez ; Pollet-Delobel ; Th; Barrois frères ; L. Franchomme ; Edm; Cox ; Boutry-Flamen ; Vantroyen frères ; J. Thiriez père et fils ; A. Franchomme ; Aug. Prouvost ; Lefebvre-Horent frères ; H. Loyer ; P. Boyer et L. Bonte ; Tesse frères ; Mallet frères ; G. Couaihac  ; Henri Charvet ; Danel-Bigo ; A. Salomé ; H. Féron, président de chambe de commerce de Dunkerque ; Marchant frères ; Aug. Petyt ; Broquant ; Hochart et Cie ; Degravier-Vecquère et fils ; V. Derode ; J-B. Van Gausewinckel et Muller ; Jh. Manotte ; N. Van Cauwenberghe ; B. Derycke ; L. Couverlaere ; Ch; Van Cauwenberghe et fils ; J.L. Guénin et fils ; Carin-Fichaux et Cie ; Veuve Duponchel et A. Benaert ; Léon Manotte ; Ch. Leleu ; De Jonghe-Ingelet et Cie  ; Catrice ; Camys-Vanrycke ; Cavrois ; Beck ; Ch. Vanreynschoote et G. Ekelsbecke ; A. Flouquet et Corman ; Math. Pol et fils ; Huyssens-Pauwels ; J. Brichet ; Charles Codron ; Pierre Debaeque ; Jacquot-Baudin ; J-B. Morel ; A. Codron et Cie ; Aug. Govard ; Bonvarlet frères ; J. Demau ; Bauvin fils ; P. Marchand ; G. Beck ; S. Quillac ; J. Henneguier fils ; Van Cauwenberghe-Schwerdoff ; Edouard Scrive ; Dupaix ; Duez ; Deplanque-Rogues ; Roussel-Dazin, président de la chambre consultative de Roubaix ; Grimonprez-Bossut, vice-président de la chambre consultative de Roubaix ; A. Mimerel père et fils ; A. Mimerel fils ; H. Delatre père et fils ; A. Delfosse ; L. Serepel et fils ; Scrépel-Roussel ; D.Martin ; Roques et Dewitte ; Théophile Bousies et Cie ; Delloue ; Staincq et Cie ; A-J. Clavon ; Coquelet ; Faucomprez et Dubroy ; Staincq ; Legrand ; Jourdain ; Divry ; Michelet et Cie ; Carniaux ; Prosy ; Jacquot ; Victor Meunier et Cie ; L. Guillaume et Cie ; Ernest Bertrand ; Flament et fils ; C-V. Legrand ; H. Dombret, élève de l'école centrale des arts et manufactures ; F. Boude, directeur de la maison Cail à Denain ; J. et P. Le Blan frères ; pour le comice de l'arrondissement de Lille, le premier vice-président, Des Rotours ; E. Demesmay ; le président et les membres de la société impériale des sciences de l'agriculture et des arts de Lille ; J. Girardin, Ch. Violette ; Lamy ; F. Mathias ; H. Violette ; A. Fiévet ; H. Bos ; Meurein. »

  77. La loi sur l'instruction publique du 14 juin 1854 définit des dispositions spéciales aux établissements d'enseignement supérieur et le décret impérial du 22 août 1854 sur l'organisation des académies définit un grade de certificat pour les sciences appliquées, destiné à faciliter l'entrée dans la carrière industrielle aux non-bacheliers réussissant un examen par un jury contrôlant leurs connaissances scientifiques et leurs aptitudes à l'industrie.
  78. « La prospérité de l'Institut s'est consolidée d'année en année, malgré toutes les difficultés qu'il a eues à surmonter, malgré surtout la difficulté de son recrutement, car on ne remarque pas assez que contrairement à toutes les Écoles qui se fondent, l'Institut n'avait pas d'École préparatoire. L'École centrale, l'École polytechnique se recrutent dans les lycées dans les classes de mathématiques spéciales ; l'École des mines de Paris, l'École des ponts et chaussées, parmi les jeunes gens sortant de l'École polytechnique, l'École des mineurs de Saint-Étienne parmi les élèves des Écoles d'arts et métiers ou autres, les Écoles d'arts et métiers elles -mêmes sont pourvues d'écoles préparatoires. C'est ce qui n'existait pas à Lille. »

    — Rapports et délibérations du conseil général du Nord, 28 août 1879

  79. « Emile Alexandre Evariste Ernotte », sur annales.org, polytechnicien et ingénieur civil des mines, est professeur de métallurgie et d'exploitation des mines à l'école à partir de 1868. Il contribue au rapport d'étude soumis au conseil général du Nord en 1872 en vue de la réforme des études conduisant à l'Institut industriel du Nord
  80. Le Cours de mécanique appliquée de Mahistre contient de longs développements sur la conception des machines à vapeurs, pour les usines de force motrice et engins de traction. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le développement du chemin de fer en France stimule l'innovation technique.
  81. André François Marie Scrive-Dumont (1850-1928), promotion 1868, petit fils de Antoine Scrive-Labbe et fils de Edouard Aimé Antoine Scrive-Debuchy, co-propriétaire avec son frère Paul de la filature La lilloise
  82. Paul Ferdinand Scrive-Viseur (1846-1919), promotion 1866, petit fils de Antoine Scrive-Labbe et frère d'André Scrive, co-propriétaire de la filature La lilloise
  83. « Charles Marie Xavier de Franciosi », base Léonore, ministère français de la Culture (1846-1904), lieutenant puis capitaine de régiment d'infanterie en France et Tunisie, commandant de l'école militaire préparatoire des Andelys
  84. Gilbert Lacombe, ingénieur des arts et manufactures (ECP 1867), professeur de chimie à l'École des arts industriels et des mines puis à l'Institut industriel du Nord, cf. fiche (notice BnF no FRBNF10402006) et nécrologie dans Charles Franche, Annales des falsifications : Bulletin international de la répression des fraudes alimentaires & pharmaceutiques, vol. 7, Société des experts-chimistes de France, , p. 384
  85. Treifous (ECP 1864)
  86. Albert Cahen (Châlons 1863) débute sa carrière comme professeur à l'École des arts industriels et des mines de Lille, puis chargé de travaux techniques à la maison Armengaud jeune, fonde en 1873 l'office des brevets d'inventions qu'il dirige jusqu'à sa mort.. (notice BnF no FRBNF10599789), cité comme professeur à l'École des arts industriels et des mines dans Marguerite Zimmer, Histoire de l'anesthésie: Méthodes et techniques au XIXe siècle, EDP Sciences, , 757 p. (ISBN 9782868838964, lire en ligne), p. 504 ; « Albert Cahen ».
  87. a et b Charles Viollette, professeur adjoint du doyen Girardin à la faculté des sciences de Lille, et le chimiste-pharmacien Meurein assurent les cours de chimie à l'école tout en étant membres du conseil municipal de la ville de Lille (cf. Annuaire du Nord en 1866) ; en outre Léon Le Verrier, polytechnicien (X 1856) du Corps des Mines et fils de l'astronome Urbain Le Verrier, enseigne un cours d'exploitation des mines et la physique à l'école jusqu'en 1866 ; son successeur Adolphe Matrot, polytechnicien et ingénieur du corps des mines, est aussi membre du corps enseignant à l'école en 1866 et reprend le cours de Le Verrier. Les professeurs de la faculté des sciences Alcippe Mahistre, Paul Guiraudet, Claude-Auguste Lamy et Émile Gripon enseignent aussi à des élèves de l'école, ainsi que Charles Granowski, professeur de dessin au lycée impérial. Matrot devient directeur des études, Meurein professeur de chimie industrielle, Viollette professeur de teintures et apprêts et de sucreries distilleries, lorsque l'école est renommée en Institut industriel du Nord en 1872.
  88. « Auguste César Désiré Wallaert-Descamps », diplômé de l'École centrale des arts et manufactures en 1851

Références[modifier | modifier le code]

  1. Correspondance du vice président du Bureau d'administration du collège de Lille au maire de Lille, Archives nationales F17 8429, octobre 1832
  2. Plan d’études du collège de Lille présenté dans la séance du conseil municipal de Lille, 29 mai 1832 ; Archives nationales cote F17 8429.
  3. « Partie non officielle ; Création d'écoles professionnelles », Journal général de l'instruction publique et des cultes, vol. 22, no 69,‎ , p. 539-540 (ISSN 1256-3889, notice BnF no FRBNF32801364, lire en ligne) cité par Anderson 1975, p. 91.
  4. César Fichet, Mémoire sur l'apprentissage et sur l'éducation industrielle, Paris, impr. de Galban, , 36 p. (OCLC 494202153, notice BnF no FRBNF32104073)
  5. César Fichet, Mémoire sur l'enseignement professionnel suivi d'un plan d'instruction industriel, novembre 1852 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Gildea 1983, p. 321 et Anderson 1975, p. 90 note 1
  6. Victor Denniée, De l'Enseignement professionnel (1762-1852), Paris, , 32 p. (notice BnF no FRBNF30324977)
  7. Audition de César Fichet ; Commission du conseil municipal de Lille, 25 novembre 1853 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Gildea 1983, p. 322
  8. a et b Délibérations du Conseil municipal de la Ville de Lille, séance du 20 janvier 1854 ; Archives nationales cote F17 11708, citée par Gildea 1983, p. 322.
  9. Correspondance du préfet du Nord à l'Empereur, 14 octobre 1853 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Anderson 1975, p. 93 note 2
  10. a et b « Personnel de l'Ecole professionnelle de Lille », Bulletin administratif de l'instruction publique, vol. 5, no 58,‎ , p. 302 (ISSN 1254-0714, notice BnF no FRBNF34529167, lire en ligne).
  11. a, b et c Correspondance de Victor Denniée avec le ministre de l'instruction publique Gustave Rouland le 27 septembre 1856 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Anderson 1975, p. 91,94
  12. Correspondance de Fichet à Pillet, 7 décembre 1853 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Anderson 1975, p. 93 note 1
  13. Rapport de l'inspecteur-général Magin au ministre de l'instruction publique, le 13 décembre 1856 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Gildea 1983, p. 322.
  14. Mémoire soumis par Victor Denniée le 22 mai 1856 ; Archives nationales cote F17 11708 citée par Anderson 1975, p. 92 note 3
  15. « Nominations ; École professionnelle de Lille », Recueil des lois et actes de l'instruction publique : instruction supérieure, instruction secondaire, instruction primaire, vol. 10, no 3,‎ , p. 114 (ISSN 2021-0450, notice BnF no FRBNF41951567).
  1. Claudine Wallart, Florilège des archives départementales du Nord, Lille, Archives départementales du Nord, (présentation en ligne), p. 128
  2. Correspondance du Baron Dupin au préfet du Nord le 30 décembre 1825 ; Archives du département du Nord cote 1T 158/1 citée par Gildea 1983, p. 313
  3. a et b Rosine Cleyet-Michaux et Claudine Wallart, Les pérégrinations des archives du Nord, Lille, Conseil général du Nord - Archives départementales du Nord, (lire en ligne)
  4. Correspondance de la commission du plan d'étude au collège au conseil municipal de Lille ; Archives départementales du Nord cote 2T 404 et 1T 56, 4 juillet 1831 au 25 janvier 1837
  5. Rapport de commission du conseil municipal de Lille sur l'École primaire supérieure de Lille  ; Archives départementales du Nord cote 1T 77/2 citée par Gildea 1983, p. 184
  6. Archives départementales du Nord AdN 1T 1156/1 citées par Grelon et Grosseti 1996, p. 50
  7. Correspondance de Fortoul avec le recteur de l'académie, 29 août 1853 ; conseil municipal de Lille du 20 janvier 1854 ; correspondance du maire de Lille Richebé avec le recteur 23 janvier 1854; Archives départementales du Nord AdN cote 2T 311/1 citée par Gildea 1983, p. 322
  8. a et b René Robinet, Archives départementales du Nord, répertoire numérique de la série T, enseignement 1800-1940, sous-série 1T ; Préfecture du Nord, Affaires scolaires et universitaires, , Série 1T 277 Écoles académiques de Lille ; Série 1T 139 École professionnelle de Lille ; Série 1T 160 École impériale des arts industriels et des mines ; Série 1T 159 Institut industriel du Nord.
  9. a et b René Robinet, Archives départementales du Nord, répertoire numérique de la série T, enseignement 1800-1940, sous-série 2T ; Fonds du rectorat de Douai-Lille, (ISBN 2-86059-026-9, notice BnF no FRBNF36660584, lire en ligne), Série 2T 2735 École professionnelle du Nord, organisation, personnel, budget 1854-1860 ; Série 2T 2736 École spéciale des arts industriels et des mines de Lille 1860-1871 ; Institut industriel agronomique et commercial du Nord de la France 1872
  10. a et b Correspondance de Denniée avec Fichet le 5 septembre 1855, avec le ministère de l'instruction publique le 12 juin 1856 ; prospectus de l'École impériale professionnelle du Nord daté du 30 août 1856 ; correspondance de Richebé avec le ministre de l'instruction publique Gustave Rouland le 18 octobre 1856 ; correspondance du ministère de l'instruction publique avec le préfet du Nord le 2 février 1857, Archives départementales du Nord 1T 139/1 citées par Gildea 1983, p. 322
  11. Archives départementales du Nord AdN 1T159 citées par Grelon et Grosseti 1996, p. 52
  12. Prospectus de l'École impériale des arts industriels et des mines de Lille, vers 1864 ; Archives départementales du Nord cote 1T 159/1 citée par Gildea 1983, p. 323
  13. Prospectus de l'Institut industriel agronomique et commercial du Nord de la France, 1872 ; Archives départementales du Nord cote 1T 159/1 citée par Gildea 1983, p. 335
  14. Ophélie Gérard, Élise Lemarchand (dir.) et Mireille Jean (dir.), « Institut industriel du Nord de la France, 1872-1991, Répertoire numérique », FR AD059 / 3521 W, sur www.archivesdepartementales.lenord.fr, Lille, Archives départementales du Nord, .
  15. Rapport de la commission de surveillance de l'École des arts industriels et des mines au préfet le 18 juillet 1867 ; Archives départementales du Nord cote 1T 160/2 citée par Gildea 1983, p. 324
  16. Pétition au préfet du Nord de soutien à l'École des arts industriels et des mines par 200 industriels, le 15 juin 1860 ; correspondance de Bernot au préfet du Nord le 17 juillet 1860 ; Archives départementales du Nord cote 1T 159/1 citée par Gildea 1983, p. 323
  17. Rapport de Bernot au préfet du Nord le 10 juillet 1870 ; Archives départementales du Nord cote 1T 160/2 citée par Gildea 1983, p. 324.
  18. Rapport de Bernot le 13 mai 1872 ; Archives départementale du Nord cote 1T 159/1 citée par Gildea 1983, p. 334
  19. Rapport de Masquelez au maire de Lille, le 6 août 1872 ; Archives départementales du Nord cote 1T 139/1 citée par Gildea 1983, p. 335
  • Rapports et délibérations du conseil général du Nord
  1. a et b Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1864 ; École impériale des arts industriels et des mines de Lille, Lille, (lire en ligne)
  2. Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1872/04 (RD) : École spéciale des arts industriels et des mines de Lille (p. 30, 94) ; projet de M.Ernotte : remaniement des bâtiments de l'école et programme des études (p.86), Lille, (lire en ligne), p. 30-31, 86-87, 94-99
  3. a et b Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1872/08 : École spéciale des arts industriels de Lille (p. 907) ; rapport de M. Masquelez sur les résultats de l'enquête et sur la création, projetée à Lille, d'un Institut industriel, agronomique et commercial (p. 597), Lille, (notice BnF no FRBNF30901777, lire en ligne), p. 597-632, 907-909
  4. a et b Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1871 (RD) : École spéciale des arts industriels et des mines de Lille (p. 175) ; rapport de M. Bernot (p. 748), Lille, (lire en ligne), p. 175-176, 748-750
  5. a et b Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1873 ; Institut industriel agronomique et commercial du Nord de la France, rapport du directeur, situation au 1er mars 1873, Lille, (lire en ligne), p. 39-53
  6. a et b Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1860 - École professionnelle du Nord, Lille, (lire en ligne)
  7. a, b et c Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1858 - École professionnelle du Nord, Lille, (lire en ligne), p. 144
  8. Rapports et délibérations du conseil général du Nord - 1859 - École professionnelle du Nord, Lille, (lire en ligne), p. 198-199
  9. Rapports et délibérations du conseil général du Nord 1879/08(D) Séance du 28 août 1879. Création d'une école d'arts et métiers à Lille et classement de l'Institut comme école nationale de génie civil., Lille, (lire en ligne), p. 211
  • Annuaire statistique du département du Nord
  1. a, b, c et d Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XIII (1804 et 1805), rédigé sur l'invitation de M. Dieudonné, préfet, par S. Bottin, Lille, Marlier, (lire en ligne).
  2. Statistique du Département du Nord, Marlier, (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i M. Devaud, Annuaire statistique du département du Nord, Lille, L. Danel, (lire en ligne), p. 126, 296 et 426.
  4. M. Devaud, Annuaire statistique du département du Nord : École impériale des arts industriels et des mines, Lille, L.Danel, (lire en ligne), p. 118-119
  5. a et b M. Devaud, Annuaire statistique du département du Nord, Lille, L.Danel, (lire en ligne), p. 121-122
  6. M. Devaud, Annuaire statistique du département du Nord, Lille, L.Danel, (lire en ligne), p. 120, 121, 129
  7. M. Devaud, Annuaire statistique du département du Nord : École impériale des arts industriels et des mines, Lille, L.Danel, (lire en ligne), p. 126
  8. M. Devaud, Annuaire statistique du département du Nord : Institut industriel agronomique et commercial du Nord de la France, Lille, L.Danel, (lire en ligne), p. 120-123
  • Archives municipales de Lille
  1. a et b Prospectus des leçons de dessin, d'architecture et de mathématiques qui seront données dans l'École publique, rue des Récollets, par MM. les professeurs Guéret, Gombert et Saladin, choisis par Messieurs les Magistrats de la ville de Lille, vol. AML Lille carton 103 liasse 1, Lille, coll. « Archives municipales de Lille », .
  2. Association Amicale des Anciens Elèves des Ecoles Académiques de Lille, Statuts, Lille, Impr. E. Dugardin, coll. « BML C10-2 Fonds Mahieu », (présentation en ligne).
  3. Tableau des lauréats des classes supérieures de l'Ecole centrale, de l'Ecole secondaire communale, du collège communal, du collège royal, du collège national et du lycée impérial de la ville de Lille de 1796 à 1861, Lille, Hosemans, coll. « Bibliothèque municipale de Lille BML cote: Mahieu-B.20-8 et fonds régional 29260 », (présentation en ligne).
  4. François René Jean de Pommereul, Discours prononcé par M. le Général Préfet du Nord, à la distribution des Prix des Écoles de Lille, le 25 août 1808, Lille, coll. « Écoles académiques de Lille ; BML C10-1 Fonds Mahieu », (présentation en ligne).
  5. Archives municipales de Lille AML 1D2-14 et 1D2-15 procès verbaux du conseil municipal cités par Grelon et Grosseti 1996, p. 42
  6. Archives municipales de Lille AML 1D2-16 procès verbaux du conseil municipal cités par Grelon et Grosseti 1996, p. 42
  7. Archives municipales de Lille AML 1D2 26 procès verbal du conseil municipal, séance du 13 décembre 1837 cité par Grelon et Grosseti 1996, p. 50
  8. Archives municipales de Lille AML 1D2 27 procès verbal du conseil municipal, séance du 11 décembre 1838 cité par Grelon et Grosseti 1996, p. 50
  9. Archives municipales de Lille AML « Lille. - P. Boyer Ingénieur. Archives municipale de Lille Cote 7Fi/527 », sur archives.lille.fr.
  10. Archives municipales de Lille, AML 1D2-39 20 procès verbal du conseil municipal, séance du 20 janvier 1854, cité par Grelon et Grosseti 1996, p. 46
  11. a et b École professionnelle du Nord ; Discours 1854-1855 ; Bibliothèque municipale de Lille BML cote: Mahieu-B.18-13
  12. Henri Masquelez, Tableau synoptique des résultats de l'enquête faite par le Directeur des Travaux municipaux de Lille sur l'organisation des principales écoles professionnelles, industrielles et commerciales du Nord de la France, de l'Alsace à la Belgique. (Suivi du Rapport... sur les résultats de l'enquête... et sur la création, projetée à Lille, d'un Institut industriel, agronomique et commercial du Nord de la France, Lille, coll. « Bibliothèque municipale de Lille ; BML Fonds Régional 32149 », , 36 p. ; pl. ; 4° p. (présentation en ligne).
  13. Archives municipales de Lille AML 1D2-46 procès verbal du conseil municipal, séance du 4 juin 1861 citées par Grelon et Grosseti 1996, p. 52
  • Archives de l'École centrale de Lille
  1. a et b P. Francq (professeur à l'École professionnelle du Nord), Cours élémentaire et pratique de droit commercial, divisé en 43 leçons, Paris, Larousse et Boyer, , 239 p. (notice BnF no FRBNF30460497)
  2. « École centrale de Lille - l'histoire de l'École », sur ec-lille.fr
  3. a et b Victor Denniée 1855.
  4. « Cahier de cours de Docimasie de l’élève J. Folscheid pour l’année 1866-67 École des arts industriels de Lille », sur moteur.musenor.com ; nouvelle faïencerie Folscheid et Cie, à Wandignies-Hamage en 1896 (Céramique de Saint-Amand-les-Eaux).
  5. Victor Denniée 1856
  6. Rapport de l'inspecteur académique sur l'École professionnelle du Nord, 15 novembre 1856.
  7. Eugène Dejonc, ancien chef d'atelier de l'École des arts et des mines, contre-maître des Maisons Cail, Bréguet, M. C. Codron, ingénieur, professeur à l'Institut industriel du Nord, lauréat de l'Académie des sciences et René Champly, ingénieur-mécanicien, La Mécanique pratique. Guide du mécanicien. Procédés de travail. Explication méthodique de tout ce qui se voit et se fait en mécanique (réimpr. 6e édition augmentée, par René Champly, ingénieur-mécanicien) (notice BnF no FRBNF32006421)
  • Association des ingénieurs de l'École centrale de Lille - IDN
  1. a, b, c, d, e, f et g Annuaire de l'Association des anciens élèves de l'École des arts industriels et des mines et de l'Institut industriel du Nord de la France, promotions de 1860 à 1892, édition de 1892 (membres de l'association, anciens élèves entrés à l'École des arts industriels et des mines depuis 1857 jusqu'à la promotion IDN sortie en 1892) (notice BnF no FRBNF32695987)
  2. Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France, « Historique de l'Institut industriel du Nord de la France », Annuaire,‎ 1938-1939, p. 5/199 à 8/199 (ISSN 1147-8055, notice BnF no FRBNF34419765)
  3. Comité des amis de l'Institut industriel du Nord, Aux amis de l'I.D.N. : programme du comité "les amis de l'Institut"  ; origine et raisons d'être de l'Institut ; le 15 juin 1860  ; l'École actuelle ; l'administration actuelle de l'Institut industriel ; le monument aux morts de l'IDN ; Citation à l'ordre de l'armée de l'Institut industriel du Nord ; L'association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France ; Bulletin de souscription, Lille, Imprimerie Plateau, coll. « Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France », , 28 p. (présentation en ligne, lire en ligne).
  4. IDN (préf. Robert Hirsch, préfet IGAME), Liaison IDN industrie : organe de liaison des élèves-ingénieurs de l'Institut industriel du Nord avec les milieux industriels, Lille, Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord, coll. « Supplément de la "Revue de l'Association des ingénieurs IDN". », , 63 p. (notice BnF no FRBNF34497287)
  1. a et b Gilbert Dalmasso, Présence de la « chymie » dans la France du Nord, de la deuxième moitié du XVIIIe siècle au premier tiers du XIXe siècle. Sa diffusion et son enseignement public et privé, son application aux Arts : Thèse de Doctorat, Lille, Université Lille III, coll. « BML cote: 37750 » (lire en ligne)
  2. Gilbert Dehon, L'Université de Douai dans la tourmente (1635-1765): heurs et malheurs de la Faculté des arts, Villeneuve d'Ascq, Presses Univ. Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », (1re éd. 1967) (ISBN 9782859395636, lire en ligne)
  3. a, b, c et d Pierre Pouchain, L'industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860 : Contribution à l'étude des mécanismes de la croissance : Thèse pour le doctorat de 3è cycle sous la direction de Marcel Gillet, Lille, Université de Lille III, , 3 vol. t.3 p. (OCLC 689978588, lire en ligne), p. 869-870.
  4. Philippe Marchand (dir.), Les louanges de l'instruction au service de la propagande bonapartiste : exercices publics et discours des prix à l'École centrale de Lille (1796-1800) : Du Directoire au Consulat. T. 3 : Brumaire dans l'histoire du lien politique de l'État-nation., vol. 25, Rouen, Colloque organisé à Rouen les 23 et 24 mars 2000, Villeneuve d’Ascq - Rouen : Université de Lille 3 - Université de Rouen, coll. « Histoire et littérature régionales », (ISBN 2905637404, notice BnF no FRBNF37637003), p. 279-288
  5. Mohamed Kasdi, Les entrepreneurs du coton: Innovation et développement économique (France du Nord, 1700-1830), Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », , 372 p. (ISBN 9782757414286, lire en ligne), p. 292.
  6. a et b Marie-Thérèse Pourprix, Des mathématiciens à la faculté des sciences de Lille : 1854-1971, Acteurs de la science, L'Harmattan, (ISBN 9782296086135, présentation en ligne)
  7. Jules Houdoy, La Filature de coton dans le Nord de la France, son histoire, son état actuel. : Thèse pour le doctorat (sciences politiques et économiques), Faculté de droit de Lille., Paris, A. Rousseau, coll. « Université de Lille. Faculté de droit. Éditeur scientifique », , 453 p. (notice BnF no FRBNF30619733, présentation en ligne, lire en ligne), p. 58-59.
  8. Jean Girardin, Leçons de chimie élémentaire appliquée aux arts industriels, t. I. Chimie inorganique ; II. Chimie organique, Masson, (notice BnF no FRBNF30510846, présentation en ligne)
  9. Mahistre, Cours de mécanique appliquée, Mallet Bachelier, , 551 p. (notice BnF no FRBNF30859810, lire en ligne)
  10. Guiraudet, Enseignement spécial et professionnel : Principes de mécanique expérimentale et appliquée, Masson, (notice BnF no FRBNF30561087, lire en ligne)
  1. E. Grégoire, ex professeur de mathématiques à l'École des arts industriels et des mines de Lille, Étude sur le travail mécanique de la filature du lin, Lille, Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, 1874-1878 (lire en ligne), p. 1878 (SER4,T5). 165.
  2. a, b et c Edmond Leclair, L'École centrale de Lille, 1795-1803, René Giard, , 123 p. (notice BnF no FRBNF30765130, présentation en ligne)
  3. a et b Jean Girardin, Discours prononcé aux funérailles de M. Charles Delezenne, Lille, Impr. de A. Degan, (notice BnF no FRBNF36498438, lire en ligne), p. 5-6,22
  4. Victor Derode, Mémoires de la société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille -1863 : L'instruction publique dans la Flandre wallonne et plus particulièrement à Lille, vol. 10, t. IIe série, Lille, L.Quarré, (lire en ligne)
  5. a, b et c Demesmay, Heegmann, Verly, Barrois et Delezenne, « Rapport sur le projet d'établissement d'un cours de dessin linéaire et d'un cours de géométrie et de mécanique appliqués aux arts », Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, vol. 1827-1828,‎ , p. 119-131 (lire en ligne).
  6. Mémoires de la Société royale des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, Lille, Danel, (lire en ligne), p. 611
  7. a, b et c « L'autorisation ministérielle pour l'ouverture du cours public de la ville est du 17 novembre 1817 (...) Sur ses pressentes sollicitations, une chaire de chimie appliquée aux arts fut érigée en 1823. » Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, Lille, impr. L. Danel, coll. « Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille », (notice BnF no FRBNF34417474, lire en ligne), p. 496-497.
  8. Charles Delezenne, Acoustique. Sur la formule de la corde vibrante, Lille, coll. « Travaux de la Société d'agriculture, sciences et arts de Lille », (notice BnF no FRBNF32010771)
  9. Anatole de Norguet, Histoire de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille (1802-1860), Lille, impr. de L. Danel, coll. « Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille ; fascicule VIII », (notice BnF no FRBNF31024799, lire en ligne), p. 57, 93.
  10. Mémoires de la Société des sciences, de l'agriculture et des arts de Lille, Lille, (lire en ligne), p. 735
  1. Cote 76 J du fonds de la chambre de commerce de Lille aux Archives départementales du Nord
  2. Chambre de commerce de Lille. Réception de Leurs Majestés Impériales. Visite de S. M. l'empereur Napoléon III à la Bourse, le 23 septembre 1853. Pose de la première pierre du monument à Napoléon Ier, par M. le sénateur Dumas, délégué de Sa Majesté l'empereur, le 9 octobre 1853, Lille, Impr. de L. Danel, (notice BnF no FRBNF36329422, lire en ligne)
  1. a, b et c Rouher 1864, p. 213
  2. Rouher 1864, p. 214
  3. Rouher 1864, p. 215
  1. Morin 1865, p. 724
  2. Morin 1865, p. 723
  1. a et b Bourdon 1894, p. 5
  2. a et b Bourdon 1894, p. 6
  3. a, b et c Bourdon 1894, p. 7
  1. Bourdon 1894, p. 5
  1. Bourdon 1894, p. 21-23
  2. Bourdon 1894, p. 21
  1. Anderson 1975, p. 90
  2. Anderson 1975, p. 90
  3. Anderson 1975, p. 93-94
  1. Gildea 1983, p. 50
  2. Gildea 1983, p. 31-32
  3. Gildea 1983, p. 183
  4. Gildea 1983, p. 184
  5. Gildea 1983, p. 191
  6. Gildea 1983, p. 192, 194, 321-322
  7. Gildea 1983, p. 320-323
  8. Gildea 1983, p. 321
  9. Gildea 1983, p. 321
  10. Gildea 1983, p. 334-336
  11. Gildea 1983, p. 321-323
  12. Gildea 1983, p. 323
  13. Gildea 1983, p. 321-323
  14. Gildea 1983, p. 323
  15. Gildea 1983, p. 54,122
  1. Pouchain 1998, p. 41
  2. Pouchain 1998, p. 41,42
  3. Pouchain 1998, p. 61
  4. Pouchain 1998, p. 160
  5. Pouchain 1998, p. 39,40
  6. Pouchain 1998, p. 69
  7. Pourchain 1998, p. 214
  8. Pouchain 1998, p. 235-238
  9. Pouchain 1998, p. 366 note 29
  10. a, b et c Pouchain 1998, p. 70,151
  11. Pouchain 1998, p. 164, 207, 378 note 24
  • André Thépot (préf. Jean-Louis Beffa), Les ingénieurs des mines du XIXe siècle : histoire d'un corps technique d’État, 1810-1914 : Chapitre VI Former et informer ; I-Le système d'enseignement des ingénieurs des mines ; F - L'Institut industriel du Nord, t. I, Institut d'histoire de l'industrie ; éditions Eska, (ISBN 9782869114289, notice BnF no FRBNF37011808), p. 237-239
  1. a, b et c Thépot 1998, p. 237
  2. Thépot 1998, p. 238
  3. Thépot 1998, p. 239
  • Autres références
  1. a, b, c, d et e Rapport du préfet du Nord Dieudonné (tome 2 p.249), in Mohamed Kasdi et Frédéric Ghesquier Krajewski, « Deux filières textiles en Flandres du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle », Revue du Nord, vol. 2, no 375-376,‎ , p. 495-530 (ISSN 0035-2624, notice BnF no FRBNF16530540, DOI 10.3917/rdn.375.0495, lire en ligne).
  2. Claudine Fontanon et André Grelon, « Introduction ; Le Conservatoire national des arts et métiers, deux siècles d'histoire », dans Fontanon Claudine, Grelon André, Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers, Dictionnaire biographique 1794 - 1955, A-K. Paris : Institut national de recherche pédagogique, coll. « Histoire biographique de l'enseignement, 19 », (ISBN 2-7342-0436-3, notice BnF no FRBNF35750329, lire en ligne), p. 13-59.
  3. Patrick Verley, La première révolution industrielle, 1750-1880, Paris, A. Colin, coll. « 128. Histoire », , 128 p. (ISBN 2-200-34690-5, notice BnF no FRBNF40944411).
  4. a, b et c Jean Bezon, Dictionnaire général des tissus anciens et modernes: ouvrage où sont indiquées et classées toutes les espèces de tissus connues jusqu'à ce jour soit en France, soit à l'étranger, notamment dans l'Inde, la Chine, etc., etc., avec l'explication abrégée des moyens de fabrication et l'entente des matières, nature et apprêt, applicables à chaque tissu en particulier, vol. 6, Paris, T. Lépagnez, (notice BnF no FRBNF30102225, lire en ligne), p. 246-247.
  5. Pierre-Philippe Choffard, Adresse de la Manufacture hydraulique de Filature de Coton des sieurs Delaître, Noel & Cie, à l'Épine, par Arpajon, coll. « Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle. Tome quatrième, Cathelin - Cochin père ; Bibliothèque nationale, Département des estampes » (lire en ligne).
  6. a et b Frédéric Morais, La première filature mécanique de coton de France : La manufacture de l' Épine (1784-1830), Évry, Université d'Évry Val d'Essonne, coll. « U.F.R. de sciences sociales et de gestion ; Département d’Histoire ; Années universitaires 2005-2007 », (lire en ligne).
  7. a et b Charles Ballot, L'introduction du machinisme dans l'industrie française, Lille, O. Marquant, (notice BnF no FRBNF34148126, lire en ligne), p. 73, 86
  8. a et b Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France 1760-1840, Limoges, Éd. de l'École des hautes études en sciences sociales, coll. « Civilisations et sociétés », , 733 p. (ISBN 2-7132-0968-4, notice BnF no FRBNF35485293), p. 193-194 et 219-220.
  9. a, b et c (en) James Watt et Matthew Boulton (préf. Jennifer Tann), The Selected Papers of Boulton & Watt: The engine partnership, 1775-1825, vol. 1, MIT Press, , 425 p. (ISBN 086015 070 4 et 9780262021678), p. 371-373 ; Thomas Foxlow to Richard Conquest of Birmingham ; Orléans, 5th November, 1788
  10. Lucien Johanet, Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais : La Motte-sans-gain, dite La Motte-Sanguin, t. 1943 (T24,N243,A1943), Orléans, Société archéologique et historique de l'Orléanais., (ISSN 1145-7430, notice BnF no FRBNF32286191, lire en ligne), p. 409-411 ; 419-422
  11. a et b Jacques Payen, Capital et machine à vapeur au XVIIIe siècle : les frères Périer et l'introduction en France de la machine à vapeur de Watt, Paris, Mouton et Cie, coll. « École pratique des hautes études. 6e section. Sciences économiques et sociales. Histoire des sciences et des techniques. », , 323 p. (notice BnF no FRBNF33130715).
  12. a, b, c et d Charles Benoist, « Le travail dans la grande industrie. — Le coton », Revue des deux Mondes, vol. 5e période, tome 27,‎ , p. 268-294 (ISSN 0035-1962, lire en ligne).
  13. Louis Bergeron, « Chapitre VIII. Paris « capitale du coton » sous le Premier Empire », dans Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empir, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, (ISBN 9782713225529, DOI 10.4000/books.editionsehess.221, lire en ligne).
  14. André Thépot, « l'industrie du coton », Revue du Souvenir Napoléonien, no 257,‎ , p. 4-8 (ISSN 1270-1785, notice BnF no FRBNF34536498, lire en ligne).
  15. Albert Soboul, La civilisation et la Révolution française : La crise de l'Ancien Régime, vol. 10, Paris, Arthaud, coll. « Les Grandes civilisations », , 638 p. (ISSN 0530-8488, notice BnF no FRBNF35302477), p. 544.
  16. (en) David Andress, 1789: The Threshold of the Modern Age, Farrar, Straus and Giroux, , 456 p. (ISBN 9781429930116, lire en ligne), p. 185.
  17. Olaf B. Rader, « Les canons, le sextant et la machine à vapeur », dans Étienne François et Thomas Serrier, Europa, notre histoire, Paris, Les arènes, (ISBN 978 2 35204 603 5), p. 1011-1024.
  18. Firmin Lentacker, « Un épisode de la Révolution industrielle : Ouvriers à demeure, ouvriers immigrés dans l'industrie cotonnière de Roubaix de 1857 à 1864 », Revue du Nord, vol. 69, no 275,‎ octobre-décembre 1987, p. 767-775 de numéro thématique : Industrie textile (ISSN 0035-2624, notice BnF no FRBNF32859244, DOI 10.3406/rnord.1987.4333, lire en ligne).
  19. a, b, c, d et e Louis Trenard, « Les Lumières dans les Pays-Bas français », Dix-huitième Siècle, vol. 10, no 1,‎ , p. 123-145 (ISSN 1760-7892, DOI 10.3406/dhs.1978.1172, lire en ligne).
  20. Jean-Baptiste Lestiboudois
  21. Louis Decroix
  22. a, b, c et d Gaëtane Maës, « L’École de dessin de Lille », Les papiers d’ACA-RES, Les académies d'art et leurs réseaux dans la France préindustrielle, bref-historique,‎ (lire en ligne) ; Gaëtane Maës, « L’École de dessin de Lille : les hommes et leurs réseaux », Actes des journées d’étude du programme ACA-RES (Les académies d'art et leurs réseaux dans la France préindustrielle),‎ 8-9 décembre 2016 (lire en ligne) ; Gaëtane Maës, « L’École de dessin de Lille : les statuts et règlements », Actes des journées d’étude du programme ACA-RES (Les académies d'art et leurs réseaux dans la France préindustrielle),‎ 8-9 décembre 2016 (lire en ligne)
  23. a, b et c Jean-Jacques Dutboy et Hervé Oursel, « L'enseignement à l'Académie des Arts de Lille au XVIIIe siècle (A propos d'un album de dessins de la Bibliothèque municipale de Lille) », Revue du Nord, vol. 71, no 281,‎ , p. 377-399 (DOI 10.3406/rnord.1989.4452, lire en ligne)
  24. François-Joseph Gombert
  25. a, b, c, d et e Joseph Dubois, « Histoire du Musée industriel, agricole et commercial de Lille », Revue du Nord, vol. 72, no 285,‎ avril -juin 1990, p. 207-222 (ISSN 0035-2624, DOI 10.3406/rnord.1990.4526, lire en ligne)
  26. Colette Douroux, L. Ph. Valentino, 1744-1821 : tribulations d'un immigré italien, Paris, Paris : Vitrines d'archives, , 149 p. (ISBN 979-10-95756-34-7, notice BnF no FRBNF45172147)
  27. Pierre-Yves Beaurepaire « “Une école pour les sciences”. Le collège des Philalèthes et la tentation académique des élites maçonniques lilloises à la fin de l’Ancien Régime », Revue du Nord, t. LXXXI, 332, Études sur Les élites dans la France du Nord (xve-xxe siècle). Composition, pouvoirs et éthique sociale réunies par P. Guignet, octobre-décembre 1999, p. 723-744.
  28. François de Dainville, « L'enseignement des mathématiques dans les Collèges Jésuites de France du XVIe au XVIIIe siècle. », Revue d'histoire des sciences et de leurs applications., vol. 7, no 1,‎ , p. 6-21 (DOI 10.3406/rhs.1954.3376)
  29. Décret d’Allarde, loi des 2 et 17 mars 1791, article 7
  30. Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848, Paris, Éditions d'histoire sociale, coll. « Petits traités publiés par l'Académie des sciences morales et politiques », , 2 t. en 1 vol. (255 p.) p. (notice BnF no FRBNF34659478, lire en ligne), p. 82-120.
  31. Noël-Gabriel-Luce Villar, Rapport et résolution sur le placement de l'école centrale pour le département du Nord, prononcés au conseil des Cinq cents dans la séance du 4 prairial an IV par le représentant du peuple Villars, Paris, impr. du Républicain français, , 4 p. (notice BnF no FRBNF31579790)
  32. Albert Mathiez et Georges Lefebvre, Annales historiques de la Révolution française, vol. 46, Firmin-Didot, coll. « Société des études robespierristes », , p. 236
  33. Armand-Gaston Camus, Voyage fait dans les départements nouvellement réunis et dans les départements du Bas-Rhin, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme, à la fin de l'an X, Paris, Baudoin, (notice BnF no FRBNF36280083)
  34. Denis Woronoff, La République bourgeoise, de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Série Histoire. Nouvelle histoire de la France contemporaine. », , 18 cm, 252 p., cartes, couv. ill. p. (notice BnF no FRBNF36253713), p. Le principes des écoles centrales
  35. Antoine Prost, Histoire de l'enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, coll. « Collection U. Série Histoire contemporaine », (notice BnF no FRBNF33144695), p. 24
  36. « La question du latin ; l'affaire Boissinot, par Philippe Cibois », 8 février 2015
  37. Victor Derode, Histoire de Lille et de la Flandre wallonne, t. III, Lille, Vanackere, (notice BnF no FRBNF30326861), p. 313.
  38. Victor Derode, Histoire de Lille et de la Flandre wallonne, Lille, Vanackere, , 3 vol. in-8 ° p. (notice BnF no FRBNF36391799, lire en ligne), « Lille sous le Consulat », p. 312-313.
  39. a, b et c Hyppolyte Verly, Essai de biographie lilloise contemporaine 1800-1869, Lille, Leleu, (lire en ligne)
  40. a et b E. Cantineau, L'Institut industriel du Nord de la France, visite faite le 8 mars 1899 : Société de géographie de Lille, Extrait du Bulletin du mois d'août 1899, vol. Société de géographie de Lille, Lille, , 10 p. (notice BnF no FRBNF30192952)
  41. « Enseignement spécial industriel et commercial avant 1870 », sur cnum.cnam.fr.
  42. a et b Circulaire du 11 novembre 1825 sur la création de cours industriels ; André Grelon, « La naissance de l'enseignement supérieur industriel en France », Quaderns d'historia de l'enginyeria, vol. I,‎ , p. 40-60 (lire en ligne).
  43. (en) Ross W. Duffin, How Equal Temperament Ruined Harmony (and Why You Should Care), W. W. Norton & Company, , 208 p. (ISBN 9780393075649, lire en ligne), p. 91.
  44. ASA Université Lille Nord de France, « Biographie de Frédéric Kuhlmann », sur asa3.univ-lille1.fr
  45. a et b (en) Harry W. Paul, « Apollo courts the Vulcains - The applied science institutes in nineteenth century french science faculties », dans Robert Fox ; George Weisz, The Organization of Science and Technology in France 1808-1914, Cambridge University Press ; Éditions de la Maison des Sciences de l'homme, (ISBN 0521232341, 978-0521232340, 0521103703 et 9780521103701), p. 155-181
  46. Fred Aftalion, Histoire de la chimie, Paris, Masson, (ISBN 9782225814204), p. 41-42 et 90 cité dans Grelon et Grosseti 1996, p. 47
  47. a, b et c Compagnie de Fives-Lille, Ateliers de construction à Fives-Lille (Nord) et à Givors (Rhône) ; Ponts, charpentes et constructions diverses, vol. 1 vol. (95 f. de pl.) : ill., Paris, Imp. Lemercier & Cie (présentation en ligne, lire en ligne) ; Compagnie de Fives-Lille, Ateliers de construction à Fives-Lille (Nord) et à Givors (Rhône) ; Appareils mécaniques divers et locomotives, vol. 1 vol. (65 f. de pl.) : ill., Paris, Imp. Lemercier & Cie (présentation en ligne, lire en ligne).
  48. a et b Eugène Armengaud et Charles Armengaud, « Industrie lilloise ; de l'influence de l'outillage dans les constructions mécaniques (Pierre Boyer, ingénieur constructeur de machines à vapeur à double expansion de type Woolf à Lille depuis 1818) », Le Génie industriel : revue des inventions françaises et étrangères : annales des progrès de l'industrie agricole et manufacturière, no 1855/01 (T9,N49)-1855/06 (T9,N54).,‎ , p. 229-232 (ISSN 2016-9493, notice BnF no FRBNF32781903, lire en ligne)
  49. Alain Gras, Le choix du feu : Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard, , 281 p. (ISBN 978-2-213-62531-7, notice BnF no FRBNF41146553).
  50. a et b Dick Farman, Les automobiles : voitures, tramways et petits véhicules, Paris, J. Fritsch, , 319 p. (notice BnF no FRBNF30419023, présentation en ligne, lire en ligne), p. 27.
  51. a et b P.L. Fraenkel, Les machines élévatoires : Bulletin FAO d'irrigation et de drainage 43, Rome, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, (ISBN 92-5-202515-4, lire en ligne), Force motrice animale - tableau 13 Puissance et force de traction des différents animaux ; Machines à vapeur.
  52. Louis Le Chatelier, « Rapport sur le concours pour le perfectionnement des machines à vapeur destinées à imprimer un mouvement continu par M. Le Châtelier », Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, vol. Quarante huitième année, no 49. 48e année. N. 535-546,‎ , p. 172-176 (tableau p.176) (lire en ligne).
  53. Eugène Armengaud et Charles Armengaud, « Exposition universelle de Londres ; exposition française à Londres, partie mécanique, deuxième partie », Le Génie industriel : revue des inventions françaises et étrangères : annales des progrès de l'industrie agricole et manufacturière, no 1851 (T2),‎ , p. 77 (ISSN 2016-9493, notice BnF no FRBNF32781903, lire en ligne).
  54. Brevet du 3 avril 1807 ; Manuel Bonnet et Jean-Louis Bruley, Niepce, une autre révolution à l'ombre du grand Carnot. Essai de bibliographie raisonnée du premier moteur à combustion interne (1806)., Université pour tous de Bourgogne, centre de Chalon sur Saône, (ISBN 979-10-93577-01-2)
  55. Mylène Mihout, « Les capitaux nordistes en quête de nouveaux horizons : «le groupe pétrolier du Nord» & le pétrole galicien (1911-1928). », Revue du Nord, vol. 75, no 300,‎ avril-juin 1993, p. 421-441 (ISSN 2271-7005, lire en ligne).
  56. Alain Perrodon, Histoire des grandes découvertes pétrolières : un certain art de l'exploration, Pau, Masson, coll. « Bulletin des Centres de recherches exploration-production Elf-Aquitaine », , 222 p. (ISBN 2-901026-19-2 et 2-225-80659-4, notice BnF no FRBNF34841033)
  57. a et b Société française des pétroles et de forages artésiens (notice BnF no FRBNF33945983)
  58. a et b « Concentration dans l’industrie minière et construction de l’espace régional : le cas du Nord-Pas-de-Calais de 1850 à 1914 ; Jean-Luc Mastin », sur irhis.recherche.univ-lille3.fr
  59. « 4 septembre 1821, Statut concernant les collèges royaux et communaux », dans Philippe Savoie, Les Enseignants du secondaire. XIXe - XXe siècles. Le corps, le métier, les carrières. Textes officiels. T.1 : 1802-1914., Paris, Institut national de recherche pédagogique, (lire en ligne), p. 179-186
  60. a et b Philippe Marchand, « Une nouvelle donne sous la Restauration et la monarchie de Juillet. Les cours spéciaux des collèges dans l’académie de Douai », Histoire de l’éducation, no 131,‎ (DOI DOI : 10.4000/histoire-education.2359, lire en ligne).
  61. Pierre Pierrard, « L'enseignement primaire à Lille sous la Monarchie de Juillet », Revue du Nord, vol. 56, no 220,‎ , p. 1-11 (ISSN 0035-2624, notice BnF no FRBNF16530540, DOI 10.3917/rdn.375.0495 10.3406/rnord.1974.3208, lire en ligne)
  62. Gildea 1983, p. 191
  63. Pierre Pierrard, « Lille et la révolution industrielle », FR3 (Collection: Histoires de France ), sur fresques.ina.fr/mel/fiche-media/Lillem00034/lille-et-la-revolution-industrielle.html, Institut national de l'audiovisuel, .
  64. Jean-Marc Moriceau (dir.), Les campagnes dans les évolutions sociales et politiques en Europe: des années 1830 à la fin des années 1920, Paris, Editions Sedes, coll. « CNED », (ISBN 2-7181-9464-2, notice BnF no FRBNF40088832).
  65. Claude Fohlen, « Esquisse d'une évolution industrielle. Roubaix au XIXe siècle », Revue du Nord, vol. 33, no 130,‎ , p. 92-102 (ISSN 0035-2624, notice BnF no FRBNF16530540, [92-102 lire en ligne]).
  66. Fontanon et Grelon 1994
  67. Jean-Baptiste Dumas, Rapport sur l’état actuel de l’enseignement scientifique dans les collèges, les écoles intermédiaires et les écoles primaires, adressé à M. le ministre de l’Instruction publique, Grand-Maître de l’Université de France, par la faculté des sciences de Paris, Paris, impr. de P. Dupont, , 63 p. (notice BnF no FRBNF30373865).
  68. « Louis Paul Urbain Le Verrier ; Jean Charles Léon Le Verrier », sur annales.org
  69. Victor Duruy, « 4 décembre 1864. Abolition du régime de la bifurcation (rapport et décret). », Les sciences dans l'enseignement secondaire français – Textes officiels. Tome 1 : 1789-1914. avec la collaboration de Claudette Balpe et de Thierry Laporte. Institut national de recherche pédagogique , Bibliothèque de l'Histoire de l'Education, vol. 6, no 1,‎ , p. 388-390 (lire en ligne).
  70. a, b et c Nicole Hulin, « A propos de l'enseignement scientifique : une réforme de l'enseignement secondaire sous le Second Empire : la « bifurcation » (1852-1864). », Revue d'histoire des sciences, vol. 35, no 3,‎ , p. 217-245 (ISSN 1969-6582, DOI 10.3406/rhs.1982.1848, lire en ligne)
  71. « Nicolas César Fichet », base Léonore, ministère français de la Culture
  72. (en) Charles R. Day, « The development of higher primary and intermediate technical education in France, 1800 to 1870 », Historical Reflections / Réflexions Historiques, vol. 3, no , 2,‎ winter/hiver 1976, p. 49-67 (notice BnF no FRBNF34224003).
  73. « Auguste Isidore Joseph Richelé », base Léonore, ministère français de la Culture
  74. Félix Ponteil, Histoire de l'enseignement en France, les grandes étapes, 1789-1964, Sirey, , 456 p. (notice BnF no FRBNF36257280), p. 273 ; Pierre Bousquet, Histoire de l'administration de l'enseignement en France, 1789-1981, Librairie Droz, coll. « Institut français des sciences administratives ; Publications de l'École pratique des hautes études », , 154 p. (ISBN 9782600033930, notice BnF no FRBNF34722196, lire en ligne), p. 3
  75. The Engineer 1867
  76. Fontanon et Grelon 1994, p. 39 note 52
  77. Louis Liard, L'enseignement supérieur en France : 1789-1893, Paris, A. Colin, 1888-1894, 2 vol. (474-8, 522 p.) ; in-8 p. (notice BnF no FRBNF30816076, lire en ligne).
  78. a, b et c Lise Grenier et Hans Wieser-Benedetti, Les châteaux de l'industrie : recherches sur l'architecture de la région lilloise de 1830 à 1930, t. 1 & 2, Paris, coll. « Ministère de l'environnement et du cadre de vie, direction de l'architecture : Archives d'architecture moderne, DL 1979 ; collection Architecture et patrimoine », (notice BnF no FRBNF42622736), p. 25.
  79. Frédéric Kuhlmann, Exposition nationale des produits de l'industrie agricole et manufacturière de 1849. Rapport du jury départemental du Nord : analyse de la situation industrielle du département, Lille, impr. de L. Danel, , 123 p. (lire en ligne).
  80. Tresca et Morin 1862, p. 15
  81. Alain Gérard, Louis Pasteur et Lille 1854-1857, Lille, Institut Pasteur de Lille,
  82. Pierre Pierrard, Enfants et jeunes ouvriers en France, Editions de l'Atelier, (ISBN 9782708225411, lire en ligne)
  83. Victor Meurein, Observations météorologiques à Lille pendant l'année 1857-1858 : par Victor Meurein , pharmacien chimiste de 1re classe de l'école spéciale de Paris, bachelier es sciences et es-lettres, inspecteur de la salubrité publique du département du Nord, professeur de chimie à l'École professionnelle du Nord, Lille, impr. de L. Danel, , 124 p. (notice BnF no FRBNF41903818, lire en ligne).
  84. Louis Trenard (dir.) et Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire de Lille : Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle, t. IV, Perrin, , 541 p. (ISBN 2-262-01579-1 et 978-2-262-01579-4, notice BnF no FRBNF37090238), p. 116-117.
  85. Jean Lambert-Dansette, Histoire de l'entreprise et des chefs d'entreprise en France, Paris, L'Harmattan, (ISBN 9782738498823), p. 70-72
  86. « Les mathématiques à Lille de 1854 à 1970, L'école d'ingénieurs de Lille, par Marie Thérèse Pourprix - ASA-USTL », sur asa3.univ-lille1.fr/spip/ASA_histoire/index_histoire_2.htm
  87. Pourprix 2009, p. 29
  88. Fontanon et Grelon 1994, p. 40-41
  89. Loi du 10 août 1871 (JORF) relative aux conseils généraux
  90. Jules Brenne, « Une création du conseil général, la fondation de l'IDN en 1871-1872 », Plein Nord, no 62,‎ , p. 28 (ISSN 0751-5758, notice BnF no FRBNF34384168)
  91. Louis Ferdinand Alphonse Bergerot (1820-1912), membre du conseil général du Nord à partir de 1869, député de 1880 à 1893 ; cf. « Alphonse, Louis, Ferdinand Bergerot(1820 - 1912) », sur assemblee-nationale.fr
  92. « Annales des mines - Adolphe Matrot et l'Institut industriel du Nord (IDN) », sur annales.org
  93. Odette Hardy-Hémery, Trith-Saint-Léger du premier âge industriel à nos jours, Villeneuve d'Ascq, Presses Univ. Septentrion, (ISBN 9782859397685, lire en ligne)
  94. Assemblée nationale (France), « Jules Sirot », sur assemblee-nationale.fr
  95. « Désiré Léon Albert Mallet », base Léonore, ministère français de la Culture
  96. « Désiré Mallet (1862) », sur sippaf.ish-lyon.cnrs.fr
  97. La Providence, Compagnie anonyme d'assurances à primes fixes contre les accidents, Siège social au 12 rue de Grammont, puis au 56 rue de la Victoire, 75009 Paris sur data.bnf.fr
  98. Étienne Batteur, Statistique des accidents survenus pendant une période de 8 années, 1884-1892, dans l'industrie de l'arrondissement de Lille (Nord) (notice BnF no FRBNF31773192)
  99. Congrès international des accidents du travail et des assurances sociales. Comité permanent, vol. 13,
  100. « Cartes postales anciennes de Croix, La plus haute Cheminée de France », sur communes.com/nord-pas-de-calais/nord/croix_59170
  101. « Goblet, Alfred (1845-1923) », sur sippaf.ish-lyon.cnrs.fr
  102. Qui êtes-vous? : Annuaire des contemporains ; notices biographiques, C. Delagrave, (lire en ligne)
  103. Andrée Corvol, Les sources de l'histoire de l'environnement, Paris, L'Harmattan, coll. « Direction des archives de France, Institut d'histoire moderne et contemporaine (CNRS) », (ISBN 9782747537926, présentation en ligne)
  104. Ernest Louis Boissau (1867) : avis de décès du 24 novembre 1895 ; annuaire IDN 1902
  105. Hubert Bonin, Histoire de la Société générale : Tome 1, 1864-1890 La naissance d'une banque moderne, Librairie Droz, (ISBN 9782600010382), p. 364-365
  106. a, b, c et d Thépot 1998, p. 237-239 ; « Jean Charles Léon Le Verrier (X 1856 corps des mines) », sur annales.org « Adolphe Matrot (X 1860 corps des mines) », sur annales.org « Emile Alexandre Evariste Ernotte (X 1865 Ingénieur civil des mines) », sur annales.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Edmond Leclair, L'École centrale de Lille, 1795-1803, René Giard, , 123 p. (notice BnF no FRBNF30765130, présentation en ligne)
  • École professionnelle du Nord : Discours 1854-1855, Lille, coll. « Bibliothèque municipale de Lille BML cote:Mahieu-B.18-13 », 1854-1855 (présentation en ligne).
  • Victor Denniée, Académie de Douai. Ville de Lille. Instruction publique. École professionnelle du Nord ; Discours prononcé à la distribution solennelle des prix ; 13 août 1855, Lille, impr. de E. Reboux et de L. Danel, , 8 p. (notice BnF no FRBNF30324976).
  • Victor Denniée, Académie de Douai. Ville de Lille. École impériale professionnelle du Nord. Discours prononcé à la distribution solennelle des prix ; 14 août 1856, Lille, impr. de L. Danel, (notice BnF no FRBNF41638526).
  • Henri Tresca et Arthur Morin, De l'organisation de l'enseignement industriel et de l'enseignement professionnel : §4 - École professionnelle de Lille, Paris, impr. Chaix, coll. « Extrait des "Rapports sur l'ensemble de l'Exposition de Londres de 1862" », (1re éd. 1862), 1 vol. (56 p.) ; in-8 p. (notice BnF no FRBNF30981557, lire en ligne), p. 13-15. .
  • Eugène Rouher (dir.), Enquête sur l'enseignement professionnel, ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l'enseignement professionnel, sous la présidence de son Exc. M. Behic, ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics : Déposition de M.Bernot, le 11 janvier 1864, t. I - Dépositions, Paris, Imprimerie impériale, (notice BnF no FRBNF33904453, présentation en ligne, lire en ligne), p. 211-224. 
  • Arthur Morin (dir.), Enquête sur l'enseignement professionnel, ou Recueil de dépositions faites en 1863 et 1864 devant la Commission de l'enseignement professionnel, sous la présidence de son Exc. M. Behic, ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics : Lille - École des arts industriels et des mines, t. II - Rapports et documents divers, Paris, Imprimerie impériale, (notice BnF no FRBNF33904453, lire en ligne), p. 723-724. 
  • (en) « The Imperial School of Manufactures and Mines at Lille », The Engineer, London,‎ , p. 565 (ISSN 0013-7758, présentation en ligne, lire en ligne).
  • Henri Bourdon, Monographie historique de l'Institut industriel du Nord de la France, t. 1894/10/21 (A1,N1), Lille, Institut industriel du Nord de la France, coll. « L'Élève-ingénieur. Journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN) », (notice BnF no FRBNF32766138, présentation en ligne, lire en ligne), p. 5-7. 
  • Henri Bourdon, Monographie historique de l'Institut industriel du Nord de la France, t. 1894/10/28 (A1,N2), Lille, Institut industriel du Nord de la France, coll. « L'Élève-ingénieur. Journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN) », (notice BnF no FRBNF32766138, lire en ligne), p. 5. 
  • Henri Bourdon, Monographie historique de l'Institut industriel du Nord de la France, t. 1894/11/04 (A1,N3), Lille, Institut industriel du Nord de la France, coll. « L'Élève-ingénieur. Journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN) », (notice BnF no FRBNF32766138, lire en ligne), p. 21-23. 
  • Comité des amis de l'Institut, Aux amis de l'I.D.N. : programme du comité "les amis de l'Institut"  ; origine et raisons d'être de l'Institut ; le 15 juin 1860  ; l'École actuelle ; l'administration actuelle de l'Institut industriel ; le monument aux morts de l'IDN ; Citation à l'ordre de l'armée de l'Institut industriel du Nord ; L'association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France ; Bulletin de souscription, Lille, Imprimerie Plateau, coll. « Association des ingénieurs de l'Institut industriel du Nord de la France », , 28 p. (présentation en ligne, lire en ligne).
  • Robert Bossut, I.D.N. L'Institut industriel du Nord de la France, préf. de Pierre Dumont et Guy Debeyre, Lille, impr. Douriez-Bataille, , 34 p. (notice BnF no FRBNF33201867, présentation en ligne). 
  • (en) Robert David Anderson, Education in France, 1848-1870, Oxford, Clarendon Press, , 289 p. (ISBN 0-19-827311-8, notice BnF no FRBNF35317357, lire en ligne). 
  • (en) Robert Gildea, Education in provincial France, 1800-1914: a study of three departments, Oxford, Clarendon Press, , 408 p. (ISBN 978-0-19-821941-5, notice BnF no FRBNF34800277). 
  • René Leleu, Historique : les débuts de l'enseignement technique à Lille ; l'Institut industriel du Nord, l'École centrale de Lille, Lille, Association des ingénieurs de l'École centrale de Lille-IDN, (ISSN 1287-809X, notice BnF no FRBNF36596518). 
  • André Grelon et Michel Grosseti (dir.), Programme « Villes et institutions scientifiques » - Programme interdisciplinaire de recherche sur les villes (PIR-VILLES - CNRS) : Lille : Kuhlmann, Pasteur ou la science comme source du développement industriel, CNRS, , p. 39-53. 
  • André Thépot (préf. Jean-Louis Beffa), Les ingénieurs des mines du XIXe siècle : histoire d'un corps technique d’État, 1810-1914 : Chapitre VI Former et informer ; I-Le système d'enseignement des ingénieurs des mines ; F - L'Institut industriel du Nord, t. I, Institut d'histoire de l'industrie ; éditions Eska, (ISBN 9782869114289, notice BnF no FRBNF37011808), p. 237-239. 
  • « Histoire et prospective des Centraliens de Lille », L'Ingénieur, revue de l'Association des Centraliens de Lille, no 270,‎ , p. 20-23 (ISSN 0399-8304)
  • « Les 160 ans de Centrale Lille », L'Ingénieur, revue de l'association des Centraliens de Lille, no 280,‎ , p. 19-20 (ISSN 0399-8304, notice BnF no FRBNF34382407)
  • Club Histoire et prospective des Centraliens de Lille (29 avril 2017). « L'expertise lilloise en machines à vapeur : de la force motrice du XIXe siècle au Grand Carénage des turbines électronucléaires du XXIe siècle » in Journée d'étude Histoire et prospective., Association des Centraliens de Lille . 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 23 janvier 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 23 janvier 2013 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.