Frédéric Vion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vion.
Frédéric Vion
Description de cette image, également commentée ci-après
Frédéric Vion en 2016.
Naissance (43 ans)
Villerupt (Meurthe-et-Moselle)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession
Journaliste de télévision

Frédéric Vion, né le à Villerupt (Meurthe-et-Moselle), est un journaliste français de télévision et écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

portait de Frédéric Vion sur un plateau télé

Originaire de la ville ouvrière de Longwy (Meurthe-et-Moselle)[1], Frédéric Vion est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lille[2], promotion Pierre Desproges (1996), puis de l'École supérieure de journalisme de Lille[3] en 1999.

Après avoir travaillé au Quai d'Orsay (le ministère français des Affaires étrangères) puis à la rédaction de M6, il remporte en 1999 le concours annuel de France Télévision.

Il intègre en juillet 1999 la chaine de télévision France 2, dont il est de 2001 à 2006 le correspondant pour la région de Lille, le nord de la France et la Belgique. Il signe alors des reportages pour les éditions des JT de 13h et 20h. Il rejoint ensuite l'équipe de Télématin présenté par William Leymergie, la matinale de la chaîne durant laquelle il présente alternativement journaux télévisés[4],[5], revue de presse[6] , rubriques[7], reportages et interventions diverses en plateau[8].

Depuis septembre 2010, il présente chaque samedi la revue de presse de Télématin, ainsi qu'en semaine en tant que remplaçant de Patrice Romedenne, et également, depuis janvier 2016, la rubrique « actu plus » de l'émission[9].

En 2013, avec Gabriel Alphand, il écrit "Moments privés au quai d'Orsay", un ouvrage d'histoires vécues au ministère des affaires étrangères[10],[11]. Une réédition augmentée de l'ouvrage paraît en 2018. En 2015, il publie "Comment j'ai tué mon père", son premier roman, une autobiographie de son enfance auprès d'un père violent en Lorraine dans les années quatre-vingt, à l'époque de la fin de la sidérurgie[12]. Il y raconte également les frontières mouvantes et l'immigration propres à cette partie de l'est de la France ; ainsi que le périple de sa famille d'origine italienne et est-européenne au cours des deux guerres mondiales puis de l'expansion économique des années soixante.

La rue Louis-Vion à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) porte le nom de son arrière grand-oncle, fusillé comme résistant pendant la Seconde guerre mondiale[13]. Il est également cousin de Thibaut Vion, footballeur professionnel du FC Metz après avoir joué au FC Porto.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Sandra Nonnenbruck, « L'homme de l'aube », sur republicain-lorrain.fr,
  2. « Frédéric Vion : « Comment j’ai tué mon père » », sur www.republicain-lorrain.fr (consulté le 22 mars 2019)
  3. (fr) « Annuaire des Anciens de l'ESJ Lille », sur esj-lille.fr
  4. (fr) Jérôme Roulet, « Marie Drucker et Sophie le Saint, les atouts de l’été de France 2 », sur toutelatele.com,
  5. (fr) « France 2/France 3 : Les visages des JT de l'été », sur info2tele.com,
  6. (fr) bocquet, « revue de presse », sur esprityoga.fr,
  7. (fr) « NOSTALGIE : Les grandes premières techniques et les arts ménagers », sur telematin.france2.fr,
  8. (fr) « Ce que l'on sait de l'astéroïde qui doit frôler la Terre », sur dailymotion.com,
  9. http://www.france2.fr/emissions/telematin/actu/les-gouvernements-d-union-nationale_448332
  10. (fr) « Frédéric Vion, quai des plumes », sur republicain-lorrain.fr,
  11. (fr) « Moments privés au quai d'Orsay », sur dailymotion.com,
  12. (fr) « Longwy : la porte des Ailes du livre encore ouverte ce dimanche après-midi », sur republicain-lorrain.fr,
  13. (fr) « Les Plaques Commémoratives », sur plaques-commemoratives.org

Liens externes[modifier | modifier le code]