Roberto Ferrucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roberto Ferrucci
Description de l'image Roberto Ferrucci 2016.jpg.
Naissance
Venise, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Italien
Genres

Œuvres principales

  • Ça change quoi

Roberto Ferrucci, né en 1960 à Marghera (Venise), est un écrivain, journaliste et traducteur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roberto Ferrucci est né à Marghera (Venise) en 1960. Jusqu'en 1998, il a travaillé dans l'audiovisuel, en tant qu'auteur et responsable de programmes culturels à Tele Capodistria à partir de 1992, ainsi que comme collaborateur de diverses productions cinématographiques (notamment avec le réalisateur Silvio Soldini). Il se consacre principalement à l'écriture, au journalisme et à l'enseignement depuis 1998[1].

Son deuxième roman, Cosa cambia (en français : Ça change quoi), revient sur les circonstances dramatiques[2] ayant entouré le sommet du G8 à Gênes en 2001[3].

Depuis plusieurs années, il dénonce le désastre écologique représenté par la circulation de paquebots de croisière en pleine Venise, où il vit, et participe à divers collectifs de résistance dans ce domaine[4]. Ses textes Sentiments subversifs (2010)[5] et Venise est lagune (2015), utilisant aussi la résonance de ses multiples résidences d'écriture à Saint-Nazaire (MEET), où sont construits nombre de ces paquebots, s'en font tout particulièrement l'écho[6].

Il enseigne la création littéraire à la faculté de lettres de l'Université de Padoue depuis 2002, et écrit dans de nombreux journaux et revues[1]. Depuis 2011, il collabore en permanence au Corriere della Sera et à son supplément littéraire La Lettura.

Il est le traducteur italien de Jean-Philippe Toussaint et de Patrick Deville[7]. Il anime régulièrement des rencontres et des ateliers sur la traduction littéraire, en France comme en Italie[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Terra Rossa, roman, Transeuropa, 1993 - Rééd. Fernandel, 1998 - Rééd. Amos, 2005.
  • Giocando a pallone sull'acqua, chronique, Marsilio, 1999.
  • Andate e ritorni, scorribande a nordest, récit, Amos, 2003.
  • Cosa cambia, roman, Marsilio, 2007.
  • Impassibili et maledette - Le invenzioni di Andrea Pirlo, récit, Limina, 2010 - Rééd. Terra Ferma, 2014.
  • Sentimenti sovversivi, roman, Isbn Edizioni, 2011.
    • En français : Sentiments subversifs, trad. Jérôme Nicolas, MEET, 2010.
  • Sentimenti decisivi, Feltrinelli Zoom, 2012.
    • En français : Sentiments décisifs, trad. Jérôme Nicolas, Feltrinelli Zoom, 2013.
  • Venezia é laguna, pamphlet poétique, Feltrinelli, 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Maison des Ecrivains et Traducteurs : Roberto FERRUCCI », sur www.meetingsaintnazaire.com (consulté le 1er novembre 2016)
  2. Jade Lindgaard, « Le spectre de Gênes, juillet 2001 », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  3. Martine Laval, « 2001, G8 à Gênes : un journaliste revient sur les lieux du crime », Télérama,‎ (lire en ligne)
  4. Marion Cocquet, « À Venise, la fronde contre les méga-paquebots s'organise », Le Point,‎ (lire en ligne)
  5. Jean Delavaud, « Venise et Saint-Nazaire, muses de Roberto Ferrucci », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  6. Alain Nicolas, « Venise et ses monstres », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  7. « Roberto Ferrucci », sur La contre allée (consulté le 1er novembre 2016)
  8. Jean-Marie Duhamel, « D’un pays l’autre» : regards sur la condition du traducteur », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]