Roberto Ferrucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Roberto Ferrucci
Description de l'image Roberto Ferrucci 2016.jpg.
Naissance
Venise, Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Italien
Genres

Œuvres principales

  • Ça change quoi

Roberto Ferrucci, né en 1960 à Marghera (Venise), est un écrivain, journaliste et traducteur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roberto Ferrucci est né à Marghera (Venise) en 1960. Jusqu'en 1998, il a travaillé dans l'audiovisuel, en tant qu'auteur et responsable de programmes culturels à Tele Capodistria à partir de 1992, ainsi que comme collaborateur de diverses productions cinématographiques (notamment avec le réalisateur Silvio Soldini). Il se consacre principalement à l'écriture, au journalisme et à l'enseignement depuis 1998[1].

Son deuxième roman, Cosa cambia (en français : Ça change quoi), revient sur les circonstances dramatiques[2] ayant entouré le sommet du G8 à Gênes en 2001[3].

Depuis plusieurs années, il dénonce le désastre écologique représenté par la circulation de paquebots de croisière en pleine Venise, où il vit, et participe à divers collectifs de résistance dans ce domaine[4]. Ses textes Sentiments subversifs (2010)[5] et Venise est lagune (2015), utilisant aussi la résonance de ses multiples résidences d'écriture à Saint-Nazaire (MEET), où sont construits nombre de ces paquebots, s'en font tout particulièrement l'écho[6].

Son dernier texte en date (en français : Ces histoires qui arrivent) est une brève méditation poétique et voyageuse entre Lisbonne, Pise et Venise, en compagnie du souvenir d'Antonio Tabucchi, devenu un proche ami de l'auteur depuis le mémoire de maîtrise intitulé Nouveaux romanciers italiens : Daniele Del Giudice et Antonio Tabucchi[7].

Il enseigne la création littéraire à la faculté de lettres de l'Université de Padoue depuis 2002, et écrit dans de nombreux journaux et revues[1]. Depuis 2011, il collabore en permanence au Corriere della Sera et à son supplément littéraire La Lettura.

Il est le traducteur italien de Jean-Philippe Toussaint et de Patrick Deville[8]. Il anime régulièrement des rencontres et des ateliers sur la traduction littéraire, en France comme en Italie[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Terra Rossa, roman, Transeuropa, 1993 - Rééd. Fernandel, 1998 - Rééd. Amos, 2005
  • Giocando a pallone sull'acqua, chronique, Marsilio, 1999
  • Andate e ritorni, scorribande a nordest, récit, Amos, 2003
  • Cosa cambia, roman, Marsilio, 2007
  • Impassibili et maledette - Le invenzioni di Andrea Pirlo, récit, Limina, 2010 - Rééd. Terra Ferma, 2014
  • Sentimenti sovversivi, roman, Isbn Edizioni, 2011
    • En français : Sentiments subversifs, trad. Jérôme Nicolas, MEET, 2010
  • Sentimenti decisivi, Feltrinelli Zoom, 2012
    • En français : Sentiments décisifs, trad. Jérôme Nicolas, Feltrinelli Zoom, 2013
  • Venezia é laguna, pamphlet poétique, Feltrinelli, 2015
  • Storie che accadono, méditation poétique.
    • En français : Ces histoires qui arrivent, trad. Jérôme Nicolas, La Contre Allée, 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Maison des Ecrivains et Traducteurs : Roberto FERRUCCI », sur www.meetingsaintnazaire.com (consulté le 1er novembre 2016)
  2. Jade Lindgaard, « Le spectre de Gênes, juillet 2001 », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  3. Martine Laval, « 2001, G8 à Gênes : un journaliste revient sur les lieux du crime », Télérama,‎ (lire en ligne)
  4. Marion Cocquet, « À Venise, la fronde contre les méga-paquebots s'organise », Le Point,‎ (lire en ligne)
  5. Jean Delavaud, « Venise et Saint-Nazaire, muses de Roberto Ferrucci », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  6. Alain Nicolas, « Venise et ses monstres », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  7. « Ces histoires qui arrivent », sur La Petite Revue. Critique littéraire et théâtrale, (consulté le 15 décembre 2017)
  8. « Roberto Ferrucci », sur La contre allée (consulté le 1er novembre 2016)
  9. Jean-Marie Duhamel, « D’un pays l’autre» : regards sur la condition du traducteur », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]