Institut d'études politiques de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sciences Po Bordeaux
Logo Sciences Po Bordeaux.jpg
Logo de Sciences Po Bordeaux.
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Autre établissement public national d'enseignement (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
Président
Directeur
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
Plus de 2000[3]
Enseignants
Plus de 300[3]
Localisation
Pays
Campus
Ville
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'Institut d'études politiques de Bordeaux (également appelé « Sciences Po Bordeaux ») est un établissement français public d’enseignement supérieur créé en 1948, aujourd’hui situé sur le campus de Pessac, à huit kilomètres du centre-ville de Bordeaux, et associé à l'Université de Bordeaux. C’est l'un des dix instituts d’études politiques de France, et il fait à ce titre partie des grandes écoles.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'Institut d'études politiques de Bordeaux est un établissement public à caractère administratif associé à l’université de Bordeaux. Son statut est fixé par le décret du [4]. Son directeur est, depuis , Dominique Darbon.

Le président du Conseil d'administration de l'école est Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et alumnus de l'école[5] Il succède à Anne Guérin (2014-2019), conseillère d’État et présidente de la Cour administrative d'appel de Bordeaux et à Jean-Charles Leygues (2005-2014), directeur général honoraire de la Commission européenne[6].

Il fait partie actuellement de la « Communauté d'universités et établissements d'Aquitaine », après avoir été membre fondateur du PRES Université de Bordeaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’établissement est créé par décret du [7] sous le nom d’Institut d’études politiques de l’université de Bordeaux, quelques mois après la création, le , des instituts d'études politiques de Grenoble, Lyon et Toulouse[8]. Maurice Duverger devient son premier directeur.

Il obtient le statut d’établissement public et prend son nom actuel en application du décret du [9]. Depuis 1967, Sciences Po Bordeaux bénéficie du statut d'IEP « d'équilibre » au même titre que Sciences Po Grenoble, ce qui lui a valu des moyens supplémentaires en termes de personnel, en documentation et en recherche[10].

L’institut compta parmi ses enseignants le fondateur de l'IFOP Jean Stoetzel, l’historien du droit et philosophe Jacques Ellul, les politistes Jacques Lagroye et Alain Garrigou, et la future ministre, secrétaire générale du Conseil de l’Europe et vice-présidente du Parlement européen Catherine Lalumière. Vincent Feltesse (président de la Communauté urbaine de Bordeaux), Alain Juppé (maire de Bordeaux) et Gilles Savary (député) ont également été enseignants à l'IEP de Bordeaux. Jusqu’en 1967, il était installé à Bordeaux même, au n°4 de la rue du Maréchal-Joffre, siège actuel du Tribunal d’instance de Bordeaux.

Scolarité[modifier | modifier le code]

Les études, qui duraient trois ans jusqu’en 2002, ont été étendues à cinq ans suivant le modèle européen du « LMD ». L’année 2005 marque la dernière phase de la réforme ; la deuxième année est devenue l’année obligatoire de mobilité en France ou à l’étranger.

Admissions[modifier | modifier le code]

Il est possible d'intégrer Sciences Po Bordeaux en première, troisième et quatrième année. Les différents concours d'entrée sont particulièrement sélectifs : en 2013, 6,70 % des candidats à l'entrée en première année à Bac + 0 avaient été reçus. À compter de 2015, l'admission en première année de filière générale à bac +1 est supprimée, entraînant un quasi-doublement du nombre des places offertes pour l'entrée en bac +0[11].

Les dates d'inscription en ligne aux épreuves se situent généralement entre novembre et janvier de chaque année universitaire, les épreuves d'entrées se déroulent entre mars et mai.

  • Pour l'admission en première année, il existe deux concours :
    • L'un, réservé aux élèves de Terminale, donne accès à la filière générale. Le concours comporte d'abord une procédure d'admissibilité avec la constitution d'un dossier. Les candidats admissibles à la suite des examens des dossiers doivent se présenter à une épreuve orale.
    • L'autre concours, ouvert aux élèves de Terminale, au Bac + 1 et supérieurs, permet d'intégrer l'une des sept filières binationales intégrées (France-Allemagne, France-Caraïbes, France-Espagne, France-Italie, France-Maroc, France-Portugal et France-Hong Kong). Les étudiants sont recrutés par Sciences Po Bordeaux ou par la faculté étrangère partenaire et font leur scolarité en alternance entre les deux universités (3 ans à Sciences Po Bordeaux, 2 ans à l'étranger dans l'université partenaire).
  • Pour l’admission en troisième année de filière générale (à partir de Bac + 2) :
    • une dissertation sur un thème d’actualité ;
    • deux épreuves de langues vivantes (anglais obligatoire) ;
    • une épreuve de spécialité à choisir entre : droit privé, droit public, économie, géographie, histoire, civilisation étrangère, sociologie
  • L'admission en quatrième année (à partir de Bac + 3) :
    • un dossier de projet professionnel
    • une dissertation à partir d'un dossier thématisé
    • une courte épreuve de langue (LV1 et LV2)
    • Pour les candidats déclarés admissibles : un oral d'admission.

Les doubles diplômes internationaux[modifier | modifier le code]

Sciences Po Bordeaux a constitué des « filières intégrées binationales » (FIB) qui sont aujourd'hui devenues emblématiques de l'Institut et de son internationalisation. Tout comme le cursus général, la scolarité s'effectue en 5 ans et confère le grade de master. Ces filières permettent ainsi l’obtention d’un double diplôme conférant le grade de master : celui de Sciences Po Bordeaux (master choisi par l'étudiant) et celui de l’établissement partenaire. Chaque promotion d'une quinzaine d'étudiants environ, composée par moitié d'étudiants français et d'étudiants étrangers, effectue la scolarité en commun et en alternance entre Sciences Po Bordeaux et l'université partenaire. Ces cursus sont totalement bilingues (en anglais pour la FIFCA). La scolarité s'organise généralement selon ce schéma :

  • Année 1 : Sciences Po Bordeaux.
  • Année 2 : Établissement partenaire.
  • Année 3 : Sciences Po Bordeaux.
  • Année 4 : Établissement partenaire.
  • Année 5 : Sciences Po Bordeaux.
Il existe actuellement 6 parcours
Filière Description
Filière intégrée France - Allemagne (FIFA) En partenariat avec l'Université de Stuttgart, la FIFA débouche sur le diplôme de Sciences Po Bordeaux et sur le master "Empirische Politik-und Sozialforschung" de l’Université de Stuttgart.
Filière intégrée France - Caraïbes (FIFCA) En partenariat avec l'Université des Antilles (UA) et l'University of the West Indies (UWI) de Kingston en Jamaïque, la FIFCA conduit à l’obtention de trois diplômes de master : le diplôme de Sciences Po Bordeaux, le master de Science politique de l’UA et le Master of Science (MSc) "Politics and international cooperation" de l’UWI. La deuxième année se déroule en Martinique au campus de Schœlcher, l'année 4 à Kingston au campus de Mona en Jamaïque.
Filière intégrée France - Espagne (FIFE) En partenariat avec l'Université autonome de Madrid, la FIFE conduit à l'obtention du diplôme de Sciences Po Bordeaux et du "Grado en ciencia política y administración pública" du département de science politique et de relations internationales de l’Université autonome de Madrid.
Filière intégrée France - Italie (FIFI) En partenariat avec l'Université de Turin, la FIFI conduit à l'obtention du diplôme de Sciences Po Bordeaux et de la "Laurea specialistica" de la faculté de science politique de l’Université de Turin. S’ajoutent à ces deux titres, la "Laurea" (licence) délivrée par l’Université de Turin.
Filière intégrée France - Hong-Kong (FIFHKG) En partenariat avec l'Université Baptiste de Hong-Kong, la FIFHKG débouche sur le diplôme de Sciences Po Bordeaux et le Bachelor spécialisé en sciences sociales (4 ans) de l’Université Baptiste de Hong-Kong.
Filière intégrée France - Portugal (FIFPO) En partenariat avec l'Université de Coimbra, la FIFPO conduit à l'obtention du diplôme de Sciences Po Bordeaux et du master de la faculté d’économie (option Relations internationales ou Sociologie) de l’Université de Coimbra.

Le premier cycle[modifier | modifier le code]

Les trois premières années - le premier cycle du diplôme - constituent la phase d'apprentissage et d'acquisition d'une méthodologie propre aux IEP, ainsi que des fondamentaux des sciences humaines et sociales. Il correspond en termes de cursus aux années de licence à l'université. Il est issu de l'étoffement de l'ancienne offre de formation des IEP qui a été étendue et complétée par une année obligatoire dans une université étrangère ou une année d’études dans une université française autre que l’IEP. Il a pour but l'initiation des étudiants aux grandes disciplines sur lesquelles reposent leur formation (droit, science politique, histoire, économie, relations internationales sociologie, géographie), l'acquisition de méthodes de travail, et le renforcement des deux langues étrangères choisies.

Il se décompose en 3 années, chacune sanctionnée par l'obtention de 60 crédits ECTS :

Première année[modifier | modifier le code]

Découverte et méthodologie sont les deux maîtres-mots de la première année à Sciences Po Bordeaux. Il s'agit d'explorer un nouveau cadre d’études et d'expérimenter de nouvelles méthodes de travail, en bref acquérir les « fondamentaux ».

Deuxième année[modifier | modifier le code]

La deuxième année consiste en une année de mobilité obligatoire à l'étranger, sous forme d'une année d'études ou d'un stage. L'Institut dispose de plus de 250 partenariats universitaires en Europe et dans le reste du monde. Les étudiants ont également la possibilité de poursuivre leur cursus en France, dans un autre établissement universitaire.

Troisième année[modifier | modifier le code]

Cette troisième année est celle des approfondissements. C'est l'année de consolidation permettant à toutes celles et tous ceux qui vont intégrer l’un des masters professionnels ou de recherche, en quatrième année, de s’assurer que le savoir fondamental et général a bien été acquis avant d’entamer la phase de spécialisation.

Deuxième cycle - Les masters (ou diplôme d'institut d'études politiques)[modifier | modifier le code]

Les quatrième et cinquième années, constituant le deuxième cycle du diplôme, marquent une spécialisation importante, surtout en cinquième année. Organisés par Majeures, les parcours de master sont conçus comme des formations professionnalisantes, où le stage long de Master 2 joue un rôle essentiel, tout comme le mémoire pour ceux qui envisagent une orientation vers la recherche. Des stages sont réalisés entre la quatrième et la cinquième, mais également durant la cinquième année. Pour les parcours dirigés vers la recherche, les stages sont remplacés par des mémoires destinés à permettre l’entrée à l’École doctorale de science politique de Bordeaux.

Le cycle de master se décompose en 2 années, chacune sanctionnée par l'obtention de 60 crédits ECTS. À la fin de la cinquième année, les étudiants reçoivent le Diplôme de Sciences Po Bordeaux, qui confère le grade national de master.

Majeure « Carrières publiques »[modifier | modifier le code]

  • Carrières administratives (CA).
  • Expertise en affaires publiques/ Droit Public des Affaires (EAP/DPA) : double-master avec l'Université de Bordeaux.
  • Objectif ENA (OENA).

Majeure « Affaires internationales »[modifier | modifier le code]

  • Géo-économie appliquée (GEA).
  • Risques et développement aux suds (RDS) composée de trois mineures:
    • Coopération internationale et développement (CID).
    • Gouvernement et action publique (GAP).
    • Gestion des risques (GR).
  • Politique internationale (PI).
  • Europe-Russie : Stratégies et enjeux globaux (ancien Master IEDG), en partenariat avec l'Université de l'Amitié des Peuples de Moscou.
  • Bordeaux International Relations Degree (BIRD), en partenariat avec le Middlebury Institute of International Studies à Monterey.

Majeure « Politique, société et communication »[modifier | modifier le code]

  • Intégration et gouvernance européenne (IGE)
  • Affaires publiques et représentation des intérêts (APRI).
  • Journalisme (JO).
  • Communication publique et politique (CPP).
  • Métiers du politique (MDP).
  • Science politique et sociologie comparatives (SPSC) .
  • Stratégies & Gouvernances Métropolitaines (SGM).

Majeure « Management des projets et des organisations »[modifier | modifier le code]

  • Gestion des entreprises et des organisations (GEO).
  • Économies sociale et solidaire & innovation sociale (ESSIS).
  • Management de projets culturels et développement territorial (MPCDT).
  • Gouvernance de la transition écologique (GTE).

Troisième cycle - Doctorat[modifier | modifier le code]

Sciences Po Bordeaux est membre de l'École doctorale "Société, politique, santé publique". Cette école doctorale résulte du regroupement de l'École "Sciences sociales : société, santé, décision " (Université de Bordeaux) et de la précédente école doctorale "Science Politique" (Université de Bordeaux et Institut d’Études Politiques, Bordeaux).

Cette école propose des doctorats en :

  • Science politique.
  • Sociologie.

Autres formations proposées[modifier | modifier le code]

La préparation aux concours administratifs[modifier | modifier le code]

Conformément à sa vocation originelle, l’IEP concourt à la formation des cadres du service public, tant au travers de sa formation initiale que par ses préparations aux concours de l’encadrement administratif. Trois préparations spécifiques existent, accessibles en formation initiale (après le diplôme, une licence ou un master) ou en formation continue (salariés, fonctionnaires) :

La formation continue[modifier | modifier le code]

L'IEP a développé une offre de formation continue s’adressant aux élus, cadres des organismes publics, parapublics, associatifs mais aussi aux cadres d’entreprise. Il s'agit de formations courtes (1 journée) ou de formations certifiantes (15 journées).

Ces formations concernent les domaines d'expertise de l'IEP: management, questions internationales, gouvernance territoriale, action sociale, communication et gestion.

Les formations sont assurées par des professeurs de l'IEP et des intervenants extérieurs qualifiés selon la thématique.

Diversification sociale[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, l'Institut a mis en place, avec le soutien du Conseil Régional d'Aquitaine, du Rectorat de l'Académie de Bordeaux et de l'ACSE, un programme de diversification sociale par un dispositif de préparation intégrée dans 24 lycées d'Aquitaine afin de favoriser l'accès à l'établissement d'élèves issus de catégories sociales peu favorisées. Ce programme, intitulé « Sciences Po Bordeaux, Je le Peux Parce que Je le Veux ! », a été la première Cordée de la réussite à être ainsi labellisée en Aquitaine en 2008. 1 183 lycéens aquitains ont bénéficié de ce programme entre 2006 et 2013, 965 se sont effectivement présentés aux épreuves d'entrée et 103 ont été admis. Grâce à ce dispositif, Sciences Po Bordeaux compte 30 % de boursiers de l'Enseignement supérieur sur l'ensemble de ses élèves et est l'Institut qui accueille le plus d'enfants d'ouvriers et d'employés parmi les 10 IEP en France (voir Sociologie des grandes écoles).

Classement et réputation[modifier | modifier le code]

S'il n'existe aucun classement officiel des IEP conformément à l'ordonnance 45-2283 du qui met sur un même pied d’égalité les différents IEP de France, l'Institut d'études politiques de Bordeaux n'en reste pas moins l'un des plus prisés et des plus sélectifs de France.

Sciences Po Bordeaux attire plus de 5000 candidats à bac+0 pour un taux d'admission similaire à celui de l'IEP de Lille, autour de 6%, contre 17% à l'IEP de Paris et 13% à l'IEP de Grenoble[12]. En 2019, Sciences Po Bordeaux était le deuxième Sciences Po proposant le salaire moyen de sortie brut le plus élevé[13].

Le rapport du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (HCERES) estime que « l’attractivité se mesure aux nombreuses candidatures (au moins une cinquantaine de dossiers tous les ans) en masters dans le cadre de la mutualisation inter IEP et peu d’étudiants de l’IEP de Bordeaux qui souhaitent partir dans d’autres IEP pour leur master »[14]. Il est l'un des Sciences Po qui attire le plus d'étudiants des autres IEP au niveau master, aux côtés de Lille et Paris[15].

L'institut fait partie de la Conférence des grandes écoles depuis . La CGE cite au sujet de l'école ses « deux centres de recherche en SHS de réputation internationale », ainsi que la qualité de « ses cycles de préparations aux plus grands concours d’entrée dans les fonctions publiques d’État, territoriale et hospitalière »[16].

Campus[modifier | modifier le code]

Jusqu’en 1967, Sciences Po Bordeaux était installé à Bordeaux même, au no 4 de la rue du Maréchal-Joffre, siège actuel du Tribunal d’instance de Bordeaux. Il se situe depuis cette date sur le Domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan.

De à , l'IEP de Bordeaux entame une restructuration complète de ses locaux. Un investissement de 25 millions d'euros est financé par le Conseil Régional d'Aquitaine. Ces travaux portent la surface totale du bâtiment de 8 400 m2 à 15 200 m2. Quatre nouveaux amphis, portant de nom de Jacques Ellul, Étienne de La Boétie, Aliénor d'Aquitaine et Simone Veil sont inaugurés par Alain Rousset, président du Conseil Régional d'Aquitaine[17] en . Le nouveau "Sciences Po Bordeaux" est inauguré le par Bernard Cazeneuve, Premier ministre de l'époque et ancien élève de l'Institut.

Vie associative[modifier | modifier le code]

La vie associative de l’établissement est riche. Animée par plus de 50 associations « reconnues » à l'IEP[18], elle rythme la vie estudiantine. Quatre associations jouent un rôle particulier : le Bureau des élèves (BDE), qui organise les galas, l'intégration, ainsi que l'aide aux étudiants et la cérémonie de remise des diplômes, le Bureau des Arts (BDA), qui traite d'éloquence, de l'activité théâtrale, de la danse, de la musique, du chant, du cinéma, etc., d'Erasmix (association Erasmus) et l’Association Sportive. Cette dernière est chargée de l'organisation du critérium inter-IEP lorsqu'il se déroule à Bordeaux, comme ce fut le cas en .

Alumni[modifier | modifier le code]

Un grand nombre d'anciens élèves ont fait carrière dans la politique, la haute fonction publique, les médias, la recherche scientifique ou les entreprises, en France et dans le monde. D'autres ont joué un rôle important dans le domaine de l'art ou de la littérature.

Personnalités politiques :

Hauts fonctionnaires et magistrats :

Dirigeants d'entreprises :

Journalistes :

Universitaires et écrivains :

Directeurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Le Gendre, « Mort de Maurice Duverger, le « pape » de la science politique française », sur lemonde.fr, (consulté le ) : « En 1946, alors qu’il vient de créer l’IEP de Bordeaux, il publie ses premiers « papiers » dans Le Monde. »
  2. Christophe Lucet, « Sciences Po Bordeaux : Dominique Darbon, élu nouveau directeur pour cinq ans », sur https://www.sudouest.fr sudouest.fr], (consulté le ) : « Directeur du laboratoire « Les Afriques dans le monde » et politiste, il succède à Yves Déloye pour cinq ans à la direction de l’établissement bordelais. »
  3. a et b Selon le Livret d'accueil - Rentrée 2018 de Sciences Po Bordeaux, page 7
  4. Décret n°89-901 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d’études politiques sur www.legifrance.gouv.fr et Décret n°89-902 du 18 décembre 1989 relatif aux instituts d'études politiques dotés d’un statut d’établissement public administratif rattachés à une université sur www.legifrance.gouv.fr
  5. p.rivaud#utilisateurs-ldap, « Bernard CAZENEUVE », sur www.sciencespobordeaux.fr, (consulté le )
  6. « Bordeaux : Anne Guérin, élue présidente du conseil d'administration de Sciences Po », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  7. « Fac-similé JO du 14/08/1948, page 07998 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  8. « Fac-similé JO du 05/05/1948, page 04362 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  9. Décret no 69-56 du 18 janvier 1969 relatif aux instituts d’études politiques d’Aix, de Bordeaux, de Grenoble, de Lyon, de Strasbourg et de Toulouse (abrogé)
  10. « Les petits frères de Sciences po », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Sciences Po Bordeaux supprime l’accès à Bac +1 »
  12. « Lumière sur les IEP : l’établissement le plus sélectif n’est pas forcément Sciences-Po Paris », sur L'Obs, (consulté le )
  13. « La cote des diplômes 2019 - Instituts d’Etudes Politiques (IEP) », sur Challenges (consulté le )
  14. Rapport du HCERE sur Sciences Po Bordeaux PDF.
  15. Rapport du HCERES sur Sciences Po Bordeaux PDF.
  16. « Deux nouvelles écoles membres à la Conférence des grandes écoles », sur CGE (consulté le )
  17. Sciences Po dévoile ses quatre amphis
  18. Sciences Po Bordeaux, « Vie associative » (consulté le ).
  19. a b c d e f et g (fr) « 60 ans de Sciences Po Bordeaux », sur ac-bordeaux.fr,
  20. « Sciences Po Bordeaux : Dominique Darbon, élu nouveau directeur pour cinq ans », sur SudOuest.fr (consulté le )
  21. « Arrêté du 22 juillet 2021 portant nomination du directeur de l'Institut d'études politiques de Bordeaux », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]