Université Johns-Hopkins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Johns-Hopkins
Image illustrative de l'article Université Johns-Hopkins
Devise Veritas vos liberabit (« La vérité vous rendra libre »)
Nom original Johns Hopkins University
Informations
Fondation 1876
Type Université privée
Régime linguistique Anglais
Dotation 2,4 milliards de $[1]
Localisation
Coordonnées 39° 19′ 48″ nord, 76° 37′ 14″ ouest
Ville Baltimore
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau du Maryland Maryland
Campus 0,57 km²
Direction
Président Ronald J. Daniels
Chiffres clés
Undergraduates 4 417
Postgraduates 14 275
Divers
Affiliation AAU
Site web jhu.edu

Géolocalisation sur la carte : Maryland

(Voir situation sur carte : Maryland)
Université Johns-Hopkins

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Université Johns-Hopkins

L’université Johns-Hopkins (Johns Hopkins University, ou JHU) est une université privée américaine, située à Baltimore, au Maryland. L'université dispose également de ses propres campus à Washington, à Bologne en Italie, à Singapour et à Nanjing, en Chine. Elle doit son nom à Johns Hopkins, un entrepreneur fortuné qui a légué à sa mort 7 millions de dollars à l'université.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université est créée en 1876, son premier président, Daniel Coit Gilman, en a précisé l'objectif dans son discours d'investiture : « L'encouragement de la recherche et la progression des étudiants qui, par leur excellence, feront progresser les sciences et la société. »

Le campus de l'université est situé assez loin au nord du centre-ville de Baltimore, du côté ouest de l'axe principal nord-sud de la ville que constitue Charles street. Le Baltimore Museum of Art (BMA) marque l'entrée sud du quartier de l'université, avec laquelle il communique par des chemins piétonniers et la Spring House de Latrobe réimplantée à côté du musée. Les bâtiments du campus sont homogènes, pour la plupart en brique et inspirés sur le plan architectural du XVIIIe siècle anglais et américain.

Départements et classements[modifier | modifier le code]

Le classement effectué par le Times Higher Education Supplement place l'université au treizième rang mondial et au neuvième rang parmi les universités américaines[2]. Très renommée en médecine et en relations internationales, elle propose entre autres des cours de français, espagnol, allemand, histoire, histoire de l'art et sciences[3].

L'université est régulièrement classée meilleure école de santé publique des États-Unis, tandis que l'école de médecine arrive en seconde position, derrière Harvard dans les classements annuels d'U.S. News.

L'université possède sa propre maison d'édition, la Johns Hopkins University Press, fondée en 1878 et possédant le statut de plus vieille maison d'édition universitaire américaine.

Étudiants[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2012-2013, seuls 1 362 étudiants ont pu entrer l'université au niveau undergraduate sur 20 504 demandes d'admission[réf. souhaitée]. Plus de 85 % des étudiants admis à l'université faisaient partie des meilleurs 10 % de leurs classes de lycée.

En 2012-2013, l'université compte environ 8 % d'étudiants internationaux[4].

Panneau du Homewood Campus

Personnalités[modifier | modifier le code]

À la date de 2012, 37 lauréats du Prix Nobel ont fréquenté, à un titre ou un autre, l'université Johns Hopkins[5]. Woodrow Wilson, président des États-Unis, qui a soutenu sa thèse de doctorat à la Johns Hopkins en 1886 fut le premier Prix Nobel de la paix en 1919[5],[6]. Vingt-trois lauréats ont enseigné dans les facultés, cinq sont des docteurs de l'université, huit sont titulaires d'un doctorat de médecine ; Francis Peyton Rous et Martin Rodbell y ont simplement passé leur licence. Dix-huit diplômés de la Johns Hopkins ont été récompensés du Prix Nobel de Physiologie et de Médecine, et représentent à ce titre la catégorie la plus nombreuse[5]. Quatre prix Nobel ont été partagés par des diplômés de la Johns Hopkins : George Minot et George Whipple ont obtenu le Prix Nobel de Physiologie et de Médecine en 1934[7], Joseph Erlanger et Herbert Spencer Gasser celui de 1944[8], Daniel Nathans et Hamilton O. Smith celui de 1978 [9], et David H. Hubel et Torsten N. Wiesel celui de 1981[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]