Alex Türk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alex Türk
Image illustrative de l'article Alex Türk
Fonctions
Sénateur du Nord
En fonction depuis le
Conseiller général du Canton de Lille-Centre
Prédécesseur Christian Decocq (RPR)
Successeur Martine Filleul (PS)
Conseiller régional de Nord-Pas-de-Calais
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Roubaix (Nord)
Parti politique RASNAG (DVD)
Diplômé de Université de Lille
Profession Maître de conférences en droit public

Alex Türk est un homme politique français né le à Roubaix. Il est sénateur du département du Nord (Nord-Pas-de-Calais) et ancien président de la CNIL (2004-2011). Ancien membre du RPR, il démissionne le de son parti et est maintenant étiqueté divers droite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alex Türk a suivi une formation juridique : il est docteur en droit[1]. Il est également diplômé d'études supérieures de droit public et de sciences politiques. En 1978, il est assistant parlementaire, élu au conseil municipal et nommé premier adjoint au maire de Marcq-en-Barœul en 1983. En mars 1983, il est élu au conseil régional de la région Nord-Pas-de-Calais et est réélu à ce poste le 16 mars 1986. En 1985, il devient maître de conférences en droit public à la faculté de droit de l'université de Lille II. Il est chargé de cours à l'Institut d'études politiques de Lille de 1991 à 1994. De 1989 à 1995, il fut conseiller municipal de la ville de Lille.

Il est aussi conseiller général du Nord du canton Lille-centre.

Il a été élu sénateur le 24 septembre 1992, réélu le 23 septembre 2001 puis le 25 septembre 2011. Il est membre de la Commission des lois du Sénat depuis 1992. Il devient vice-président de la CNIL en 2002, puis président depuis le 3 février 2004. Il quitte la CNIL en septembre 2011 à cause de la loi sur le cumul des mandats. Pendant cette période, il obtient des différents gouvernements en place un renforcement notable des effectifs de la CNIL, ce qui lui permet notamment de créer un service dédié à l'activité de contrôle et de renforcer l'expertise informatique de l'autorité qu'il préside. Il s'engage également afin que la CNIL soit plus proche du terrain, notamment en multipliant les déplacements en régions.

Il a également été président de l'autorité de contrôle Schengen de 1995 à 1997, président de l'Autorité de contrôle commune des fichiers d'Europol de 2000 à 2002 et président de l'autorité d'EURODAC depuis décembre 2002.

Alex Türk est également chargé de cours à la Faculté Libre de Droit (FLD), ainsi qu'à ESPOL (European School of Political and Social Sciences) au sein de l'université catholique de Lille, où il enseigne le droit constitutionnel en licence 1.

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[2].

Controverses[modifier | modifier le code]

Alex Türk en tant que président de la CNIL a été nommé aux Big Brother Awards à plusieurs reprises. Il s'agit de récompenses ironiques décernées aux personnalités ou entreprises remarquées pour leur mépris des libertés individuelles ou leur promotion du contrôle des citoyens. Notamment en 2003[3], 2004[4] et 2005[5] « pour l'ensemble de son œuvre », ainsi qu'en 2010 pour son usage de la novlangue[6]. Il a finalement été désigné gagnant Orwell en 2010 avec la « mention spéciale du jury »[7], « Pour tromperie et dissimulation, [et pour avoir endossé] les habits du défenseur tout terrain de la vie privée et des libertés alors qu’il en est parfois le fossoyeur et souvent le facilitateur. »

En tant que sénateur, Alex Türk a également voté en faveur de la loi LOPPSI2 qui vise à augmenter les moyens de contrôle des citoyens. Il justifie ce vote par le fait que la loi LOPPSI2 comprenait une disposition qu'il avait exigée et qui confiait le contrôle de la vidéosurveillance à la CNIL[8], dont il était alors le président.

De même, il a voté pour la loi HADOPI, malgré l'avis défavorable de la CNIL qu'il présidait. Il s'en explique sur Internet[9].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Alex Türk est l'auteur, en 2011, d'un ouvrage "La vie privée en péril" (Éditions Odile Jacob) dans lequel il expose notamment les menaces qui pèsent sur l'avenir de la protection des données personnelles.

Il est également l'auteur d'un polar, paru en 2016, "Tour de vice" (Éditions Delpierre).

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes
  • Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais
  • Conseiller municipal de Lille
  • Conseiller général du Nord (canton : Lille-centre)
  • Président de la CNIL 2004-2011

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse de doctorat soutenue à Lille 2 en 1984 sous le titre Le Droit public français face au progrès technologique : l'exemple de l'environnement
  2. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  3. Nomination 2003
  4. Nomination 2004
  5. Nomination 2005
  6. Nomination 2010
  7. Prix spécial du jury 2000-2010
  8. « Alex Türk ne regrette pas le vote des lois Hadopi et Loppsi », Numerama, 20 septembre 2011
  9. « Hadopi : Alex Türk « assume », et s’explique », Bug Brother (blog de Jean-Marc Manach), 4 juin 2009