Creys-Mépieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Creys-Mépieu
Creys-Mépieu
La place de l'église en 2015.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Olivier Bonnard
2020-2026
Code postal 38510
Code commune 38139
Démographie
Population
municipale
1 499 hab. (2018 en diminution de 2,09 % par rapport à 2013)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 45″ nord, 5° 29′ 18″ est
Altitude 260 m
Min. 200 m
Max. 343 m
Superficie 29 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Morestel
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Creys-Mépieu
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Creys-Mépieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Creys-Mépieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Creys-Mépieu
Liens
Site web www.creys-mepieu.com

Creys-Mépieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Issue de la fusion de deux communes en 1989, toutes deux anciennes paroisses de la province royale du Dauphiné durant l'Ancien Régime, la commune de Creys-Mépieu est adhérente à la communauté de communes Les Balcons du Dauphiné dont le siège est fixé à Saint-Chef.

Son territoire abrite notamment le site nucléaire de Creys-Malville, connu sous le nom de Superphénix, situé en bordure du Rhône. Il héberge également le Château de Mérieu qui fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques.

Ses habitants sont dénommés les Creypieulans[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Située dans la partie septentrionale du département de l'Isère, au nord des agglomérations de Morestel et de La Tour-du-Pin, la commune de Creys-Mépieu, créée par l'union des anciennes communes de Creys-et-Pusignieu et de Mépieu, se positionne plus précisément dans une région de collines en bordure orientale d'un plateau calcaire en forme de triangle dénommé l'Isle-Crémieu.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bouvesse-Quirieu Briord (Ain) Rose des vents
Courtenay N Lhuis (Ain)
O    Creys-Mépieu    E
S
Arandon-Passins (Arandon) Saint-Victor-de-Morestel

Géologie[modifier | modifier le code]

Ce secteur de l'Isle Crémieu auquel appartient Creys-Mépieu (mais aussi Courtenay et Optevoz) abrite une masse d’eau importante avec des affleurements calcaire jurassiques et des moraines datant de la dernière galaciation[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La partie septentrionale du département de l'Isère est formée de plaines au climat tempéré, de bas plateaux et de collines au climat un peu plus rudes. Du fait d'un relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément.

Le territoire connait également de nombreux brouillards persistants dans les zones les plus rurales au niveau de la vallée du Rhône mais aussi des marais et des nombreux plans d'eaux entourant les bourgs et les divers hameaux.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est bordé dans sa partie orientale par le Rhône, un des principaux fleuves français et européen long de 812 kilomètres. Le territoire est également parsemé de divers plans d'eau, dont l'étang de la Save dont l'émissaire, du même nom et d'une longueur de 12,5 km, rejoint le Rhône à Brangues[3].

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Plan de la commune de Crey-Mépieu et des communes limitrophes

Le territoire communal est situé à l'écart des grands axes routiers. Il est cependant traversé par la RD 14a qui relie la RD 1075 (ancienne route nationale 75 qui relie Grenoble à Bourg-en-Bresse) à la RD 19 après avoir traversé le Rhône en aval du site de l'ancienne centrale de Creys-Malville.

L’autoroute la plus proche est l'autoroute A43, une voie autoroutière qui relie l'agglomération lyonnaise à Modane. La sortie la plus proche est la sortie no 9, située à 16 km de la ville, au sud de la ville de La Tour-du-Pin.

Depuis la disparition de la ligne de Chemin de fer de l'Est de Lyon et la fermeture de la gare de Poleyrieu - Mépieu, la gare ferroviaire la plus proche est la gare de La Tour-du-Pin, desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Creys-Mépieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Selon le site de la mairie, les maisons anciennes y sont généralement construites en pierre, matériau abondant dans le sous-sol. Certaines demeures portent les mantelures, escaliers de pierre sur le toit, ou le toit dauphinois à quatre pans fortement inclinés[9].

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Creys-Mépieu présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[10].

  • le Devin
  • Faverges
  • Malville
  • Mépieu
  • Pusignieu
  • Mérieu (château)
  • les Gouverdières
  • le Poulet
  • Creys
  • Bran
  • la Gorge
  • le Devau
  • la Cantonnière
  • Daleygneu
  • les Barmes
  • Quincieu
  • Chantabeau
  • les Mollards
  • l'Ucle
  • Bracon
  • la Mollière
  • les Chavettes
  • le Bessay
  • Durapé

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Creys-Mépieu est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[11].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

  • Inondations de plaine (Crues du Rhône)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La place de Creys en 1913.

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La région de l'Isle Crémieu se situe dans la partie occidentale du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Entre 1790 et 1794, Creys[12] fusionne avec Pusignieu[13] pour former la commune de Creys-et-Pusignieu.

Créée par un arrêté préfectoral du , Creys Mépieu est née de la fusion des communes de Creys-Pusignieu et de Mépieu qui étaient associées depuis le 29 septembre 1989[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Creys-Mépieu

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Olivier Bonnard UMP-LR Employé
Président de la Communauté de Communes
Conseiller départemental du canton de Morestel depuis juillet 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 1 499 habitants[Note 2], en diminution de 2,09 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
586673727711797836819888883
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
885903899867883833815802720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666618586533512459452436417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3934083736719591 0911 2951 3231 512
2017 2018 - - - - - - -
1 5031 499-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

À la rentrée scolaire 2020/201, le groupe scolaire de Creys-Mépieu se compose de deux structures : l'école maternelle (comprenant deux classes) et l'école primaire (comprenant quatre classes)[18].

Équipements sportifs et culturel[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité à la communautés de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église de Creys.

La communauté catholique et l'église de la commune dépendent de la paroisse « Saint-Pierre du Pays des Couleurs » qui regroupe vingt-sept églises de la région du nord-Isère[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

L'agriculture correspond à une part principale de l'activité économique de Creys-Mépieu. Tous types d'agriculture cohabitent sur la commune (une dizaine), allant de l'agriculture biologique à l'agriculture conventionnelle.

La coopérative d'utilisation de matériel agricole en commun (CUMA) est créée en 1991. Elle est le fruit d'un travail collaboratif entre les agriculteurs de la commune ainsi que de certaines communes aux alentours, afin de mutualiser le matériel agricole pour plus de rentabilité et ainsi pouvoir investir plus rapidement, dans un matériel plus adapté au travail de chacun et plus diversifié. Elle est surtout reconnue pour la coopération entre agriculteurs, avec notamment la necessité d'un travail planifié et d'entraide entre paysans.

Aujourd'hui la CUMA, cultive 600 hectares parsemés sur toute la commune.

Chaque année, certains agriculteurs mutualisent leurs forces dans la production de maïs semence (activité agricole dominante), embauchant une centaine de jeunes entre 16 et 25 ans pour l'épuration des maïs semence[20].

Secteur industriel[modifier | modifier le code]

Reacteur est du Superphénix.

La commune comprend divers industries notamment une carrière PERRIN aux alentours de Mépieu, et le site EDF de la centrale nucléaire Superphénix de Creys-Malville[20], prototype industriel de la filière des réacteurs à neutrons rapides et à calo-porteur sodium de grande puissance 1 200 MW électrique.

Artisans et commerçants[modifier | modifier le code]

L'artisanat est prépondérant dans la commune, il contient de bien nombreuses activités allant de l'horticulture, jusqu'au travaux dans le bâtiment (maçonnerie, carreleur, terrassement..), en passant par une entreprise d'infusion, un horticulteur[21]...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Mérieu[modifier | modifier le code]

Le château de Mérieu, qui fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 9 juin 1987[22], est situé sur une terrasse dominant le Rhône et faisant face aux monts du Bugey, à l'entrée du défilé de Malarage, à 2 km à l'est du village de Creys.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de Creys (datant de la fin du XIXe siècle);
  • Église de Mépieu (datant du XIIIe siècle et reconstruite en grande partie au XIXe siècle);
  • Monuments aux morts de Creys et de Mépieu;
  • Château fort de la Poype, du XIIe siècle[23];
  • Maison forte de Rochevieille, du XIIIe siècle[23];
  • Monastère de Saint-Alban, du XIIe ou XIIIe siècle[23];
  • Château de Mépieu, du XVe au XIXe siècle[23].

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Cette réserve naturelle, Proche du Rhône, est gérée par l'Association Nature Nord Isère « Lo Parvi ».
Le site est inclus dans la ZNIEFF de type I no 3830-2407 ainsi que dans le site Natura 2000 de l'Isle Crémieu[24].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[25]. En 2014, la commune avait obtenu « une fleur »[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Creys-Mépieu possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 2 octobre 2020.
  2. « Page sans titre », sur www.ades.eaufrance.fr (consulté le 17 mai 2017).
  3. site http://la.save.de.morestel.free.fr, présentation de la rivière, consulté le 17 août 2019.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. Site creys-mepieu.com, page de présentation de la commune, consulté le 3 octobre 2020
  10. Site géoportail, page des cartes IGN
  11. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  12. a et b http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=11082
  13. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=61215
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Site creys-mepieu.com, page sur la vie scolaire, consulté le 3 octobre 2020.
  19. Site de la paroisse Saint-Pierre du Pays des Couleurs, consulté le 2 octobre 2020.
  20. a et b « Site officiel de la mairie de Creys Mépieu », sur www.creys-mepieu.com (consulté le 8 mars 2017).
  21. « Site officiel de la mairie de Creys Mépieu », sur www.creys-mepieu.com (consulté le 8 mars 2017).
  22. « Château de Mérieu », notice no PA00117171, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. a b c et d Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), pp. 677-678.
  24. « INPN - FSD Natura 2000 - FR8201727 - L'Isle Crémieu - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 12 février 2021).
  25. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).
  26. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :