Chamagnieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chamagnieu
Chamagnieu
Clocher de l'église
Blason de Chamagnieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Jean-Yves Cado
2020-2026
Code postal 38460
Code commune 38067
Démographie
Population
municipale
1 674 hab. (2017 en augmentation de 14,19 % par rapport à 2012)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 51″ nord, 5° 09′ 58″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 341 m
Superficie 13,7 km2
Élections
Départementales Canton de La Verpillière
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chamagnieu
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Chamagnieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamagnieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamagnieu
Liens
Site web http://www.chamagnieu.com/

Chamagnieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Historiquement rattachée à la province royale du Dauphiné, la commune est adhérente, depuis 2017, à communauté de communes Les Balcons du Dauphiné. Ses habitants sont dénommés les Chamagnolands[1] ou Chamagnolans[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Positionné dans la partie nord-ouest du département de l'Isère, Chamagnieu est situé à 8 km de La Verpillière, et environ 30 km de Lyon.

Géologie[modifier | modifier le code]

Elle est située en bordure sud-ouest de l'Isle-Crémieu et présente une particularité géologique : ses collines calcaires, limites méridionales du Jura, tombent sur la plaine fertile de la Bourbre (ancien marais asséché). Elle se situe sur une trainée du carbonifère supérieur qui commence à Givors reposant sur un socle cristallin peu profond lié au massif central. Elle présente une curiosité géologique : une des collines est un petit massif granitique, remontée de ce socle du miocène[3].

Ce massif granitique a fait l'objet d'une exploitation jusqu'à la fin du XXe siècle. L'ancienne carrière de granit, bénéficiant d'une remontée de la nappe, présente un petit plan d'eau très profond, site actuel d'un centre de plongée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chamagnieu
Colombier-Saugnieu
(Rhône)
Tignieu-Jameyzieu Chozeau
Satolas-et-Bonce Chamagnieu Panossas
Saint-Quentin-Fallavier La Verpillière Frontonas

Climat[modifier | modifier le code]

La partie nord-ouest du département de l'Isère où se situe Chamagnieu est formée de plaines à l'ambiance tempérée. Du fait du relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément.

Les étés sont chauds et plutôt secs, mais ils connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est bordé dans sa partie occidentale par la Bourbre, un modeste affluent canalisé et qui rejoint le Rhône (sur sa rive gauche) quelques kilomètres au nord, au niveau du territoire de Chavanoz. Cette rivière, dont le cours est de 72,2 km[4], sépare la commune du territoire de Satolas-et-Bonce.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route départementale 75 (RD75) qui relie Crémieu (carrefour du Buisson Rond) à Pont-Évêque (banlieue de Vienne) traverse le territoire communal selon un axe nord-est - sud-ouest.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Les hameaux[modifier | modifier le code]

Photo de la classe de l'école primaire du hameau de Mianges, Commune de Chamagnieu en 1932. L'institutrice est Adrienne Micolon.
  • Hameau de Mianges
Situé au nord de la commune, le hameau de Mianges est situé au centre d'un territoire agricole. Jusqu'à la fin des années 1960, l'épicerie café du hameau était tenu par Eugénie Palet.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Chamagnieu est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[5].

Terminologie des zones sismiques[6]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Chamagniacum au XIVe siècle[7].

Il s'agit d'une formation toponymique gauloise ou gallo-romane en -(i)acum (forme latinisée du suffixe celtique continental -acon), suffixe locatif à l'origine, devenu également un élément marquant la propriété. La forme prise par ce suffixe dans domaine franco-provençal aboutit généralement à la terminaison -ieu, alors qu'ailleurs, c'est plutôt -(e)y / -(a)y (ou -ac dans le domaine d'oc).

La forme originelle devait être du type *Camaniacon > *Camaniacu[m]. L'évolution du groupe initial /ca/ en /(t)cha/ marque la palatalisation caractéristique des langues d'oïl et franco-provençales. Généralement, le premier élément représente un anthroponyme. Albert Dauzat croit y reconnaître un hypothétique nom de personne gallo-romain *Camanius, variante du nom gaulois Camius[7] (autrement Camios) bien attesté.

Le sens global est donc celui de « propriété, domaine de Camanius ». Le même nom d'homme semble se retrouver dans Chamagne (Vosges, Chemania 1174) sous-entendu villa « domaine rural », de même sens donc[7].

Le buclet : rue de Chamagnieu et hameau de Mianges sur la colline du même nom. Tient son nom de Buclos, de "bu" = bois + "clos" = clôture. C'est le bois clos.[réf. nécessaire] espace inutile

Histoire[modifier | modifier le code]

Chamagnieu est situé dans un périmètre riche en pierre à cupules (Satollas et Bons, Saint Laurent, Chozeau, Saint Quentin, Panossas) occupé dès la préhistoire, ce qu'atteste la découverte à Chamagnieu d'un couteau a rivet du bronze ancien, -1300[8]. Des traces plus récentes remontent à l'antiquité, avec la présence d'une villa romaine (traces visibles sous le terrain de foot[9])

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Michel Brunet-Lecomte    
avant 1995 ? Gilles Brunet-Lecomte DVD  
mars 2001 mars 2008 Yves Reinhard - -
mars 2008 octobre 2010 Henri-Paul Coursimault - -
décembre 2010 En cours Jean-Yves Cado SE Fonctionnaire[10]
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2017, la commune comptait 1 674 habitants[Note 1], en augmentation de 14,19 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
408403437514555555601648665
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
639629612600621570572566514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
479433430406435405474540571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4044325148171 0101 1801 4371 4811 651
2017 - - - - - - - -
1 674--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements sportifs et culturels[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité de la communauté de communes, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Un bulletin communal est distribué régulièrement aux résidents de la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Chamagnieu[modifier | modifier le code]

La maison forte (ou château) de Chamagnieu, située sur les hauteurs de village, remonte sans doute à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, date à laquelle elle appartient à la famille Aynard. En 1313 elle est à la tête d'une châtellenie. Très remanié au XIXe siècle par la famille Yon de Jonage, il a été racheté en 1929 par la commune de Villeurbanne.

Maison forte de Bourcieu[modifier | modifier le code]

La maison forte de Bourcieu, construite aux XIVe et XVIe siècles pour la famille de Bourcieu, conserve un tour ronde d'origine[15]. Elle est mentionnée pour la première fois en 1338.

Maison forte de Bellegarde[modifier | modifier le code]

La maison forte de Bellegarde est mentionnée pour la première fois dans un acte de 1299.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle au hameau de Mianges
  • Église paroissiale du XIXe siècle (clocher-mur, 1844 par Hugues Quenin[16], rénovée en 1999)

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Bourbre

Elle a été aménagée pour la promenade à pied et en VTT et sert de jonction avec les circuits de balade du canton de Pont-de-Chéruy.

  • Les rochers

Sous les roches calcaires de l'Isle Crémieu, on trouve une roche granitique aux teintes de rouille et de vermillon dans des amas de roches rondes qui contrastent au printemps avec le jaune des nombreux genêts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chamagnieu

Les armoiries de Chamagnieu, adoptées le 14 avril 1989, se blasonnent ainsi : D'argent à la croix réduite de gueules, nouée en carré, cantonnée de quatre écussons: au 1er d'azur à trois fleurs de lis d'or, au 2e d'or au dauphin d'azur, barbé, crêté, oreillé et lorré de gueules, au 3e parti au I de gueules à la fasce losangée d'or et d'azur et au II de gueules à la bande losangée d'or et d'azur, au 4e d'azur au sautoir d'or; à la champagne réduite d'argent[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'isère, consulté le 25 juillet 2020.
  2. Site chamagnieu.com Bulletin communal "le mot du maire", consulté le 25 juillet 2020.
  3. Robert Forat, « Aux confins septentrionaux du Bas-Dauphiné : Les Basses Terres. Etude morphologique », Revue de géographie alpine, vol. 42, no 4,‎ , p. 675–712 (DOI 10.3406/rga.1954.1153, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2016)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 23 juillet 2020).
  5. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  6. [1]
  7. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 168a
  8. (en) Aimé Bocquet, « Archéologie et peuplement des Alpes françaises du Nord du Néolithique aux Âges des métaux », L'Anthropologie,‎ , fig 23 #14 p72 et p75, (lire en ligne, consulté le 29 mars 2017)
  9. « Villa Romaine de Chamagnieu sous le terrain de foot », sur google map, (consulté le 20 novembre 2016)
  10. « Résultats municipales 2020 à Chamagnieu », sur lemonde.fr (consulté le 22 juillet 2020).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 672.
  16. ministère français de la Culture, « Les églises », sur rhone-alpes.culture.gouv.fr (consulté le 28 janvier 2014)
  17. « 38 067 - CHAMAGNIEU MIANGES », sur armorialdefrance.fr (consulté le 6 août 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]