Annoisin-Chatelans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annoisin-Chatelans
Les hauts de Chatelans
Les hauts de Chatelans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Tour-du-Pin
Canton Crémieu
Intercommunalité Communauté de communes de l'Isle-Crémieu
Maire
Mandat
M. Yves Gentil
2001-2008
Code postal 38460
Code commune 38010
Démographie
Population
municipale
630 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 28″ N 5° 17′ 39″ E / 45.7577777778, 5.29416666667 ()45° 45′ 28″ Nord 5° 17′ 39″ Est / 45.7577777778, 5.29416666667 ()  
Altitude Min. 280 m – Max. 452 m
Superficie 13,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Annoisin-Chatelans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Annoisin-Chatelans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Annoisin-Chatelans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Annoisin-Chatelans

Annoisin-Chatelans est une commune française, située dans le département de l'Isère, le Nord-Isère, et la région Rhône-Alpes.
Ses habitants sont appelés Nuisantins et Nuisantines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d'Annoisin-chatelans se situe sur les contreforts et le plateau de l'Isle-Crémieu, à quelque 40 km à l'est de Lyon juste au-dessus de la commune de Crémieu sur la route de Lagnieu.

Elle fait partie de la Communauté de communes de l'Isle-Crémieu qui regroupe toutes les communes autour de Crémieu, de la plaine côté Lyon avec Chamagnieu ou Villemoirieu jusqu'à la zone de collines d'Optevoz.

La commune se caractérise par un habitat dispersé qui provient de la fusion de deux bourgs d'importance comparable, Annoisin plutôt tournée vers Crémieu et Chatelans à quelque deux kilomètres, plutôt tournée quant à elle vers le val-d'Amby. (Hières-sur-Amby et Optevoz) À ce caractère historique, il faut ajouter en montant de Crémieu, les deux hameaux de Michalieu et du Mollard.

Communes limitrophes de Annoisin-chatelans
Leyrieu Hières-sur-Amby Saint-Baudille-de-la-Tour
Saint-Romain-de-Jalionas Annoisin-chatelans Optevoz
Crémieu Crémieu Siccieu

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plateau de larina a été occupé dès le début du premier millenaire, on en retrouve encore les traces sur le site de larina au nord de la commune (oppidum puis camp mérovingien)[1]. Le premier texte connu sur Annoisin concerne la Paroisse et son Église 1172 – 1275 époque des Rois Capétiens. Autrefois rattaché à Optevoz, Chatelans a été rattaché à la commune d'Annoisin au début du vingtième siècle.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1969 mars 1993 Clément Gauthier Sans Étiquette  
mars 2001 en cours Yves Gentil ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 630 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
253 272 276 306 324 326 571 620 673
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
657 677 655 567 557 551 565 540 508
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
502 461 433 405 390 351 326 297 260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
231 247 285 301 412 541 614 615 623
2011 - - - - - - - -
630 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Forsythia au hameau du Mollard

Annoisin-Chatelans compte 1 monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques, le site typique d'éperon barré de le Devend, la Larinaz et Charbonnier[4], et 9 lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel: l'église paroissiale Notre-Dame, la maison dite "domaine de la Tour", le cimetière, le monument aux morts de la guerre de 1914-1918, une maison du 16e siècle, l'école primaire de filles et de garçons du 19e siècle, une ferme du 18e siècle, l'école primaire de filles et de garçons actuellement mairie[5].

Ce petit village du Nord-Isère a conservé beaucoup de ses maisons de pierres dorées, extraites de ses carrières qui sont toujours exploitées, son surprenant clocher octogonal, ses fours banaux et autres lavoirs cachés au fond de prairies verdoyantes. La curiosité de la commune, ce sont justement ses nombreux fours à pain et lavoirs que ce soit à Annoisin et son four en haut du bourg, à Chatelans avec ses deux fours, son lavoir et sa fontaine dans le bas du bourg ou dans le hameau de Michalieu avec un bel ensemble four à pains, lavoir et sa croix.

On peut emprunter les multiples sentiers balisés qui serpentent à travers les buis et les genévriers bleus que l'on trouve à profusion sur ce plateau calcaire. Ils conduisent au bord de magnifiques falaises dominant la plaine du Rhône ou sur des collines d'où l'on peut apercevoir au sommet la chaîne des Alpes et le Mont-Blanc. L'ensemble de ces itinéraires est accessible en famille. (cartes promenades et randonnées en Isle-de-Crémieu disponible à l'office du Tourisme et dans les librairies de Crémieu).

Il faut aussi visiter le site de Larina et sa nécropole, en grande partie sur la commune voisine de Hières-sur-Amby mais accessible par le bourg de Chatelans. Deux gîtes ruraux aménagés dans d'anciennes demeures dauphinoises et de confortables chambres d'hôtes complètent les possibilités locales.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]