Bénonces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bénonces
Bénonces
Mairie.
Image illustrative de l’article Bénonces
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Sylvie Righetti-Gilotte
2020-2026
Code postal 01470
Code commune 01037
Démographie
Gentilé Bénonçards
Population
municipale
308 hab. (2019 en augmentation de 11,59 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 41″ nord, 5° 28′ 28″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 1 029 m
Superficie 15,33 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lagnieu
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bénonces
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Bénonces
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bénonces
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bénonces
Liens
Site web benonces.com

Bénonces est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située au pied du mont Frioland (1 029 m). Zone d'appellation AOC des vins du Bugey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bénonces est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (75,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (76 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (63,7 %), prairies (11,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (10,9 %), zones urbanisées (1,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Benuncia en 1124, puis Benonci en 1250.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paroisse (Benuntia, Benuncia, Benoncia, Bennoncia, Benunci, Benonse, Bennonce, Benonce) sous le vocable de saint Pierre. L'abbé de Saint-Rambert nommait à la cure.

Bénonces apparaît dès le XIe siècle. Un Boson, qui avait été chapelain de Bénonces, fut témoin, en 1144, de la confirmation des limites de la chartreuse de Portes, par Falcon, archevêques de Lyon.

En 1494, l'église de Saint-Pierre fut confirmée à l'abbaye de Saint-Rambert par le pape Célestin III. Les chartreux de Portes possédaient dès le milieu du XIIe siècle, dans cette paroisse, des fonds qui, d'abord contestés par les seigneurs de Bénonces, leur furent définitivement concédés par titres de 1225, 1234 et 1259.

Vers 1095, vivait un Richard de Bénonces et son frère Nantelme de Bénonces, témoins d'une concession faite à l'église de Belley par le comte Amédée II de Savoie. Un Giraud de Bénonces est mentionné comme bienfaiteur de la chartreuse de Meyriat dans une charte de 1147. Sa famille était déjà éteinte dans les premières années du XIIIe siècle. Bénonces eut successivement pour seigneurs, ceux de la Balme et de Briord.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Bénonces est membre de la communauté de communes de la Plaine de l'Ain, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Chazey-sur-Ain. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[8].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Lagnieu pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11],[12]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Laurent Nivière   Curé de Bénonces
1791 1794 Nodet    
1794 1795 Claude Joseph Terrier    
1796 1796 Jacques Terrier    
1797 1797 Gabriel Terrier    
1797 1824 Claude Joseph Terrier    
1824 1829 Reverdy   Meunier à Vallouze
1830 1838 Jacques Baudin    
1838 1840 Maurice Marcel    
1840 1843 Jacques Baudin    
1843 1846 Jean-François Cayet    
1846 1867 Jean-MArie Grosclaude    
1867 1888 François Gaitet    
1896 1900 Antoine Romeggio    
1900 1908 Félix Gaitet    
1908 1919 René Romeggio    
1919 1923 Jean-Louis Denis    
1923 1953 Pierre Guiffray    
1953 1961 Joannès Genet    
1961 1968 Marcel Bubaton    
1968 1974 Pétrus Trautwein    
1974 1983 Jules Charron    
1983 2014 René Romeggio    
2014 En cours Sylvie Righetti-Gilotte SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2019, la commune comptait 308 habitants[Note 2], en augmentation de 11,59 % par rapport à 2013 (Ain : +5,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
509491529619599537588591607
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
590607598607576577563531481
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523460420386347341311309304
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
284261258274249243267273294
2019 - - - - - - - -
308--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre.
  • Chartreuse de Portes
Elle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [17]. Elle accueille une communauté de Chartreux vivant selon les Consuetudines Cartusiae, la règle de saint Bruno.
  • Ruines de l'Église de la Correrie
  • Table d'orientation et calvaire sur le mont Frioland.
  • Église Saint-Pierre avec son cadran solaire sur la façade.
  • les fours de la commune
  • la roche et la croix de Cuny.
  • la cascade de Luizet.
  • Rivière le Trefond connu pour ses descentes en canyoning.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le 31 août 1895, le tueur en série Joseph Vacher assassina puis viola le berger Victor Portalier, 15 ans

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « communauté de communes de la Plaine de l'Ain - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  9. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Bénonces », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  11. « Les maires de Bénonces » (consulté le )
  12. « Maires et adjoints de Bénonces », Bulletin Municipal de Bénonces,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Notice no PA00116312, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]