Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu
Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Yvon Roller
2020-2026
Code postal 38460
Code commune 38488
Démographie
Population
municipale
580 hab. (2018 en diminution de 3,65 % par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 09″ nord, 5° 19′ 01″ est
Altitude Min. 237 m
Max. 417 m
Superficie 14,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charvieu-Chavagneux
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu

Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situé dans la petite région du Nord-Isère, non loin de la ville de Crémieu, la commune actuelle est le résultat de la fusion d'anciennes communes, ce qui lui confère ce nom composé. Les habitants sont dénommés les Siccioland(e)s[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de la commune et des communes limitrophes

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le plateau de l'Isle-Crémieu, une région naturelle de France située au nord du département de l'Isère et à l'est de l'agglomération lyonnaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Annoisin-Chatelans Optevoz Rose des vents
Crémieu N Courtenay
O    Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu    E
S
Dizimieu Trept Soleymieu

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le plateau où se situent les villages et les divers hameaux de Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu est constitué de calcaires jurassiques et des moraines qui constituent en grande partie la surface du secteur géologique de l’île Crémieu[2] avec, en outre, la présence d'une couverture rocheuse et de cavités propres à un relief karstique[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La partie septentrionale du département de l'Isère est formée de plaines au climat tempéré, de bas plateaux et de collines au climat un peu plus rudes. Du fait d'un relief peu accentué, les masses d'air venues du nord et du sud circulent aisément.

Un brouillard persistant dans les campagnes avoisinantes est souvent présent durant les périodes froides. En outre, le plateau de Crémieu reçoit les perturbations atlantiques en légère avance de phase par rapport au sud du département.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transport[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche du site est la gare de Lyon-Saint-Exupéry TGV.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (66,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (38,9 %), forêts (30,8 %), terres arables (26 %), zones urbanisées (2,2 %), eaux continentales[Note 3] (1,3 %), prairies (0,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Cette commune présente la particularité d'avoir plusieurs unités urbaines avec plusieurs villages et de nombreux hameaux éparts.

Hameaux lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[11].

Terminologie des zones sismiques[12]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1841, par la fusion de Carisieu[13] avec Siccieu-Saint-Julien[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1841 1848 Gabriel Candy    
1848 1852 Gaspard Vieux    
1852 1855 François Romatier    
1855 1863 Joseph Collet    
1863 1866 Claude Martin    
1866 1870 Gabriel Reynaud    
1870 1912 Joseph Chaleyssin    
  Jean-Marie Pirodon    
Claude Chaleyssin    
1925 1933 Jean-Louis Bornaz    
1933 1944 Benoit Chaleyssin    
14/10/1944 18/05/1945 Paul Franchon    
1945 1960 Pierre Gippet    
1960 1977 Louis Simon    
1977 1983 Vincent Claret    
1983 1989 Marcel Corrand    
1989 1995 Vincent Claret    
1995 2001 Roger Détang    
mars 2001 2014 Isabelle Frachette    
2014 2020 Éric Lemoine SE  
2020 En cours Yvon Roller    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 580 habitants[Note 4], en diminution de 3,65 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401384416410424464611582644
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
626622590556586550550560541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
525506453412388396330342268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
251247256301377496552560614
2017 2018 - - - - - - -
583580-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et les églises de Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu (propriétés de la commune) sont rattachées à la paroisse catholique saint-martin de l'isle crémieu qui elle-même est rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Siccieu-Saint-Julien.
  • Château de Saint-Julien, ou de Saint-Jullin, est un ancienne maison forte du XIIe siècle rebâtie en château à l'aspect médiéval durant le XIXe siècle, non loin du hameau de Siccieu[19].
  • La chapelle romane de Carisieu (XIIIe siècle).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'étang de Ry.

Les ZNIEFF de la commune :

  • L'étang de Ry (ZNIEFF 820032066)
  • L'étang de Bas et falaises de Ravières de Bas, étang de Gillieu et de Bénétan et Creux de Len (ZNIEFF 820030285)
  • L'étang de Billonay (ZNIEFF 820030378)
  • Fours à chaux d'Optevoz, bois de Billonay, étang Neuf, marais et étang de la Rama (ZNIEFF 820030366)
  • Pelouse du Lucle (ZNIEFF 820030291)
  • Pelouses sèches du Mont de Rive (ZNIEFF 820032073)
  • Prairies humides de Carisieu (ZNIEFF 820032047)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

- Grolapin, célèbre pour sa victoire contre les anglois lors de la bataille du .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 23 juin 2019
  2. « Calcaire jurassiques et moraines de l'ile crémieu », sur www.ades.eaufrance.fr, (consulté le 17 mai 2017).
  3. « Page sans titre », sur www.ades.eaufrance.fr (consulté le 17 mai 2017).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  12. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  13. a et b réunie en 1841, à Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu, sur le site cassini.ehess.fr
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Site de la paroisse de Crémieu, page sur le territoire de la paroisse, consulté le 10 septembre 2020.
  19. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 705.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]