Porcieu-Amblagnieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Porcieu-Amblagnieu
Porcieu-Amblagnieu
La place en 1906.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Balcons du Dauphiné
Maire
Mandat
Nathalie Peju
2020-2026
Code postal 38390
Code commune 38320
Démographie
Gentilé porcioland
Population
municipale
1 776 hab. (2018 en augmentation de 3,86 % par rapport à 2013)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 06″ nord, 5° 24′ 06″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 395 m
Superficie 15,8 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Montalieu-Vercieu
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Morestel
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Porcieu-Amblagnieu
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Porcieu-Amblagnieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Porcieu-Amblagnieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Porcieu-Amblagnieu
Liens
Site web http://porcieu-amblagnieu.com/

Porcieu-Amblagnieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé dans le canton de Morestel, dans le Nord-Isère, la commune occupe une superficie de 1 580 hectares, bordée à l'est par le Rhône qui la sépare du département de l'Ain.

L'altitude sur le territoire de la commune varie de 201 m en bord du Rhône, au lieu-dit de l'Isle de la Serre, à 396 m à la ferme de l'Aunou.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vertrieu Sault-Brenaz (Ain) Rose des vents
Parmilieu N Villebois (Ain)
O    Porcieu-Amblagnieu    E
S
Charette Montalieu-Vercieu

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

L'habitat est très dispersé, se regroupant sur 12 hameaux différents : Amblagnieu, Les Buissières, Conilieu, Cornolay (et la Crèche), Chambou, Disimieu, Fontaine Blanche, Marieu, Porcieu, Tabouret, Turnoud et Vassieu.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le barrage de Sault-Brénaz.

La commune est limitée à l'est par le fleuve Rhône et comprend l'île de la Serre, formée entre deux de ses bras

L'aménagement de Sault-Brénaz jouxte la commune. Réalisé en 1986 et géré par la Compagnie nationale du Rhône, il comprend barrage de retenue et une usine hydroélectrique et remplace des ouvrages plus anciens.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Porcieu-Amblagnieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montalieu-Vercieu, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 5 134 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (50,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (51 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (29,7 %), zones agricoles hétérogènes (21,8 %), terres arables (17,2 %), prairies (11,6 %), zones urbanisées (9,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,3 %), eaux continentales[Note 2] (2,4 %), mines, décharges et chantiers (0,9 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare d'Amblagnieu.

En 1896 a été découvert un dépôt d'objets de bronze datant de la fin de l'âge du Bronze moyen (1400-1300 av. J.-C.) comportant, épingles, poignards, faucilles et haches issus d'un courant technique de l'Allemagne du Sud-Ouest (civilisation des Tumulus). Il y avait une enclume ce qui attesterait la présence d'un bronzier capable de produire sur place des pièces métalliques : c'est le début de la métallurgie dans la région.

Un deuxième dépôt, plus tardif, (âge du Bronze final, VIIIe siècle av. J.-C.) rassemblait plusieurs haches à douille dans une fissure de rocher ouverte par une carrière, en bord du Rhône[11].

La commune a été l'un des terminus du chemin de fer de l'Est de Lyon de 1884 à 1957.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de La Tour-du-Pin du département de l'Isère. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription de l'Isère.

Elle faisait partie de 1801 à 1984 du canton de Crémieu, année où elle intègre le canton de Morestel[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 18 à 25 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays des Couleurs, créée fin 2000.

Celle-ci fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Les Balcons du Dauphiné, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1995[13] Georges Péju    
juin 1995 avril 2014[14] Jean-Claude Buhagiar[15]   Vice-président de la CC du Pays des Couleurs (2008 → 2014)
avril 2014[16] septembre 2017[17] Olivier Georges UMP-LR Contremaître
Démissionnaire
décembre 2017[18],[19] En cours
(au 8 février 2018)
Nathalie Péju LR  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 1 776 habitants[Note 3], en augmentation de 3,86 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4595365626477518709601 1101 652
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2101 2171 2141 1821 1701 2891 2901 3111 459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5231 4661 4201 1041 1991 1221 048855813
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0031 1051 0961 0991 0861 2511 3891 5561 749
2018 - - - - - - - -
1 776--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Montalieu-Vercieu », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Aimé Bocquet, L'Isère pré et protohistorique, Gallia-Préhistoire 1969, fasc. 2 pages 301-304 [1][2]
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Georges Péju, « Le mot du maire », Porcieu-Amblagnieu - bulletin municipal,‎ , p. 3 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  14. Pierre-Éric Burdin, « Municipales dans le Nord-Isère : que vont faire les “figures” ? », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ) « À Porcieu-Amblagnieu, Jean-Claude Buhagiar, aux responsabilités depuis 1995, après deux mandats au sein du conseil municipal, se rangera également en 2014 ».
  15. Eric Séveyrat, « Porcieu-Amblagnieu au pays du fleuve Rhône », L'Essor, édition Nord-Isère,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Olivier Georges à la tête de la commune », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « De nouvelles élections municipales », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Nathalie Péju élue maire de la commune », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Procès-verbal de l'élection du maire et des adjoints » [PDF], Comptes-rendus des conseils municipaux, Mairie de Porcieu-Amblagnieu, (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Mairie de Porcieu Amblagneu ».
  24. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération[3]