La Cinq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Cinq
Dernier logo de la Cinq
Dernier logo de la Cinq

Création
Disparition (28 ans)
Propriétaire Chargeurs réunis et Fininvest (1985-1987)
Robert Hersant et Fininvest (1987-1990)
Hachette et Fininvest (1990-1992)
Slogan « La Cinq, votre nouvelle amie » (1986)
« Cinq you La Cinq ! » (1987)
« Cinéma ou télévision, La Cinq, tous les soirs un film » (1988)
« La Cinq, la télé qui ne s'éteint jamais » (1988)
« L'information sans concession, c'est La Cinq ! » (1990)
« La 5, c'est 5 sur 5 » (1991)
« Faites la chaîne pour votre chaîne » (1992)
Format d'image 4:3, 576i (SDTV)
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste nationale privée
Siège social Drapeau de la France Paris
Site web Minitel : 3615 LA5 (1987-1992)
www.vivelacinq.fr
Diffusion
Diffusion Analogique terrestre, satellite et câble.
Chronologie

La Cinq, éditée par la société France 5[1] puis par La Cinq S.A.[2],[3], (ou La Société d'exploitation de la 5e chaine[4],[5]), est la première chaîne de télévision généraliste nationale commerciale privée et gratuite française diffusée du [6] au [7].

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

En 1985, à un peu plus d'un an des élections législatives, le Parti socialiste redoute un échec et souhaite alors créer un espace nouveau, hors du domaine institutionnel de la télévision publique, susceptible de toucher un large public (contrairement à la chaîne privée à péage Canal+ cryptée) et de constituer un relais d'opinion à ses idées s'il venait à retourner dans l'opposition.

Le président de la République, François Mitterrand, lance alors le , lors d'un entretien télévisé, l'idée d'« un espace de liberté supplémentaire » et demande au gouvernement de Laurent Fabius d'étudier le projet. L'avocat Jean-Denis Bredin, chargé par le premier ministre de rédiger un rapport sur l'ouverture de « l'espace télévisuel à la télévision privée », le lui remet le . Il préconise la création de deux chaînes nationales privées en clair financées par la publicité et dont les fréquences seront concédées par l'État conformément à l'article 79 de la loi du sur la Communication audiovisuelle. Le , Georges Fillioud, secrétaire d’État français chargé des Techniques de la communication, présente en Conseil des ministres une communication sur le développement de l’audiovisuel. Il y annonce un projet de loi définissant la création d'ici le printemps 1986 de deux nouvelles chaînes de télévision privées à diffusion nationale, l'une généraliste, l'autre à vocation musicale, ainsi que des chaînes de télévision locales, au capital desquelles se retrouveraient groupes de presse, sociétés de production et publicitaires. Un appel à candidature est lancé pour lequel postule de façon officieuse la CLT qui cherche à implanter RTL Télévision sur le territoire français. Le groupe Fininvest du magnat italien de la télévision commerciale Silvio Berlusconi y voit l'occasion de s'étendre en Europe afin d'offrir son catalogue de programmes très fourni[8]. Silvio Berlusconi s'associe début au groupe Chargeurs réunis de Jérôme Seydoux et à Christophe Riboud pour créer la société France 5 qui présente un projet de télévision commerciale pour l'obtention d'une concession sur le nouveau cinquième réseau hertzien. Berlusconi fait alors jouer ses relations politiques au plus haut niveau, dont celle du président socialiste du Conseil italien, Bettino Craxi, qui se charge de le recommander chaudement à François Mitterrand[9].

Au même moment, le gouvernement engage une bataille avec l'opposition à l'Assemblée nationale pour obtenir un amendement de la loi sur les télévisions privées permettant la libre installation d'émetteurs par TDF en haut de la Tour Eiffel sans avoir à obtenir l'autorisation de la ville de Paris, propriétaire du monument et dont le maire n'est autre que le président du RPR, Jacques Chirac. L'amendement Tour Eiffel est finalement voté par les députés de la majorité le .

La Cinq de Berlusconi / Seydoux (1986-1987)[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement accorde une concession de service public de 18 ans à la société France 5 pour l'exploitation du cinquième réseau hertzien de télévision à diffusion nationale, malgré la désapprobation de certains ministres[10] et conseillers du président français militant pour un programme culturel et de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle qui n'approuve pas le cahier des charges de la chaîne mais n'a aucun pouvoir pour le modifier. Il accorde également une publicité à volonté et une protection contre la concurrence[11]. Jérôme Seydoux et Silvio Berlusconi présentent les orientations et le style des émissions de la future cinquième chaîne de télévision lors d'une conférence de presse le . À ses détracteurs qui l’accusent de vouloir fabriquer une télé « Coca-Cola », Silvio Berlusconi, qui bâtit les programmes de la Cinq à partir de ses catalogues, promet une télé plutôt « beaujolais » avec « champagne le samedi », ainsi que des stars de la télévision ou du cinéma qui ont la faveur du public[12].

Décidée à contrecarrer ce projet de nouvelles chaînes de télévision dont elle a cerné les enjeux politiques, l'opposition de droite fait annuler l'amendement Tour Eiffel par le Conseil constitutionnel le [13], obligeant le gouvernement à passer en force via un nouveau projet de loi définitivement voté le par le Parlement. Le , la société France 5 a été constituée sous la forme anonyme avec siège à Paris. Le , la CLT dépose en vain un recours en annulation de l'accord de concession devant le Conseil d’État et n'obtient du gouvernement qu'un droit à utiliser l'un des deux canaux encore libres du futur satellite TDF 1. Le , Silvio Berlusconi présente les programmes de sa future chaîne commerciale, officiellement baptisée La Cinq, petite sœur dérivée du Canale 5 italien, aux journalistes, industriels et publicitaires afin de convaincre ces derniers d'acheter du temps d'antenne publicitaire pour financer la chaîne[14]. Le lendemain, les forces de l'ordre sont obligées d'intervenir pour permettre aux techniciens de TDF de venir installer les émetteurs de La Cinq en haut de la Tour Eiffel, à la suite du refus de la ville de Paris qui invoque des problèmes de sécurité[15],[16].

Mi-février, le capital de la société France 5[17] créée pour gérer La Cinq (50 millions de francs) est bouclé, dont 40% sont détenus par la Fininvest (Berlusconi), et 60% par la S.E.P.C. (participations françaises). Après trois mois d'hostilités[18] et un mois d'essais techniques, La Cinq peut enfin commencer à émettre le jeudi à 20 h 30 dans le cadre de l’émission de présentation de la chaîne Voilà la Cinq enregistrée dans les studios milanais du groupe Mediaset de Berlusconi. Jusqu’à minuit, Christian Morin, Roger Zabel, Amanda Lear, Élisabeth Tordjman et Alain Gillot-Pétré reçoivent les grandes vedettes de la variété française (Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg, Mireille Mathieu, Charles Aznavour) et internationales, comme Ornella Muti, invitées par Silvio Berlusconi à parrainer un show dont les effets n’ont rien à envier aux divertissements de TF1 ou d’Antenne 2[19],[20],[21],[22]. Les premières semaines de programmes sont alors constituées de jeux et de shows (Pentathlon, C’est beau la vie, Cherchez la femme), mais aussi de quelques magazines comme Jonathan [23] et Mode, etc ("Nonsolomoda")[24], adaptés des formats à succès de Canale 5, la chaîne italienne de Silvio Berlusconi. Nouveauté dans le paysage audiovisuel français, les programmes sont rediffusés[25] toutes les quatre à cinq heures et sont entrecoupés de plusieurs pages de publicité (jusqu’à trois au sein d’un même programme). Les premiers animateurs, qui gagnent quatre fois plus qu'en France[26], sont pour grande partie des transfuges de TF1 (Christian Morin) ou d'Antenne 2 (Alain Gillot-Pétré, Roger Zabel et Élisabeth Tordjman), ou encore des transfuges des chaînes italiennes de Berlusconi (Amanda Lear). La chaîne se dote également de speakerines pour présenter les programmes[27].

Dès février 1986, les séries télévisées américaines occupent toute la grille de la journée et de la seconde partie de soirée[28]. Toutes ces séries sont issues du catalogue de la Fininvest[8]. Certaines ne sont pas inconnues des téléspectateurs, car déjà diffusées dans les années 1960[29] et 1970 mais dont les droits ont été abandonnés ou raflés aux autres chaînes françaises : Arnold et Willy, Happy Days, Mission impossible, Star Trek, Shérif, fais-moi peur ou Wonder Woman. D'autres sont encore inconnues du public français, et doublées pour la circonstance comme La Cinquième Dimension. En 1985, TF1 s'intéresse à cette nouvelle série alors qu'elle n'a pas encore été diffusée par CBS. Cependant, aucun des responsables des achats de TF1 ne considère sérieusement qu'une jeune chaîne privée encore inexistante, puisse entrer en concurrence avec eux. C'est ainsi que la première chaîne rate cette acquisition au profit de La Cinq[30]. Juste avant le film de 20 h 30, la case stratégique de 19 h 30 est occupée chaque jour de la semaine par l'émission À fond la caisse dans laquelle est diffusée une série à chaque fois visant un public jeune : Supercopter le lundi, K2000 le mardi, Riptide le mercredi, CHiPs le jeudi et Tonnerre mécanique le vendredi.

Alors que les trois chaînes françaises du moment ne diffusaient que rarement des films, La Cinq diffusera dès son ouverture plusieurs fois par semaine un film à gros budget à 20 h 30. Parmi les premiers films diffusés la première semaine figurent L'Africain (premier film, diffusé le dimanche à 20h30), La Fièvre du samedi soir (diffusé le lundi à 20h30) et La Féline (diffusé le mardi à 20h30). Les films représentent la plus forte audience de la chaîne[31]. Les professionnels du cinéma, invoquant un risque de baisse de fréquentation des salles, critiquent vigoureusement le fait que le cahier des charges de La Cinq l'autorise à diffuser des films deux ans après leur sortie en salles, contre trois pour les autres chaînes (excepté Canal Plus).

À la suite des élections législatives de mars 1986, la droite revient au pouvoir. Jacques Chirac, devenu Premier ministre, demande à son ministre de la Communication, François Léotard, de mettre en œuvre la politique audiovisuelle du gouvernement : privatisation de TF1 (FR3 était initialement prévue) et annulation des concessions des deux nouvelles chaînes privées, La Cinq et TV6, trop rapidement attribuées sur pression de l'Élysée sans réel appel d'offres. Par le décret no 86-901 du , le gouvernement de Jacques Chirac décide de réattribuer cette chaîne avant la fin de sa concession[32].

Afin de ne pas laisser un écran noir, La Cinq est autorisée à continuer à émettre mais doit immédiatement cesser de diffuser des films de cinéma[33]. Dès le dimanche , un téléfilm remplace le film prévu, et les films programmés ultérieurement voient leur case réattribuée à des séries ou téléfilms. Pour palier ce manque de longs-métrages, la chaîne achète des mini-séries de prestige [34]. En avril 1986, RTL Télévision récupère les droits de la série Dynastie pour la France et les transfère à FR3, afin d'empêcher le magnat des médias italien Silvio Berlusconi de diffuser la série sur La Cinq[35]. En décembre de la même année, La Cinq est autorisée, de nouveau, à diffuser des films de cinéma : le premier sera Les Blues Brothers.

À la suite d'un recours de TV6, ce décret est annulé par arrêté du Conseil d'État le , car le ministre n'a pas respecté l'échéance légale de la concession d'un an[36]. Toutefois, la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL), qui a remplacé la Haute Autorité de la communication audiovisuelle depuis le , fixe le les obligations générales et particulières des « télévisions hertziennes nationales privées en clair » par les décisions no 87-1 et 87-2. Le , le décret no 87-50 résilie le contrat de concession de la cinquième chaîne qui s'achève le à minuit[37] et ouvre par la même occasion l'appel à candidature pour la réattribution du réseau. Toutefois, pour éviter l'écran noir, la CNCL invite la Cinq et TV6 à poursuivre leur programmes le temps de réattribuer les 2 réseaux.

La Cinq de Robert Hersant (1987-1990)[modifier | modifier le code]

Le premier candidat sur les rangs pour répondre à l'appel à candidature de la CNCL est le groupe Socpresse (Le Figaro, France-Soir) de Robert Hersant qui, avec l'appui du gouvernement, cherche à s'implanter dans la télévision. Il s'allie aux anciens propriétaires de la chaîne, Silvio Berlusconi et Jérôme Seydoux, pour constituer dès le la Société d'exploitation de La Cinq[38], qui souhaite créer une chaîne pluraliste et informative[39]. Les seuls concurrents sérieux lors de cet appel d'offres sont le groupe Occidentale media TV[40] mené par Jimmy Goldsmith qui souhaite former une chaîne populaire, généraliste et familiale[41], et la CLT, qui renonce finalement à sa candidature sur ce réseau après avoir obtenu l'assurance du gouvernement de récupérer la sixième chaîne. Hachette, qui concourt pour le rachat de TF1 en cours de privatisation, ne présente aucun projet[42].

Le , la CNCL attribue pour dix ans la concession de service public sur le cinquième réseau hertzien national à la société d'exploitation de La Cinq[43]. Robert Hersant entre alors au capital de La Cinq en tant qu'opérateur principal de la chaîne et nomme Philippe Ramond directeur général. Les deux hommes misent sur l’information et engagent au printemps 1987 Patrice Duhamel comme directeur de l’information, le chargeant de constituer une rédaction placée sous l'autorité de Jacques Hébert. Cette toute nouvelle rédaction s’installe au 241, boulevard Pereire à Paris, dans un ancien garage Renault devenu le siège de la chaîne. Autour de figures déjà connues des téléspectateurs, comme Jean-Claude Bourret ou Marie-France Cubadda venus de TF1, une équipe de jeunes journalistes va s’efforcer de créer chaque jour, à partir du , cinq éditions du journal télévisé au ton résolument direct et novateur.

  • Les programmes jeunesse :

Dès le , la grille des programmes s'étoffera, en diffusant tous les jours de nouveaux dessins animés japonais inédits en matinée et fin d’après-midi : Princesse Sarah, King Arthur, Robotech, Cathy la petite fermière.

  • Les séries :

En avril 1987, les droits de la série Dallas sont acquis par La Cinq, Silvio Berlusconi proposant de payer 600 000 francs par épisode, au lieu de 280 000 francs pour TF1[44],[45].

  • Les animateurs :

Dans sa volonté de s’affirmer comme une grande chaîne généraliste, la nouvelle Cinq débauche aussi les trois animateurs à succès de TF1 en cours de privatisation (Patrick Sébastien[46], Patrick Sabatier et Stéphane Collaro). Elle s’assure également les services de Philippe Bouvard (animateur d’une émission très populaire sur RTL, les Grosses Têtes, collaborateur de longue date du groupe Hersant) et de Michel Robbe (animateur sur TF1 de La Roue de la fortune). Afin de capter un public jeune et urbain[47],[48], La Cinq ouvre son antenne à de nouveaux visages : Childéric Muller[49], venu de TV6 est responsable de divertissements « Pop », et Thierry Ardisson, qui lance ses interviews décalées dans Bain de Minuit.

À la rentrée 1987, la France se couvre d’affiches où les nouveaux animateurs, en photo, invitent le public à venir sur la chaîne, sous le slogan de « Cinq you La Cinq ! » (jeu de mots avec « Thank You La Cinq ! »)[50].

Cependant, en cette période, la chaîne ne peut être reçue que sur une partie restreinte du territoire, surtout dans les villes, alors que les programmes de divertissement proposés correspondent à ce que l'on appelle pudiquement la « France profonde ». Par ailleurs, les nouvelles chaînes diffusent sur une variante plus moderne du SÉCAM compatible avec le télétexte, l'image apparaissant en noir et blanc sur des postes un peu anciens, ce qui nécessite une antenne large bande pour être captées.

Les animateurs-producteurs achetés à prix d'or (un budget de 3 millions de francs par émission, pour Collaro[51], 4 millions de francs environ pour Sébastien[52]) ne suffiront pas à faire décoller l'audience[53] et attirer les publicitaires[54]. La chaîne est donc contrainte de revoir sa grille[55], et de baisser ses dépenses (150 millions de francs par mois)[56] d'un tiers.

  • L'information :

L'apparition du satellite et la musique du générique des journaux télévisés, Ainsi parlait Zarathoustra, a été choisie par Robert Hersant lui-même[57],[58]. Quant aux incrustations illustrant les sujets de reportage et le décor sur fond de régie, bleutée ou fond noir, le journal permanent (idée importée du Japon) ils sont dus à Christian Guy, ancien journaliste, rédacteur en chef et producteur du journal de La Cinq[59].

Chaque journal télévisé fait appel au vote du public via un "téléquestionnaire", une méthode astucieuse pour habituer le téléspectateur à utiliser son Minitel, puis participer à des jeux et faire gagner de l'argent à la chaîne[60].

En octobre 1987, Marie-France Cubbada impute la faible audience du 20h aux techniciens de TDF qui freineraient l'extension du 5ème réseau. D'autres journalistes considérant que Boulevard Bouvard diffusé en access prime-time n'est pas une bonne locomotive pour le JT[61].

  • Les séries françaises produites :

La pauvreté de certaines séries françaises diffusées à l'époque sur La Cinq pour respecter ses obligations en termes de quotas de production française, tard le soir ou la nuit, comme Voisin, voisine, diffusée dès le , a inspiré à Tonino Benacquista son roman Saga. Une autre série, également créée afin de satisfaire aux exigences légales susdites, était Tendresse et Passion. Diffusée à partir du , cette série placée dans le milieu hospitalier, mettait en vedette Pascale Roberts. Diffusés en matinée, dès 1991, les épisodes des deux séries rempliront ensuite les nuits, après Cas de divorce, le Journal de la Nuit et Le Club du Télé-Achat.

  • Le bilan des audiences :

Les émissions d'information de La Cinq rencontrent un certain succès, que ce soient l'édition de Jean-Claude Bourret dès 12 h 30, qui donne la parole aux téléspectateurs via un sondage par Minitel en fin de journal, ou remet le débat à l'honneur dans son Duel sur la Cinq d'avant journal, ou le Journal de 20 heures de Guillaume Durand, couronné par un 7 d'or du "Meilleur présentateur du journal télévisé" en 1989[62], l'émission de grand reportage de Patrick de Carolis Reporters, ou Childéric, l'émission musicale de Childéric Muller. A contrario, les autres émissions de la chaîne, y compris celles présentées par Patrick Sabatier, Stéphane Collaro ou Patrick Sébastien, ne réalisent pas l'audience escomptée et stagnent autour de 5 %. Les animateurs vedettes finissent par regagner TF1 courant 1988.

À la suite de ses bonnes audiences lors de la couverture de la révolution roumaine de 1989 et de la chute du mur de Berlin, La Cinq lance à partir du Le Turbo sur l'info[63]. Le magazine Reporters est diffusé tous les jours à 19 h et le Journal est avancé à 19h45. La Cinq va innover et vivra alors deux années axées sur l'information, le sport (Paris-Dakar) et les films issus du catalogue Berlusconi, dont de nombreuses séries B à petit budget classées comme des téléfilms (« La Cinq, tous les soirs un film ! »), et des séries américaines[64].

Polémiques, amendes et mises en demeure[modifier | modifier le code]

  • Définition d'un film : la CNCL veut traduire en justice La Cinq, après qu'elle a diffusé un samedi soir - le - le long-métrage Commando Léopard. Ce film n'étant jamais sorti sur les écrans français, la chaîne considère qu'il ne peut être assimilé à la définition d'un film. La Cinq attaque la CNCL devant le Conseil d'Etat[65].
  • Nombre de films par semaine : après avoir obligé La Cinq à cesser de diffuser 4 films de cinéma par semaine[66],[67], la CNCL refuse l'un des principaux slogans de la chaîne, La Cinq, tous les soirs un film, car les films diffusés les mercredi, vendredi et samedi sont, en raison de la législation, des téléfilms[68]. Il fut retoqué et devint « Cinéma ou télévision, La Cinq, tous les soirs, un film ». Le , le Conseil d'État inflige à la chaîne une amende de 12,17 millions de francs pour non respect des quotas de diffusion d’œuvres audiovisuelles françaises et d'origine communautaire en 1988[69].
  • Dépassement de la durée de la publicité : la CNCL saisit le Conseil d'État car La Cinq a dépassé la limite maximum d'interruption dans un film et la durée autorisée des spots publicitaires[70]. En conséquence, tout nouveau dépassement sera soumis à une astreinte financière de 6 000 francs par seconde[68].
  • Film colorisé : en 1986, Turner Entertainment acquiert les droits de Quand la ville dort, à la suite du rachat du studio Metro-Goldwyn-Mayer et de son catalogue. Turner Entertainment décide de coloriser le film et conclut un accord avec la chaîne française La Cinq afin de diffuser cette version colorisée. Les héritiers de John Huston s'y opposent, intentant un procès contre l'exploitation de cette version, mais sont déboutés aux États-Unis. Le , la Société des réalisateurs français proteste contre la diffusion du film, prévue le [76]. Le , Quand la ville dort est interdit de diffusion en France[77]. Mais, le , La Cinq gagne en appel, et diffuse le film le [78] (le lendemain de l'anniversaire de la mort de Marilyn Monroe). Finalement, le , la cour de cassation casse et annule l'arrêt rendu le 6 juillet 1989, et donne raison aux héritiers du cinéaste[79], arguant que cette transformation de l'œuvre ne peut se faire, au nom du droit moral, sans l'accord de l'artiste ou de ses ayants droit[80],[81],[82]. Finalement, la chaîne diffusera les deux versions le même soir, colorisée et originelle en noir et blanc, avec pour slogan "Quand la ville dort... et rêve en couleurs".
  • Dépassement de diffusion de films : le , la chaîne est mise en demeure par le CSA, La Cinq ayant dépassé le plafond de 104 diffusions d'œuvres cinématographiques entre 20h30 et 22h30 pour l'année 1989[84]. Ne pouvant plus diffuser de films jusqu'au , elle rediffuse les mini-séries V et V, la Bataille finale à partir du en prime time.
  • Horaire des programmes violents : le , le CSA condamne La Cinq a une amende de 5 millions de francs pour avoir diffusé un épisode du Voyageur le à 16 h 30 et le téléfilm Les Voix de la nuit, le à 20 h 30, les deux programmes étant trop violents pour être diffusés avant 22h30[85],[86]. Le Conseil d’État annule la condamnation pour l'épisode "Vidéomania", mais la confirme pour Les Voix de la nuit, en réduisant l'amende à 3 millions de francs[87]. Le groupe Hersant met "au placard" son stock de programmes américains acquis par les Italiens, jugés "trop hard" (basés sur le sexe et la violence), et se charge d'acheter directement des téléfilms plus politiquement corrects. Conséquence : le public est moins présent[88].

La Cinq version Hachette (1990-1992)[modifier | modifier le code]

Sous le poids des dettes accumulées depuis 1987 causées par l'échec d'une grande partie des programmes créés, Robert Hersant reproche à Berlusconi de vendre ses fictions américaines trop cher. Ce dernier désapprouve la trop grande place qu'Hersant accorde à l'information, la jugeant coûteuse et non rentable. Hersant, après une bataille judiciaire, se rend compte que le poids des dettes de la Cinq menace d’écraser son groupe de presse ; il cède alors sa part dans La Cinq au groupe Hachette alors dirigé par Jean-Luc Lagardère, candidat malheureux au rachat de TF1 en 1987 et qui rêve d'acquérir une chaîne de télévision nationale. À la faveur d'une augmentation de capital, Hachette augmente sa participation dans la Cinq de 22 à 25 % tandis qu'Hersant la réduit de 25 à 10 %. Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel accorde la chaîne à Hachette, qui promet de « sauver La Cinq »[96].

L'année 1991 commence avec la guerre du Golfe, permettant aux journaux télévisés d'atteindre plus de 9 % de parts de marché[97].

Hachette va tout changer en commençant par l'identité de la chaîne. Jean-Luc Lagardère donne carte blanche à son directeur des programmes, Pascal Josèphe, qu'il vient de débaucher d'Antenne 2, pour lancer de nouvelles émissions concoctées par Hachette et qui doivent faire de la Cinq une grande chaîne familiale généraliste capable de concurrencer TF1. En fait, la chaîne est aussi dans l'obligation de produire des émissions nouvelles parce que le stock de séries américaines se raréfie. A partir d'avril 1991, Pascal Josèphe met à l'antenne la grille d'access prime time qu'il destinait à Antenne 2 et qu'il a remaniée[98].

Au lieu d'essayer de réduire les frais et de combler le déficit existant, Hachette multiplie les dépenses (nouvel habillage, réfection de tous les locaux, création de trop nombreux nouveaux programmes). La Cinq s'est complètement transformée. Pascal Josèphe souhaite miser sur le public féminin[99] et sur la famille[100]. Guillaume Durand est remplacé au 20 h, afin de débloquer l'audience[101]. La place consacrée à l'information est amoindrie. Patrice Duhamel donne consignes aux journalistes de réduire les sujets et reportages consacrés à l'international au profit des sujets nationaux[102],[100].

22 nouveaux programmes sont donc mis à l'antenne dès , mais ils s'arrêtent tous au bout de quelques semaines ou quelques mois, sans parvenir à augmenter significativement les parts de marché à l'exception des sports mécaniques, avec 40 % de parts de marché, pour la Formule 1[103] arrachée à TF1, le Paris-Dakar, le Grand Prix de Pau, les Soirées Walt Disney cinéma du mardi soir, la série Mystères à Twin Peaks, et l'information, qui ont du succès. La Cinq ne progresse qu'en milieu urbain[104].

Non seulement ses nouveaux programmes n'attirent pas de nouveaux téléspectateurs, mais ces bouleversements déboussolent quelque peu certains fidèles, à tel point que la chaîne reprogramme la série Kojak pour sauver l'acces prime time[105],[106].

L'audience reste stable et la chaîne reste la troisième chaîne nationale en termes d'audience ; cependant, si l'on considère que de nouveaux émetteurs diffusent alors le programme de la Cinq, on peut considérer que l'audience s'est tassée à cette époque. Elle se situe en l'occurrence aux alentours de 11 à 14 %. De plus, Lagardère ne réussit pas à assouplir les contraintes que le gouvernement impose, par voie réglementaire, si bien qu'il reste soumis au bon vouloir du pouvoir politique[107].

Un an après sa reprise par Hachette, le déficit annuel de la chaîne s'élève à 1,1 milliard de francs, les pertes cumulées depuis la création de la chaîne s'élevant à 3,5 milliards de francs. Le , son PDG, Yves Sabouret, doit alors se contraindre à licencier 576 salariés, soit les trois quarts du personnel de la chaîne. Le soir de l'annonce, Béatrice Schönberg et Gilles Schneider annoncent le triste événement dans leur Journal de 20 heures[108], dont l'ancien générique historique (la Terre, le satellite, la musique de Ainsi parlait Zarathoustra et l'ancien logo) fut diffusé à la fin[109]. Quelques jours plus tard, interviewé par Jean-Claude Bourret lors du Journal de 20 heures, le PDG s'entendra répondre par le présentateur que l'action entreprise « ressemble à une écurie de course de Formule 1 qui vendrait les pneus pour acheter l'essence ». À l'écran, le logo « 5 » est affiché en noir pendant 24 heures tandis qu'une banderole indiquant que « la 5 ne sera pas le Matra-Racing » est brandie dans les locaux de la rédaction. Les drapeaux de la chaîne, qui arboraient le nouveau logo sur l'immeuble du boulevard Pereire, sont arrachés par le personnel. Le , La Cinq dépose le bilan. Elle est déclarée en cessation de paiement le et placée en redressement judiciaire le [110].

Le catalogue du groupe AB (1990-1992)[modifier | modifier le code]

  • Les séries allemandes :

AB Distribution apparaît afin de fournir des dessins animés pour ses émissions jeunesses de TF1, et gérer les droits de toutes les productions maisons. Elle achète alors les droits de distribution de productions japonaises. Dans son catalogue d'origine se trouvent ainsi de nombreux animés. On leur doit l'introduction des Chevaliers du Zodiaque, de Dragon Ball et Dragon Ball Z, puis de Dr Slump, Nicky Larson, Ken le Survivant et bien d'autres. Après avoir pris connaissance du "Décret no 90-66 du " expliquant que chaque chaîne doit diffuser 60 % de programmes européens par an[111], Claude Berda décide d'acquérir toutes les séries et téléfilms européens diffusables, dont les séries allemandes : Derrick, Le Renard… AB devient ainsi un des premiers fournisseurs de La Cinq[112].

Au cours de la guerre que se livreront TF1 et La Cinq, début 1991 Berlusconi, qui sent le navire couler, vend les droits des dessins animés historiques de La Cinq à son grand rival AB Productions. En fait, AB joue sur les deux tableaux : afin de neutraliser la cinquième chaîne, TF1 diffuse, via AB programme, Salut les filles, série inédite destinée à La Cinq. Mais, AB la diffuse sous le titre Tommy et Magalie en enlevant la plupart du temps le générique interprété par Claude Lombard. Dans la foulée, le Club Dorothée programme aussi Robotech, Princesse Sarah, Olive et Tom, Le Petit Lord, Max et Compagnie ou Embrasse-moi Lucile, rebaptisé Lucile, amour et Rock'n Roll, etc. Du coup, la chaîne se fournira chez Saban, avec Samouraï Pizza Cats et Pinocchio[113]. Ironie du sort, La Cinq, ainsi vidée de ses dessins animés historiques ayant fait le succès de Youpi ! L'école est finie, devra aussi se fournir chez AB Productions, qui lui cède ses fonds de stocks. C'est ainsi qu'arriveront à l'antenne début 1991 : Goldorak, Candy Candy, Paul le pêcheur, Nadia, le secret de l'eau bleue, etc. AB, via sa filiale Animage, ayant racheté le catalogue de Berlusconi, en revend une partie à La Cinq[114]. Seules séries inédites sauvées : La Reine du fond des temps et Théo ou la Batte de la victoire.

Disparition de la chaîne (1992)[modifier | modifier le code]

Le , l'association de défense de La Cinq est créée par Jean-Claude Bourret.

Le 16, Silvio Berlusconi propose un plan de sauvetage de La Cinq, mais le retire le à cause des pressions du gouvernement, de l'influence de certains hommes politiques, et de l'hostilité des autres chaînes privées (TF1, Canal+ et M6) montées en coalition, qui proposent de créer ensemble une chaîne d'information qui prendrait la place de La Cinq. L'objectif est double : chasser Silvio Berlusconi de France et faire en sorte qu'aucune chaîne commerciale ne renaisse sur le cinquième réseau. Ce projet n'est pas accepté, mais la coalition l'emporte tout de même.

Le tribunal de commerce de Paris prononce la liquidation judiciaire le [115], et La Cinq cesse d'émettre le dimanche à minuit[116]. Le , l'État préempte le cinquième réseau hertzien pour y installer Arte, qui y est diffusé en soirée dès le , rejoint en journée par La Cinquième (devenue France 5 en ) à partir du , rendant un retour de La Cinq impossible sous son ancienne forme.

Le groupe Hachette indemnisera AB productions (Animage) à hauteur de 41 millions de francs[114].

Le , La Cinq fête ses 30 années de lancement et pour l'occasion, sur internet, plusieurs articles sont consacrés à la chaîne. Parmi ces articles, des extraits d'émissions ou encore la vidéo de la fin de La Cinq où il y a l'éclipse.

Le retour de la chaîne: Télé 55[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1997, l'association de défense de La Cinq (actuellement TV Liberté) laissait un petit espoir de revoir renaître la chaîne soit sur le câble, soit à partir d'une diffusion depuis la principauté d'Andorre, mais ce ne fut pas le cas. Ensuite, le président Jean-Claude Bourret a semblé abandonner en attendant de prendre la décision finale, mais l'association existe encore[117].

Habillages et logos[modifier | modifier le code]

1986-1987[modifier | modifier le code]

Le logo initial de La Cinq est directement dérivé de celui de Canale 5 (anciennement Tele Milano 58) créé un an plus tôt, mais qui a été stylisé.

Disparition du corps de vouivre, la tête de Biscione et la fleur, emblèmes du groupe Fininvest, sont remplacés en France par une étoile et le nom de la chaîne en toutes lettres. L'étoile (symbole de l'Europe) étant choisie pour appuyer le développement européen du groupe Berlusconi.

Quelques mois plus tard, le logo de Canale 5, s'inspirera du logo français et sera stylisé à son tour.

1987-1991[modifier | modifier le code]

Les termes "LA CINQ" ont été enlevés. Permettant au nouvel actionnaire Hersant de se différencier de la période Berlusconi/Seydoux. Ce logo "relooké" et en 3D sera utilisé dans différentes variantes dans les habillages et génériques de la chaîne[118]. Bien qu'inchangé dans les magazines de presse, et sur les micros, caméras et voitures de la chaîne.

  • Fiche technique
Fabriqué par TDI (Thomson Digital Image) sur Explore Logiciel de modélisation, rendu et animation 3D développé et commercialisé par la société TDI de 1986 à 1993.
Réalisation : Alain Vautier
Réalisation 3D : Hervé Loizeau
Développements logiciels : Pascal Bap, Alain Nicolas, Philippe Billion.

Après le rachat de la chaîne par Hachette fin 1990, l'habillage reste le même. Seul le logo au bas de l'écran change. Le contour du "5" est conservé sans étoile pour identifier à l'écran la nouvelle Cinq jusqu'à la mise en place d'une nouvelle identité visuelle[119].

1991-1992[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jean-Paul Goude crée le nouveau logo de La Cinq en 1991. Initialement, il imagine un « 5 » se tricotant et se détricotant ou encore un générique de fermeture d'antenne mettant en scène un souffle éteignant une bougie. S'inspirant du travail de Jasper Johns (père fondateur du pop art), qui a réalisé dans les années 1960 des toiles mettant en scène des chiffres, Jean-Paul Goude, avec la collaboration de Fabien Baron, crée un habillage composé de chiffres se superposant[120] conception de l'habillage.

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1986 : « La Cinq, votre nouvelle amie »
  • 1987 : « Cinq you La Cinq ! »
  • 1988 : « Cinéma ou télévision, La Cinq, tous les soirs un film »
  • 1989 : « La Cinq, la télé qui ne s'éteint jamais »[121]
  • 1990 : « L'information sans concession, c'est La Cinq ! »
  • 1991 : « La 5, c'est 5 sur 5 »
  • 1992 : « Faites la chaîne pour votre chaîne »

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Rédaction[modifier | modifier le code]

Constituée d'environ 120 journalistes, la rédaction de la Cinq était jeune et polyvalente avec notamment :

Capital[modifier | modifier le code]

La Cinq fut éditée par la société France 5 du au , dont le capital d'environ 15 000 000 FRF était détenu à 40 % par Chargeurs réunis, à 40 % par le groupe italien Fininvest de Silvio Berlusconi et à 20 % par Christophe Riboud.

À partir du , La Cinq est éditée par la Société d'exploitation de La Cinq, détenue à 25 % par le groupe Socpresse de Robert Hersant qui entre au capital en tant qu'opérateur principal de la chaîne, à 25 % par le groupe Fininvest, le reste étant partagé entre Chargeurs réunis et des actionnaires minoritaires (Jean-Marc Vernes, Les Échos, Télémétropole, Groupama).

Sous le poids des dettes, Robert Hersant cède sa part dans la Société d'exploitation de La Cinq au groupe Hachette de Jean-Luc Lagardère, qui récupère ses 25 % le et devient opérateur principal de la chaîne.

Le 3 avril 1992 survient la liquidation judiciaire de Cinq SA[127]

Sièges[modifier | modifier le code]

Le siège de la société France 5 et premier siège de La Cinq de 1986 à 1987 était situé au 21, rue Jean-Goujon dans le 8e arrondissement de Paris.

La Société d'exploitation de La Cinq installe son siège au printemps 1987 au 241, boulevard Pereire dans le 17e arrondissement de Paris, dans un ancien garage Renault de 4 220 m2 repéré par Philippe Ramond et entièrement réaménagé deux ans auparavant pour y créer les studios de la société de production télévisée de Robert Hersant, TVES[128] (pour TV Européenne par satellite), dotés de la régie de production la plus moderne d'Europe[129]. La Cinq intègre les locaux durant l'été 1987, ce qui permet à sa toute nouvelle rédaction de bénéficier dès ses débuts des meilleurs outils de production pour ses émissions d'information. Cette adresse reste le siège de la chaîne jusqu'à sa disparition en 1992.

Programmes[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

1986-1987
1987-1988
  • Vive la télé : émission de Gérard Jourd'hui diffusée chaque jour de 13 h 30 à 17 h du au et proposant de revoir d'anciennes grandes séries de l’ORTF (Les Saintes chéries, Arsène Lupin, Les Nouvelles Aventures de Vidocq, Chéri-Bibi) et quelques séries américaines des années 1960 (Max la menace). Cette émission qui puisait dans les archives de l'INA permettait à la Cinq de respecter son quota de diffusion d'œuvres françaises tout en servant de « mémoire de la télévision ». Elle permit de rediffuser Les Shadoks qui avaient disparu des écrans depuis de nombreuses années. À noter que cette émission existait déjà à un rythme hebdomadaire sur TV6 sous le titre Sixties jusqu'au .
  • Farandole : émission de divertissement animée chaque samedi soir du au [130] par Patrick Sébastien, reprenant le même concept que Carnaval, sa précédente émission sur TF1.
  • Collaricocoshow : émission animée chaque mercredi soir du au [131] par Stéphane Collaro et reprenant le même concept que Cocoricocoboy, sa précédente émission sur TF1. N'ayant pu emmener sur la Cinq les marionnettes du Bêbete show, propriété de TF1, il avait dû toutes les recréer en leur donnant forme humaine, sans toutefois connaître le même succès.
  • Mondo Dingo : émission de Stéphane Collaro présentée depuis un vaisseau spatial en compagnie des Cocogirls et deux extra-terrestres ressemblant à la publicité pour les pâtes Lustucru de l'époque. L'émission propose des séquences humoristiques étrangères, les jingles sont empruntés à l'émission italienne Drive in, le Collaroshow italien. D'abord diffusée le dimanche à partir du dans le cadre de Dimanche 5, elle sera reprise en sur TF1.
  • Bon Anniversaire, Dix sur dix, Il était une fois : émissions qui occupent la case du vendredi soir à partir du , animées par Patrick Sabatier et reprenant les mêmes concepts que Avis de recherche, sa précédente émission sur TF1.
  • Bains de minuit : talk-show créé et présenté par Thierry Ardisson depuis Les Bains Douches à Paris, le vendredi en seconde partie de soirée à partir du .
  • La Porte Magique : jeu d'argent animé chaque soir à 19 h du au par Michel Robbe, transfuge de TF1 où il animait La Roue de la fortune. Ce jeu adapté du format Break the Bank par Nicole Covillers (Motus), fut ensuite un peu modifié pour devenir Ali Baba (voir lien détaillé)
  • 5 rue du Théâtre (1987), puis Boulevard Bouvard (1988) : émission de sketchs animée chaque soir à 19 h 30 du au par Philippe Bouvard.
  • Childéric : émission musicale diffusée à partir du dans un premier temps le mercredi, rediffusée le dimanche, puis le samedi après-midi. Lancée par Marie-France Brière et animée par Childéric Muller (transfuge de la défunte TV6), la programmation est assurée par Nathalie André. Les chansons interprétées dans l'émission seront rediffusées en interlude sous le titre La Cinq, musique ou en cas de panne technique jusqu'en 1990. La rubrique Multitop Nuggets-RMC-La Cinq: Ce classement des meilleures ventes de disques dans les magasins Nuggets était présenté dans l'émission Childéric et simultanément sur RMC.
  • Face à France : émission de Thierry Ardisson et Catherine Barma, animée par Guillaume Durand du à , qui confrontait une personnalité à un panel de spectateurs représentatifs sélectionnés par IPSOS et permettait ainsi, au fil des questions, de faire plus ample connaissance avec l'invité. Cette émission était diffusée à 13 h 30 dans le cadre des émissions dominicales Dimanche 5.
  • Travelling : magazine sur le cinéma animée par Patrick Sabatier et diffusée le dimanche à partir du dans le cadre de Dimanche 5.
  • Les Accords du Diable[132] : magazine diffusé le lundi soir à partir du et présenté par Sangria (Catherine Falgayrac). Après la diffusion d'un film d'horreur, l'émission présentait des sorties vidéo réunies autour d'un thème. Programmée en première, puis en deuxième partie de soirée, l'émission sera rebaptisée Sangria en 1989.
  • Télé Chouchou : émission de télé-achat diffusée chaque jour à 9 h 00 à partir du , présentée par Virgine Ledieu et Jean-Claude Laval, produite par Patrick de Carolis en collaboration avec le catalogue 3 Suisses-le Chouchou. Dès , exit les 3 Suisses, l'émission devient Le Club du télé-achat.
  • Le Club du télé-achat[133] : émission de télé-achat produite par PBRK (Pierre Bellemare et Roland Kluger)[134] et diffusée chaque jour à 9 h à partir de , présentée par Francis Cadot en duo avec Martine Visciano puis dès avec Annette Pavy, enfin dès chaque nuit avec Catherine Falgayrac.
  • En route pour l'aventure : jeu d'aventure pour enfants décliné de La Porte magique, proposé chaque mercredi à 17 h 40 du au et présenté par Michel Robbe.
  • Miroir sans tain : soirée diffusée tous les jeudis du à du , consacrée à la diffusion d'un film ou téléfilm érotique.
1989-1990
1991-1992

Information[modifier | modifier le code]

  • Le Journal permanent : journaux télévisés d'un quart d'heure diffusés à la suite de 5 h 00 à 8 h 00, entrecoupés par la météo et quelques bandes-annonces. Ce concept d'information en continu fut une innovation à la télévision française bien avant les chaînes d'information en continu, qui sera reprise en Italie.
  • Le Journal de 12 h 30 : flash tous les jours de 1987 à 1990 présenté en semaine par Jean-Claude Bourret et Gilles Schneider le week-end.
  • Le Journal-magazine de Jean-Claude Bourret : journal présenté du lundi au vendredi par Jean-Claude Bourret à 12 h 35 (incluant Duel sur la Cinq, voir plus bas).
  • Le Journal de 13 h : journal télévisé présenté du lundi au vendredi par Jean-Claude Bourret de à , puis délocalisé à 12 h 45 par Gilles Schneider d' à et Marie-Laure Augry à partir de . Les journaux de 13 h du week-end étaient présentés par Guillaume Durand de septembre 1987 à 1988, puis par Jean-Claude Bourret à partir de .
  • Le Journal en images : journal télévisé tout en images de dix minutes diffusé les matins vers 10 h et les soirs vers 18 h 50 de à .
  • Journal de 20 heures : journal télévisé présenté du lundi au vendredi par Marie-France Cubadda, une semaine sur deux en alternance avec Guillaume Durand en 1987, lequel présente chaque dimanche à 13h et à 20h les JT. Puis par Guillaume Durand et le week-end par Marie-France Cubadda] de septembre 1988 à . À partir de , le journal est présenté du lundi au vendredi par Guillaume Durand et le week-end par Jean-Claude Bourret (mais ce depuis ). Il fut couronné meilleur journal télévisé par un 7 d'or en 1989. À partir de , le journal est présenté en couple du lundi au vendredi par Gilles Schneider et Béatrice Schönberg et le week-end par Jean-Claude Bourret. Lorsque Guillaume Durand présentait cette édition, cette dernière était caractérisée par un style impertinent mais également nonchalant, ce qui lui valut ce succès.[réf. nécessaire]
  • Le Minuit pile : édition toute en images de quinze minutes diffusée tous les soirs à minuit. Puis, à partir d', cette édition fut fusionnée avec le Journal de la Nuit.
  • Le Journal de la nuit : édition toute en images de dix minutes diffusée tous les soirs aux alentours de 3 h 00. À partir d', cette édition fut fusionnée avec le Minuit Pile et diffusée à des horaires variables ; elle était présentée par Jean-Marc Morandini.
  • Le Midi pile : édition toute en images de cinq minutes diffusée tous les jours à midi du [151] au [152]
  • Public : magazine d'accueil présenté chaque matin par Françoise Gaujour. Le magazine est arrêté prématurément lorsque la guerre du Golfe impose une prise d'antenne anticipée, c'est-à-dire sa case horaire, avant le journal de la mi-journée.
  • Duel sur la Cinq : émission de Jean-Claude Bourret diffusée du lundi au vendredi à 12 h 40 de 1987 à 1990 et dans laquelle deux avis opposés venaient débattre sur des questions politiques ou de société. Débat parfois stérile ou joute croustillante, cette émission réunit sur un même plateau des antagonismes aussi profonds que ceux d'Arlette Laguiller et Jean-Claude Martinez. Sa particularité était de laisser s'exprimer chacun des contradicteurs sans aucune intervention intempestive du présentateur, dont le rôle se résumait à veiller à l'égalité du temps de parole des deux intervenants, matérialisée par un sablier.
  • Reporters : magazine de grand reportage créé et présenté par Patrick de Carolis tous les samedis de 12 h 32 à 13 h 00, puis, en 1990, en semaine de 19 h 00 à 19 h 40. Reporters était intégré au Magazine des Magazines, le samedi en fin de matinée.
  • Nomades : magazine de l'aventure créé par Patrick de Carolis tous les samedis à 23 h 30.
  • Documents du monde : Une collection de documentaires présentés par Guillaume Durand[153],[154]du [155] au [156].

La dernière émission du 12 avril 1992[modifier | modifier le code]

La dernière émission, intitulée à la fois Il est moins 5 et Vive la 5 (selon que l'on se base sur l'annonce d'avant-programme ou le générique d'ouverture de celui-ci) a commencé le dimanche à 20 h 45, après le dernier Journal de 20 heures présenté par Jean-Claude Bourret et une parodie de bulletin météo présentée par Chantal Bultez[157] et Véronique Touyé.

Elle a eu lieu dans la rédaction de la chaîne, boulevard Pereire à Paris, avec tout le personnel. Présentée par Gilles Schneider (alors présentateur du Journal de 20 heures en duo avec Béatrice Schönberg), Marie-Laure Augry (alors présentatrice du journal de 12 h 45), Jean-Claude Bourret (alors présentateur des journaux du week-end) et Patrice Duhamel (directeur de l'information), elle proposait de revivre les six années d'existence de la chaîne. Elle s'est terminée par une longue série d'adieux, suivie d'une animation d'une « éclipse totale » d'une « planète 5 » par un astre fait d'un écran brouillé (au son du générique original du journal télévisé, Ainsi parlait Zarathoustra mais dans une version « lugubre »). Apparaît finalement un écran noir avec le texte « La Cinq vous prie de l'excuser pour cette interruption définitive de l'image et du son », puis « C'est fini », suivi d'un écran cette fois totalement vide après que la chaîne a définitivement rendu l'antenne.

L'audience aura culminé lors de cette dernière soirée jusqu'à 6 à 7 millions de téléspectateurs.

Ce qu'on aurait dû voir sur la chaîne[modifier | modifier le code]

  • Téléfilms coproduits:

Pour respecter ses engagements face au CSA, la chaîne a produit 50 téléfilms de 90 minutes, qui ne seront jamais diffusés sur son antenne[158].

  • Jeu d'acces prime time:

Sept marches vers un million, devait être le jeu diffusé en septembre 1992 face à La Roue de la fortune[159].

  • Les dessins-animés coproduits:

Michel Vaillant sera récupéré par France 3 et diffusé dans les Minikeums. Xavier Couture, l'ancien responsable des programmes jeunesse de La Cinq de 1991 à 1992, lance M6 Kid, dès le 31 août 1992 présenté par Amanda Mc Lane. En effet, après avoir abandonné son émission jeunesse Graffi'6, lancée en 1987, M6 revient dans la course, après le dépôt de bilan de La Cinq]. Il n’est donc pas étonnant que les premiers dessins-animés inédits soient des coproductions initiées par La Cinq. Ainsi seront diffusés : Bucky O'Hare, La Petite Boutique, Barnyard commandos et Draculito, mon saigneur. Seul Bucky O'Hare aura eu le temps d'être partiellement diffusé du « vivant » de La Cinq. On retrouvera aussi des dessins-animés japonais ou américains issus du catalogue de Berlusconi, qu'on aurait dû voir sur La Cinq, si la chaîne avait survécu : Graine de Champion, Cascadogs, Prostars ou Hammerman (ces 2 derniers étant coproduits par DiC, Reteitalia, et Telecinco). Sur TF1, Les Aventures de Robin des Bois en 1995, et Les Enfants du capitaine Trapp la même année, sur France 3. Sur les chaînes du câble au début des années 2000 : Erika, Nathalie et ses amis.

  • La carte Multipoints:

La carte interactive qui a permis aux téléspectateurs de jouer avec les émissions de France Télévision à partir de 1993, était destinée au départ aux téléspectateurs de La Cinq[160] Sa version canadienne "Télécash" avait été testée en mai 1991 en France dans la région d'Orléans[161]. Elle devait permettre au Groupe Hachette de créer une "symbiose" entre ses titres de presse et l'audiovisuel[162].

Retransmissions sportives[modifier | modifier le code]

Football américain
Sports mécaniques

(Liste non exhaustive)

Séries[modifier | modifier le code]

La Cinq a bâti son succès sur la diffusion (ou rediffusion) de nombreuses séries à succès étrangères (surtout américaines, issues du catalogue de Silvio Berlusconi) et françaises (issues de l'INA ou coproduites).

Séries françaises[modifier | modifier le code]

Séries et téléfilms coproduits par La Cinq[modifier | modifier le code]

Séries américaines[modifier | modifier le code]

Séries britanniques[modifier | modifier le code]

Séries allemandes[modifier | modifier le code]

Téléromans québécois[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Le Film ce soir: L'affaire Mediaset - Paramount[modifier | modifier le code]

La Cinq a aussi bâti son succès sur la diffusion (ou rediffusion) de nombreux films à succès étrangers (surtout américains, issus du catalogue de Silvio Berlusconi) et français (rediffusés ou coproduits) dans la case Le Film ce soir. En 2007, une enquête menée en Italie et aux Etats-Unis , puis un procès en 2012 révèlent que depuis 1988, Frank Agrama via la société Harmony Gold achetait des films et des séries aux majors américaines dont Paramount et Twentieth Century Fox et les revendaient plus chères au groupe Berlusconi[171],[172]. Tout en faisant transiter la différence sur des comptes en Suisse afin de constituer une caisse noire. Le but étant de faire payer moins d'impôts en Italie au groupe Mediaset de Silvio Berlusconi[173]. Ces films acquis ont aussi été diffusés sur les autres chaînes européennes du groupe dont Telecinco et La Cinq[174].

Films Paramount[modifier | modifier le code]

Films Twentieth Century Fox[modifier | modifier le code]

Films Warner Bros.[modifier | modifier le code]

Présentateurs et présentatrices ayant officié sur La Cinq[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

La Cinq a toujours eu un nombre d'émetteurs réduit par rapport à TF1, Antenne 2 et FR3, ce qui explique en partie son audience. Son pic se situe en 1989 avec 13 %. Avec l'arrivée d'Hachette, l'audience s'effrite jusqu'à atteindre 10,9 % d'audience en 1991. À noter que pour le dernier jour, le , l'audience est de 21,5 % avec une pointe à 7 million de téléspectateurs.

1986 1987 1988 1989 1990 1991
4,2 %
8,4 % 10,3 % 13,0 % 11,7 % 10,9 %

Source : Médiamétrie[176]

  • Meilleurs scores
  • Moins bons scores

Diffusion[modifier | modifier le code]

Hertzien analogique[modifier | modifier le code]

La Cinq était diffusée en SECAM sur le nouveau cinquième réseau hertzien analogique terrestre français qui, à sa création, ne touchait que les grandes agglomérations et nécessitait une antenne large bande pour être capté. Fin 1986, la chaîne ne comptait que 54 émetteurs, touchant 45 % de la population[177], puis 168 en 1989 couvrant 60,6 % de la population. En tant que chaîne privée, La Cinq devait financer les nouveaux émetteurs installés par TDF, avec l'aide toutefois de certaines collectivités locales désirant répondre aux attentes de leurs administrés. Cette dernière particularité expliqua le fort mécontentement de certains élus locaux qui considéraient comme du vol la préemption par l'État de ce réseau qu'ils avaient financés pour y installer Arte sans qu'on leur ait demandé leur avis.

Satellite[modifier | modifier le code]

En plus de sa diffusion terrestre, La Cinq devait également être diffusée au niveau européen sur le satellite de diffusion directe TDF 1, comme le prévoyait l'accord d'attribution des canaux du qui fut finalement annulé en mai par le gouvernement Chirac. La chaîne fut donc relayée sur l'ensemble du territoire national par le satellite Telecom 1B, qui alimentait officiellement et sans cryptage les émetteurs terrestres de TDF, et qui donc, officieusement, participa à la distribution et à la vente des équipements en parabole en France pour les particuliers. À la suite de l'arrêt de Telecom 1B en 1988, La Cinq passe sur son remplaçant, Telecom 1C jusqu'à la mort le .

Câble[modifier | modifier le code]

La Cinq a également été diffusée sur le câble en France sur les réseaux de France Telecom Câble, Lyonnaise Câble et CGV, mais aussi en Belgique de à , quand elle fut contrainte de disparaître à la suite de la question des droits d'auteur non réglés et, surtout, aux fréquentes attaques de RTL-TVI qui reprochait à La Cinq ne pas respecter les accords de priorités de diffusion, favorables aux chaînes belges. À plusieurs reprises, le Tribunal a obligé les câblodistributeurs à remplacer le film de La Cinq par un écran noir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. STATUTS DE LA SOCIÉTÉ FRANCE 5
  2. [1]
  3. [2]
  4. [3]
  5. [4]
  6. « La 5 20/02/1986 20:30:00 La Cinq - ouverture: Voilà La Cinq », sur ina.fr.
  7. « La 5 12/04/1992 23:56:00 00:01:59 Compte à rebours fin d'antenne de la Cinq », sur ina.fr.
  8. a et b « LE LANCEMENT DE LA " 5 " Défilé de stars », sur lemonde.fr.
  9. Christian Brochand, Histoire générale de la radio et de la télévision en France: 1974-2000, Documentation Française, , p. 61.
  10. Critique du cahier des charges de la 5e chaîne par le ministre de la culture Jack Lang - Soir 3 du 08/12/1985 - INA
  11. Rémi Tomaszewski, Les politiques audiovisuelles en France, Documentation française, , p. 328.
  12. Conférence de presse de présentation de la Cinq le 22 novembre 1985 - JT 20H d'Antenne 2 - INA
  13. Décision no 85-198 DC du Conseil constitutionnel du 13 décembre 1985
  14. Présentation des programmes de La cinq par Silvio Berlusconi le 20/01/1986 - JT 20H d'Antenne 2 du 20/01/1986 - INA
  15. Intervention de la police à la tour Eiffel pour permettre aux techniciens de TDF d'installer l'émetteur de la 5e chaîne - JT 20H d'Antenne 2 du 21/01/1986 - INA
  16. L'affaire Tour Eiffel - JT 20H d'Antenne 2 du 22/01/1986 - INA
  17. La saga de Ia Cinq (suite et fin)
  18. Rétrospective des 14 mois qui ont précédé l'avènement de la 5e chaîne - JT 20H d'Antenne 2 du 20/02/1986 - INA
  19. Voilà la Cinq (partie 1), 20 février 1986, La Cinq
  20. Voilà la Cinq (partie 2), 20 février 1986, La Cinq
  21. Voilà la Cinq (partie 3), 20 février 1986, La Cinq
  22. Voilà la Cinq (partie 4), 20 février 1986, La Cinq
  23. Générique de "Jonathan" et début Canale 5, 1985
  24. "Nonsolomoda" Canale 5, 1985
  25. « Notre inépuisable besoin d'images », sur lemonde.fr" Star Trek " date du temps ou l'eye liner et le fard beige formaient la base du maquillage. La série est déjà passée sur une chaîne nationale dans les programmes enfantins. La " 5 " décloisonne, elle pense au bambin qui sommeille dans tout insomniaque. " Star Trek " termine le programme à deux heures du matin et repasse à plusieurs reprises dans la journée. " C'est intéressant si on n'a pas tout compris tout de suite", disait une téléspectatrice interviewée dans le cadre de la campagne auto-publicitaire, selon laquelle 69 % des personnes interrogées souhaitent que la " 5 " continue telle quelle.
  26. « LE LANCEMENT DE LA " 5 " Défilé de stars », sur lemonde.fr.
  27. Speakerine de La Cinq en 1986
  28. « Notre inépuisable besoin d'images », sur lemonde.fr.
  29. « La télévision américaine entre le départ de Ronald Reagan et l'Europe de 1993 Les craintes et les espoirs des producteurs d'Hollywood », sur lemonde.frPourquoi changeraient-ils, puisque toutes viennent à eux ? Les Italiens dès la fin des années 70, Berlusconi en tête ; les Français en renfort, et en ordre dispersé, depuis deux ou trois ans ; aujourd'hui les Espagnols, les Allemands, et toujours les Anglais... Ils leur vendent du neuf, bien sûr, mais ils s'amusent aussi de voir la ruée sur leurs vieux stocks des années 60, lesquels ont soudain repris de la valeur et s'organisent en "collections". L'explosion des télévisions privées en Europe de l'Ouest et l'arrivée des chaines par satellite leur ouvrent un formidable champ de vente.
  30. Christophe Petit, « La Cinquième Dimension », Génération Séries, no 7,‎ , p. 28 (ISSN 1167-136X).
  31. « La 5 a pris 15 % du marché en Île-de-France », sur lemonde.fr.
  32. Décret no 86-901 du 30 juillet 1986 portant résiliation du traité de concession conclu avec la société France 5 pour l'exploitation de la 5e chaîne de télévision - Journal officiel du 30 juillet 1986
  33. « Notre inépuisable besoin d'images », sur lemonde.frDEPUIS que les cinéastes ont obtenu gain de cause, elle ne diffuse plus de films. Chefs-d'œuvre et nanars ne risquent plus d'être dénaturés par un saucissonnage publicitaire qui ne gêne pas les feuilletons, puisqu'ils sont conçus pour. Plus rien d'ailleurs ne gêne les feuilletons dans les programmes d'été dont les jeux ont disparu.
  34. « Séries : la concurrence des chaînes fait le jeu des Américains », sur lemonde.frLa partie a repris de plus belle à l'occasion du marché des programmes à Cannes. Privée de films par la décision du Conseil d'État, la " 5 " ne peut survivre qu'en programmant des feuilletons et des séries de prestige. La 5 a emporté haut la main "Pierre le Grand", une minisérie de prestige, et a acheté quelques autres programmes boudés par le club d'Antenne 2.
  35. « Séries : la concurrence des chaînes fait le jeu des Américains », sur lemonde.frM. Berlusconi tente de voler " Dynasty " à FR 3, qui n'a pas les moyens de surenchérir. Mais RTL télévision intervient, propose d'acheter les trois prochaines saisons de la série, encore au stade du synopsis, et emporte le marché. Il y a trois jours, la télévision luxembourgeoise revendait une partie de ses droits à FR 3 pour que la chaîne publique puisse continuer la diffusion du feuilleton américain en septembre.
  36. Annulation par le Conseil d'État du décret no 86-901 du 30 juillet 1986 résiliant la concession de TV6
  37. Décret no 87-50 du 2 février 1987 portant retrait du décret 86-900 du 30-07-1986 et résiliation du traité de concession conclu avec la société France 5 pour l'exploitation de la 5e chaîne de télévision - Journal officiel du 3 février 1987
  38. Capital : Groupe Hersant 25 %, groupe Berlusconi 25 %, Mutuelles agricoles 15 %, Groupe Chargeurs de Seydoux 10 %.
  39. Robert Hersant et Silvio Berlusconi expliquent les raisons de leur alliance et leurs ambitions - JT 20H d'Antenne 2 du 16/02/1987 - INA
  40. Capital : holding Générale occidentale de Goldsmith 25 %, David de Rothschild et associes 25 %, Compagnie du Midi 25 %, groupe de Kerry Packer 20 %.
  41. Auditions par la CNCL des candidats à la reprise de la 5e chaîne - JT 20H d'Antenne 2 du 18/02/1987 - INA
  42. Rémi Tomaszewski, op. cit., p. 277.
  43. Attribution de La Cinq à Robert Hersant, JT de la nuit de TF1 du 23 février 1987
  44. Voir sur destinationseries.org
  45. « Le 23e Marché international des programmes de télévision La bataille Berlusconi-Bouygues », sur lemonde.fr.
  46. « Patrick Sébastien à la 5 », sur lemonde.fr.
  47. « Notre inépuisable besoin d'images », sur lemonde.frLes différences : une composante rurale et provinciale plus marquée et une audience plus féminine (60 %) pour " Maigret ", un public plus urbain et même parisien, et plus masculin (54 %) pour " Série noire ". Autre comparaison : " Starsky et Hutch " (le dimanche sur TF 1) contre " Deux flics à Miami " (le vendredi sur A2). Traits communs aux auditoires de ces deux séries : il est en majorité féminin (60 %), assez âgé (au-delà de trente-cinq ans et surtout de cinquante ans), nettement rural (un sur deux), de niveau d'étude primaire (43 % pour " Deux flics à Miami ", 52 % pour " Starsky et Hutch "). Selon Médiamétrie, les caractéristiques dominicales de cet auditoire sont celles du public familial du week-end. " Ces bataillons de gros consommateurs de télévision sont aussi ceux que la " 5 " a su capter avec ses " Kojak ", " Mike Hammer ", " Baretta " et consorts ", conclut l'étude.
  48. « Guillaume Durand, journaliste-présentateur », sur lemonde.frCette chaine est une chaine urbaine, qui touche, en gros, trois catégories de personnes : les gosses, les personnes âgées et les cadres, ceux qui rentrent tard, épuisés, et qui ont envie d'une bonne série télévisée.
  49. [5]
  50. Christian Brochand, op. cit., p. 204
  51. « La guerre des chaines Silvio Berlusconi se rebiffe », sur lemonde.fr.
  52. « Patrick Sébastien quitte la Cinq », sur lemonde.fr.
  53. « Les difficultés de la Cinq M. Hersant revoit à la baisse ses ambitions publicitaires », sur lemonde.fr.
  54. « Les publicitaires jugent peu attractifs les nouveaux programmes de la Cinq », sur lemonde.fr.
  55. « Un entretien avec M.Carlo Freccero directeur des programmes de la 5 " Le réalisme nous oblige à faire une chaine de complément " », sur lemonde.fr.
  56. « Selon son directeur délégué La Cinq réduira ses dépenses de programmes », sur lemonde.fr.
  57. « Les dernières émissions de La Cinq Du fond noir à l'écran noir », sur lemonde.fr le satellite et la musique de Wagner imposés au générique par Robert Hersant
  58. « La 5 se lance le 14 septembre dans l'information Les militants seront déçus... », sur lemonde.fr.
  59. « Les dernières émissions de La Cinq Du fond noir à l'écran noir », sur lemonde.fr Le décor du journal était l'apanage du patron, depuis l'ORTF. C'était resté un décor de théâtre. Je pensais qu'il fallait tuer ce décor, et passer enfin à l'ère de l'électronique. " Les deux projets de décor mis en compétition ne plaisent pas à Robert Hersant ; le temps presse, le hasard permet à Christian Guy d'imposer le fond noir nécessaire aux incrustations " signifiantes " qu'il préconise. Ce " look " sans décor figé, sur fond de régie, de bleu sombre ou de noir, est aujourd'hui adopté ou adapté par les autres chaînes. Du Japon, il ramène l'idée des journaux tout-en-images, que La Cinq sera la première à mettre en application au petit-matin. " Le présentateur n'a plus la fonction technique d'autrefois, quand il fallait lancer les sujets. Il garde sa fonction journalistique et " commerciale ", dans un pays où la consommation du " 20 heures " évolue très lentement.
  60. « LES EMISSIONS A SONDAGES Démocratie ou téléguidage? », sur lemonde.fr" Pour nous, les choses étaient claires ", reconnait sans détour Guillaume Durand. " Autant que de participer à ce mouvement de démocratie directe et d'interactivité, il s'agissait de faire de l'audience et, via le minitel, des sous. " Depuis 1987, (octobre, pour le "Duel" de Jean-Claude Bourret ; septembre, pour le "20 heures" de Guillaume Durand, qui livre une première estimation des résultats), le téléspectateur présent devant son poste est interrogé, " de façon forcément un peu provocatrice ", par la rédaction de la Cinq. Chaque journal déclenche, en moyenne, 15 000 appels. Lancée au départ avec le minitel, l'opération visait essentiellement à servir de " produit d'appel " à l'ensemble du réseau télématique de la chaine (environ 35 000 heures de connexion par an, soit autant qu'Antenne 2).
  61. « Publicités, parrainages, jeux, concurrence... La télé aux oeufs d'or », sur lemonde.frChacun sait que la base de TDF est cégétiste. Ils freinent l'extension de notre réseau ", accuse Marie-France Cubbada, tandis que d'autres journalistes imputent la faible audience du journal de 20 heures à la mauvaise " locomotive " que constituerait l'émission de Philippe Bouvard.
  62. « La cinquième Nuit des 7 d'or », sur lemonde.fr.
  63. « Modification de la grille La Cinq diffusera chaque soir une heure trente d'informations », sur lemonde.fr.
  64. « La 5 et M6 sous l'oeil de la CNCL Mais où sont les oeuvres françaises ? », sur lemonde.frDe " Kojak " sur la 5 à " Dinasty " sur M6, les feuilletons américains triomphent
  65. « La Cinq attaque la CNCL devant le Conseil d'Etat Polémiques autour de la définition juridique du film », sur lemonde.fr.
  66. « Après la mise en garde de la CNCL La Cinq diffusera deux films par semaine au lieu de quatre », sur lemonde.fr.
  67. « La programmation des films à la télévision La CNCL durcit son attitude vis-à-vis de la Cinq », sur lemonde.fr.
  68. a et b « Condamnations en série pour la Cinq », sur lemonde.fr.
  69. « Le Conseil d'Etat inflige à la Cinq une amende de plus de 12 millions de francs », sur lemonde.fr.
  70. « Après de nouvelles incartades de la Cinq La CNCL saisit à nouveau le Conseil d'Etat », sur lemonde.fr.
  71. Les censures dans le monde: xixe- xxie siècle de Laurent Martin [6]
  72. Il est enjoint à la société "La Cinq" de ne pas diffuser le film "Joy et Joan" avant 22 h 30[7]
  73. Les censures dans le monde: xixe- xxie siècle de Laurent Martin [8]
  74. « La programmation de films érotiques sur la Cinq Mme Tasca invoque le " respect dû au public " », sur lemonde.fr.
  75. « LE LANCEMENT DE LA " 5 " Défilé de stars », sur lemonde.frIronie du système. Comme disait Yves Sabouret lors de sa fameuse intervention au journal de 20 heures : " La 5 n'a atteint qu'une seule fois les 13 % d'audience (en dehors de la dernière soirée du 12 avril 1992) : quand elle a diffusé un film érotique à 20 h 30. "
  76. « Une déclaration de la Société des réalisateurs français Protestations contre la diffusion par la Cinq d'un film " colorisé " de John Huston », sur lemonde.fr.
  77. « French Court Rules Colorized “Asphalt Jungle” Cannot Be Broadcast », sur apnews.com.
  78. « Programme télé du 5 au 11 août 1989 », Télé 7 Jours, no 152,‎ , p. 32 (ISSN 0153-0747).
  79. [9]rendu de la cour de cassation, chambre civile, 28 mai 1991
  80. Marguerite-Marie Ippolito, Image, droit d'auteur et respect de la vie privée, L'Harmattan, 2007 - p. 144.
  81. Nima Taradji, « Colorization and 'Moral Rights' of the Artist », sur taradji.com, (consulté le 6 février 2015).
  82. « Turner Entertainment Co. v. Huston, CA Versailles, civ. ch., December 19, 1994, translated in Ent. L. Rep., Mar. 1995, at 3 », sur peteryu.com (consulté le 13 août 2017).
  83. « Le CSA s'élève contre la diffusion sur La Cinq du "Prince noir du périphérique" », sur csa.fr.
  84. « Plafond de diffusion de films : La Cinq et M6 mises en demeure », sur csa.fr.
  85. « Diffusion de téléfilms violents : une amende de 5 MF pour La Cinq », sur csa.fr.
  86. « Bilan du troisième exercice de TF1, de La Cinq et de M6 », sur csa.fr.
  87. [10]
  88. « Devant l'urgence d'une nouvelle augmentation de capital La Cinq cherche à accélérer la recomposition de son actionnariat », sur lemonde.fr.
  89. « La 5 18/05/1990 19:00:01 00:30:00 Reporters : émission du 18 mai 1990 », sur ina.fr.
  90. « Skins tueurs à la bière empoisonnée. Les meurtriers d'un Mauricien au Havre démasqués huit ans après », Libération, .
  91. Emmanuel Lemieux, Génération tonton, Don Quichotte, 2011, 476 p., p. 404.
  92. « L’extrême droite musicale en France. Petite musique de nuit (et brouillard…) », REFLEXes, .
  93. Frédéric Haziza, Vol au-dessus d'un nid de fachos: Dieudonné, Soral, Ayoub et les autres, Fayard, 2014, 184 p., p. 49-50.
  94. « Violence et reportages télévisés Ouverture de deux informations judiciaires après deux enquêtes de la Cinq », sur lemonde.fr.
  95. « NOUVELLE INFORMATION JUDICIAIRE APRÈS UN REPORTAGE SUR LA CINQ », sur humanite.fr.
  96. Rémi Tomaszewski, op. cit., p. 288.
  97. « Le paradoxe de l'info », sur lemonde.frLes téléspectateurs, eux, ont trouvé tout cela plutôt sympathique et normal : le journal a atteint la semaine passée les " pics d'audience " de la guerre du Golfe (soit plus de 9 % de parts de marché).
  98. « Difficile relance pour Hachette L'audience n'est pas encore au rendez-vous de la nouvelle Cinq », sur lemonde.fr.
  99. « Féminine et sereine », sur lemonde.frune information plus soft et largement " féminisée "
  100. a et b « Démissions annoncées de Pascal Josèphe et de Patrice Duhamel La fin de l'info bravache », sur lemonde.frl'information _ restrictions budgétaires obligent _ est réorganisée et recentrée sur le " national " aux dépens de l'international (le Monde du 26 juin). " On nous a dit : faites court, soft, familial ", se souvient ce journaliste. "
  101. « Guillaume Durand va quitter le journal de 20 heures sur la Cinq », sur lemonde.fr.
  102. « GRILLES DE RENTRÉE La Cinq au milieu du gué », sur lemonde.frDe fait, " l'information de coups " façon Cinq, si elle a beaucoup fait pour l'image de la chaîne (le Golfe, après la Roumanie), n'a jamais su fidéliser, dans la durée, les téléspectateurs attendus. Le nouveau visage des journaux télévisés (qui se recentrent à la rentrée sur les informations franco-françaises au détriment de l'international et jouent la synergie en unifiant, dès le 1 septembre, les bureaux des correspondants régionaux de La Cinq et ceux d'Europe 1) ne tient peut-être, et malgré les démentis de la chaîne, qu'à cette logique économique.
  103. « GRILLES DE RENTRÉE La Cinq au milieu du gué », sur lemonde.frD'abord, parce que Magny-Cours est une étape (et une victoire) de cette course aux retransmissions, aux préemptions de programmes et aux achats de stars que La Cinq livre à armes inégales avec sa première rivale, TF 1. Ensuite parce que Magny-Cours confirme que, dans un contexte de concurrence exarcerbée, il faut aujourd'hui payer le prix fort (6 millions de dollars, soit près de 36 millions de francs pour les droits des 16 grands prix 1991) pour glaner une certaine audience : le 7 juillet, de 15 heures à 15 h 45, avec 40 % de parts de marché, La Cinq a réussi l'exploit de supplanter la Une.
  104. « HACHETTE RENONCE A LA 5 Celle qui voulait copier la Une », sur lemonde.fr Les études qualitatives montrent qu'entre les mois d'avril et de décembre 1991 la 5 a progressé essentiellement chez les citadins. " Elle n'a pas exploité ce point fort, comme elle a négligé les deux autres : le profil anti-" France profonde " de Guillaume Durand et l'implantation urbaine de la chaîne ", note René Saal.
  105. « Pour contrer la baisse d'audience La Cinq reprogramme Kojak », sur lemonde.frM. Yves Sabouret, annonce ainsi la programmation de la série américaine " Kojak ", de 19 à 20 heures, dès mercredi 22 mai. " Notre problème majeur, actuellement, se concentre sur la tranche horaire 18-20 heures, affirme M. Sabouret. Sur cette tranche, nous sommes obligés de constater que les résultats sont décevants. " (Le Monde du 25 avril.) Pour protéger son audience moyenne, la Cinq va donc remplacer ses émissions actuelles _ " La ligne de chance " et " Les aventures de Léon Duras, chroniqueur mondain " _ par la célèbre série américaine. Un produit, selon M. Sabouret, " confirmé, sûr et reconnu, familial et fédérateur, qui coïncidera avec la disparition de " Mac Gyver " sur Antenne 2 ".
  106. « GRILLES DE RENTRÉE La Cinq au milieu du gué », sur lemonde.frPascal Josèphe reconnaît qu'il a pu commettre, de-ci de-là, quelques erreurs d'appréciation. " Avant cette expérience, j'avais coutume de dire : la programmation, c'est 50 % d'ordinateur et 50 % de pif. Aujourd'hui, je dirais plutôt que c'est un tiers d'ordinateur, un tiers de savoir-faire, et un tiers de pif. " La programmation de la série " Léon Duras, chroniqueur mondain ", avant le journal de 20 heures, était de sa part " une erreur ", aussitôt corrigée, le 22 mai, avec " Kojak ".
  107. Alain Peyrefitte, La France en désarroi, Éd. de Fallois, , p. 191.
  108. Journal de La Cinq du 17 décembre 1991
  109. Générique de fin du Journal de La Cinq du 17 décembre 1991
  110. Rémi Tomaszewski, op. cit., p. 282.
  111. « Décret n°90-66 du 17 janvier 1990 modifié relatif à la diffusion des œuvres cinématographiques et audiovisuelles - Version consolidée », sur csa.fr.
  112. « Reportage la télé par AB sur planete Partie 2 1/3 à 5 minutes 40 », sur dailymotion.com.
  113. « Pinocchio (1972) », sur planete-jeunesse.com.
  114. a et b « La Cinq: Hachette parvient à un accord avec Animage », sur lesechos.fr.
  115. Journal de La 5, 3 avril 1992, La 5
  116. La mort de La Cinq le 12 avril 1992 : les dernières minutes
  117. « Avis de situation au répertoire Sirene », sur avis-situation-sirene.insee.fr (consulté le 2 mai 2017).
  118. « La cinq (habillage 1987) », sur histoire3d.siggraph.org* Contexte En février 1987, Robert Hersant se voit confier la nouvelle cinquième chaîne. Il débloque des moyens très importants pour promouvoir cette chaîne, il s’agit de lui donner un nouveau look et refaire tout l’habillage, soit une quinzaine de génériques en images de synthèse, pour la rentrée de septembre 1987. Génériques des journaux télévisés, annonces des flashs d’information, des rubriques spécialisées, génériques d’annonce des séries, du sport, des variétés, ouverture et fermeture des spots de publicité, semainier d’annonce des programmes... TDI remporte ce marché. La réalisation 3D est confiée à Hervé Loizeau tandis que l’équipe de développement met les bouchées doubles pour adapter le logiciel aux exigences de brillance et de clinquant de la chaîne. Le 5 en cristal bleu est transparent mais il faut quand même gérer de la réflexion d’environnement pour marquer sa brillance, jouer avec la lumière et les reflets. Ce sont normalement des effets qu’on obtient facilement avec la technique du lancer de rayon mais elle n’est pas envisageable à l’époque pour des raisons de temps de calcul. La division logiciel fera donc des prouesses pour intégrer malgré tout ces effets dans le logiciel. Le 30 septembre 1987, à l’occasion de la conférence de presse que TDI consacre à la sortie de cet habillage, le communiqué de presse peut annoncer fièrement : « Pascal Bap et Hervé Loizeau, respectivement directeur du département Images de TDI et directeur de création, ont développé des effets spéciaux sophistiqués à partir du logiciel d’animation en 3D de TDI, Explore, portant sur le cristal, matière du logo de la Cinq, véritable sculpture de lumière et les néons qui le prolongent sous forme de laser. Ils permettent de valoriser les reflets, la brillance et de jouer instinctivement avec la lumière. »
  119. Habillage télévisuel de la Cinq en 1990 et 1991
  120. [11]
  121. « Spot promo "La Cinq, la télé qui ne s'éteint jamais" », sur dailymotion.com, (consulté le 25 août 2017).
  122. « Angelo Codignoni », sur liberation.fr.
  123. « Démissions annoncées de Pascal Josèphe et de Patrice Duhamel La fin de l'info bravache », sur lemonde.frUn peu plus tard, Pascal Josèphe, directeur général de l'antenne, nous confirmait son intention " d'annoncer officiellement sa démission ", avec Patrice Duhamel, directeur de l'information, avant la fin de la semaine.
  124. « Le paradoxe de l'info », sur lemonde.fr Jean Minot, chargé _ par vacance du poste _ de la programmation, pouvait se contenter de sauver les meubles, en se satisfaisant d'une audience de l'ordre de 10 %, et d'une politique plus modeste, mais rentable, comme celle de M 6.
  125. http://umeier-consulting.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2&Itemid=2&lang=de
  126. https://de.linkedin.com/in/ulrike-meier-72003a2b
  127. [12]
  128. « Décès de Philippe Ramond », sur liberation.frIl devient ensuite le directeur général de TVES-groupe de communication Robert Hersant.
  129. « Les effets spéciaux d'Hersant », Le Nouvel Observateur, 30/01/1987.
  130. « Farandole », sur Toutelatele.com (consulté le 4 décembre 2012).
  131. « Collaricocoshow », sur Toutelatele.com (consulté le 16 novembre 2012).
  132. « Extrait de l'émission "Les Accords du Diable" », sur dailymotion.com, (consulté le 25 août 2017).
  133. « Fin de soirée sur la Cinq avec le "Club du télé-achat" », sur dailymotion.com, (consulté le 25 août 2017).
  134. Christian Loviton, La Vie à distance, (ASIN B0166Y494Q) https://books.google.fr/books?id=7cJXDwAAQBAJ&pg=PT306&lpg=PT306&dq=Martine+Visciano+tele+achat&source=bl&ots=P-ee07-ZOk&sig=ACfU3U1-vxjkxMcDENtrTG0q78J3HQ71GQ&hl=en&sa=X&ved=2ahUKEwiH9_DDyYDkAhUJy4UKHb-1CUcQ6AEwDnoECAkQAQ#v=onepage&q=Martine%20Visciano%20tele%20achat&f=false, (ASIN B0166Y494Q)https://books.google.fr/books?id=7cJXDwAAQBAJ&pg=PT306&lpg=PT306&dq=Martine+Visciano+tele+achat&source=bl&ots=P-ee07-ZOk&sig=ACfU3U1-vxjkxMcDENtrTG0q78J3HQ71GQ&hl=en&sa=X&ved=2ahUKEwiH9_DDyYDkAhUJy4UKHb-1CUcQ6AEwDnoECAkQAQ#v=onepage&q=Martine%20Visciano%20tele%20achat&f=false
  135. « La 5 12/09/1989 22:30:00 00:45:00 Batmania », sur ina.fr.
  136. « La 5 23/10/1990 11:00:00 00:30:00 Les surdoués - 23 octobre 1990 », sur ina.fr.
  137. « La 5 15/02/1991 11:30:00 00:30:00 Les surdoués - émission du 15 février 1991 », sur ina.fr.
  138. « La 5 14/09/1989 23:15:00 00:45:00 Désir : émission du 14 septembre 89 », sur ina.fr.
  139. « La 5 29/12/1990 24:30:00 00:30:00 Désir : émission du 29 décembre 1990 », sur ina.fr.
  140. [13] Gilles Schneider récapitule les magazines d'information dans "Vive La Cinq" le 12 avril 1992
  141. « La 5 22/04/1989 18:05:00 00:25:00 Perfecto », sur ina.fr.
  142. « La 5 30/12/1989 13:30:00 00:30:00 Perfecto : la musique des années 60 », sur ina.fr.
  143. « La 5 21/04/1990N19:00:00 00:45:00NLes fléaux capitaux : émission du 21 avril 1990 - La radio et la télévision », sur ina.fr.
  144. « La 5 01/07/1990 19:00:00 00:45:00 Spéciale drôles d'histoires : émission du 1er juillet 90 », sur ina.fr.
  145. « Féminine et sereine », sur lemonde.frune adaptation, par Daniel Creusot, d'un grand " reality show " nord-américain (On Scene, diffusé le dimanche à 18 heures sur NBC), rebaptisé " Urgences ", et présenté par Jean-Claude Bourret.
  146. « La 5 11/07/1991 20:50:00 01:50:00 A nous la Cinq - émission du 11 juillet 1991 », sur ina.fr.
  147. « La 5 08/08/1991 20:50:00 01:55:00 A nous la Cinq - émission du 8 août 1991 », sur ina.fr.
  148. « Dimanche à la maison », sur repertoire.sacem.fr.
  149. « La 5 18/08/1991 Lancement plateau : Bugs Bunny Un dimanche à la maison », sur ina.fr.
  150. « La 5 18/08/1991 Lancement plateau : Tous au cirque Un dimanche à la maison », sur ina.fr.
  151. « La 01/06/1990 12:00:00 00:05:00 Midi Pile », sur ina.fr.
  152. « La 5 01/03/1991 12:00:00 00:05:00 Midi pile : émission du 1er mars 1991 », sur ina.fr.
  153. « DOCUMENTS DU MONDE : LA 5, 23 h 15 Dans les rues de Bangkok », sur lemonde.fr.
  154. « DOCUMENTS DU MONDE : LA CINQ, 23 h 25 La fascination du moine », sur lemonde.fr.
  155. « La 5 12/07/1991 23:20:00 01:55:00 Documents du monde : banzaï sur le nippon », sur ina.fr.
  156. « La 5 05/09/1991 23:25:00 00:55:00 Documents du monde : émission du 5 septembre 1991 - Kergonan profession moine », sur ina.fr.
  157. [14] Dernière météo avant "Vive La Cinq" le 12 avril 1992
  158. « HACHETTE RENONCE A LA 5 Celle qui voulait copier la Une », sur lemonde.frParadoxalement, les téléspectateurs n'auront guère pu mesurer ces promesses : cinquante téléfilms de 90 minutes ont été mis en production, qui ne seront pas diffusés.
  159. « HACHETTE RENONCE A LA 5 Celle qui voulait copier la Une », sur lemonde.frLa grille devait d'abord être généraliste. Et le jeu d' " access prime time " (comme on dit dans le jargon de la profession pour parler de la tranche 19-20h, juste avant le journal télévisé), " Sept marches vers un million ", devait en être le bouquet final, l'apothéose. La formule, préparée par " le pape du jeu télévisé ", Grundy (" la Roue de la fortune ", " Jeopardy "), ne sera jamais testée sur la 5. On pourrait le retrouver sur Antenne 2, avec qui les Australiens Grundy négocient aujourd'hui. Ce projet illustrait en tout cas la volonté de " la 5 Hachette " de battre TF 1 même sur ses points forts.
  160. « Féminine et sereine », sur lemonde.frQuant au jeu interactif testé en début d'année en " décrochage " à Orléans par la maison de production québécoise Vidéotron à la demande de MMB (groupe Lagardère), avec le concours de la presse et des radios locales du groupe Hachette, il sera vraisemblablement porté à l'antenne au début de 1992.
  161. « Une carte électronique pour jouer avec les médias La télévision commerciale tisse son filet autour du consommateur », sur lemonde.frEn novembre dernier, la région d'Orléans a servi de cobaye. Le groupe Hachette (donc Lagardère) a été largement mobilisé, avec des publicités et décrochages locaux de la Cinq, l'appui de l'afficheur Giraudy, des magazines Télé 7 Jours, Elle, Parents, Paris-Match.
  162. « Matra- Hachette va arrêter l'expérience Multipoints », sur lesechos.frDémarrée du temps où Hachette était opérateur de La Cinq, l'expérience de la carte Multipoints va s'achever. « C'est un concept de jeu interactif trop compliqué, son principe qui consiste à accumuler des points sans obtenir de gains immédiats est aujourd'hui dépassé », concèdeton à la direction de Matra-Hachette. Qui plus est, le groupe n'a plus aujourd'hui de support télévisuel pour un tel jeu interactif: après la liquidation de La Cinq, France 2, qui avait repris en 1993 cette expérience, jette l'éponge.
  163. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av et aw Série diffusée en première exclusivité française sur La Cinq.
  164. Mercredi 13 mars 1991 La 5 20.45 FEUILLETON: «Les hordes», de Jean-Claude Missiaen, avec François Dunoyer, Corinne Touzet, Souad Amidou, premier épisode. sur humanite.fr
  165. [15] imdb
  166. [16] Lagardère Entertainment Rights
  167. « Et aussi... », humanite.fr, 2 décembre 2002.
  168. « Programme du 18 au 24 avril 1992 », Télé Loisirs, no 320,‎ , p. 38 (ISSN 0297-8695) : « La Cinq, 10h00: Hercule Poirot (série britannique), L'Appartement du troisième étage »
  169. « Programme du 12 au 18 août 1988 », Ciné Télé Revue, no 32,‎ , p. 32 (ISSN 0778-5526).
  170. « Programme du 12 au 18 août 1988 », Ciné Télé Revue, no 32,‎ , p. 54 (ISSN 0778-5526).
  171. Berlusconi, les affaires encore les affaires: "Sua Emittenza" Berlusconi est accusé d'appropriation indue et de blanchiment pour avoir systématiquement constitué depuis les années 80 d'importants fonds secrets à travers la fausse facturation à l'achat de droits de reproduction de séries télévisées américaines. Un des acteurs principaux de l'escroquerie est le producteur Frank Agrama, basé à Hollywood. Sur commission rogatoire, les autorités fiscales américaines ont déterminé qu'entre les seules années 1998 et 2002, Agrama avait acquis essentiellement de Paramount des droits pour 130 millions de dollars aussitôt revendus à Mediaset, la société multimédia de Berlusconi, pour 315 millions - la différence étant ristournée à Mediaset par un circuit opaque de sociétés off-shore. Selon le tribunal de Los Angeles, au moins 6,5 millions de dollars sont tombés dans l'escarcelle des hauts dirigeants de Mediaset. Selon l'accusation milanaise, le reste a gonflé les finances occultes servant l'ascension politique de M. Berlusconi." sur lalibre.be
  172. Federal agents search producer’s home, office: de 1988 à 2002, les sociétés d’Agrama ont acheté les droits de télévision et de cinéma - le plus souvent de Paramount - pour environ 130 millions de dollars. Au cours de la même période, ajoute l’affidavit, les sociétés d’Agrama ont cédé sensiblement les mêmes droits aux sociétés Finivest - le plus souvent Mediaset - pour environ 315 millions de dollars. sur latimes.com
  173. How Bruce Gordon, the man from WIN, helped catch Silvio Berlusconi: "Dans certains cas, Agrama a agi en tant qu'intermédiaire, achetant peu auprès de studios tels que Paramount ou 21st Century Fox et vendant fort à Mediaset. (...) Schwalbe utilise la comédie Robin Williams, Mme Doubtfire, pour expliquer comment les prix ont été gonflés. Il explique comment une société contrôlée par Fininvest de Berlusconi et basée à Lugano, en Suisse, pourrait acheter le droit de diffuser Mme Doubtfire pour un montant de 2 millions de dollars US, puis accorder une licence pour le film à Canale 5 de Berlusconi (filiale de Mediaset) à hauteur de 3 millions de dollars US. La différence - ou profit - serait conservée à Lugano. Cela permettrait à l'entreprise de Berlusconi de payer moins d'impôt. sur afr.com
  174. Processo Mediaset, nel “Cavaliere nero” le carte che smentiscono Berlusconi: "Depuis 1976, année du début de la collaboration avec vos sociétés, nous travaillons comme représentants facilitant l’achat de films pour tous vos diffuseurs (Canale 5, Rete 4 et Italia 1 en Italie, Telecinco en Espagne et une certaine période La Cinq en France)." sur ilfattoquotidiano.it
  175. « Programme du 21 au 27 septembre 1990 », Ciné Télé Revue, no 38,‎ , p. 83 (ISSN 0778-5526)Dimanche La Cinq 22h30 Le facteur sonne toujours deux fois
  176. Médiamétrie, mesure d'audience, Mediametrie.fr
  177. Contrat concession du 20 novembre 1985 et Télépoche du 16 février 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]