Schmilblick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schmilblick (homonymie).

Le Schmilblick est un objet imaginaire créé par Pierre Dac dans les années 1950. Selon son concepteur, cet objet ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout car il est rigoureusement intégral.

Présentation[modifier | modifier le code]

Voici sa description :

« C'est dans la nuit du 21 novembre au 18 juillet de la même année que les frères Fauderche ont jeté les bases de cet extraordinaire appareil dont la conception révolutionnaire risque de bouleverser toutes les lois communément admises tant dans le domaine de la physique nucléaire que dans celui de la gynécologie dans l'espace. Voici donc, d'après la communication qu'ils viennent d'adresser à l'Académie des inscriptions sur les murs, et des belles lettres recommandées, quelles en sont les principales caractéristiques »

« Le Schmilblick des frères Fauderche est, il convient de le souligner, rigoureusement intégral, c'est-à-dire qu'il peut à la fois servir de Schmilblick d'intérieur, grâce à la taille réduite de ses gorgomoches, et de Schmilblick de campagne grâce à sa mostoblase et à ses deux glotosifres qui lui permettent ainsi d'urnapouiller les istioplocks même par les plus basses températures. Haut les cœurs et chapeaux bas devant cette géniale invention qui, demain ou après-demain au plus tard, fera germer le blé fécond du ciment victorieux qui ouvrira à deux battants la porte cochère d'un avenir meilleur dans le péristyle d'un monde nouveau... »

— Pierre Dac[1].

La consonance de ce néologisme peut évoquer le yiddish. Par exemple, les mots Schlemiel = idiot ; Billik = Pas cher ; Schmeikel = escroquer[2]. L'humoriste attribue l'invention du Schmilblick aux frères Fauderche, Jules et Raphaël. Les noms de ces personnages seront repris dans le feuilleton radiophonique Bons baisers de partout, dont il est l'auteur avec Louis Rognoni. Cependant, l'objet imaginaire au centre de l'émission sera le biglotron, dont les caractéristiques sont très proches de celles du Schmilblick, inventé par le professeur Slalom Jérémie Ménerlache.

Le mot devient dès lors très populaire et est employé parfois en français comme synonyme de « truc », « machin », désignant un objet étrange ou sans importance dont on ne connaît pas le nom : « Donne-moi une pièce que je la mette dans le schmilblick ! »

Adaptation en jeu télévisé en direct[modifier | modifier le code]

En 1969, le nom de l'objet est repris par les producteurs et présentateurs Guy Lux et Jacques Antoine, pour un jeu télévisé en direct Le Schmilblic (parfois orthographié « Schmilblick » ou « Schmilblik »). Le principe consiste à partir de réponses à des questions affirmatives simples fournies par le présentateur, de deviner le nom d'un objet, à partir de quelques-unes de ses caractéristiques déjà rendues publiques.

Dans sa version télévisée, le Schmilblick reprend lui-même le principe du jeu radiophonique « Tirlipot » présenté par Évelyne Pagès que Guy Lux et Jacques Antoine ont créé sur la station RTL à partir de 1965[3]. Cette version est toutefois elle-même inspirée du jeu radiophonique de Radio-Luxembourg animé par Pierre Bellemare et intitulé, « La Chose ».

Sous l'impulsion de Guy Lux, Radio Nostalgie relance ce jeu au milieu des années 1990 dans une version radiophonique quotidienne produite par Nicolas Lespaule et présentée par Georges Beller et Évelyne Leclercq.

Dans le jeu belge Septante et un présenté par Jean-Michel Zecca, le joker "blik" est totalement inspirée de cet objet déclaré par le créateur de l'émission lors d'une interview.

Sketch parodique de Coluche[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Schmilblick (sketch).

Le jeu télévisé est parodié dans un sketch signé et interprété par Coluche, rendu public à partir de 1975 et qui sort en disque 45 tours à la même période. Caricaturant l'émission télévisée, avec la participation de Martin Lamotte (voix) pour Guy Lux et Christine Dejoux figurant Simone Garnier, Coluche interprète plusieurs candidats qui forment une succession de personnages pittoresques dont l'incontournable « Papy Mougeot ».

Expression courante[modifier | modifier le code]

On utilise actuellement surtout ce terme pour désigner une aide ponctuelle à une situation ou à un problème dont la résolution est difficile : « C'est juste pour faire avancer le schmilblick ! », « Ça ne fait pas avancer le schmilblick tout ça », ou pour s'interroger sur lesdits problèmes ou situations : « mais qu'est-ce que c'est que ce schmilblick ? ».

L’expression « faire avancer le schmilblick » vient de la réponse que donnaient les participants au jeu qui n'avaient pas la réponse, mais qui voulaient participer à l'identification de l'objet mystère (et surtout passer à la télé). Elle a été reprise dans le sketch de Coluche.

Retour sur Internet[modifier | modifier le code]

En 2016, le concept est relancé sur internet : le jeu revit, sous une forme solidaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]