Michel Cardoze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Cardoze
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
TalenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Bordeaux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Michel Cardoze, né à Talence en 1942, est un militant communiste et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel est le fils d'Edmond Cardoze, personnalité bordelaise auteur des ouvrages Le Bouscat et Bordeaux-rétro, illustrés de cartes et de photos anciennes, ainsi que, en 1992, du dictionnaire Musique et musiciens d'Aquitaine.
C'est au moment de son entrée à l'université, à Bordeaux, que Michel Cardoze s'engage politiquement en adhérent à l'Union des étudiants communistes, en 1959. L'année suivante, il rejoint le Parti communiste français. Membre du bureau national de l'UEC, puis, en 1964, du bureau fédéral de la Gironde du PCF, il devient l'année suivante permanent du parti et travaille à la section de propagande pendant quatre ans[1].

En 1970, après avoir dirigé la rédaction du journal communiste bordelais Les Nouvelles, il entre au service politique et social de L'Humanité, puis devient responsable du service culturel.

Installé en région parisienne, il est élu conseiller municipal de Fontenay-sous-Bois en 1971, mais n'effectue qu'un seul mandat.

En 1979, il est chargé de la mise en place de la nouvelle revue du PCF, Révolution. Il quitte cependant son poste de rédacteur en chef en 1980, en désaccord avec la direction du parti sur la question afghane. Il ne quittera cependant le parti qu'en 1986. Il publie alors un ouvrage, Nouveau voyage à l'intérieur du PCF, où il recueille la parole douloureuse de militants communistes en rupture avec les pratiques et la ligne impulsés par Georges Marchais.

Après l'alternance politique de 1981, il fait partie des journalistes de gauche qui entrent dans l'audiovisuel public.

Certains se souviennent des Chroniques sur France Inter en 1981 : il y anime une chronique politique tous les matins, puis crée l'émission Sans tabou.

En 1984, il passe sur TF1 où il est rédacteur en chef adjoint, responsable du service « société-culture ». Après la privatisation de la chaîne, il est relégué, de 1987 à 1991, à la présentation de la météo, mais transforme cette fonction en imposant un style poétique, truffé de référence culturelles, et une présence forte.

En 1991, il débarque sur La Cinq pour présenter l'émission Ciné 5, intégrée dans les programmes de la case Dimanche 5, qui rencontre alors un succès plutôt mitigé. Il anime cette émission jusqu'à ce que La Cinq cesse d'émettre au mois d'avril 1992.

Il quitte ensuite la télévision pour la radio, sur RMC, puis revient à la télévision en 1993 sur Monte-Carlo TMC, où il anime pendant près de dix ans l'émission SUD. Il prend sa retraite en 2002.

Il s'est aussi passionné pour Georges Bizet, les procès de Jeanne d'Arc, la vie et l’œuvre de Cyrano de Bergerac[2].

Les Inconnus pastichèrent dans un de leurs sketchs sa façon très érudite de présenter un bulletin météo.

Michel Cardoze a été pendant quelques mois, durant la saison 2002/2003, sociétaire de l'émission radiophonique Les Grosses Têtes de Philippe Bouvard, sur la radio RTL.

Retiré dans le Gers, Michel Cardoze organise tous les ans le marché aux fleurs de Fourcès. Depuis le 10 mai 2010, il livre tous les matins un billet d'humeur quotidien et en direct sur Sud Radio aux côtés d'Éric Mazet ; en outre, il présente l'émission Histoire des Suds tous les jours de 13 heures à 14 heures. Il présente aussi une émission qui s'appelle La vie de château sur la chaîne de télévision locale TV7 Bordeaux.

Il collabore également au site Boulevard Voltaire de Robert Ménard. Cette collaboration s'est cependant interrompue en janvier 2014.

En juin 2014, il est pressenti pour devenir conseiller culturel de Robert Ménard, élu en avril maire de Béziers[3], mais renonce finalement à cette charge[4].

Michel Cardoze est le père du journaliste Jacques Cardoze.

Présentateur de télévision[modifier | modifier le code]

  • 1987-1991 : Météo (TF1)
  • 1987-1988 : Bonjour la France, bonjour l'Europe (TF1)
  • 1991-1992 : Ciné 5 (La Cinq)
  • 1993-2002 : SUD (Monte-Carlo TMC)
  • 2013- : La vie de château (TV7 Bordeaux)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A voté !, Paris, La Farandole, 1978.
  • Georges Bizet, Paris, Mazarine, 1982.
  • Nouveau voyage à l'intérieur du parti communiste français, Paris, Fayard, 1986.
  • Jeanne d'Arc, dossier non classé, Paris, Séguier, 1987.
  • Les diables de Loudun, Paris, Fayard, 1988.
  • Le retour des beaux jours, Paris, Flammarion, 1993.
  • Du hachis à Parmentier, Baleine, coll. Le Poulpe, 1997, 158 p. (ISBN 2-84219-042-4)
  • Cyrano de Bergerac : libertin libertaire, Paris, Lattès, 1997.
  • Le gascon rouge, Paris, Le Pré aux Clercs, 1998.
  • L'armoire rouge : mémoires d'un journaliste, Bordeaux, Sud-Ouest, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tête de file des staliniens locaux » selon Hervé Hamon et Patrick Rotman (Génération I. Les années de rêve, Seuil, 1987, p. 234).
  2. Auquel il a consacré un ouvrage, Cyrano de Bergerac. Libertin libertaire (J. C. Lattès, 1994).
  3. Midi Libre, 5 juin 2014 [1]
  4. F.M, « Béziers : Michel Cardoze renonce à travailler auprès de Robert Ménard », sur Sud Ouest,