Oblivion (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oblivion.
Oblivion
Description de l'image Oblivion-2013-Movie-Title.jpg.
Titre québécois L'Oubli
Réalisation Joseph Kosinski
Scénario Joseph Kosinski
William Monahan
Karl Gajdusek
Michael Arndt
Acteurs principaux
Sociétés de production Chernin Entertainment
Radical Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 124 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Oblivion, ou L'Oubli au Québec[1], est un film de science-fiction post-apocalyptique américain écrit, produit et réalisé par Joseph Kosinski, et sorti en 2013. Le scénario est fondé sur le comics du même nom. Selon Kosinsky, Oblivion est un hommage aux films de science-fiction des années 1970[2]. Du moins, un clin d'œil est fait à La Jetée (Chris Marker, 1962).

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

En 2077, soixante ans après une guerre contre des extraterrestres qui a dévasté la Terre, l'humanité s'est déplacée vers la lune de Saturne Titan via une station spatiale géante appelée le Tet (pour tétraèdre, forme de la station). De gigantesques plates-formes d'énergie hydraulique pompent l'eau des océans de la Terre pour alimenter les colonies sur Titan.

Guidé par Sally (Melissa Leo), du centre de contrôle des missions, et par son amante et officier transmission Victoria "Vika" Olsen, (Andrea Riseborough) Jack Harper "Tech 49" (Tom Cruise) quitte quotidiennement la tour où il vit pour réparer les drones tombés au combat qui protègent le territoire et les plate-formes hydrauliques, contre des aliens survivants de la guerre, les "chacals". Bien que sa mémoire ait été effacée, Jack fait encore des rêves récurrents où lui et une belle inconnue se tiennent en haut de l'Empire State Building, avant la guerre. Lors de ses patrouilles, Jack collecte occasionnellement des objets datant d'avant la guerre, derniers vestiges de l'humanité. Vika est préoccupée par la curiosité de Jack, se demandant s'ils forment toujours "une bonne équipe", et l'encourage à faire son travail, afin qu'ils puissent bientôt rejoindre les autres sur Titan.

Après que les chacals ont détruit une des plates-formes, Jack découvre qu'ils ont utilisé l'antenne de l'Empire State Building pour transmettre des coordonnées en direction de l'espace. Alors qu'il se repose dans sa petite maison secrète au bord d'un lac, Jack est témoin du crash d'un vaisseau spatial d'avant-guerre, l'Odyssée. Pendant qu'il visite les lieux du crash, Jack découvre que le vaisseau ne contient pas des extraterrestres, mais des humains, tous dans des caissons de sommeil. Parmi eux se trouve la femme de ses rêves. Jack protège son caisson contre un drone qui détruit tous les autres, et, revenu dans sa tour, réveille cette astronaute, Julia Rusakova (Olga Kurylenko), qui rend Vika instinctivement jalouse. Le lendemain, Jack et Julia retournent récupérer l'enregistreur de vol du vaisseau, mais sont capturés par les chacals. Ils sont emmenés à leur quartier général, un bunker sous la montagne, c'est alors que les chacals se révèlent être des survivants humains.

Leur chef, Malcolm Beech (Morgan Freeman), veut que Jack reprogramme un drone capturé pour transporter des piles à combustible nucléaire sur le Tet pour le faire exploser ; il a senti que Jack était différent à cause de son passe-temps : collecter des reliques de l'humanité. Jack refuse, mais Beech les libère et les encourage à chercher la vérité au-delà des limites de la zone de radiations interdite. Alors qu'ils retournent sur l'Empire State Building, Julia révèle à Jack qu'elle est sa femme. Jack se souvient alors que c'est à cet endroit même qu'il l'a demandée en mariage. Julia lui apprend qu'elle devait partir en mission sur Titan quand elle et son équipage ont été détournés pour enquêter sur une présence extraterrestre détectée dans l'espace : le Tet.

Quand les deux reviennent à la tour de Jack, Vika, aveuglée par la jalousie, leur refuse l'entrée, et fait son rapport à Sally, en disant qu'ils ne forment plus une bonne équipe. Sally active alors secrètement un drone qui tue Vika et s'apprête à tuer Jack avant que Julia ne le détruise. Jack et Julia s'échappent dans le vaisseau de Jack, mais sont abattus par d'autres drones qui les poursuivent. Les deux atterrissent dans la zone de radiations, qui s'avère ne pas être radioactive du tout. Jack découvre un autre vaisseau avec un technicien en train de réparer un drone abattu, et il constate avec étonnement qu'il s'agit d'un clone de lui-même, nommé "Tech-52". Le clone est d'ailleurs troublé de voir Julia. Jack affronte son clone et le neutralise, mais Julia est accidentellement blessée par une balle. Après avoir volé jusqu'à la tour de Tech-52, et découvert un clone de Vika, Jack revient soigner Julia et l'emmène à la maison du lac.

Dans le bunker des chacals, Beech révèle à Jack et Julia que le Tet est la force extraterrestre hostile : c'est lui qui a détruit la Lune et dévasté la Terre, puis a envahi la planète avec des milliers de clones de Jack pour éliminer la race humaine, utilisant les ressources naturelles de la Terre pour son propre fonctionnement. Pendant que Jack répare le drone capturé, la base est attaquée par trois drones. Tous sont détruits mais Beech est gravement blessé et leur drone est définitivement hors-service. Jack accepte alors de livrer Julia à Sally dans son caisson de sommeil. En route vers le Tet, Jack écoute l'enregistreur de vol de l'Odyssée et apprend qu'il était le commandant de la mission, Vika était son copilote, et Sally travaillait au contrôle des missions sur Terre. Quand le Tet a commencé à attirer irrésistiblement leur vaisseau vers lui, Jack a éjecté le module contenant les membres de l'équipage (y compris Julia), laissant Vika et lui-même être capturé.

De retour au présent, Jack entre dans le Tet, dans une immense salle pleine de capsules de clones de lui et Vika. Jack présente au Tet le caisson de sommeil de Julia, mais c'est Beech qui en sort, avec la bombe, qu'ils font exploser. L'explosion les tue mais pulvérise le Tet et désactive les drones sur Terre. Julia se réveille à la maison du lac et assiste à l'explosion. Trois ans plus tard, elle et sa fille rencontrent les membres de la résistance humaine, dont fait partie Jack "Tech-52", qui a retrouvé la mémoire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

En avril 2013, Tom Cruise et Olga Kurylenko en tournée promotionnelle.

Source et légende : version française (VF) sur AlloDoublage[5] et Voxofilm[6] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[7]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Les scènes du film ont été tournées avec la nouvelle caméra Sony CineAlta F65[8] en extérieur à travers les États-Unis et en Islande[9]. À partir de mi- l'équipe a tourné six semaines en Louisiane : un mois dans la capitale Bâton-Rouge et environ deux semaines à La Nouvelle-Orléans[10].

Selon le réalisateur, l'ensemble du montage avait à l'origine une durée de plus de trois heures mais, finalement, le film ne dure plus que deux heures[8].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Musiques non mentionnées dans le générique 

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Oblivion
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de M83 et Susanne Sundfør
Sortie [3]
Genre Synthpop
Compositeur Anthony Gonzalez
Joseph Trapanese
Label Back Lot Music

Liste des titres de l'album[3]
  1. Jack's Dream
  2. Waking Up
  3. Tech 49
  4. StarWaves
  5. Odyssey Rescue
  6. Earth 2077
  7. Losing Control
  8. Canyon Battle
  9. Radiation Zone
  10. You Cant Save Her
  11. Raven Rock
  12. I'm Sending You Away
  13. Ashes Of Our Fathers
  14. Temples Of Our Gods
  15. Fearful Odds
  16. Undimmed By Time Unbound By Death
  17. Oblivion (featuring Susanne Sundfør)

Le réalisateur a choisi Anthony Gonzalez, le leader du groupe électro français M83 pour diriger la musique de film[8]. Il dévoile, en , le premier morceau de la bande originale intitulé StarWaves, qui sortira avant le film[11]. Joseph Trapanese compose également quelques thèmes pour le film[3].

Autour du film[modifier | modifier le code]

On peut aussi voir en Oblivion une inspiration et un hommage marquant au roman Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley sans en être une copie conforme, reprenant les thèmes de base dont l'ectogenèse, le conditionnement opérant, la boîte de Skinner et le clonage humain.

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

  • Dans Les Inrockuptibles, Romain Blondeau voit dans le film « une intrigante fable de SF sentimentale » et « une fable de science-fiction éthérée »[12].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 89 107 235 $[13],[14] 10
Drapeau de la France France 1 331 599 entrées[14] 7
Monde Monde 286 168 572 $[13] -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'oubli - Cinoche.com
  2. Germain Lussier, « Film Interview: ‘Oblivion’ Director Joseph Kosinski », /Film, sur slash film, (consulté le 28 aout 2017)
  3. a, b, c et d (en) Stream the Oblivion Soundtrack - Mashable.com
  4. (en) « 2013 Feature Film Production Report », FilmL.A. Research, , p. 33.
  5. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 31 mars 2013
  6. « Deuxième fiche du doublage français du film ' » sur Voxofilm, consulté le 4 octobre 2013
  7. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 1er juin 2013
  8. a, b et c Steve Weintraub, « Joseph Kosinski Talks Oblivion, Working with Tom Cruise, Getting M83 to Compose the Score, the Film's Unique Design, the IMAX Release & More », sur Collider, (consulté le 7 mars 2013)
  9. Anonyme, « Oblivion », sur Universal Pictures, 2012-2013 (consulté le 28 février 2013)
  10. Stacey Plaisance, « Tom Cruise movie headed for Louisiana », sur Deseret News, (consulté le 7 mars 2013)
  11. Jonathan Hamard, « M83 dévoile le titre "StarWaves", premier extrait de la B.O. du film Oblivion », sur Charts in France, (consulté le 7 mars 2013)
  12. « "Oblivion" : étrange et beau » Article de Romain Blondeau publié le 11 avril 2013 dans Les Inrockuptibles
  13. a et b « Oblivion », sur Box Office Mojo
  14. a et b « Oblivion », sur JP's Box Office

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]