Les Brigades du Tigre (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Brigades du Tigre.

Les Brigades du Tigre

Titre original Les Brigades du Tigre
Genre Série policière /
historique
Création Claude Desailly
Production Roland Gritti, Etienne Laroche, Serge Lebeau, Robert Velin
Musique Claude Bolling. Générique "La Complainte des Apaches" chanté par Philippe Clay sur des paroles d'Henri Djian
Pays d'origine Drapeau de la France France, Suisse, Belgique
Chaîne d'origine ORTF et Antenne 2
Nb. de saisons 6
Nb. d'épisodes 36
Durée 55 minutes
Diff. originale 21 décembre 197411 novembre 1983

Les Brigades du Tigre est une série télévisée, en coproduction France (ORTF/TELECIP), Belgique (RTBF) et Suisse (TSR), en 36 épisodes de 55 minutes, diffusée du 21 décembre 1974 au 11 novembre 1983 sur la deuxième chaîne de l'ORTF puis sur Antenne 2. La série est rediffusée en Belgique sur AB4.

Diffusées de 1981 à 1983, les cinquième et sixième saisons de la série « Les Brigades du Tigre » constituent la série dite « Les Nouvelles Brigades du Tigre ». Les épisodes des quatre premières saisons se déroulent avant la guerre de 14-18, et les épisodes des cinquième et sixième saisons se déroulent entre les deux guerres, de 1919 à 1930. Le réalisateur Claude Desailly a volontairement souhaité que la seconde série ne soit pas pousuivie jusqu'à l'entrée dans la seconde guerre mondiale mais ne couvre que les Années Folles (1920-1929) et s'arrête dix ans plus tôt car entre 1930 et 1939 la vie quotidienne des français devenait trop préoccupante (avec les très longues conséquences économiques de la crise de 1929) et le contexte politique de plus en plus tendu (avec le Front populaire mais aussi la montée en puissance de Mussolini, Hitler, Staline...) dans une époque politico-économique qu'on appelle la Grande Dépression. En l'espace de quelques années le monde a totalement changé, le contexte international et le mode de vie de la population n'avaient désormais plus rien à voir avec le charme et le romantisme des trente premières années du siècle. A partir de 1929 les moyens mis à la disposition de la police française se sont accrus de façon considérable (modernisation, création d'Interpol à Paris, affaires criminelles très complexes comme l'affaire Stavisky ou celle du meurtre du courtier en diamants Gaston Truphème), tranformant totalement l'institution policière, celle-ci n'ayant alors plus guère de rapport avec Les Brigades du Tigre créées par Georges Clémenceau au début du siècle[1]. Claude Desailly, sur une proposition d'Alain Decaux, avait voulu montrer une France de début de siècle en proie à la peur quotidienne des bandits qui écumaient le pays avec des moyens très supérieurs à ceux de la Police, et c'était une peur quotidienne du présent et à l'échelle communale ou au pire régionale. A partir de 1930 la peur avait changé de visage, elle avait pris des proportions internationales et était par ailleurs devenue une peur de l'avenir. La série devait donc s'arrêter là de façon à conserver chez le télespectateur le souvenir d'un reflet certes romancé mais d'une réalité historique et ne pas devenir une pure fiction ayant perdu son intérêt premier[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle est créée une brigade de police motorisée dirigée par le commissaire divisionnaire Faivre. Inspirée par Georges Clemenceau, à l'époque ministre de l'Intérieur et surnommé « le Tigre », elle prend le nom de « Brigades du Tigre ».

Le contexte historique[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, les méthodes utilisées par les forces de l'ordre n'ont guère évolué depuis Vidocq, si l'on en croit le premier épisode de la série.

Les trois policiers que l'on retrouve tout au long des épisodes (Valentin, Pujol et Terrasson) ne correspondent pas à des personnes ayant réellement existé. Ceci étant, leurs aventures se greffent souvent sur un contexte politique, diplomatique, social, voire scientifique ou sportif, proche de la réalité : Entente cordiale, premières découvertes sur l'atome, Tour de France cycliste, etc. Chaque épisode, par sa construction et la bonne cohésion du scénario, tente de donner au spectateur une idée de la vie de l'époque en relatant des faits réels dans lesquels le scénariste a puisé son inspiration.

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Le commissaire Paul Valentin (Jean-Claude Bouillon) : Recevant une promotion alors qu'il est inspecteur à la Police Judiciaire et constatant que la police doit impérativement se moderniser, le jeune commissaire Valentin intègre les Brigades mobiles que vient de créer Georges Clemenceau. Réfléchi, séducteur, têtu et parfois frondeur, il devient vite l'âme et le moteur (sous la férule de leur directeur, l'intransigeant Monsieur Faivre) des « Brigades du Tigre » ainsi qu'elles furent surnommées à l'époque, en 1907, au début du XXe siècle.
  • L'inspecteur Marcel Terrasson (Pierre Maguelon) : « Le Colosse de Rodez » est l'un des deux inspecteurs travaillant avec Valentin. Possédant un fort accent méridional, cette force de la nature n'hésite pas à se servir de ses poings pour se défendre. Ami fidèle de Pujol et de Valentin, c'est un homme de terrain prêt pour l'action.
  • L'inspecteur Gustave Pujol (Jean-Paul Tribout) : Second partenaire de Valentin, frêle inspecteur, agile dans ses mouvements et à l'allure de « titi parisien », il se caractérise par sa discrétion exemplaire. Passé maître dans l'art de la filature et du déguisement, il est souvent envoyé par Valentin pour surveiller les suspects.
  • Pinkas Braun : Gabrielli, le patron (à partir de la saison 5, dans Les Nouvelles Brigades du Tigre).

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

 

1re saison


4e saison

 

2e saison

5e saison

 

3e saison




6e saison

Du premier au dernier épisode, les comédiens étaient entraînés et tous les combats réglés par Claude Simonot, le champion de boxe française de l'époque et qui avait été en 1965 l'un des fondateurs du Comité National de Boxe Française (créée le 5 janvier 1965 et affiliée le 12 décembre de la même année à la Fédération Française de Judo (FFJJJ, elle ne s'appelait pas encore la FFJDA), fédération qui à l'époque en France regroupait la plupart des disciplines, la Fédération Française de Karaté (FFKAMA) n'ayant été créée qu'en 1975). Lors de leur création en 1907 par Georges Clemenceau, les brigades mobiles régionales dites brigades du Tigre, unités de police judiciaire "modernes", s'entraînent réellement à la boxe française (appelée aussi la savate).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Dans l'ordre chronologique de première diffusion de chaque épisodes.

Saison 1 (1974-1975)[modifier | modifier le code]

  1. Ce siècle avait sept ans… / Première diffusion : 21 décembre 1974. / En 1907, la criminalité atteint des niveaux record et la police, qui n’a guère évoluée reste impuissante. L’inspecteur Valentin enquête sur la bande des Charbonniers. Il croisse par hasard un de ses membres qui, comme l’annonce la presse, n’a pas de pouce à la main gauche. Il le suit jusque à la planque des Charbonniers. Il fait appel aux gendarmes. La bande s’enfuit en voiture laissant les gendarmes et leurs chevaux derrière eux. Le commissaire Civelle, son supérieur, envoi Valentin auprès du député Bonnerive qui a à faire à une tentative de chantage.Valentin en profite pour parler de la situation de la police au député. Il rencontre le maître chanteur, Rafa, qui renonce à son chantage. Valentin reconnait alors dans la salle l’homme au pouce amputé. Il lui échappe à nouveau. L’inspecteur arrête le recéleur avec qui il parlait, Boullich. Celui-ci reste silencieux, il a peur de la bande et avec raison, il est assassiné lors de son transfert, sous les yeux de Valentin. Cette mort conduit le ministre de l’intérieur, Georges Clemenceau, a créer une brigade utilisant des méthodes scientifiques. Valentin y est nommé commissaire. Grâce au premier Bulletin criminelle, il identifie l’homme au pouce amputé, Paul Barry. Une banque vient d’être attaquée par les Charbonniers. Parmi les employés, Valentin découvre Juliette Barry, la sœur de Paul…
  2. Nez de chien / Première diffusion : 24 décembre 1974. / En 1909, tous les membres de la bande à Bonnot ont été arrêtés, sauf le moins connu de tous : Lacombe dit Nez de Chien, dont même la police n’a pas de photo. Dans le train qui le conduit à Paris, Lacombe tue le contrôleur, Tardi, qui l’a reconnu et qui voulait se faire reconnaître de lui. Arrivée à la capitale, il demande, sans succès, l’aide de Guillaume, un maître-imprimeur anarchiste qui n’est pas d’accord avec sa façon d’agir. Nez de Chien commence une série d’attentats visant ceux qui doivent juger la bande à Bonnot. Il s’installe dans un hôtel juste en face de leur prison et de leurs cellules. La Brigade découvre que Tardi, peu avant de mourir, avait dit à Lacombe qu’il était allé à l’école ensemble. Pujol part voir la famille de Tardi. Il revient avec une photo de Lacombe, que la presse publie. Celui-ci, bien que dénoncé par son hôtelier qui l’a reconnu, échappe à la police. Valentin reçoit alors une femme qui le conduit à sa planque mais Lacombe s’échappe encore, à cause d’un chien. La femme revient. Cette fois Valentin réussit à la faire suivre et finit par comprend qu’elle n’est autre que Lacombe travesti…
  3. Les Vautours / Première diffusion : 26 décembre 1974. / En 1912, deux pionniers de l’aviation, Hubert Latham et Louis Blériot, rivalisent pour se lancer à l’assaut d’un nouvel exploit : la première traversé de la Manche. Alors que Lathan doit réaliser une tentative, son mécanicien découvre que le moteur de l’avion a été saboté. Un briquet est découvert dans le hangar. Son propriétaire est identifié par une femme, cela conduit à l’arrestation de Gustave Lemaire, un des mécaniciens de Blériot. Il dit avoir couché avec une femme, Yvette, or c’est elle qui a identifié le briquet et qui dit avoir passée la nuit avec son mari, ce que celui-ci confirme. Valentin va sur place et a des doutes sur la culpabilité de Lemaire, il n’a trouvé aucunes de ses empreintes sur le moteur. Yvette et son mari son repartis. L’hangar de Latham est détruit par une bombe causant une mort. Valentin apprend à Lemaire, qu’il a fait libérer, qu’il a été piégé. Lemaire retrouve Yvette et son mari, Julien. Le commanditaire, Oswald, découvre que le couple est surveillé. Julien est retrouvé mort par Valentin. L’enquête montre vite qu’il a été assassiné. Yvette décide de le venger…
  4. Visite incognito / Première diffusion : 28 décembre 1974. / En 1909, Valentin va protéger le Prince de Galles, le futur George V du Royaume-Uni, en visite incognito à Paris. Les Allemands qui veulent saboter l’Entente cordiale par un coup d’éclat. Ils vont ce servir pour cela d’un sosie du prince de Galles, Schultz. L’organisateur du coup d’éclat, von Vogt arrive à l'hôtel Nemrod, où résidera le prince, en tant que monsieur Schönberg, un industriel suisse habitué de l’hôtel. Il introduit dans une de ses malles, le sosie. Le prince de Galles arrive à son tour au Nemrod. Il est suivi de l’inspecteur Howard, de Scotland Yard, qui est chargé de sa protection. Le vrai prince est drogué et est remplacé, par un jeu de malles, par Schultz. Le faux prince annonce qu’il va aller dans un cabaret à la mode, le Parisiana. Valentin s’y rend et croisse une de ses vieilles connaissances, Thérèse, devenue Manz’elle Rirette. Des journalistes, avertis par des coups de téléphones anonymes, arrivent. Schultz, dans son rôle de Prince de Galles, insulte les Français. Valentin obtient un délai des journalistes. Le vrai prince retrouve sa place par un tour du magicien Selin Khan…
  5. La Confrérie des loups / Première diffusion : 31 décembre 1974. / En 1911, le nombre des succès des Brigades baisse et l’activité criminelle est en recrudescence. Geneviève[3], une prostituée qui est, par reconnaissance, une informatrice de Valentin, lui apprend que les criminelles s’organisent à Paris. Elle est tuée juste après lui avoir parlée. Une pièce secrète de l’hôtel de Sermeuse sert de salle de réunion d’un syndicat du crime, la « Confrérie des loups », qui est dirigée par le propriétaire des lieux, Sermeuze lui-même La Confrérie décide de faire tuer Valentin. Un homme lance une grenade dans le bureau de Valentin, qui en réchappe de justesse. Sermeuze abandonne l’idée de le tuer. La Confrérie s’attaque au « mariage le plus mondain de l’année » et y vole une fortune. Valentin s’arrange pour que Pujol, qu’il fait passer pour un criminel, rencontre l’un des plus grands perceurs de coffre du pays, Spaggiari, qui est en prison. Il organise alors une fausse évasion de Pujol et de Spaggiari. La Confrérie songe à s’associer avec le milieu marseillais et à accueillir Spaggiari en son sein. Terrasson découvre l’hôtel de Sermeuse. Pujol « recroisse » Spaggiari. Il se voit proposer de tuer Valentin. La Brigade s’arrange pour faire croire à la Confrérie qu’il le commissaire Valentin a été tué par Pujol…
  6. La Main noire / Première diffusion : 2 janvier 1975. / En 1910, deux hommes sont enlevés sans que personne ne déclarent leurs disparitions. Les deux fois l’un des kidnappeurs était grand, chauve avec d’imposantes moustaches.Autre indice une canne particulière retrouvé après le second enlèvement. Valentin reçoit un appel de Bekelevitch, qui est surveillé par le kidnappeur chauve, et dit avoir des informations sur les enlèvements. Il donne rendez-vous à Valentin chez lui. À son arrivée, Valentin découvre Beba, la fille de Bekelevitch. Celui-ci a disparu. C’est un graveur sympathisant des autonomistes serbo-croates. La piste de la canne conduit à un autre serbo-croate. Faivre craint d’avoir à faire à une société secrète serbo-croate, la Main noire. Beba demande à voir Valentin, elle a reçue une lettre concernant l’enlèvement de son père. En montant chez elle, le commissaire croisse le kidnappeur chauve et un complice qui s’échappent. Beba dit avoir de bonne nouvelle de son père. Valentin a du mal à la croire. Ces craintes se confirment quand Pujol revient de chez le kidnappé à la canne qui a donné lui aussi de bonnes nouvelles. Valentin est certains que l’ont fait pression sur eux. Le troisième kidnappé est lui aussi serbo-croate. Tous travaillent dans le milieu de l’imprimerie…

Saison 2 (1975-1976)[modifier | modifier le code]

  1. Collection 1909 / Première diffusion : 9 janvier 1975. / En 1909, Faivre a un rendez-vous secret avec Georges Clemenceau qui le charge de trouver l’origine des fuites existantes dans la haute administration de l’État. Valentin va infiltrer le gratin du tout-Paris. Pour cela il fait appel à un « mentor », le marquis de Chatignac, qui a eu affaire à lui du temps où il travaillait aux mœurs. Au bout d’une semaine, il a une piste, la maison de haute couture de Madame de Wambrechie. Lors d’un de ses défilés, en présence de Valentin, l’une des mannequins, Émilienne, s’écroule. Valentin demande à la voir. Elle est morte, tuée par balle. Aucun des témoins n’a rien entendu. La douille est retrouvée par Valentin qui comprend que l’assassin a utilisé une invention récente, le silencieux. Terrasson a l’idée d’établir, sur les indications d’une autres mannequins, Coco, une sorte de portrait robot. Malgré la rétractation de Coco et les menaces de Wambrechie, Valentin décide de faire publier le portrait robot. Chez la victime, Valentin découvre tout un attirail photographique. Valentin va voir Madame de Wambrechie et l’interroge sur le train de vie de la victime qui ne correspond pas à son salaire. Le corps de l’assassin est retrouvé, un nommé Surgère, un truand qui travaillé pour Max le Flamand, un caïd qui semble avoir quitté le milieu et vivrait comme un gentleman farmer dans le Loiret…
  2. L'Auxiliaire / Première diffusion : 11 janvier 1975. / En 1910, au moment où la Norvège peut devenir une grande partenaire commerciale de la France, Christina, la nièce du roi Haakon VII de Norvège est enlevée à Paris sous les yeux d’un journaliste, Durrieux. La Brigade est chargée de l’enquête. Valentin va voir Durrieux. Dans un bal, Il a reconnu Christina, qu’il avait déjà rencontré, et l’a suivie. Les ravisseurs demandent 100 000 francs[4]. Un piège est tendu lors de la remise de l’argent. Le ravisseur s’avère n’être est qu’un escroc, Kutz, qui voulait en profiter pour encaisser de l’argent. L’enquête repart donc à zéro. Valentin fait en sorte que la presse annonce l’arrestation de Kutz et qu’un corps sans tête a été repêché dans l’Essonne, un corps qui pourrait être celui de Christina. Cette dernière information est un mensonge. Il espère ainsi faire croire aux ravisseurs que la police est sur une fausse piste. Le piège semble marcher, un homme apporte justement les affaires de Christina qu’il aurait trouvait près du lieu supposé de la découverte du corps. Valentin devait voir Durrieux qui doit lui faire des révélations, mais celui-ci est mort dans des conditions bizarres. De retour à la Brigade, Valentin reçoit une enveloppe expédiée par Durrieux. Elle contient 3 photos de femmes qui ont été enlevée dans le même quartier de Paris et une lettre où il parle d’un nommé Malcolm Young. Les 3 femmes ressemblent à Christina…
  3. Les Compagnons de l'Apocalypse / Première diffusion : 18 janvier 1975. / En 1911, en ces temps troublés, les sectes fleurissent. L’une d’elles, Les Compagnons de l’Apocalypse, menace les entreprises de pointe de la colère divine. La branche française de cette secte d'origine américaine est dirigé par Dominius. Une copie dactylographiée d'un prêche de Dominius vient d’être envoyé à un fabricant d’explosif travaillant exclusivement pour la Défense nationale. Faivre et Valentin le prennent à la légère, mais l’usine explose. Valentin va donc voir Dominius. Il y rencontre Mildred Rutherford, la fille du fondateur américain de la secte. L’explosion de l’usine n’est qu’un début. Les attentats se multiplient. Valentin retourne donc rencontrer Dominius. Il demande la liste des membres des Compagnons et des entreprises qui ont reçues la lettre. Mildred refuse. Dominius avait ordonné à son secrétaire, Grüber, de détruire les deux listes en cas d’intrusion. Valentin arrête Dominius. Grüber vient à la Brigade voir Valentin. Il apporte avec lui les 2 listes demandées qu’il n’a pas détruites, malgré les ordres de Dominius. L’ensemble des hommes de la Brigade vont dans les usines de la liste…
  4. Le Défi / Première diffusion : 25 janvier 1975. / En 1912, les exploits de la bande à Bonnot, désormais anéantie, ont fait de très jeunes émules. C'est la cas de Catherine Barré et Éloi David. Un commis voyageur est piégé par eux pour lui voler son argent. Catherine pousse alors Éloi à tuer leur victime. Ils repartent vers sa voiture. Ils y trouvent une arme et Éloi se jure bien de faire mieux que Bonnot. Ils commencent à mettre en œuvre une vague d’agressions en Seine-et-Oise. Les semaines passent sans qu'ils soient arrêtés. Valentin est chargé de l’enquête. Catherine est identifiée par les Brigades. En interrogeant les parents de celle-ci, Valentin apprend le nom de son compagnon. À court d’argent et de balles, Catherine décide d’aller voler l’argent de son père. Ils sont surpris par celui-ci et ils prennent la fuite. Éloi demande l’aide de sa mère, que deux inspecteurs suivait, mais le couple s’échappe avec l’aide de la mère d'Éloi. Valentin fait alors appel à la vigilance des marchands d’essences….
  5. La Couronne du Tsar / Première diffusion : 1er février 1975/ / En 1913, pour conforter l’amitié franco-russe, Nicolas II de Russie propose d’organiser à Paris une exposition sur la Russie dont le joyau serait la couronne dynastique. Celle-ci est placée par lui sous la responsabilité d'un de ses cousins, le prince Pavel Pavlovitch. L’arrivée du prince en France est surveillée, de loin, par la jeune Delphine, un rat d’hôtel, et un homme plus vieux, Philippe Vissier-Nachot, un escroc qui avait un temps profité de la crédulité de la tsarine. Le prince refuse l’aide de Valentin pour accomplir sa mission. Il part en calèche pour Paris. Sur la route, Delphine fait une première tentative pour prendre la couronne, mais doit fuir. Faivre tente sans succès de parler au prince. Celui-ci est plus intéresser par sa visiteuse, la comtesse Volnittzeva. Delphine et Vissier-Nachot surveillent la maison du prince. Philippe, qui connait bien la comtesse, une de ceux à la cour impériale qui croyaient en ses pouvoirs, veut s’en servir pour entrer dans la maison. Valentin fait faire une copie de la couronne. Vissier-Nachot assiste à une soirée chez le prince. Celui-ci veut une démonstration. Comme Philippe demande des heures de préparations le prince lui demande une démonstration le lendemain soir. Le prince fait présenter la couronne. Valentin s’arrange pour remplacer la couronne par sa copie…
  6. De la poudre et des balles / Première diffusion : 8 février 1975. / En 1913, à la veille de la Grande Guerre, les trafics d’armes se multiplient. À Paris, on soupçonne l’existence d’une filière pour l’Irlande en pleine révolution pour obtenir l'indépendance. Un chariot transportant des caisses de cognac en perd une devant des policiers. Au lieu d’arrêter le chariot quand les policiers les interpellent, le conducteur du chariot et son passager s’enfuient. Le passager tire même sur un des policiers. De retour sur les lieux, les policiers découvrent que la caisse à disparue. Alcide, qui dirige les convoyeurs, en averti leur patron. La caisse, récupérer par un clochard, explose en le tuant avec sa compagne quand il veut l'ouvrir. Elle contenait des grenades. Alcide va dans un cabaret dont la vedette est Léa di Roma, la femme du patron, Bonelli. Celui-ci est un ancien truand qui a obtenu le cabaret de la bande dont fait partie Alcide. Celui-ci force Bonelli à accepter de prendre les caisses d'armes en dépôts. Bonelli est dénoncé à Valentin par la Truite, le pianiste du cabaret amoureux secret de Léa. Valentin passe au cabaret, est laisse Pujol et Terrasson le surveiller. Alcide est avec son patron, quand il est averti de la visite de Valentin. Bonelli est convoqué par Alcide et est corrigé. Valentin est chez Bonelli quand celui-ci revient et lui donne un rendez-vous secret. Alcide en est averti et ordonne de le tuer. Bonelli est renversé par une automobile et meurt à l’hôpital. Valentin veut faire croire qu’il est toujours en vie, même à sa femme...

Saison 3 (1976-1977)[modifier | modifier le code]

  1. Bonnot et Compagnie / Première diffusion : 10 décembre 1976. / En 1913, Liébert, l’un des deux membres de la bande à Bonnot condamné à une peine légère, est à l’infirmerie de la prison. Il écrit le récit de ses exploits et discute avec son voisin, qui est surnommé Bel-Œil. C’est un admirateur de la bande à Bonnot originaire de l’Indre. Le médecin-chef de la prison apprend à Liébert qu’il ne lui reste pas plus de six mois à vivre. Faivre annonce à Valentin que Liébert s’est évadé, avec Bel-Œil. Les deux hommes arrivent à la cache de Bel-Œil et sa bande, dans l’Indre. La bande est maintenant dirigée par une nommé Romarin, un voyou qui vient de Marseille. Le médecin-chef de la prison informe Valentin de l’état de santé de Liébert. Celui-ci rencontre les membres de la bande, et leur propose de faire de gros coups. Un jour, Faivre vient avertir Valentin qu’une bande sème la terreur dans l’Indre. Celle-ci attaque une ferme. Les gendarmes sont avertit. La bande va partir quand Liébert, apprenant que les gendarmes arrivent, décident d’aller leur faire face. Une lettre anonyme annonce à Valentin que la bande de l’Indre est dirigé par Liébert. Bel-Œil annonce l’arrivée de brigades à Liébert. Celui-ci lui apprend qu’il a tout organisé pour les faire venir. Il veut ainsi se venger de Valentin, qui l’a arrêté. C’est lui l’auteur de la lettre anonyme…
  2. L'Homme à la casquette[5] / Première diffusion : 17 décembre 1976. / En 1909, Valentin va à Issy-les-Moulineaux où a été découvert le cadavre d’un homme nu, une balle dans la nuque. C’est le troisième assassinat du même genre en quatre mois. Un mendiant a vue l’assassin, un homme avec une grosse casquette. Le seul point commun des victimes : être des jolis cœurs. Des policiers en vélo, après un coup de feu poursuive un homme avec casquette, qui leur échappe. Il a perdu sa casquette. Celle-ci conduit la Brigade à Saint-Quentin, chez un nommé Joseph Mérical. Valentin y rencontre sa belle-mère, qui lui apprend qu’il est, avec sa femme, à Paris. Mme Henriette Mérical, leur annonce qu’elle et son mari sont séparés depuis six mois. Elle n’a même pas gardée une photo de lui. Dans la rue, Terrasson rencontre un homme. Celui-ci monte voir Henriette et lui fait une cour pressente. Elle refuse violement ses avances mais cède en lui donnant rendez-vous chez lui le soir même. Alors que la police surveille la maison d’Henriette, un homme avec une casquette marche dans l’ombre. Un nouvel assassina est découvert. Terrasson identifie la victime, c’est l’homme qu’il a croisé devant chez Henriette. Celle-ci est aux Brigades mobiles. Elle vient de revoir son mari, qui lui a juré de tuer tous les hommes qui s’intéresseraient à elle. Elle connaissait toutes les victimes, qui lui ont fait la cour…
  3. Don de Scotland Yard / Première diffusion : 24 décembre 1976. / En 1908, près de Londres, le commissaire Bright assiste à l’enterrement de Tommy Bennett, le plus grand escroc du Royaume-Uni et roi de l’évasion. Dans la nuit, des hommes viennent déterrer le cercueil. Bennett en sort, bien vivant, il avait une bouteille d’oxygène avec lui. C’est une nouvelle évasion sensationnelle pour lui. Il passe en France. Le dossier que Valentin reçoit de Scotland Yard est presque vide et sa photo y a disparue. Valentin apprend que quatre bijoutiers vont aller en Sologne, chez un marquis de retour d’Indochine, et qui ne peut se déplacer à cause de sa femme handicapée. Valentin, avec l’aide du marquis, dresse un piège à Bennett. La Brigade encadre la visite, mais le marquis n’est autre Bennett qui vole les bijoux. Heureusement Valentin avait demandé aux bijoutiers de ne venir qu’avec des faux. Valentin « embauche » un truand, pour le faire passer pour un maharadja, mais Bennett découvre le piège et le fait échouer. Faivre fait appel à Scotland Yard. Bright arrive pour prêter main forte à Valentin. Il apprend à la Brigade qu’une des anciennes complices de Bennett, à quittée sa vie d’aventure pour épouser Henri Ducoroy, un riche industriel. Elle leur apprend que Bennett à déjà pris contacte avec elle et qu’il lui a annoncé qu’il allé voler les bijoux qui appartiennent à son mari. Les policiers vont tendre un nouveau piège à Benett. Ils poussent Ducoroy à mettre au défi Bennett de voler ses bijoux…
  4. Le Cas Valentin / Première diffusion : 31 décembre 1976. / En 1913, des chefs de la pègre échappent mystérieusement à la police. La Brigade va justement en arrêter l'un d'eux, Beruti. Faivre est même là en personne. Le truand n’est pas là, lui, visiblement avertit de leur arrivés. Dervaux, le directeur de cabinet de ministre, vient voir Faivre avec un dossier incriminant Valentin. Les informations du dossier se vérifient et les preuves s’accumulent. Un homme donne un rendez-vous à Valentin pour lui parler de l’affaire. Sur les lieux, il rencontre la jeune Mira. Elle s’isole dans sa chambre un moment, alors qu’arrivent Pujol et Terrasson, avertit part le même homme. Mira se fait passer pour la maîtresse de Valentin, qui lui attend les hommes de Beruti. Valentin fait sortir ses collègues. Seul avec Mira, il est menacé d'une arme par l’homme du rendez-vous. Quand les inspecteurs remontent chez Mira, Valentin a disparu. Il était dans la chambre de Mira, chloroformé. Dervaux revient pour dénoncer le lien de Valentin et de Beruti, via Mira. Pujol et Terrasson ne le démentent pas. Valentin revient chez Mira, qui est partie, et où Pujol et Terrasson le surprennent. De part ses excellents états de services, le dossier restera secret, mais Valentin démissionne. Il s’installe chez Mira et se lance à sa recherche. Il est vite à cour d'argent. Il est alors contacté par le directeur d’une agence de détective prive, Arnaudy, qui se propose de l’embauche. Il accepter et se voit confier la filature d’un encaisseur, qui finalement est attaqué. Valentin a été repérer lors de sa filature. Il rase sa moustache quand arrivent Pujol et Terrasson, qui, ne veulent pas se salir les mains en l'arrêtant, mais l’avertissent que la police est à sa poursuite. Arnaudy fait alors une offre à Valentin...
  5. Le Crime du Sultan / Première diffusion : 7 janvier 1977. / En 1912, la France obtient le protectorat du Maroc de préférence aux Allemands qui l’espérait aussi. La situation y est tendue, mais Lyautey la rétablit. Il réussit même à faire abdiquer le sultan Moulay Hafid, qui est proche des Allemands. Ce sultan part pour un exil doré en France. Hubert Lyautey envoi un de ses hommes pour l’empêcher de passer en Allemagne. Une jeune femme, Jeanne Méjean, va chez le sultan. Le lendemain une lettre anonyme annonce à la police qu’elle a été tuée chez le sultan. L’enquête commence. Lambert, un agent allemand, vient chercher le sultan. La police arrive et découvre des vêtements ensanglantés. Valentin interdit le départ du sultan. Le corps de Jeanne Méjean n’est pas retrouvé, mais les preuves d'une meurtre commis par un proche du sultan s’accumulent. Le cocher qui a conduit Jeanne chez le sultan, avertit de sa mort par un mystérieux policier, remet à Valentin un carnet qu’il a retrouvé dans son fiacre où Jeanne à notée le rendez-vous et qu’elle avait peur de lui. En fouillant chez Jeanne, Valentin surprend l’intendant du sultan, le pacha Adb-el Imbah, qui avoue le crime. Ses empreintes ne sont pas sur l’arme du crime, mais celle du sultan y sont. De plus en jeune femme, qui est déjà allez chez lui, le décrit comme sadique. Tous semble incriminée le sultant…
  6. L'Ère de la calomnie / Première diffusion : 14 janvier 1977. / En 1914, la presse se lance dans une quête forcenée des scandales politiques qui priment même sur l’information. C’est alors qu’un jeune député, Germain Bergeval, lance un mouvement de salut public qui s’en prends impitoyablement à la corruption de mœurs au Parlement et dans la presse. Le directeur du Globe, Médéric, reçoit alors la visite d’un homme qui lui présente une copie d’une lettre compromettante pour Bergeval, qui aurait fait avorter une jeune femme mineur enceinte de ses œuvres . Médéric suit l'homme à l’endroit où est cachée la lettre originel. Bergeval porte plainte. Le président de la chambre, vient pourtant chez lui pour lui demander de démissionner. Le frère de Bergeval, arrive avec le Gaulois, qui publie un nouveau document compromettant pour le député. Ce n’est qu’un début, les documents compromettants se multiplient, ce qui fait chuté en flèche la popularité du député. La Brigade est chargée de l’enquête. Valentin va voir Médéric, qui se vente d’être le seul à avoir eux à faire au vrai corbeau. Il conduit d’ailleurs Valentin à la cachette. Bergeval est interrogé par Valentin. L’expert graphologue est quasi certain que l’écriture des lettres est celle de Bergeval. Valentin à pourtant des doutes sur la culpabilité de l'élu. Les documents se multiplient. Mme Bergeval semble être la seule à croire encore à l’innocence de son mari. Un « cambrioleur » dépose chez Bergeval de fausses lettres d’amours de celui-ci à ses maîtresses. Bergevel et son frère, apporte les lettres à la police. De plus Mme Bergeval annonce à Faivre qu'a la date d'une de ces lettres on mari avait déjà rompu avec la femme à laquelle il est censé avoir écrit. Les lettres devaient permettre de l'attaquer aussi dans sa vie privée. Les événements s’enchaînent. L’innocence de Bergeval semble être vérifiée. Bergeval retrouve son auréole d’homme intègre, mais…

Saison 4 (1977-1978)[modifier | modifier le code]

  1. Le Village maudit / Première diffusion : 21 avril 1978. / En 1898, Pierre et Marie Curie découvre le radium, ouvrant ainsi l’ère de l’atome. En 1913, dans les campagnes ont croit encore aux sorciers et au diable. Dans un village isolé, les bêtes meurent mystérieusement. Les villageois veulent brûler Maudrus[6], un malheureux qui habite la montagne, qu’ils prennent pour un sorcier. L’instituteur, Thévenin, et le curé essaye de le sauver. C’est l’explosion des anciennes carrières qui permettent à l’instituteur de le libérer et de le faire fuir. L’évêque fait appel à Faivre qui envoi Terrasson au village. Celui-ci, en arrivant, croisse des habitants qui fuient. Il rencontre Mme de Castro, la châtelaine[7], a qui il se présente comme étant un journaliste et dit vouloir rester quelques jours au village. Elle le conduit chez Mme Thévenin, la femme de l’instituteur, dont le mari a disparu depuis une semaine. Les plantes meurent aussi. Tous les matins les cloches de l’église sonnent mystérieusement. Mme Thévenin découvre que sa maison a été visitée durant la nuit. Terrasson constate qu’un numéro de la Revue mensuelle de géographie manque. Il piège l’église avec un appareil photo. À la ville il commande un exemplaire du numéro disparu de la revue. La photo montre les pieds du « fantôme » qui n’a pas de lacets. De retour au village Terrasson apprend qu’on a retrouvé l’instituteur mort. Il remarque que Maudrus n’a pas de lacet à ses chaussures. Terrasson fait appel à aux Brigades. Valentin et Pujol arrivent alors que Terrasson a, lui aussi, disparu…
  2. Les Demoiselles du Vésinet / Première diffusion : 28 avril 1978. / En 1913, au bord de l’eau, Madame Demellier, recherche son mari qui a disparu. Elle demande à deux vielles femmes en bateau si elle l’on vue. Elles lui répondent qu’elles n’ont rien vue. Lors de l’inauguration d’une stèle ornée d’un buste, le député disparaît. Les deux mêmes vieilles dames sont là. Les Brigades sont chargées de la recherche des deux hommes, tous les deux députés. Deux autres députés disparaissent en présence des deux mêmes vieilles femmes. Les députés sont de bords différents ce qui exclus une vengeance politique. Madame Demellier, met Valentin sur la piste des deux veilles dames. Celles-ci viennent voir Faivre. Elles gardent les députés chez elle, avec l’aide de Schumacher, leur chauffeur. Elles les ont enlevées pour les garder jusqu’à ce que le Parlement vote une loi instituant le droit de vote des femmes. Leur maison a été minée par Schumacher . Les deux dames y reviennent avec Valentin. Rien ne fait peur aux deux vieilles dames, sauf les souris, qui reste inflexible dans leur demande. La maison est une véritable forteresse…
  3. Bandes et Contrebandes / Première diffusion : 5 mai mai 1978. / En 1912, Louis Thellier, un des derniers grands anarchistes, s’évade de prison. Clara, sa femme, le rejoint dans sa cachette, avec l’aide d’un ami, Julien. Elle le laisse seul pour aller chercher de quoi manger. Son départ est observé par un homme qui se cache. À son retour, Louis a disparu. Son corps est retrouvé dans les restes d’un attentat contre le juge qui l’avait condamné. Valentin interroge Clara, qui nie l’avoir revue. Il trouve étrange les circonstances de la mort de l’anarchiste qui était opposé à l’utilisation des bombes. Le médecin légiste a découvert deux balles dans le corps de Thellier. Un caïd est tué par l’homme qui surveiller Clara. Il tue aussi n affairiste qui vient de bénéficié d’un non-lieu. Les balles qui ont tuées les 3 hommes sortent de la même arme. Clara Thellier va voir Julien, qui lui a parlé des doutes des milieux anarchistes qui pensent qu’il existe une organisation responsable des 3 morts. Elle veut mettre fin à leur agissement. Valentin la met sous surveillance. Elle se rend à la Fondation Hœffler, un bureau de bienfaisance. Elle se présente sous le nom d’Adèle Laffont, une bachelière. Elle réussit à travailler directement avec Hœffler. C’est un Alsacien champion de la rigueur morale qui est membre du « Comité », les responsables des morts. Clara assiste à une des réunions de celui-ci, chez Hœffler, mais elle est reconnue. Le Comité juge Hœffler  et fait enlever Clara sans que Pujol et Terrasson n'y comprennent rien…
  4. Cordialement vôtre / Première diffusion : 12 mai 1978. / En 1909, dans la perspective d’une guerre prochaine, Français et Britanniques ont décidés de construire ensemble un submersible plus efficace que ceux du Kaiser. Un ingénieur de l’Amirauté, William Husby, rejoint chez lui, en France, le chercheur Maxime Laubeuf, créateur du premier submersible moderne, le Narval. Alors que les deux savants discutent des qualités du sous-marin français, la secrétaire du Husby, Dorothy, est agressée. Une lettre menaçante, trouvée près d’elle, intime l’ordre à Husby de cesser toute collaboration avec les Français. L’ambassadeur britannique fait appel à Faivre pour protéger Husby. Deux hommes, dont le chef, Schultz, à l’accent allemand, surveille déjà la maison de Laubeuf, quand Valentin arrive. Dorothy signale qu’elle a remarquée deux hommes qui tourne autour de la propriété. Les hommes de la Brigade se concentrent dès lors sur Schultz et son ami. Après un rapide contact avec Schultz, Valentin et Pujol, de retour chez Laubeuf, découvre qu’Husby a été enlevé. Un officier allemand vient avertir celui-ci qu’il est chargé de le conduire en Allemagne pour empêcher une collaboration étroite entre la France et le Royaume-Uni. Valentin arrête Schultz et son ami pour découvrir qu’il s’agit en fait de deux détectives privées chargés par l’Amirauté de la protection de Husby. Schultz a cependant vue plusieurs fois Dorothy avec un homme auquel elle a remis deux grosses enveloppes en cachette. Alors que la secrétaire va partir, Valentin lui annonce qu’un des hommes qu’elle a vu roder près de la maison est près à trahir ses complices. Le soir même Schultz est enlevé, ce qui confirme que miss Dorothy est dans le coup…
  5. Les Enfants de la Joconde / Première diffusion : 19 mai 1978. / En 1913, devant la Brigade mobile, un homme meurt écrasé par automobile qui n’a rien fait pour l’éviter. Le mort venait justement voir Valentin. Il est finalement identifié. C’est André Ferras qui vivait à Évreux. Des « amis » du mort ont déjà récupérer toutes ses affaires dans son hôtel. La voiture, propriété de Lazare Tharamis, un gros marchand de tableaux, a été volée dans la nuit. Pujol, dans le magasin de Ferras rencontre Arthur Ferras, le frère d’André. Celui-ci lui décrit son frère comme un voyou viavant avec une « fille », Viviane. Pujol parti, Ferras est félicité pour la qualité de sa prestation par un des membres de l’organisation. Pujol va voir Viviane, dont l’exagération de ses pleures fait douter Pujol sur son témoignage. Aux Brigades, elle reconnait d'ailleurs dans l’inconnu qu’on lui présente son « Dédé ». Il est claire qu’André Ferras n’est pas celui pour qui ont veut le faire passer. L’affaire qui a conduit Ferras aux Brigades est importantes. Pujol retourne à Évreux. Viviane à la visite du même membre de l’organisation qui était chez Ferras. Pujol arrive quand celui-ci sort de chez Viviane après l’avoir battu. Pujol  conduit Viviane devant chez Ferras pour qu’elle lui dise si elle connaît Arthur Ferras. L’homme qui l’a battu arrive. Avec Ferras, il entre dans le magasin et  en repartent vite. Pujol, toujours accompagné de Viviane, les suit. Il les voit s’introduire dans une chapelle et y prennent des photos. Dans la chapelle il récupère du matériel photographique, avant d'être interrompu par un prêtre. L'homme de l'organisation, revenu chercher ce qu'a trouver Pujol, le menace. L'arrivée du prêtre permet à Pujol de partir sain et sauf. Dans la nuit, avec l'aide de Viviane qui sous le prétexte d'une fête éloigne Ferras, Pujol s’introduit dans son magasin et y découvre qu’André Ferras est en fait un inventeur de génie, père d’un nouveau procédé de photographie couleurs permettant d’avoir des couleurs presque naturelles. Il échappe de justesse à l'homme de l'organisation. Blessé, il va chez Viviane, et lui fait envoyé les preuves qu'il a trouvé aux Brigades. Elle le livre à l'homme de l'organisation...
  6. L'Ange blanc / Première diffusion : 26 mai 1978 / En 1908, le Tour de France en est à sa 6e édition. Le règlement est très strict, les coureurs doivent réparer eux-mêmes crevaisons et autres incidents techniques. L’épreuve déclenche l’enthousiasmes de nombreux personnes, mais a aussi des adversaires acharnés, qui vont jusque à jeter des clous sur ses routes. Un coureur est découvert, sur le côté de la route, par un autre coureur. Arrive justement Sabatier, un journaliste du Vélo, le journal qui organise la compétition. Sabatier envoi son chauffeur, Fulbert, chercher les gendarmes. Henri Chaumette, le directeur du Vélo, parle à sa femme, Suzanne, de la lettre signé l’Ange blanc, qu’il vient de recevoir. Son auteur, qui avait déjà envoyé des menaces l’année précédente, annonce qu’il a assassiné le coureur et que ce n’est qu’un début. Un deuxième coureur est retrouvé mort. La Brigade est chargée de l’enquête. L’étape suivant part, avec l’aide de Petit-Breton, un des coureurs, qui décide de partir, même s’il doit partir seul. Petit-Breton crève. Sabatier découvre son vélo. Le coureur échappe de justesse à l’Ange blanc. Il est sauvé par Valentin. Le soir Chaumette reçoit une lettre de l’Ange blanc qui lui annonce qu’il va le tuer dans la nuit. Malgré la protection de Valentin et de Sabatier, Chaumette est retrouvé, mort au matin, par sa femme…

Saison 5 (1981-1982) [8][modifier | modifier le code]

  1. S.O.S. tour Eiffel / Première diffusion : 1er janvier 1982. / En 1919, alors qu’après quatre années d’une guerre impitoyable, la paix est enfin revenue, à la pègre classique s’ajoute désormais une nouvelle catégorie de délinquance, celle des anciens héros de guerre qui ont du mal à revenir à la vie civile, souvent décevante pour eux. Deux hommes, dont un boiteux, vole un avion de l’armée, avec lequel ils lancent des « bulles puantes » géantes sur le Sénat et la Chambre des députes, et des grenades sur l’Élysée où se trouve le Président de la République et le Premier ministre [9]. Ce n’est là que le début d’une campagne d’actes gratuits et absurdes. La banque Ribaud-Duval est attaquée par des hommes, dont un boiteux, qui brûle les billets et blesse d’une balle Ribaud-Duval qui voulait intervenir. Un drapeau de pirate est dressé sur cathédrale Notre-Dame. Le fils de Ribaud-Duval, Maxime, est enlevé dans un cabaret par des hommes, dont un boiteux. Ils exigent que son père tue tous ces kraks. Il refuse. Un boiteux est retrouvé mort, une balle dans la nuque. C’est bien le boiteux qui a participé à toutes ses actions. Ribaud-Duval, qui a reçu une des oreilles de son fils, fait abattre ses chevaux. Son fils réapparaît, dans le cabaret où il a été enlevé, alors que Pujol y enquête en cachette. Valentin pense que Maxime en sait plus qu’il n’en dit. Pujol lui apprends que le boiteux, qui a été identifié, faisait souvent la bringue avec Maxime Ribaud-Duval…
  2. Le Temps des garçonnes / Première diffusion : 8 janvier 1982. / L’image des « Années folles », qui sont marquées par la libération des mœurs et les danses frénétiques, l’est aussi par l’émancipation des femmes dont les plus émancipées sont surnommées les « garçonnes ». En 1926, Marthe vient voir le riche Bourtillot. Elle observe aux jumelles alors qu’il ouvre son coffre pour mettre les bijoux qu'il voulait lui offrir et qu’elle vient de refuser. Alors qu’ils entrent dans une boîte de nuit, une femme monte dans la voiture de Marthe, y trouve toutes les  données sur le coffre de Bourtillot. Elle se présente, sous l’identité de Marthe, chez celui-ci. De retour chez lui, Bourtillot découvre qu’il a été cambriolé. Marthe prévoit déjà de faire le même coup avec un diplomate polonais. Elle reçoit la visite d’un inspecteur, qui est convaincu qu’elle est liée à l’affaire, et décide de la surveiller. Marthe réalise le coup même qu’avec Bourtillot avec son diplomate, mais l’inspecteur est là est intervient. Mais c’est bien Marthe qui est revenue et rien n’a été volé. Marthe revient à la boîte de nuit rejoindre son diplomate suivie par l’inspecteur. La complice de Marthe commet le vol des bijoux. Avec ceux-ci se trouver un coffret très important. Valentin, chargé de l’enquête, rencontre l’inspecteur. Marthe apprend que le coffret contient des papiers en polonais. Valentin se fait passer auprès de Marthe pour un riche planteur colonial...
  3. Le Vampire des Karpates / Première diffusion : 15 janvier 1982. / 1929 – En 1927, le 1er film parlant, « Le Chanteur de jazz », signe la fin du cinéma muet et la fin de certains acteurs qui n'ont pas de talent de comédiens ou une mauvaise voix. En 1929, Lucien Désormes tourne ainsi la dernière scène de l’ultime volet des aventures du vampire des Karpates, une personnage qui l’a rendu célèbre pendant 12 ans. C’est la fin de sa carrière car il a un accent. Le soir même, son habilleuse, Mariette, le découvre pendu. Son suicide est constaté par son voisin et ami, un médecin. Son enterrement, qui aurait autrefois attiré les foules, n’est suivi que par quelques personnes dont Mariette et le médecin. Le journaliste Raimbaud est le seul représentant de la presse. Dans la nuit, la loge de Désormes aux studios brûle et un gardien de nuit est tué avec la même mise en scène que celle du vampire dans les films de Désormes, notamment un « M » sanglant sur le front. Mariette fait appel aux Brigades, car étant allé se recueillir sur la tombe de Désormes, elle y a vue le vampire. Le médecin est tué par le vampire. Valentin rencontre Raimbaud. Germaine Martemore, une ancienne partenaire de Désormes, est victime du vampire. Raimbaud apprend à Valentin qu’elle avait été la maitresse de Désormes et que son mari, la doublure de Désormes, l’avait découvert. Les preuves s’accumulent pour faire de ce dernier le responsable des meurtres. Valentin découvre Raimbaud chez Martemore. Les meurtres se multiples…
  4. Made in U.S.A. / Première diffusion : 22 janvier 1982. / 1929 – La prohibition de l'alcools est en vigueur aux États-Unis depuis dix ans. La contrebande, dominée par Al Capone, semblerait atteindre la France et ses alcools qui s’achètent à prix d’or aux États-Unis. Deux hommes sont tués sur un pont, Valentin reçoit un appel du FBI. Son correspondant, Elliot Ness, l’informe qu’un nommé Cosmano, est envoyé par Al Capone pour organiser une filière d’exportation d’alcool vers les États-Unis. Il vient officiellement à la recherche de nouveau champion de boxe. Il a une particularité, une mèche de cheveux blancs dans une chevelure noire. La Brigade le surveille dès son arrivée par bateau à La Rochelle. Une société de Cognac est attaquée, mais rien ne laisse apparaître de lien avec Cosmano. Un entrepôt d’alcool est attaqué et son propriétaire, qui faisait du trafic pour son compte avec les Américains, est tué. Terrasson, sous l’identité d’un journaliste, rencontre Cosmano. Les attentats se multiplient, toujours sans liens apparent avec Cosmano. La Brigade installe des micros dans la chambre de Cosmano, mais toujours sans obtenir de preuves de liens avec les truands qui commettent les attentats. Les policiers s’arrangent pour le faire arrêtés en faisant mettre des faux billets dans son portefeuille. Les attentas continus pourtant. En rendant une nouvelle visite à Cosmano, Valentin remarque un détail, les racines des cheveux de la mèche blanches de Cosmano sont noires. Ness lui confirme que la mèche de Cosmano est naturelle. Le Cosmano en prison n'est qu'une doublure et le vrai Cosmano est dans la nature depuis le début…
  5. Le Réseau Brutus / Première diffusion : 29 janvier 1982. / En 1925, de nombreux opposants à Benito Mussolini fuient l’Italie pour éviter une mort certaine. Parmi ceux-ci, le professeur Montovani, qui fut un temps le leader des antifascistes, et sa fille Lisa, qui arrivent en France et demandent l’asile politique. Valentin est envoyé les chercher. Dans le village où ils sont, des hommes arrivent, et capture le professeur. Sa fille réussit à s’enfuir. Valentin arrive dix minutes plus tard. Lisa doit détenir des documents secrets importants. Valentin la retrouve dans les ruines d’un château. Il la fait installer dans une ferme isolée à 50 km de Paris. Montovani venait pour rejoindre une organisation de lutte clandestine, le réseau Brutus. Les documents décrivent l’implantation des secrets fascistes dans toute l’Europe. Valentin retrouve Lisa à la campagne, qui lui décrit sa maison en Toscane, dont les fascistes se sont emparés. Les Italiens du réseau Brutus sont avertis des événements. Lisa a fuit, prouvant ainsi qu’elle a les documents. Le réseau l’apprend. Elle devrait tenter d’entrer en contact avec un sculpteur italien, Rossi, ami de sa famille. Les membres du réseau, en surveillant la maison de celui-ci, réussissent à empêcher la capture de Lisa par les fascistes. Elle est recueillit chez l’un d’entre eux, Guiseppe, ancien avocat devenu restaurateur. Le corps de Rossi est découvert. Lisa ne veut remettre les documents qu’à Salvi, le chef du réseau. La maison de Rossi est cambriolée. Les morts suspectent d’Italiens se multiplies. La piste Rossi conduit Valentin chez Giuseppe où il récupère Lisa. Salvi arrive enfin. Via Guiseppe, il rencontre Valentin et lui propose de collaboré avec la police…
  6. Le Complot / Première diffusion : 5 février 1982. / 1926 – Le franc est au plus bas face aux devises étrangères. Mais Raymond Poincaré, rappelé au pouvoir, redresse la situation en rétablissant la confiance, ce qui n’est pas du goût des spéculateurs. Après avoir passé la douane française, un automobiliste allant en Suisse à un accident avec sa voiture. Il est mort d'un crise cardiaque. Un des douaniers trouve sous sa voiture une mallette pleine de livre sterling. La victime, Vergnol, serait selon Metzinger, un riche banquier pour qui il travaillé, un employé malhonnête qui l’aurait escroqué. Mme Vergnol vient voir Valentin. Poincaré demande, en personne, à Gabrielli de fait échouer les plans des spéculateurs. Metzinger, après avoir éloigné Mme Vergnol, discute avec d’autres spéculateurs. Ils cherchent le moyen de renversé la situation. Ils pensent à faire découvrir Poincaré dans une situation compromettant. Ils font appel à Durbeck, un homme qui navigue dans le Milieu et les milieux ultra-nationaliste. Le leader d’un de des groupes d'ultra-nationalistes refuse d'y participer. Durbeck se tourne alors vers la pègre. Terrasson, sous l’identité d’un ex légionnaire, se fait recruter par elle. Il arrive, avec les autres, à leur « cantonnement ». Pujol, en avion, l’a suivie. Le milieu ultra-nationaliste pense à profiter du complot pour faire un coup d’état. En même temps que l’entrainement en vu d’un enlèvement a lieu, les tractations de Durbeck et des ultras continuent continuent. Durbeck annonce des changements au plan originel à Metzinger sans lui dire que l’assassinat de Poincaré est décidé. L’assassin, Molnar, arrive de Hongrie…

Saison 6 (1982-1983) [10][modifier | modifier le code]

  1. Les Princes de la nuit / Première diffusion : 7 octobre 1983. / En 1925, les milieux artistiques de Montparnasse — où noctambules et marginaux se côtoient — et sa renommée École de Paris incarnent bien cette période des « Années folles ». Maya[11], une modèle, découvre un peintre mort à cause de la drogue. Le secrétaire d’État aux Beaux-Arts fait appel à Gabielli, pour lutter contre le fléau de la drogue qui ravage ce milieu. Pujol et Terrasson apprennent d’un indicateur que ce milieu se débrouille sans la pègre. Valentin, dans l’atelier du mort, rencontre des peintres, qui restent silencieux. Dans un café Pujol et Terrasson observe la faune des lieux. Deux peintres, Solokine et Alvarez se battent avant d'être séparés par une homme, qu'il nomme le Baron, qui les invite à dîner. Avant de partir les inspecteurs laisse une convocation au patron du bar, un ancien truand, que Valentin va remplacer. Dès le premier soir, le commissaire sympathise avec Maya. Il se bat avec Solokine. Le lendemain Maya lui fait découvrir les clients réguliers du bar, comme un couple d’Américains, les Simpson, le Baron, qui est un brocanteur célèbre ou Olaf, un Libanais. Celui-ci va dans les toilettes des dames et réapprovisionne en drogue une poche plastique placée dans le réservoir des W.C. Valentin est amoureux de Maya. Après que le Baron lui est acheté 2 toiles, Solokine achète de la drogue à Maya. Valentin a découvert la poche vide et charge Pujol et Terrasson de surveiller les toilettes. Ils l’informent, discrètement, que c’est Maya qui réceptionne la drogue...
  2. Rita et le Caïd / Première diffusion : 14 octobre 1983. / À la fin des années 1920, c’est le règne des affairistes qui sont prêt à tous pour affirmer leur pouvoir. En 1927, les Corses veulent s’installer à Paris et tuent ceux qui le refusent. Brigaud, un affairiste, lit à Sénéchal[12] un article qui dénonce la collusion ouverte des politiciens affairistes avec les chefs de la pègre corse et annonçant la préparation d’élections truquées par cette alliance. L’article est du journaliste Bruno Clément, qui a le « défaut » d'être honnête. Clément rencontre Delcroix, un truand qui a maille à partir avec les Corses, pour lui demander un dossier qu’il a contre les Santucci, le chef des mafieux corses, et ses amis politiques, en particulier le député Sénéchal, et affairistes, comme Brigaud. Il nie avoir ce dossier. Clément est tué par les Corses. Les frères Santucci sont, avec Brigaud, chez Sénéchal, qui leur demande leur aide pour les élections municipales qui approchent. Ils s’inquiètent au sujet du dossier. Delcroix est battu par des Corses, mais se rebiffe. Valentin apprend que Delcroix veut lui parler. C’est Rita, une des « filles » de Delcroix, qui le conduit près de celui-ci. Il est près a lui donner le dossier contre des garanties pour ses affaires. Sénéchal et Santucci sont sur sa piste. Delcroix est torturé et tué par les Corses. Rita reçoit d’un clochard le dossier que Delcroix lui avait confié juste avant sa mort. Les Corses ne trouvent rien chez Rita. Ange Santucci est tué par Rita. Ginette, une collègue de Rita, apprend de celle-ci qu’elle a tué Ange, alors que tous est fait pour faire croire qu’il est mort d’une crise cardiaque. Ginette dénonce Rita au frère d'Ange qui veut se venger. Rita a fuit pour retour dans sa campagne d'origine…
  3. La Grande Duchesse Tatiana / Première diffusion : 21 octobre 1983. / Le 17 juillet 1918, à Ekaterinbourg, alors sous la menace des Russes blancs, la famille impériale est massacrée par les bolchéviks. La ville est reprise, le 25 juillet. Le général Lioubov arrive sur le lieu où les corps des membres de la famille impériale a été brûlé. Il est accompagné du journaliste français Desvignes. Un de ses lieutenants, Lojkine, remarque une jeune femme qui ressemble à la grande-duchesse Tatiana. Il va la protéger et décide de garder le secret pour le moment. En 1923[13], Lioubov est en France et a toujours sous ses ordres Lojkine. Ils vont participer à une réunion secrète dont Desvignes, qui est là aussi, voudrait bien connaître les raisons. Gabrielli donne à Valentin la mission de protéger Lioubov, devenu le bras droit du général Koutiepov, le chef des émigrés Russes blancs en France, et lui apprends que les Russes prévoient de reprendre pied en Russie. Desvignes tente d’interroger Lojkine sur la réunion, mais celui-ci est pressé. De retour chez lui il rejoint Tatiana, a qui il fait croire que la cour impériale vie encore. Le coffre fort de Lioubov est cambriolé et il échappe de justesse à l’explosion d’une bombe. Desvignes va interroger Lojkine, devenu taxi, qui ne dit rien. Pujol averti Lojkine de l’attentat. Lioubov annonce à Lojkine qu’il l’envoi en Crimée, amis celui-ci démissionne. De retour chez lui, Lojkine, découvre son portail ouvert et son chien endormi. Tatiana est cependant encore là. Lioubov a appris des informations importantes, mais veut garder le silence pour mener son enquête. Il a un rendez-vous important à ce sujet. Il s’arrange pour semer Pujol et Terrasson qui assure sa protection. Il disparaît. Desvignes apprend à Valentin que Lioubov, après avoir berné Pujol et Terrasson, était partie avec Lojkine, qui les conduit là où il avait rendez-vous....
  4. Les Fantômes de Noël / Première diffusion : 28 octobre 1983. / En 1927, les 2 anarchistes italiens, Nicola Sacco et  Bartolomeo Vanzetti, ont été exécutés aux États-Unis après avoir été condamnés à mort sans preuve évidente. Les attentats anarchistes, qui avaient cessés reprennent. Le Lys de France, l’un des rares journaux à avoir fait campagne contre Sacco et Vanzetti, fait l’objet d’un attentat. Le journal est dirigé par Alphonse Moulin. Celui-ci serait un ami intime du juge Webster Thayer, celui qui a condamné Sacco et Vanzetti. Moulin blâme son fils, Michel, qui en représailles de l’attentat à mis a sac une librairie anarchiste, avec ses amis, ce qui le prive du rôle de victime. Il lui annonce qu’il attend pour Noël un invité particulier. Un groupe anarchiste joue une pièce sur l'histoire de Sacco et Vanzetti. Gabrielli vient apprendre à Valentin que Moulin à invité chez lui Thayer pour Noël. Tout est organisé pour assurer sa protection et Pujol est « infiltré » en tant qu'extra. Durant la première nuit la femme de Thayer voit dans sa chambre les fantômes de Sacco et Vanzetti. La pièce est pourtant bien close. Elle les revoit dans le parc. Au retour de la messe de Noël, Thayer les voit aussi, sans personne, pas même Pujol, ne trouve un passage. Thayer reçoit un cadeau, un petit cercueil avec le chiffre un inscrit dessus. Au matin, Madame Thayer a disparue mystérieusement. Ce n'est qu'un début...
  5. La Fille de l'air / Première diffusion : 4 novembre 1983. / En 1925, la France vient de reconnaître l’URSS. Son premier ambassadeur en France annonce au ministre des Affaires étrangères un projet du Comité central du PC soviétique, un raid aérien entre les 2 capitales fait par 2 pilotes soviétiques qui vont partir de Moscou le lendemain même de cette annonce. Valentin est chargé par Gabrielli de s’occuper des aviateurs soviétiques[14], car l’on craint en haut-lieu que le raid ne couvre en fait une mission secrète en France. Avec Pujol et Terrasson, ils composent donc un « groupe d’aviateurs » chargé de recevoir et d’accompagner les 2 aviateurs soviétiques. À l’aéroport ils ont une surprise, les 2 aviateurs sont 2 jolies aviatrices. Les 2 malles de ces dames, cachent 2 hommes qui sont accueilli par un colonel, qui est sous la surveillance de 2 autres hommes.  Alors que les aviatrices sont avec Valentin et ses hommes, le colonel conduit ces hommes dans une cachette, où les 2 hommes qui le suivaient, des Américains, enlèvent ces 2 hommes. C’est alors qu’est annoncée l’arrivée en France de l’ingénieur Igor Sikorsky, une gloire de l’aviation russe du temps du tsar, passé après 1917 en Amérique, où il a révolutionné les techniques de l’aéronautique, notamment dans le domaine des hélicoptères. Le colonel surveille sont arrivée quand ont lui annoncé la disparition de ses 2 hommes. Il décide de les faire remplacer par les 2 aviatrices et profitant du fait que Valentin et ses hommes sont des policiers, les 2 femmes font cesser leur surveillance en faisant un scandale après avoir appris, soit disant de leur ambassade, qui ils étaient. Avec le colonel elles enlèvent Sikorsky [15]...
  6. Lacs et Entrelacs / Première diffusion : 11 novembre 1983. / En 1930, dans la nuit, une personne immerge dans un lac un corps humain lourdement lesté. Un homme d'un certain âge, Albert, fait la cour à Lucette, couche avec elle et note sur son carnet  « un peu décevante ». Il va ensuite, sous le nom de Julien Leblanc, riche planteur en Afrique, dans l'agence matrimoniale de Marie Bonheur[16] . Elle lui fait rencontrer Jeanne Bertin, à qui il lui fait la cour, mais qui le repousse. Il reste convaincu qu’elle « y passera ». Elle lui annonce qu’elle sera bientôt à lui. Un nouveau cadavre est jeté dans le lac. La Brigade enquête sur la disparition d’un diplomate canadien, Desfossés. Sa femme le décrit comme un homme rangé. C’est en fait la véritable identité de Leblanc. Jeanne reste tous aussi vertueuse avec une autre homme, Robert. Elle lui parle de sa tante qui a une maison à ventre, maison quelle voudrait bien lui racheter. Desfossés avait retiré une forte somme de sa banque juste avant sa mort. Jeanne conduit Robert chez sa tante, qui l’éloigne, empoisonne Robert et prépare du ciment. La Brigade apprend la disparition d’autres hommes dans des circonstances proches de celle de la disparition du diplomate. Jeanne découvre dans le journal la photo de Desfossés et sa disparition. Terrasson retrouve la garçonnière de Desfossés et qu’il a rencontré Jeanne le jour de sa mort. Jeanne va voir Marie Bonheur. Elle se demande ce qui est arrivé à Desfossés et à Robert après qu’elle les ait conduit chez sa « tante ». Dans le journal intime de Desfossé, il est fait référence à l’agence Marie Bonheur. Terrasson va, sous l’identité d’une riche propiétaire de vignes, à l’agence. Il rencontre Jeanne et en devient amoureux. Jeanne lui parle de la maison de sa « tante ». Valentin craint pour la vie de Terrasson qui ne semble plus ce rendre compte du danger tant il est amoureux…

Les épisodes par années[modifier | modifier le code]

Voici la liste tous les épisodes classés dans l’ordre des années où ont lieux les diverses enquêtes des Brigades du Tigre. Dans le cas où l’année compte plusieurs enquêtes, elles sont classées dans l’ordre, plus classique, des épisodes. Les chiffres entre parenthèses, après le titre de chaque épisode, sont, dans l'ordre, le numéro de la saison et celui de l’épisode dans la saison.

1907 : Ce siècle avait sept ans… (1-1)

1908 : Don de Scotland Yard (3-3) - L'Ange blanc (4-6)

1909 : Nez de chien (1-2) - Visite incognito (1-4) - Collection 1909 (2-1) - L'Homme à la casquette (3-2) - Cordialement vôtre (4-4)

1910 : La Main noire (1-6) - L'Auxiliaire (2-2)

1911 : La Confrérie des loups (1-5) - Les Compagnons de l'Apocalypse (2-3)

1912 : Les Vautours (1-3) - Le Défi (2-4) - Le Crime du Sultan (3-5) - Bandes et Contrebandes (4-3)

1913 : La Couronne du Tsar (2-5) - De la poudre et des balles (2-6) - Bonnot et Compagnie (3-1) - Le Cas Valentin (3-4) - Le Village maudit (4-1) - Les Demoiselles du Vésinet (4-2) - Les Enfants de la Joconde (4-5)

1914 : L'Ère de la calomnie (3-6)

1919 : S.O.S. tour Eiffel (5-1)

1923 : La Grande Duchesse Tatiana (6-3)

1925 : Le Réseau Brutus (5-5) - Les Princes de la nuit (6-1) - La Fille de l'air (6-5)

1926 : Le Temps des garçonnes (5-2) - Le Complot (5-6)

1927 : Rita et le Caïd (6-2) - Les Fantômes de Noël (6-4)

1929 : Le Vampire des Karpates (5-3) - Made in U.S.A. (5-4)

1930 : Lacs et Entrelacs (6-6)

Les raisons du succès de la série[modifier | modifier le code]

La série des Brigades du Tigre fut l’un des gros succès de la télévision française dans les années 1970/80. On peut tenter de l’expliquer par les raisons suivantes :

  • Le souci de restitution des décors et des ambiances d’une époque révolue : celle de la Belle Époque (de 1900 à 1914) pour les quatre premières saisons puis celle des Années folles (années 1920) pour les deux dernières. Les voitures « début de siècle » faisant le joyau et l’image de cette série policière au charme désuet.
  • L’originalité des scénarios qui reposent sur une trame historique précise, Claude Desailly s’étant inspiré, pour chaque épisode, des affaires et du contexte politique et social troublé du début du XXe siècle. C’est tout le génie d’avoir laissé croire au téléspectateur que les histoires des Brigades du Tigre avaient réellement existé… Enfin comme l’écrit Stéphane Lerouge, le « ton de la série est identifiable au fait qu’il mélange l’action, le suspense et l’humour et ce, au profit d’une mise en perspective historique […] avec un regard pertinent sur une époque et une société en pleine mutation[17]. »
  • La connivence et la complicité du trio policier Valentin-Pujol-Terrasson (Bouillon, Tribout et Maguelon étant devenus de véritables amis) qui donnent une fluidité, une touche humoristique et un dynamisme certains dans le jeu des acteurs. Enfin les colères et l’autoritarisme de Faivre « engueulant » ses hommes comme des enfants de chœur ajoutent son grain de sel dans cette série haute en couleur.
  • La musique de Claude Bolling enrobe à la manière d'un écrin cette série. La célèbre « Complainte des Apaches », interprétée par Philippe Clay, plante le décor avec sa mélodie et ses paroles très « 1900 ». Le jazzman français a composé pour les Brigades du Tigre une œuvre remarquable tant les harmonies et les multiples instruments plongent le spectateur dans une atmosphère qui rappelle l'atmosphère du début du XXe siècle. Comme Claude Bolling le dit : « Il fallait être dans le ton et le charme de l’époque en évitant l’écueil du « faux-vieux » […], mettre au point une écriture moderne à l’intérieur d’un parfum rétro, en utilisant notamment des instruments anachroniques par rapport au début du siècle (orgue électrique, guitare basse…). Les Brigades du Tigre, c’est d’abord un regard du présent sur le passé[18]. » Les relents et les paroles de la chanson La Complainte des Apaches (au générique) ne sauraient masquer tous les trésors de la bande originale (Inquiétude, Somnifère, Suspense, Assassinat incendie, etc.). Après l’expérience de Borsalino, Bolling réalisa avec les Brigades du Tigre un coup de maître qui a beaucoup fait pour la popularité de la série.

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Le préfet de police Célestin Hennion (1862-1915) a modernisé la police française au début du XXe siècle, avec le soutien de Georges Clemenceau dit le Tigre. Il est le créateur des Brigades mobiles dites Brigades du Tigre, précurseurs de toutes les forces spéciales (BRB, GIGN, etc.) de la police et de la gendarmerie françaises modernes.
  • Les Brigades du Tigre sont le titre de la série (invention de Claude Desailly) et cette expression n'a jamais désigné, à l'époque, la police fondée par Georges Clemenceau. Cette dernière était appelée les « Brigades mobiles »[19].
  • Claude Desailly désirait créer une série qui soit l'équivalent des Incorruptibles, feuilleton à succès aux États-Unis diffusé à la fin des années 1950 puis, en France, au milieu des années 1960. Il a cédé les droits d'exploitation au cinéma pour un film.
    Il n'a pas cherché à cautionner cette production après les diverses orientations scénaristiques qui ont été prises et qui se sont éloignées de son projet initial.
  • La série a été portée au grand écran sous le même titre, Les Brigades du Tigre, en 2006, par Jérôme Cornuau (Clovis Cornillac y est le commissaire Valentin, Édouard Baer l'inspecteur Pujol, Olivier Gourmet l'inspecteur Terrasson et Gérard Jugnot le patron, le commissaire Faivre). Peut-être parce qu'il n'a pas suivi les fondamentaux de la série (humour et légèreté, « musique d'époque » etc.), ce film n'a pas connu la même réussite. Mais ce ne sont pas les seules raisons, ce film contenant nombre d'incohérences. Les armes utilisées sont des armes à feu de la période 1940/1945 ! Donc postérieures. La scène du siège du repère de la Bande à Bonnot, censée se passer à Choisy le roi (Val-de-Marne), en région parisienne, est tournée dans un paysage de basses montagnes (Vosges ? Auvergne ?) ! Cornillac en commissaire Valentin n'est pas crédible : débraillé en permanence, il ne peut s'agir en aucun cas d'un policier de cette époque. De plus il ne respecte aucune des us et coutumes de l'époque ! Un exemple : lors d'une scène représentant un dîner de gala en présence du Président de la République, Valentin/ Cornillac y débarque vêtu comme un vagabond et s'assied à la table du chef de l'Etat ...!.
  • Une septième saison a été écrite sur le début des années 1930, mais ne fut jamais tournée suite à un changement de direction au sein de la chaîne publique Antenne 2 (France 2). Cela devait être la dernière car Claude Desailly ne voulait pas entraîner ses héros jusqu'à la guerre.
  • La série fut vendue à une vingtaine de pays dont le Japon[20].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Les Brigades du Tigre : Saison 1 (7 novembre 2001) ASIN B00005Q4NR
  • Les Brigades du Tigre : Saison 2 (6 mai 2004) ASIN B0001U1REC
  • Les Brigades du Tigre : Saison 3 (26 mai 2005) ASIN B0008GRT28
  • Les Brigades du Tigre : Saison 4 (6 avril 2006) ASIN B000EJ9L2K
  • Les Brigades du Tigre : Saison 5 (19 octobre 2006) ASIN B000H0MIB2
  • Les Brigades du Tigre : Saison 6 (4 mai 2007) ASIN B000O76BRK
  • Les Brigades du Tigre : L'intégrale (18 octobre 2007) ASIN B000U05JNI

Livres et revues[modifier | modifier le code]

  • Les Brigades du Tigre, Les limiers des temps modernes de Michelle Roussel & Didier Liardet (Éditions Yris-2008), préfacé par Jean-Claude Bouillon / Synthèse exhaustive et illustrée sur la série.
  • Les Brigades du Tigre, la main noire de Claude Desailly (Nathan-télévision A2, 1976) / Livre roman qui reprend les six épisodes de la Ire saison.
  • Les Brigades du Tigre, la bande à Bonnot de Claude Desailly (Nathan-télévision A2, 1976) / Livre roman qui reprend les six épisodes de la IIIe saison.
  • Les Brigades du Tigre de Claude Desailly (éditions du Chat Perché - Flammarion A2, 1981) / Livre roman, relié et illustré, qui reprend les six épisodes de la Ve saison.
  • Les Brigades du Tigre (Collection Télé Junior n° 7 A2, 1979) / Bande dessinée qui reprend les six épisodes de la Ire saison.

Voir également les sources citées dans les notes et références ci-dessous.

Disques (CD)[modifier | modifier le code]

  • Les Brigades du Tigre (bande originale de la série télévisée) de Claude Bolling (Frémeaux & Associés, 2006) / Double CD (82 titres) qui reprend la quasi-intégralité de l’œuvre de Claude Bolling sur la série.
  • Les Brigades du Tigre de Claude Bolling (Playtime, 1992) / CD (37 titres) qui reprend les morceaux les plus connus de la série.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire Une histoire criminelle de la France d'Alain Bauer et Christophe Soullez chez Odile Jacob, ISBN 9782738128096, ou cette page du site Web de la Police Nationale : [1]
  2. Sources abondamment documentées pour tout ce paragraphe :
    • Charles Diaz, L'épopée des Brigades du Tigre, Calmann-Lévy, 1995, ISBN 9782702124420
    • Jean-Marc Berlière, Naissance de la police moderne, Librairie Académique Perrin, 2011, ISBN 9782262035808
    • Jean-Marc Berlière, Le monde des polices en France, Editions Complexe, 1999, ISBN 9782870276419
    • Michelle Roussel, Didier Liardet, préface de Jean-Claude Bouillon, Les Brigades du Tigre : Les limiers des temps modernes, Editions Yris, 2008, ISBN 9782912215246
    • Raphaëlle Moine, Brigitte Rollet, Geneviève Sellier, Policiers et criminels : un genre populaire européen sur grand et petit écrans, 2009, L'Harmattan, ISBN 9782296081925
  3. Geneviève est interprétée par l'actrice Myriam Boyer, qui n'est autre que la mère de l'acteur Clovis Cornillac, celui qui interprète, en 2006, le rôle du commissaire Valentin dans le film Les Brigades du Tigre.
  4. 100 000 francs (1910) = environ 320 000 euros (2002) selon le tableau donné dans la page Wikipédia « Évolution du pouvoir d'achat des monnaies françaises »
  5. Le compositeur Claude Bolling apparaît dans cet épisode comme chanteur de rue, accompagné par Jo Courtin à l'accordéon. C'est lui qui chante « L'Homme à la casquette ».
  6. C'est Claude Desailly, le créateur de la série, qui apparaît dans le petit rôle, en forme de clin d’œil, de Maudru.
  7. Son château, qui sera le lieu de l'action d'une partie de l'épisode, est en fait le château d'Anjony (Cantal).
  8. Le visionnage des épisodes de cette saison montre que la série s'appelle désormais Les nouvelles Brigades du Tigre. Tous les épisodes de cette saison et de la suivante se déroulent dans l'entre-deux guerres.
  9. C'est sous ce terme de Premier ministre que Pinkas Braun, qui joue le rôle de Gabrielli, désigne le poste qu'occupe Aristide Briand, Il s'agit d'un anachronisme, a l'époque le terme exact est Président du Conseil (sous entendu « des ministres »). Ce terme sera remplacé par celui de Premier ministre lors de l'entrée en vigueur de la constitution de la Cinquième République (1958) moment où une grande partie des pouvoirs des Présidents du Conseil passent dans les mains du Président de la République.
  10. Le visionnage des épisodes de cette saison montre que la série change de nouveau de titre. Elle reprend en partie son titre originel et devient Les Brigades du Tigre : les « Années-Folles ».
  11. Elle ne sera identifié sous ce nom que plus tard dans l'épisode.
  12. Cet homme est pas identifié dans cette scène et ne le sera que plus tard dans l'épisode.
  13. De part le visionnage de l'épisode, cette date semble la bonne, car dans la première scène situé à Paris, lors d'une cérémonie religieuse, le général Koutiepov, rappel, si l'on en croit les sous-titres, que c'est le cinquième anniversaire du massacre de la famille impériale.
  14. On apprend dans cette scène que Valentin a été pilote de chasse pendant la guerre.
  15. Il est a remarquer que le lieu de tournage de cette scène est le même, avec le même pont légèrement modifié, que dans une des scènes de l'épisode 5 de la saison 2, La Couronne du tsar. Il s'agit de la scène ou Delphine, une rat d'hôtel, essaye, sans succès, de stopper la calèche du prince qui assure la protection de la couronne, pour le forcer à la lui remettre (une scène qui débute 11 mn. 10 s après le début de cet épisode) .
  16. Elle n'est pas identifiée dans cette scène, mais plus tard dans l'épisode.
  17. Cité dans le livret du CD Les Brigades du Tigre (Playtime, 1992)
  18. Cité dans le livret du double CD Les Brigades du Tigre (Frémeaux et associés, 2006).
  19. Lire ces deux pages du site web du CNRS : [2] et [3]
  20. Le Monde des Avengers

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :