Championnat d'Europe de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Cet article traite de l'épreuve masculine. Pour la compétition féminine, voir Championnat d'Europe de football féminin.
Championnat d'Europe de football masculin
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de l'édition 2020 dans toute l'Europe

Généralités
Sport FootballVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1960
Organisateur(s) UEFA
Périodicité tous les 4 ans
Lieu(x) Europe
Participants 24 équipes qualifiées[1]
(pour 53 participants)
Statut des participants Professionnels
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Portugal Portugal
Plus titré(s) Drapeau : Allemagne Allemagne
Drapeau : Espagne Espagne
(3 titres)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : France Michel Platini
Drapeau : Portugal Cristiano Ronaldo
(9 buts)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition à venir voir :
Championnat d'Europe 2020

Le Championnat d'Europe de football masculin est la plus importante compétition masculine européenne de football entre nations. Créé en 1960 — suivant une idée proposée dès 1927 par Henri Delaunay — il est organisé par l'UEFA tous les quatre ans, lors des années paires durant lesquelles il n'y a pas de Coupe du monde. À ses débuts, cette compétition s'appelait « Coupe d'Europe des nations » avant d'être rebaptisée « Championnat d'Europe des Nations » à partir de 1968. Le surnom Euro suivi de l'année où elle a lieu lui est souvent préféré.

Sur le plan sportif, beaucoup considèrent cette compétition comme la deuxième plus importante compétition de football entre nations, après la Coupe du monde, en raison de la difficulté à la remporter et de la qualité des nations européennes.

Il existe une compétition équivalente pour les femmes : le Championnat d'Europe de football féminin. Il existe aussi des compétitions équivalentes dans les cinq autres unions continentales de football.

La 15e édition a eu lieu du 10 juin au 10 juillet 2016 en France, et a vu le Portugal s'imposer.

Histoire[modifier | modifier le code]

UEFA European Championship best results-fr.svg

La Coupe d'Europe des nations[modifier | modifier le code]

En 1927, le secrétaire général de la Fédération française de football, Henri Delaunay, émet l'idée d'organiser une compétition continentale sur le territoire européen, mais l'idée n'aboutit pas en l'absence d'une organisation européenne. En 1954, l'UEFA voit le jour et décide d'étudier ce projet. Elle annonce que la première édition aura lieu en 1960[2].

La première Coupe d'Europe des nations débute dans un format original où les équipes s'affrontent par tours et par matchs aller-retour et ceci jusqu'en demi-finale où les quatre demi-finalistes décident d'un pays hôte pour y disputer leurs demi-finales (sur un match cette fois-ci), le match de la troisième place (entre les deux demi-finalistes éliminés) et la finale.

En 1960, la première édition s'achève en France. Dix-sept nations seulement prennent part aux qualifications (sans aucune nation britannique). La finale, jouée à Paris, est remportée 2-1 par l'URSS emmenée par Lev Yachine face à la Yougoslavie après prolongations. L'URSS devient ainsi la première nation à inscrire son nom au palmarès[3]. Il s'agit de son seul trophée continental[4]. On note que le quart de finale entre l'Espagne et l'URSS fut controversé. Les Espagnols, par l'intermédiaire de Franco, refusèrent de laisser entrer leurs adversaires sur leur territoire. De ce fait, l'URSS remporta ce match sur tapis vert.

Lors de l'édition suivante, en 1964[5], la compétition est de nouveau perturbée par des enjeux politiques, en effet, la Grèce refuse d'affronter l'Albanie en raison d'un conflit entre les deux nations. La phase finale a lieu en Espagne où la sélection ibérique bat les tenants du titre soviétiques 2-1 à Madrid devant 125 000 spectateurs.

Le Championnat d'Europe des Nations[modifier | modifier le code]

Pour l'édition 1968[6], l'UEFA renomme sa compétition en Championnat d'Europe des Nations et décide de modifier le format. En effet, les qualifications pour la phase finale sont réparties en huit groupes, les nations arrivant en tête de chaque groupe s'affrontant en quarts de finale (par matchs aller-retour) pour déterminer les quatre nations qui disputent les demi-finales en Italie. C'est le pays organisateur, qui remporte l'épreuve 2-0 contre la Yougoslavie, après un match rejoué à la suite d'un premier match nul 1-1. Cette victoire permet aux Italiens d'oublier leur surprenante élimination à la Coupe du monde 1966 contre la Corée du Nord. La Squadra Azzurra passa néanmoins à un côté de pièce de l'élimination puisqu'elle se qualifia lors de sa demi-finale face à l'URSS par... tirage au sort ! Les deux équipes ayant fait nul, la séance de tirs au but n'existant pas encore (elle ne sera instaurée que pour la Coupe du monde 1970, deux ans plus tard) et les délais ne permettant pas de rejouer le match, l'arbitre procéda à un « pile ou face » à l'issue de la prolongation qui tourna à l'avantage des Italiens.

Pour l'épreuve de 1972[7], le même schéma est retenu, et c'est au tour de la Belgique d'organiser la phase finale. L'Allemagne de l'Ouest avec Gerd Müller remporte l'édition en battant l'URSS 3-0.

Au cours de l'édition de 1976[8], le format est de nouveau reconduit, la phase finale ayant lieu en Yougoslavie. La compétition est remportée par la Tchécoslovaquie contre l'Allemagne de l'Ouest aux tirs aux buts, à l'issue d'un match au cours duquel le Tchécoslovaque Antonin Panenka réussit son penalty avec une pichenette en plein centre de la cage tenue par Sepp Maier, geste qui depuis porte son nom.

Élargissement à huit équipes pour la phase finale[modifier | modifier le code]

Pour l'édition de 1980, l'UEFA décide de modifier le format de la phase finale, tout d'abord en permettant à huit équipes d'y participer[9]. Les équipes sont réparties en deux groupes de quatre équipes, et le vainqueur de chaque groupe se qualifie pour la finale. L'Allemagne de l'Ouest remporte la compétition pour la seconde fois, cette fois-ci contre la Belgique 2-1 grâce à un doublé de Horst Hrubesch.

Pour l'Euro 1984[10] qui se déroule en France, le format est à nouveau modifié : les deux premiers de chaque groupe disputent une demi-finale pour pouvoir accéder à la finale. La France remporte l'épreuve à domicile en s'imposant 2-0 en finale contre l'Espagne, grâce à des buts de Michel Platini et de Bruno Bellone. Lors de la compétition, Platini réalise un total record de neuf buts, deux du pied gauche, cinq du pied droit et deux de la tête. Ce record n'a toujours pas été battu, la deuxième meilleure performance d'un buteur au cours d'un Euro étant de six buts. Enfin, l'UEFA décide de ne plus faire jouer le match pour la troisième place .

Pour l'édition de 1988[11] qui se déroule en Allemagne de l'Ouest, c'est au tour de Marco van Basten de devenir l'homme du tournoi en permettant aux Pays-Bas de s'imposer en finale contre l'URSS grâce à un but qui sera désigné le plus beau du tournoi[12].

Le même format est reconduit pour l'Euro 1992 qui se déroule en Suède. La Yougoslavie est exclue de la phase finale en raison de la guerre civile qui s'y déroule, elle est remplacée par le Danemark qui remporte le tournoi à la surprise générale en s'imposant 2-0 en finale face à l'Allemagne réunifiée.

Élargissement à seize équipes pour la phase finale[modifier | modifier le code]

Cérémonie d'ouverture de l'Euro 2004 au Portugal.

Après l'éclatement de l'Union soviétique, un nombre important de nouvelles nations adhèrent à l'UEFA à partir de 1992. Israël décide également de rejoindre l'UEFA en raison de sa mauvaise entente avec les nations arabes. Avec des qualifications concernant 48 nations au lieu des 32 pour les précédentes campagnes, l'UEFA décide d'élargir le nombre de participants à la phase finale de huit à seize équipes à partir de l'Euro 1996[13] qui se déroule en Angleterre. Le format de la phase finale change avec l'instauration de quatre poules de quatre équipes, les deux meilleurs de chaque poule se qualifient pour les quarts de finale. Il est également décidé de mettre en pratique le but en or. C'est d'ailleurs par ce système que l'Allemagne remporte la compétition contre la République tchèque, grâce à un but d'Oliver Bierhoff dans les prolongations.

Pour l'Euro 2000[14], l'UEFA décide d'accorder l'organisation de la phase finale à deux nations : la Belgique et les Pays-Bas. C'est de nouveau par un but en or que le vainqueur est désigné en cas de prolongation ; en effet la France championne du monde en titre remporte le tournoi contre l'Italie, David Trezeguet marquant le but de la victoire.

L'Euro 2004[15] est organisé au Portugal, le but en or est abandonné au profit du but en argent. La Grèce s'impose 1-0 contre le pays organisateur.

L'Euro 2008[16] se déroule en Suisse et en Autriche avec un format similaire au précédent Euro, mais sans le but en argent, abandonné au profit de prolongations classiques. C'est l'Espagne qui remporte cette édition devant l'Allemagne sur le score de 1 à 0.

Pour l'Euro 2012 qui se déroule en Pologne et en Ukraine, l'UEFA déclare qu'il y aura 16 qualifiés. L'Espagne remporte à nouveau le trophée face à l'Italie sur le score de 4 à 0. Ce score est l'écart de buts le plus large pour une finale d'une compétition majeure. L'Espagne réussit également un triplé inédit Euro - Coupe du monde - Euro à cette occasion.

Élargissement à vingt-quatre équipes pour la phase finale[modifier | modifier le code]

L'Euro 2016 se déroule en France avec 24 nations pour la phase finale. Dans une interview donnée au journal France Football du mardi 30 novembre 2012, Jacques Lambert le président du comité d'organisation a statué sur le format de la compétition, Lors du premier tour il y a six groupes de quatre équipes dont les deux premières sont qualifiées pour les huitièmes de finale, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes[17]. Le Portugal profita de ce format pour être le premier 3e de poule d'une compétition à remporter le sacre, face au pays organisateur.

Organisation[modifier | modifier le code]

Organisée tous les quatre ans les années paires en décalage de deux ans avec la Coupe du monde pour être complémentaire et la mise en place d'une grande compétition tous les deux ans concernant les nations européennes, l'UEFA supervise toute l'organisation que cela soit sur le plan sportif, réglementaire, commercial et financier. Le choix du pays ou des pays organisateurs s'effectue après déposition des candidatures cinq ans au moins avant le tournoi final par un vote au sein du comité exécutif de l'UEFA[18].

De 1960 à 1976, le choix du pays organisateur s'effectue par un accord entre les quatre demi-finalistes, avant qu'en 1980 l'UEFA décide de mettre en place un véritable tournoi final avec des matchs de poules et une phase finale. Trois pays ont déjà organisé la compétition à deux, voire trois reprises : la France (1960, 1984 et 2016), la Belgique (1972 et 2000) et l'Italie (en 1968 et 1980), mais en général l'UEFA privilégie la diversité sur son choix. C 'est ainsi que l'on a pu voir de nombreux pays organiser ce tournoi (Espagne, Yougoslavie, Allemagne, Suède, Angleterre, Pays-Bas, Portugal) et les Championnats d'Europe suivants ne dérogent pas à la règle puisque qu'en 2008 ça a été au tour du tandem Suisse-Autriche[19] puis du tandem Pologne-Ukraine[18] en 2012.

À chaque phase finale, plusieurs stades sont retenus pour permettre au pays-hôte de mieux répartir ses efforts et que le pays tout entier puisse profiter de l'événement qui rejaillit tant sur le plan économique que social. Ainsi pour l'Euro 2008, huit stades (quatre en Suisse et quatre en Autriche) sont utilisés.

Déroulement de la compétition[modifier | modifier le code]

Depuis ses débuts, le tournoi comprend des phases qualificatives et un tournoi final. Petit à petit le nombre de nations au sein de l'UEFA augmenta ce qui a permis d'augmenter le nombre de places en phase finale (quatre de 1960 à 1976, huit de 1980 à 1992 puis seize de 1996 à 2012 et vingt-quatre à partir de 2016). Depuis 1980, le (ou les) pays organisateur(s) de la phase finale y est (sont) directement qualifié(s) sans avoir à passer les phases qualificatives.

Phase de qualification[modifier | modifier le code]

Dix-sept nations prirent part à la phase qualificative en 1960 pour quatre places au tournoi final. Cette phase qualificative était une succession de tours par match aller-retour à élimination directe, schéma reproduit en 1964. En 1968, l'UEFA décida de mettre en place des groupes de qualification (huit au total) où chaque équipe à l'intérieur de son groupe dispute un mini-championnat avec match aller-retour et où seul le premier accéda aux quarts de finale qui détermina les quatre participants au tournoi final, formule reconduite jusqu'en 1976. En 1980 avec la mise en place d'un véritable tournoi final avec désignation du pays-hôte (qui se retrouvait ainsi qualifié d'office) et en raison de l'augmentation des nations affiliées à l'UEFA (33 nations), chaque vainqueur de son groupe de qualification est qualifié pour le tournoi final.

Un véritable bouleversement a lieu pour l'Euro 1996 avec l'explosion de l'Union soviétique et de la Yougoslavie, 47 nations sont alors affiliées à l'UEFA, par conséquent quinze places sont mises en jeu pour la phase finale (l'Angleterre étant qualifiée d'office en tant que pays-hôte). Les sept groupes qualificatifs qui concernaient quatre à cinq nations passent à huit groupes de cinq à six nations. Pour l'Euro 2004 qui a lieu au Portugal, dix groupes de cinq nations sont mis en place, tous les premiers se qualifient et les deuxièmes s'affrontent en barrages pour les cinq places restantes. Enfin pour l'Euro 2008, l'UEFA met en place sept groupes de sept à huit nations, les deux premiers de chaque groupe se qualifient pour la phase finale.

Phase finale[modifier | modifier le code]

De 1960 à 1976, la phase finale comprenait seulement des demi-finales, un match pour la troisième place et la finale, concernant seulement quatre nations, et se déroulait dans l'un des quatre pays qualifiés. À partir de 1980, huit nations avaient la possibilité de participer à la phase finale, elles étaient réparties en deux poules avec un seul match contre chaque adversaire, le premier de chaque poule disputait la finale, les deuxièmes le match pour la troisième place. L'Euro 1984 se dispute sur le même schéma sauf que les deux premiers de chaque poule se qualifient pour les demi-finales qui détermine les deux finalistes, mais on abandonne le match pour la troisième place.

En 1996, le tournoi final a lieu en Angleterre et s'agrandit à seize équipes, réparties en quatre poules de quatre équipes, les deux premiers se qualifient pour les quarts de finale, suivis des demi-finales et de la finale.

À partir de l'Euro 2016 qui a lieu en France, le nombre de places lors de la phase finale augmente de 16 à 24, avec donc 6 poules de 4 nations dont les 2 premières et les 4 meilleures troisièmes passent à la phase à élimination directe (8e, 1/4 1/2 et finale). Le président de l'UEFA Michel Platini en a déjà fait l'expérience car les Coupes du monde de 1986 (à laquelle il a participé en tant que joueur), 1990 et 1994 se déroulaient de cette façon.

Participation[modifier | modifier le code]

Nombres de participants à chaque édition
Édition 1960 1964 1968 1972 1976 1980 1984 1988 1992 1996 2000 2004 2008 2012 2016 2020
Phase finale 4 4 4 4 4 8 8 8 8 16 16 16 16 16 24 24
Qualifiés d'office 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 2 1 2 2 1 0
Qualifiés 4 4 4 4 4 7 7 7 7 15 14 15 14 14 23 24
Inscrits aux qualifications 17 29 31 32 32 31 32 32 33 47 49 50 50 51 53 55
Total de participants 17 29 31 32 32 32 33 33 34 48 51 51 52 53 54 55

Ce tableau montre, pour chaque édition, le nombre de nations participantes (Total), le nombre de nations prenant part à la phase finale (Phase finale), le nombre de nations qualifiées d'office en tant que pays-hôtes (Qualifiés d'office), le nombre de nations ayant pris part aux qualifications et parvenant à se qualifier pour la phase finale (Qualifiés), et le nombre de nations ayant pris part aux qualifications (Inscrits). À partir de l'édition 2016, les qualifiés d'office sont également inscrits aux qualifications.

Le trophée[modifier | modifier le code]

Le trophée Henri-Delaunay, qui récompense le vainqueur du Championnat d'Europe, a été nommé ainsi en hommage à Henri Delaunay qui avait émis l'idée d'organiser cette compétition, mais est décédé cinq ans avant la première édition de 1960. Ce trophée a été créé par M. Chobillon (déjà auteur du trophée de la Coupe de France)[20] de la maison Arthus-Bertrand à Paris en 1960 et a coûté 20 251 francs français (3 087 euros). Il est en argent. Sa valeur est estimée à 35 000 francs suisses (22 500 euros). Il pèse huit kilos, socle compris. Il mesure 42 cm et 50 cm avec le socle[21], et y sont inscrits les noms des vainqueurs, qui en reçoivent une réplique réduite.

Dans le cas où une nation remporterait le titre trois fois consécutivement ou alors à cinq reprises, elle se verra remettre une réplique identique au trophée. Jusqu'à présent, aucune nation n'y est encore parvenue.

Le trophée a la forme d'une amphore grecque. Sur le trophée original de 1960, était gravée la reproduction d'une partie d'un bas-relief antique grec datant du IVe siècle av. J.-C., représentant un jeune homme tenant un ballon (le bas-relief est exposé au Musée archéologique d'Athènes)[20].

Depuis l'édition 2008, une nouvelle version du trophée, plus grande et sans socle, est décernée à chaque vainqueur.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du Championnat d'Europe de football
Année Pays hôte(s) Finale Petite finale
médaille d'or, Europe Champion Score médaille d'argent, Europe Finaliste médaille de bronze, Europe Troisième Score Quatrième
1960 Drapeau : France
France
Drapeau : URSS
Union soviétique
2 − 1
(a.p)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie
Yougoslavie
Drapeau : Tchécoslovaquie
Tchécoslovaquie
2 − 0 Drapeau : France
France
1964 Drapeau : Espagne
Espagne
Drapeau : Espagne
Espagne (1)
2 − 1 Drapeau : URSS
Union soviétique
Drapeau : Hongrie
Hongrie
3 − 1
(a.p)
Drapeau : Danemark
Danemark
1968 Drapeau : Italie
Italie
Drapeau : Italie
Italie
1 − 1
puis
2 − 0
(finale rejouée)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie
Yougoslavie
Drapeau : Angleterre
Angleterre
2 − 0 Drapeau : URSS
Union soviétique
1972 Drapeau : Belgique
Belgique
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Allemagne de l'Ouest (1)
3 − 0 Drapeau : URSS
Union soviétique
Drapeau : Belgique
Belgique
2 − 1 Drapeau : Hongrie
Hongrie
1976 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie
Yougoslavie
Drapeau : Tchécoslovaquie
Tchécoslovaquie
2 − 2
(t.a.b)
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Allemagne de l'Ouest
Drapeau : Pays-Bas
Pays-Bas
3 − 2
(a.p)
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie
Yougoslavie
1980 Drapeau : Italie
Italie
Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Allemagne de l'Ouest (2)
2 − 1 Drapeau : Belgique
Belgique
Drapeau : Tchécoslovaquie
Tchécoslovaquie
1 − 1
(t.a.b)
Drapeau : Italie
Italie
Pays hôte(s) médaille d'or, Europe Champion Score médaille d'argent, Europe Finaliste Demi-finalistes
1984 Drapeau : France
France
Drapeau : France
France (1)
2 − 0 Drapeau : Espagne
Espagne
Drapeau : Danemark
Danemark
Drapeau : Portugal
Portugal
1988 Drapeau : République fédérale d'Allemagne
Allemagne de l'Ouest
Drapeau : Pays-Bas
Pays-Bas
2 − 0 Drapeau : URSS
Union soviétique
Drapeau : Italie
Italie
Drapeau : Allemagne
Allemagne de l'Ouest
1992 Drapeau : Suède
Suède
Drapeau : Danemark
Danemark
2 − 0 Drapeau : Allemagne
Allemagne
Drapeau : Pays-Bas
Pays-Bas
Drapeau : Suède
Suède
1996 Drapeau : Angleterre
Angleterre
Drapeau : Allemagne
Allemagne (3)
2 − 1
(b.e.o. But en or)
Drapeau : Tchécoslovaquie
République tchèque
Drapeau : Angleterre
Angleterre
Drapeau : France
France
2000 Drapeau : Belgique
Belgique
Drapeau : Pays-Bas
Pays-Bas
Drapeau : France
France (2)
2 − 1
(b.e.o. But en or)
Drapeau : Italie
Italie
Drapeau : Pays-Bas
Pays-Bas
Drapeau : Portugal
Portugal
2004 Drapeau : Portugal
Portugal
Drapeau : Grèce
Grèce
1 − 0 Drapeau : Portugal
Portugal
Drapeau : République tchèque
République tchèque
Drapeau : Pays-Bas
Pays-Bas
2008 Drapeau : Autriche
Autriche
Drapeau : Suisse
Suisse
Drapeau : Espagne
Espagne (2)
1 − 0 Drapeau : Allemagne
Allemagne
Drapeau : Russie
Russie
Drapeau : Turquie
Turquie
2012 Drapeau : Pologne
Pologne
Drapeau : Ukraine
Ukraine
Drapeau : Espagne
Espagne (3)
4 − 0 Drapeau : Italie
Italie
Drapeau : Allemagne
Allemagne
Drapeau : Portugal
Portugal
2016 Drapeau : France
France
Drapeau : Portugal
Portugal
1 − 0
(a.p.)
Drapeau : France
France
Drapeau : Pays de Galles
Pays de Galles
Drapeau : Allemagne
Allemagne
2020 Europe green light.svg
Europe

Bilan par nation[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente le bilan par nation ayant atteint au moins une fois le dernier carré (mis à jour le 11 juillet 2016).

Bilan du championnat d'Europe de football, par nation
Rang Équipe Vainqueur Finaliste Troisième Demi-finale Édition(s) gagnée(s) Participations
1 Drapeau : Allemagne Allemagne 3 3 - 3 1972, 1980 et 1996 12
2 Drapeau : Espagne Espagne 3 1 - - 1964, 2008 et 2012 10
3 Drapeau : France France 2 1 - 2 1984 et 2000 9
4 Drapeau : URSS Union soviétique
Drapeau : Russie Russie
1
0
3
0
- 1
1
1960 6
5
5 Drapeau : Italie Italie 1 2 - 2 1968 9
6 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau : République tchèque République tchèque
1
0
0
1
2
0
0
1
1976 3
6
7 Drapeau : Portugal Portugal 1 1 - 3 2016 7
8 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 1 0 1 3 1988 9
9 Drapeau : Danemark Danemark 1 0 2 1992 8
10 Drapeau : Grèce Grèce 1 0 2004 4
11 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 0 2 - 1 - 5
12 Drapeau : Belgique Belgique 0 1 1 - - 5
13 Drapeau : Angleterre Angleterre 0 0 1 1 - 9
14 Drapeau : Hongrie Hongrie 0 0 1 1 - 3
15 Drapeau : Suède Suède 0 0 - 1 - 6
16 Drapeau : Turquie Turquie 0 0 - 1 - 4
17 Drapeau : Pays de Galles Pays de Galles 0 0 - 1 - 1

Buteurs[modifier | modifier le code]

Buts Joueurs Équipe Détail par édition
9 Michel Platini Drapeau : France France 9 en 1984
Cristiano Ronaldo Drapeau : Portugal Portugal 2 en 2004, 1 en 2008, 3 en 2012, 3 en 2016
7 Alan Shearer Drapeau : Angleterre Angleterre 5 en 1996, 2 en 2000
6 Patrick Kluivert Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 1 en 1996, 5 en 2000
Nuno Gomes Drapeau : Portugal Portugal 4 en 2000, 1 en 2004, 1 en 2008
Thierry Henry Drapeau : France France 3 en 2000, 2 en 2004, 1 en 2008
Ruud van Nistelrooy Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 4 en 2004, 2 en 2008
Zlatan Ibrahimović Drapeau : Suède Suède 2 en 2004, 2 en 2008, 2 en 2012
Wayne Rooney Drapeau : Angleterre Angleterre 4 en 2004, 1 en 2012, 1 en 2016
Antoine Griezmann Drapeau : France France 6 en 2016
5 Marco van Basten Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 5 en 1988
Jürgen Klinsmann Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l’Ouest et Drapeau : Allemagne Allemagne 1 en 1988, 1 en 1992, 3 en 1996
Savo Milosevic Drapeau : République fédérale de Yougoslavie RF Yougoslavie 5 en 2000
Zinédine Zidane Drapeau : France France 2 en 2000, 3 en 2004
Milan Baroš Drapeau : République tchèque République tchèque 5 en 2004
Fernando Torres Drapeau : Espagne Espagne 2 en 2008, 3 en 2012
Mario Gómez Drapeau : Allemagne Allemagne 3 en 2012, 2 en 2016
  • En gras, les joueurs finissant meilleur buteur de l'édition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour l'Euro 2016.
  2. L'encyclopédie mondiale du football 2003-4 par David Globlatt p. 60.
  3. uefa.com, « UEFA EURO 1960 - Histoire – UEFA.com », sur UEFA.com (consulté le 18 mai 2016).
  4. Lucile Alard, Cédric Rouquette, « Les pays qui ont disputé le premier Euro n’existent plus (sauf la France) », sur Slate,‎ (consulté le 29 juin 2016).
  5. Euro 64 sur uefa.com.
  6. Euro 68 sur uefa.com.
  7. Euro 72 sur uefa.com.
  8. Euro 76 sur uefa.com.
  9. Euro 80 sur uefa.com.
  10. Euro 84 sur uefa.com.
  11. Euro 88 sur uefa.com.
  12. UEFA Euro 2004 Final Match Day Publication, UEFA, July 4 2006, p. 59.
  13. Euro 96 sur uefa.com.
  14. Euro 2000 sur uefa.com.
  15. Euro 2004 sur uefa.com.
  16. Euro 2008 sur uefa.com.
  17. Dépêche du Figaro.fr.
  18. a et b Choix de l'Euro 2012 sur uefa.com.
  19. Site de l'Euro 2008.
  20. a et b Jean Gaillard, « Le roman vrai de la première Coupe d'Europe des Nations », Football Magazine,‎ , p. 8
  21. « Le trophée » (consulté le 12 juin 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]