Sylvain Floirat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un homme d'affaires image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme d'affaires français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sylvain Floirat était un homme d'affaires français né le à Nailhac en Dordogne et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Autobus Floirat Z10 des transports en commun de Mulhouse, actuellement au musée de l'AMTUIR.

Fils de facteur, apprenti charron, Sylvain Floirat est d'abord carrossier à Saint-Denis (autocars Floirat) à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il se lance dans les affaires en obtenant en 1946 l'autorisation d'exploitation de lignes aériennes dans le cadre de transport public : c'est la création de la compagnie Aigle Azur en avril 1946, qui commence ses activités en Afrique du Nord, au Liban et en Indochine et qui existe toujours. Il est gérant de la société « Le Matériel Automobile » de 1934 à 1938. En 1951, il rachète l'usine Joseph Besset constructeur d'autocars à Annonay, en difficultés. En 1955, il reprend, à la demande du gouvernement français, la station de radio Europe no 1 alors en difficultés et en fait très rapidement une des radios les plus populaires en France. Son fondateur Charles Michelson lui vend ses parts de la société, le contre la somme considérable pour l'époque, de 245 millions de francs. En 1962, s'apercevant de l'énorme succès de l'entreprise, Michelson tente en vain de renégocier cette cession à la hausse auprès des tribunaux. L'affaire rejaillit alors jusqu'au sommet des États français et monégasque, que la presse s'empresse de relater avec notamment un article en couverture des quotidiens Le Monde, daté du , et Le Figaro le lendemain.

En prenant la direction de Matra Engins, il en fait un ensemble industriel rentable axé sur l'innovation dans les télécommunications, le transport et l'informatique militaire.

À la fin des années 1960, Sylvain Floirat achète le célèbre Hôtel Byblos fondé en 1967 par le milliardaire libanais Jean Prosper Gay-Para à Saint-Tropez. L'hôtel doit en grande partie sa notoriété à la galerie de vedettes et de célébrités qui l'ont fréquenté. Il est président-directeur général de Breguet Aviation entre 1955 et 1967, puis président de la Compagnie française de télévision entre 1966 et 1968. Maire de Nailhac, président d'honneur de la chambre de commerce de Périgueux. Grand officier de la Légion d'honneur, président des plantations d'Essendiéras, il achète le château d'André Maurois, à Essendiéras. En 1981, il est administrateur du groupe Hachette et participe au directoire du groupe Filipacchi en 1984.

Hommage[modifier | modifier le code]

Plaque de la place Sylvain Floirat, à Nailhac.

Nailhac, commune de la Dordogne où il est né, a été maire et est décédé, a attribué son nom à la place située devant la mairie.

Groupe Floirat[modifier | modifier le code]

Le groupe Floirat[1], dirigé par Antoine Chevanne, arrière-petit-fils du créateur, est spécialisé dans l'hôtellerie de luxe avec « Le Byblos » à Saint-Tropez, « La Réserve » à Saint-Jean-de-Luz et « Les Manoirs de Tourgéville » à Deauville, dans les clubs avec « Les Caves du Roy » à Saint-Tropez et « Le Black Legend » à Monaco (ouvert en 2009) et l'immobilier dans le Sud-Est de la France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]